Le récit biographique

Un biographe en herbe

« Me suis-je trompé souvent ? T’ai-je trahi ? M’était-il permis de tout dire de ce que j’ai dit ? Pourquoi ne peux-tu pas mettre ta main sur mon épaule ? Cela suffirait pour me rassurer »,

Kessel, Mermoz, Gallimard, 1938, Postface.

Pour une biographie que nous n’avons pas écrite. Roger, jardinier, militaire et prisonnier de guerre (1911-1995), relève du récit biographique. Ce carnet de recherche fait suite à une habilitation à diriger des recherches soutenue le 28/01/2021. Il posera les bases d’un projet qui ira au-delà des quelques chapitres présentés lors de l’HDR.
Alors que le biographe, petit-fils du biographé, tente de garder la juste distance indispensable à la démarche historique, il se trouve parallèlement confronté à des sources primaires lacunaires : un carnet de captivité, un documentaire cinématographique de 26 minutes et quelques documents administratifs. Dès lors, l’écriture de cette biographie est-elle possible ? Telle est la question au cœur du projet global, décliné sous forme d’un carnet du chercheur, de notes d’intention et du récit proprement dit. Ce dernier n’est que la résultante d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire ayant pour intention d’immerger le lecteur conjointement dans le récit de vie et les arcanes d’une enquête historique.
Empreint des travaux de François Dosse et Alain Corbin, ce projet considère, dans la lignée d’I. Jablonka, l’histoire comme une « littérature contemporaine » dont la mission est le partage du sensible. Afin d’assurer l’immersion du lecteur, le récit convoque des inducteurs d’écriture pour servir la démonstration sur tel aspect de la vie du biographé, de ses ressentis ou les émotions d’un prisonnier qui écrit pour échapper à l’enfermement mais réactualise les contraintes et frustrations sociales, politiques et professionnelles que son corps a vécues.

Mots-clés : Récit biographique, Histoire culturelle, Génération, Ecriture de l’historique, Histoire du sensible.

For a biography that we did not write. Roger, gardener, soldier and prisoner of war (1911-1995) is a biographical account. This research notebook is a follow-up to a habilitation to direct research defended on 28/01/2021. It will lay the foundations for a project that will go beyond the few chapters presented during the HDR.
While the biographer, grandson of the biographer, tries to keep the right distance essential to the historical approach, he is also confronted with incomplete primary sources: a captivity notebook, a 26-minute film documentary and some administrative documents. Is it possible to write this biography? This is the question at the heart of This is the question at the heart of the overall project, which is presented in the form of a researcher’s notebook, notes of intent and the story itself. The latter is only the result of a reflection on The latter is only the result of a reflection on the writing of the history having for intention to immerse the reader jointly in the story of life and the arcane of a historical investigation.
Imbued with the work of François Dosse and Alain Corbin, this project considers, in the tradition of I. Jablonka, history as a « contemporary literature » whose mission is the sharing of the sensitive. In order to ensure the reader’s immersion, the story calls upon writing inducers to serve the demonstration of such and such an aspect of the biographer’s life, of his feelings or emotions of a prisoner who writes to escape from the confinement but reactualizes the constraints and social, political and professional frustrations that his body has experienced.

Carnetier : Jean-Marc Lemonnier, MCF-HDR, HisTeMé (EA 7455), Université de Caen Normandie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search