Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite Jean-Marc & Roger Lemonnier

La culture de masse, au-delà des institutions !

Après le postulat du master et le noviciat du doctorat vient le temps du métier et des collaborations avec de nouveaux acteurs qui, au-delà de l’amitié qui rassemble, suivent des chemins épistémologiques proches du mien. Mes collègues caennais Frédéric Dutheil et Yohann Fortune sont de ceux-là. De même, Thomas Bauer, Christian Vivier, Sébastien Laffage-Cosnier et Tony Froissart, historiens limougeaud ou du Grand-Est, deviennent des partenaires d’écriture ou de débat pour explorer des contrées nouvelles ou...

15 Février 1942

Chère petite Mimi il est vraiment lourd le silence ; surtout depuis le 14 Janvier que ton Roger a reçu ta chère lettre du 13.12 ; lettre qui vient mettre à chaque fois dans le cœur de ton Loulou mais cette lettre attriste un peu mon cœur car elle m’annonçait que ma petite bien-aimée était malade ; toute fois elle me laissait espérer rien de grave ; toute fois la lettre suivante a été autrement impatiemment attendue et cela...

S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (4)

Une chose que je ne sus pas être jusqu’à ce que je connaisse votre douce maman ; c’est d’être économe. Mes parents me laissaient toujours mon argent gagnée ; il aurait été préférable pour moi que mes parents ne me laisse que l’argent nécessaire pour faire le garçon ; car cet argent qui plus tard m’aurait rendu grand service ; il fût dépensé pour payer pour ceux de mes camarades dont j’ai parlé plus haut. Je sus quand même...

Du roman familial à l’intrigue familiale

Paul Veyne[1] démontre que l’Histoire est le reflet des choix des historiens. C’est l’ensemble des productions qui fait l’Histoire. Il ne suffit pas de conter, il faut faire des choix éclairant d’un regard neuf, ou tout au moins nouveau, un évènement ou un ensemble d’évènements. La simple récitation de faits n’est pas Histoire car il n’y a pas de mise en intrigue et de prisme particulier. Initié par un roman familial concernant deux générations d’ancêtres,...

L’individu inscrit dans sa génération ?

Mais n’est-ce pas aller à contre-courant de l’air du temps que de valoriser un concept qui généralise, alors que le procès des mémoires individuelles est à l’œuvre depuis les années 1980 dans les réflexions épistémologiques[1] ? Comment préserver l’inscription dans les normes, valeurs et pratiques d’une génération tout en analysant les leviers dont l’acteur dispose pour s’en distancier ? Ces questions sont à rapporter au fait qu’il y ait une forte croyance, inscrite pour partie dans les...

S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (3)

Une année passa ce qui mettait ma libération à 6 mois plus tard [1931]. Nous parlâmes donc de nos projets futurs. Mon beau-frère Charles voulait que je m’associe avec lui ; mais à ma dernière permission maman me déconseilla cela ; en me disant que jamais nous pourrions nous en tirer si nous avions des enfants. Je suivais donc les conseils de maman et abandonnait ce projet ; seulement je n’eus pas le courage de...

Les cinéraires étaient très belles cette année-là (9 Mai 1945)

Les cinéraires étaient très belles cette année-là (Mercredi 9 Mai 1945) « Je les voyais comme je n’ai jamais vu personne et pas un détail de leurs visages ou de leurs habits ne m’échappait. Pourtant je ne les entendais pas et j’avais peine à croire à leur réalité », Albert Camus, L’étranger, Gallimard, 1957, 17. Dans la pénombre, la chambre parait exiguë et le lit conjugal trop grand pour elle. Les yeux sont clos et la tête...

Chapitre 1

Projet de titre : Les cinéraires étaient très belles cette année-là (Mercredi 9 Mai 1945) Thème de la note d’intention : Quelle place donner à une brisure dans le récit ? La motivation qui préside à l’écriture de cette biographie, au-delà de l’empathie pour le personnage, repose sur un drame familial porté par trois générations d’individus. Celle de Roger, ses sœurs et sa seconde femme ; celle de ses enfants : Claude, Solange, Bertrand, Nicole et Jacques ; celle...

S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (2)

Que fit Roger après la saison, il découvrit qu’il aimait pour de bon, comme on dit. Il réfléchit q.q. jours puis il décida de t’écrire ; un jeune facteur me donna l’adresse car je n’avais que le prénom et nos vrais amours commencèrent donc par lettres. Nous nous voyons très rarement ; parfois j’allais porter des légumes à la ferme mais jamais je ne pus voir ma petite Mimi seule nous ne pouvions échanger qu’un sourire et...

Conflits de représentation

Quelques jalons sont maintenant posés pour écrire ce récit biographique. Certaines limites doivent toutefois être rappelées car elles font obstacle à la rédaction d’un roman vrai. Si l’on reprend P. Veyne, la première d’entre-elles concerne la compréhension d’un homme par un autre homme et pour le cas présent un familier du biographé. La compréhension est d’autant plus illusoire que l’historien d’aujourd’hui n’est nullement un être du temps passé. Comprendre un homme, même son grand-père, ancré...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search