Ego-histoire (Le carnetier)

La culture de masse, au-delà des institutions !

Après le postulat du master et le noviciat du doctorat vient le temps du métier et des collaborations avec de nouveaux acteurs qui, au-delà de l’amitié qui rassemble, suivent des chemins épistémologiques proches du mien. Mes collègues caennais Frédéric Dutheil et Yohann Fortune sont de ceux-là. De même, Thomas Bauer, Christian Vivier, Sébastien Laffage-Cosnier et Tony Froissart, historiens limougeaud ou du Grand-Est, deviennent des partenaires d’écriture ou de débat pour...

Du roman familial à l’intrigue familiale

Paul Veyne[1] démontre que l’Histoire est le reflet des choix des historiens. C’est l’ensemble des productions qui fait l’Histoire. Il ne suffit pas de conter, il faut faire des choix éclairant d’un regard neuf, ou tout au moins nouveau, un évènement ou un ensemble d’évènements. La simple récitation de faits n’est pas Histoire car il n’y a pas de mise en intrigue et de prisme particulier. Initié par un roman...

L’individu inscrit dans sa génération ?

Mais n’est-ce pas aller à contre-courant de l’air du temps que de valoriser un concept qui généralise, alors que le procès des mémoires individuelles est à l’œuvre depuis les années 1980 dans les réflexions épistémologiques[1] ? Comment préserver l’inscription dans les normes, valeurs et pratiques d’une génération tout en analysant les leviers dont l’acteur dispose pour s’en distancier ? Ces questions sont à rapporter au fait qu’il y ait une forte croyance,...

La génération des copains

La synthèse, forcément imparfaite et partisane[1], vise à préserver la force et limiter la faiblesse de la notion de génération. Cette dernière invite, notamment, à repérer les lieux et leviers, premiers ou secondaires, d’acculturation des individus, à chercher les valeurs, normes ou pratiques qui y sont véhiculées puis, dans un second temps, à identifier toutes les fractures socio-individuelles pour mettre du pluriel dans le récit historique. Le fil est ténu,...

De l’utilité du concept de génération

Le glissement de mes travaux en Sciences de l’Éducation lors du master, centrés sur les années 2000, vers ceux plus historiques du doctorat, est initié, pour partie, par ce roman familial. Si Pierre Chaunu construit son métier d’historien sur le fait qu’il soit « le fils de la morte »[1], pour ma part, c’est parce que mon père est « le fils de la morte » (la grand-mère que je...

L’évènement mis au pluriel

Jacques Le Goff comprend le poids des évènements sur les individus qui les traversent à travers l’histoire de ses parents[1]. Les lignes précédentes insistent sur les contextes et évènements marquant l’histoire de ma famille en temps de guerre et organisant, pour partie, ce qu’ils sont devenus et m’ont transmis. C’est alors ce « passé présent » qui fait ouvrir les écoutilles de la curiosité et du rêve, comme un conte...

Les carnets de mon grand-père

« Petits enfants ne jouez pas aux soldats, ces beaux joujoux me rappellent trop la guerre ». Derrière cette ritournelle, maintes fois entendue, se cache un drame absolu, celui de mon grand-père. Prisonnier de guerre dès les premiers jours des hostilités, il le reste jusqu’aux dernières heures du conflit. Comme si ce temps long de la captivité, que d’autres ont vécu pareillement, ne suffisait pas à exprimer l’horreur du conflit,...

La fabrique du temps et de l’histoire

Mon attrait pour l’histoire se construit sur « le légendaire familial »[1], celui des discussions, ressassées de repas en rencontres, qui alimentent les rêveries enfantines ou adolescentes. Ce n’est pas l’histoire factuelle, des dates et grands noms du roman national républicain, transmise par l’École ; celle des dessins et résumés des livres d’histoire de ma scolarité primaire, ou des images d’Epinal données avec mesure et raison pour bonne conduite ou docilité...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search