21 avril 1942. A toi petite femme, à vous chers enfants

21 avril 1942. A toi petite femme, à vous chers enfants

Ce jour le bonheur est entré dans mon cœur ; car une lettre de toi ma bien-aimée est venue mettre de l’ivresse dans le pauvre petit [coeur] de celui qui attendait depuis plusieurs jours déjà un doux message. Et rien que d’avoir devant mes yeux ces quellesques vingt lignes de l’écriture chérie j’oublie que je suis seul ; car pour quelsques instants je suis heureusement plongé dans la douce tiédeur du foyer familial. Il me semble entendre sortir de ta bouche ce mot qui t’est si cher : Loulou. et je te réponds Mimi. Puis c’est la voix de nos petits qui résonnent doucement à mes oreilles. Oui chéris c’est toutes ces belles et douces choses que je revis avec joie et qui viennent adoucir ma captivité. C’est donc pour que cette douce vision reste le plus longtemps avec moi que je viens bavarder avec vous.

Tout ce que je ressens je voudrais pouvoir le confier à une longue lettre ; qui mettrait j’en suis sur dans ton fidèle petit cœur un baume délicieux. Hélas c’est là une chose irréalisable. Mais un jour peut-être bientôt je veux que vous sachiez combien les lettres des êtres chers ont aidés à votre petit mari et papa à rester courageux. Oui petite Marie-Anne je sens dans presque tous tes messages combien tu restes forte, courageuse et fidèle. Et je sens surtout combien d’espoir est rentré dans ton cher cœur depuis que tu as tenté cette 3ème démarche. Et comme autre fois mon cœur quand il était bien près de toi ; il communie aussi dans ce doux espoir ;  et c’est un peu beaucoup cet espoir qui met ce soir tant d’ivresse dans l’âme et le cœur de ton petit Roger ; Puisse ce doux et tendre espoir ne pas être cette fois vain ; et que bien vite ton Roger chéri soit de nouveau et pour toujours près de toi petite femme chérie qui lutte complétement depuis presque deux ans. Que de doux et tendres tête à tête perdus ; que de douces joies à jamais disparues. Le temps perdu ne se rattrape pas dit-on. Certes non. Mais pourtant ton Roger croit qu’il se paiera quand même de ce temps perdu. Car si cette captivité est pour nous une dure épreuve ; il faut reconnaitre aussi que nous aura fait apprécier davantage le bonheur que nous avions et que parfois ce bonheur nous l’avons gâché. Tu n’ignores pas chère petite combien ton Loulou a l’âme haute et sait comprendre la dure leçon du moment ; et cette leçon je ne suis pas près de l’oublier. Non elle ne restera pas présente à ma mémoire pour servir comme certains feront, à me poser en victime et toujours faire entendre mes plaintes ; non cela jamais ; ma maman ne m’a-t-elle donner l’exemple de souffrir en silence. Cette leçon je la supporterais comme pénitence des tristes choses qui se sont passées et qui ont amené l’effondrement de notre belle France ; car tous les Français ont une part plus ou moins grande dans les tristes jours que nous passons ; hélas combien auront-ils le courage de reconnaitre cette part de faute.

Mais toi mon amour je peux espérer que tu seras heureuse que ton Roger est reconnut sa part ; car c’est dans son foyer qu’il veut que l’on sent qu’il a su souffrir. Il faut que lorsque nous aurons le bonheur d’être réunis ; nous donnons à nos enfants chéris la haute notion de ce que c’est que la famille et la patrie. C’est alors nous deux, cher amour, unis plus tendrement que jamais qui leur montreront cette noble qualité : Aimer et Servir. C’est sur ce nouvel amour, cette nouvelle affection que je t’ai destinée à toi petite Mimi. C’est dans l’amour paternel dans laquelle je vous guiderais vous mes chers petits que je veux me payer de mes années de captivité. C’est pour vous revenir rempli de ces amours et d’affection que je reste fort et courageux. Je pourrais revenir la tête haute car je crois pouvoir dire sans vanité qu’en tant que soldat, que prisonnier j’aurais [fait] mon devoir. Bien que certains se refusent à le reconnaitre nous prisonniers ; nous avons des devoirs que notre cher Maréchal nous rappeler et entre autres le plus grand c’est celui de montrer à un autre peuple que le Français c’est garder son moral dans le malheur et garder la confiance pour l’avenir ; et tous nous avons tant l’occasion de le montrer ici. Il y a des Français en Allemagne qui plus facilement que nous encor pourrait remplir cette tâche ; mais le font-ils ?

