Carnet de recherche (projet biographique)

Note au lecteur

Ce carnet est divisé en parties distinctes mais chacune d’entre-elles participe du projet de recherche et révèle les intentions épistémologiques et méthodologiques qui sous-tendent le dessein biographique. Le récit proprement dit (récit biographique) n’est que la résultante d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire ayant pour but d’immerger le lecteur conjointement dans le récit de vie et les arcanes d’une enquête historique. – Les dessous de la recherche donnent à lire le carnet de recherche, les...

Conflits de représentation

Quelques jalons sont maintenant posés pour écrire ce récit biographique. Certaines limites doivent toutefois être rappelées car elles font obstacle à la rédaction d’un roman vrai. Si l’on reprend P. Veyne, la première d’entre-elles concerne la compréhension d’un homme par un autre homme et pour le cas présent un familier du biographé. La compréhension est d’autant plus illusoire que l’historien d’aujourd’hui n’est nullement un être du temps passé. Comprendre un homme, même son grand-père, ancré...

Sources et lieux d’archives ?

Si le confinement est en partie une forme de claustration favorable, toute proportion gardée, au ressenti du prisonnier, il reste une limite à l’enquête. Quelles peuvent être les pistes à investiguer alors que cette dernière n’a pas encore débuté ? Les premières navigations sur Internet permettent d’en repérer quelques-unes et de les thématisées sommairement ; l’enquête ouvrira d’autres portes. Espérons-le ! * Thématique de l’enfermement : Je retiens à ce jour, la BD de Tardi, Moi René...

Entrelacs des sources

L’histoire n’est que le récit de ce que les sources disent, une « connaissance par documents », et par là même un roman vrai ne peut être qu’un roman inachevé. L’intrigue, au sens romanesque du terme, tisse les liens entre les faits et évènements, qu’ils soient mineurs ou majeurs, en dépassant la redite pour le questionnement. « Puisqu’on ne peut faire dire à l’histoire plus que n’en disent les sources, il ne reste plus qu’à...

Des choix au service du récit biographique

Le point de départ de cette biographie familiale, au-delà des non-dits évoqués et la fabrique du temps qu’ils permettent à mon endroit, réside dans l’existence d’un cahier de captivité de Roger au stalag XI A. Soixante-dix pages manuscrites qui racontent sa vie, ou du moins quelques bribes, en une longue lettre. Cette dernière permet d’engager une communication impossible avec les siens, avec lui-même et avec ses compatriotes par l’intermédiaire de l’écriture. Via son carnet de...

Quelle narration ?

Si l’histoire est écriture et discours, depuis la quête des archives jusqu’à la mise en intrigue, la narration permettrait-elle de lever les obstacles précédents pour enchâsser les histoires évoquées, fusionner les types de récit et satisfaire aux exigences méthodologiques ? « L’histoire est un récit d’évènements vrais. […] un fait doit remplir une seule condition pour avoir la dignité de l’histoire : avoir réellement eu lieu »[1]. De lecture récente, le livre d’I. Jablonka, L’histoire est...

Le corps oublié

Comment l’objet corporel peut-il trouver place dans ce récit alors que Roger n’en souffle mot dans son carnet de captivité ? Cette question me hante depuis la rédaction de l’égo-histoire et les dernières lignes posées à ce sujet. Comment mettre en perspective mon champ originel dans le cas présent ? Certes, d’autres histoires seront présentes mais celle des pratiques corporelles, qu’elles soient sportives ou physiques, celle des soins du corps ou celle de la critique du sport...

Un récit « pinagotique » ?

Si la biographie a durablement concerné les grands-hommes, les saints, les philosophes ou les artistes, l’anonymat de mon acteur doit être interrogé. Roger fait partie de ces individus qui traversent le temps et laissent quelques traces vite effacées sur le sable de la vie ordinaire. Ils furent pourtant célèbres dans leur village, leur rue ou leur immeuble et ont construit le réel d’une époque. Ma posture de chercheur est ainsi double, elle relève d’un récit...

Quel récit biographique ?

Le retour du biographique, dans les années 1980, est concomitante à la promotion des recherches sur l’individu. En rupture épistémologique avec l’histoire exclusivement quantitative, l’alternance des dimensions collective et singulière, à l’échelle d’un individu, inverse la focale d’analyse qui prévaut. « C’est d’ailleurs autour du va-et-vient de l’individuel et du collectif que tournent en effet les principaux problèmes de méthodes propres au genre biographique »[1]. François Dosse, dans son ouvrage Le pari biographique, ordonnance trois...

Pourquoi écrire cette histoire ?

Selon François Dosse, le biographe doit justifier « son choix en multipliant les raisons qui ont motivé son détour vers l’autre »[1]. Dès lors, pourquoi écrire le récit de vie de Roger ? Plusieurs arguments peuvent justifier ce désir réactivé, en mars 2020, par l’écriture de mon égo-histoire. Le premier relève d’un non-dit familial, une histoire celée aux oreilles des petits-enfants par leurs aînés qu’ils soient grands-parents ou parents. Un silence posé sur une période, celle...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search