Carnet de captivité de Roger Lemonnier (recopié en l’état du texte original)

31 Mai 1942

Puisqu’une semaine s’est écoulée depuis que j’ai eu les messages de ma petite chérie et malgré l’annonce de la maladie de notre petit Claude ; ces lettres m’ont beaucoup réconforter et j’ai passé une bonne semaine la pluie étant venue aussi apporter à mon jardin des bienfaits car je te pris [de] croire qu’elle était attendue cette pluie et s’il n’avait pas plu cette semaine mon travail aurai été zéro même...

26 Mai 1942

L’autre jour ma petite M-A je n’ai pas continué à écrire ; je ne pouvais arriver à trouver un sens convenable à mes expressions mais aujourd’hui le cas n’est plus le même et à l’heure actuelle je suis heureux d’avoir souffert moralement les temps derniers. Tu devines pourquoi tout de suite ma chérie ; oui ton Roger a eu les lettres tant attendues ; c’est d’abord le n°11 que j’ai eu la joie...

21 Mai 1942 : 20 heures

Ma petite femme bien-aimée depuis 15 jrs ton Roger n’a pas écrit sur ce cahier ; il n’est plus le même car il sent depuis quelque temps son courage et son moral l’abandonner pour dire franchement le mot je suis déprimé ; d’ailleurs hélas ma petite chérie ne manquera de s’en apercevoir sur la lettre que je t’ai écrit dimanche dernier 17 Mai. J’aurai voulu ma petite Marie-Anne te cacher ce mauvais...

[s/d] Entre le 21 avril et le 21 mai 1942 (2)

C’est le Docteur Berthon ; un docteur qui s’occupait surtout de la maladie des enfants qui soigna d’abord votre maman. Il lui recommanda un régime de famille ; il ne nous dit pas qu’il n’était pas qualifié pour soigner cette maladie là ; et aucune amélioration ne survenait. De ce fait votre maman était maussade, triste et découragée et je ne pouvais rien faire pour la soulager. Au moins de Mai 1936 nous...

[s/d] Entre le 21 avril et le 21 mai 42 (1)

Ses ordres étaient impossibles à remplir car ils manquaient complètement de jugement ; que tout commandement venant de personnes n’ayant jamais rien fait. Ces discussions par lettre durèrent quelques jours puis vint un jour l’ultimatum de congé si je ne me soumettais pas aux ordres de Mademoiselle. Il ne nous surpris pas nous l’attendions d’un jour à l’autre ; mais nous étions décidés à l’accepter que lorsque l’on aurait une place et...

21 avril 1942. A toi petite femme, à vous chers enfants

21 avril 1942. A toi petite femme, à vous chers enfants Ce jour le bonheur est entré dans mon cœur ; car une lettre de toi ma bien-aimée est venue mettre de l’ivresse dans le pauvre petit [coeur] de celui qui attendait depuis plusieurs jours déjà un doux message. Et rien que d’avoir devant mes yeux ces quellesques vingt lignes de l’écriture chérie j’oublie que je suis seul ; car pour quelsques...

S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942 (3)

En passant je vais relater ce soir d’orage qui est peut-être celui ou j’ai eu le plus peur. La région ou nous étions est légèrement montagneuse déjà quelsques orages précédents nous avaient fait comprendre que les orages n’étaient pas pareils ici qu’en Normandie. Ici l’orage donne dans tous les coins à la fois ; le ciel est partout en feu le tonnerre grande sans arrêt. Pour qui n’est pas habitué à...

S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942 (2)

Je me mis cependant au travail avec courage ; car nous étions déjà à la mi-mai et pas un légume de semés ; pas un pied de fleurs ; juste quelques orangers qui mouraient de soif et d’air dans l’orangerie. J’achetais malgré les recommandations de la patronne de rien acheter sans sa permission, du plant de tomate et de salade chez un jardinier du pays. Mais ce terrain abandonné depuis plusieurs années était...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search