Jean-Marc Lemonnier

Note au lecteur

Ce carnet est divisé en parties distinctes mais chacune d’entre-elles participe du projet de recherche et révèle les intentions épistémologiques et méthodologiques qui sous-tendent le dessein biographique. Le récit proprement dit (récit biographique) n’est que la résultante d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire ayant pour but d’immerger le lecteur conjointement dans le récit de vie et les arcanes d’une enquête historique. – Les dessous de la recherche donnent à lire...

Derrière les portes de la classe

La classe est vaste, claire, souvent ensoleillée et, malgré la vétusté du mobilier scolaire, elle est saine et régulièrement blanchie. Proprement tenue par les bons soins de Melle Victorine Esnault, en charge du balayage des classes, ce local d’aspect agréable est décoré sobrement de cartes géographiques. Roger y découvre les régions françaises en quelques illustrations colorées et le maître les utilise parfois durant les leçons. Ainsi la Bretagne est résumée...

Les leçons de Monsieur Louail (5 février 1919-24 septembre 1922)

  « J’ai déjà dit à maintes reprises tout le bien que je pensais de M. Louail. Esprit clair, ordonné avec de la pondération et une scrupuleuse conscience, c’est un maître sympathique, un éducateur. Inspecteur primaire, le 5/1/28 », 1T 1 288, Dossier professionnel Louail Amand, AD de la Manche, Saint-Lô. Après quinze années d’enseignement, un mariage contracté avec l’institutrice Marie Divet en 1902 et la paternité d’une enfant, Amand Louail...

A la paille, marmaille (16 mars 1911- 5 février 1919) Partie 2

Avec mon sac d’écolier[1] « Pendant la guerre, mes parents continuent à travailler et mon père faisait au moment voulu, son métier. Je ne puis me souvenir si les restrictions ont été dures pendant cette guerre en tout cas je ne me souviens pas d’avoir eu faim ». Roger, en ce mois de Février 1919, quitte sa maison, sise au vieux bourg de la Planche, le cœur gai. Il aime l’école et...

31 Mai 1942

Puisqu’une semaine s’est écoulée depuis que j’ai eu les messages de ma petite chérie et malgré l’annonce de la maladie de notre petit Claude ; ces lettres m’ont beaucoup réconforter et j’ai passé une bonne semaine la pluie étant venue aussi apporter à mon jardin des bienfaits car je te pris [de] croire qu’elle était attendue cette pluie et s’il n’avait pas plu cette semaine mon travail aurai été zéro même...

26 Mai 1942

L’autre jour ma petite M-A je n’ai pas continué à écrire ; je ne pouvais arriver à trouver un sens convenable à mes expressions mais aujourd’hui le cas n’est plus le même et à l’heure actuelle je suis heureux d’avoir souffert moralement les temps derniers. Tu devines pourquoi tout de suite ma chérie ; oui ton Roger a eu les lettres tant attendues ; c’est d’abord le n°11 que j’ai eu la joie...

21 Mai 1942 : 20 heures

Ma petite femme bien-aimée depuis 15 jrs ton Roger n’a pas écrit sur ce cahier ; il n’est plus le même car il sent depuis quelque temps son courage et son moral l’abandonner pour dire franchement le mot je suis déprimé ; d’ailleurs hélas ma petite chérie ne manquera de s’en apercevoir sur la lettre que je t’ai écrit dimanche dernier 17 Mai. J’aurai voulu ma petite Marie-Anne te cacher ce mauvais...

Chapitres 3 et 4

Projet de titre : Enfance manchote ou A la paille, marmaille (1911-1923) Thème de la note d’intention : Récit biographique et contextes collectifs Comment dire le singulier lorsque les sources manquent ? L’anonyme, entendu comme un être ordinaire dont la renommée dépasse peu les cercles familiaux, locaux ou professionnels, est un individu rarement prompt à conserver ou consigner les traces de ses itinéraires de vie. Les pièces administratives sont certes stockées...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search