Ego-histoire (Le carnetier)

Clap de fin

Avec Thomas Bauer, depuis 2014, nous mettons en perspective ces réflexions [pour rappel : influence de la culture de masse sur l’individu générationnel] en exploitant le cinéma, et plus spécifiquement les comédies, comme corpus d’analyse des représentations de l’éducation physique scolaire (EPS). On perçoit que ce genre cinématographique, relevant de la culture populaire, propose une autre histoire de l’EPS, plus attachée à l’écume d’une réalité qu’à la profondeur des transformations successives. Les temporalités s’étirent au...

Le Sport représenté : des revues pour les jeunes à la Bande Dessinée

Si les recherches centrées sur le désenchantement entre culture scolaire et culture des jeunes restent récurrentes, mes travaux, depuis la fin du doctorat, vont au-delà et s’inscrivent dans la traque évoquée précédemment [pour rappel : influence la culture de masse sur l’individu générationnel] en ciblant certains médias dévolus à la culture de masse, qu’il soit film, revue, bande dessinée ou affiche. La démarche consiste[1], dans un premier temps, à repérer du côté du concepteur de...

L’histoire culturelle, cadre ou fourre-tout conceptuel

Si l’histoire personnelle et le ressenti d’adolescent sont des éléments déclencheurs de cette ambition historique [pour rappel : influence de la cuture de masse sur l’individu générationnel], je me débats encore avec sa valeur théorique et épistémologique. D’une part, je peine à en délimiter le périmètre dans celui, plus large, de l’histoire culturelle qui prend pour objet « l’ensemble des représentations collectives propres à une société »[1]. Celui-ci est fortement lié à des groupes sociaux...

La culture de masse, au-delà des institutions !

Après le postulat du master et le noviciat du doctorat vient le temps du métier et des collaborations avec de nouveaux acteurs qui, au-delà de l’amitié qui rassemble, suivent des chemins épistémologiques proches du mien. Mes collègues caennais Frédéric Dutheil et Yohann Fortune sont de ceux-là. De même, Thomas Bauer, Christian Vivier, Sébastien Laffage-Cosnier et Tony Froissart, historiens limougeaud ou du Grand-Est, deviennent des partenaires d’écriture ou de débat pour explorer des contrées nouvelles ou...

Du roman familial à l’intrigue familiale

Paul Veyne[1] démontre que l’Histoire est le reflet des choix des historiens. C’est l’ensemble des productions qui fait l’Histoire. Il ne suffit pas de conter, il faut faire des choix éclairant d’un regard neuf, ou tout au moins nouveau, un évènement ou un ensemble d’évènements. La simple récitation de faits n’est pas Histoire car il n’y a pas de mise en intrigue et de prisme particulier. Initié par un roman familial concernant deux générations d’ancêtres,...

L’individu inscrit dans sa génération ?

Mais n’est-ce pas aller à contre-courant de l’air du temps que de valoriser un concept qui généralise, alors que le procès des mémoires individuelles est à l’œuvre depuis les années 1980 dans les réflexions épistémologiques[1] ? Comment préserver l’inscription dans les normes, valeurs et pratiques d’une génération tout en analysant les leviers dont l’acteur dispose pour s’en distancier ? Ces questions sont à rapporter au fait qu’il y ait une forte croyance, inscrite pour partie dans les...

La génération des copains

La synthèse, forcément imparfaite et partisane[1], vise à préserver la force et limiter la faiblesse de la notion de génération. Cette dernière invite, notamment, à repérer les lieux et leviers, premiers ou secondaires, d’acculturation des individus, à chercher les valeurs, normes ou pratiques qui y sont véhiculées puis, dans un second temps, à identifier toutes les fractures socio-individuelles pour mettre du pluriel dans le récit historique. Le fil est ténu, car il faut appréhender une...

De l’utilité du concept de génération

Le glissement de mes travaux en Sciences de l’Éducation lors du master, centrés sur les années 2000, vers ceux plus historiques du doctorat, est initié, pour partie, par ce roman familial. Si Pierre Chaunu construit son métier d’historien sur le fait qu’il soit « le fils de la morte »[1], pour ma part, c’est parce que mon père est « le fils de la morte » (la grand-mère que je n’ai pas connue) que je...

L’évènement mis au pluriel

Jacques Le Goff comprend le poids des évènements sur les individus qui les traversent à travers l’histoire de ses parents[1]. Les lignes précédentes insistent sur les contextes et évènements marquant l’histoire de ma famille en temps de guerre et organisant, pour partie, ce qu’ils sont devenus et m’ont transmis. C’est alors ce « passé présent » qui fait ouvrir les écoutilles de la curiosité et du rêve, comme un conte réel, pour peu que l’on...

Les carnets de mon grand-père

« Petits enfants ne jouez pas aux soldats, ces beaux joujoux me rappellent trop la guerre ». Derrière cette ritournelle, maintes fois entendue, se cache un drame absolu, celui de mon grand-père. Prisonnier de guerre dès les premiers jours des hostilités, il le reste jusqu’aux dernières heures du conflit. Comme si ce temps long de la captivité, que d’autres ont vécu pareillement, ne suffisait pas à exprimer l’horreur du conflit, le jeu du hasard marque...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search