Et toi femme chérie n’auras-tu pas avec un courage de tous les instants et une conscience toujours droite rempli une tâche toute aussi dure que la mienne. Nos cœurs connaissent les mêmes angoisses quand le courrier se fait attendre et de plus toi chérie tu as à subvenir à la nourriture et aux soins de nos trois bambins. De savoir que j’ai choisi une compagne qui ne faillira pas à sa tâche de vraie maman française cela réconforte mon cœur et réhausse mes pensées, mes espoirs futurs quand je te retrouverais. Oui chérie d’ici dans ma geôle, que j’ai arrangé le plus coquettement possible en souvenir de toi ; je devine tes soucis de chaque jour ; tes moments de bonne et mauvaise humeur suivant la réussite que tu as eu dans tes courses pour assurer votre vie. Je comprends que parfois tu sois de mauvaise humeur surtout pour toi qui est comme moi ; trop honnête pour marcher dans certaines combines malhonnêtes, alors quand tu vois cela il n’y a pas de doute que tes nerfs travaillent. Mais crois moi chère petite il est préférable de souffrir un peu plus et de rester honnête et je sais que toi mon amour tu n’hésiterais entre les deux tu choisirais la souffrance. Continues ma bien-aimée à suivre sans faiblesse la dure pente que tu gravis depuis deux ans et lorsque bientôt j’espère tu arriveras au sommet tu pourras venir te jeter dans les bras de ton petit Roger ; qui sera là pour te payer de ton noble devoir de Française.

Puis il y a encor une bien douce chose qui me permet de conserver ce bon moral ; cette douce espérance. Tu le devines tout de suite n’est-ce pas ma petite Mimi cette chose la plus belle, la plus tendre c’est la confiance totale dans la fidélité de ton amour. Cette chose si douce de savoir que les liens qui nous unissent loin de se desserrer, se serrent au contraire plus étroitement, si intimement, plus affectueusement que jamais ; et cela par une dure et longue souffrance morale ; mais qui supportée par deux cœurs vaillants et purs nous aura permis de mieux apprécier la grandeur et la force de notre amour. Oui mon cher trésor tu peux m’aimer ; ton Roger ne faillera jamais à son serment. Si tout de suite son cœur est fermé à toute tendresse toute affection ; c’est qu’il en fait une grande provision dont un jour il en laissera couler les flots sur ton cœur à toi mon ange, mon amour, ma vie et mon tout.

Et vous mes chers petits ne croyaient vous pas que vous êtes pour moi quelque chose de cher. Si mes enfants bien-aimés vous êtes pour votre maman et moi les chefs d’œuvres garnissant si bien notre foyer et qui à chaque naissance êtes venu nous unir davantage. C’est d’abord toi mon grand Claude qui est maintenant un petit bonhomme que je n’aurais pas vu grandir qui vient m’apporter par ton bon travail d’écolier beaucoup de réconfort ; et je peux ajouter que tu me donnes un peu de fierté en pensant que tu es un petit élève studieux et intelligent. Calme tu étais petit, calme tu dois être resté ; et chaque soir tu étudies avec courage tes leçons pour tenir la promesse que tu as écris à ton papa. A que ne suis-je pas là pour t’encourager et t’aider de mes conseils. Tu désires mon petit Claude aller en vacances en colonie avec tes camarades ; pour te récompenser de ton travail ton papa te dit tout de suite oui ; mais sois sage à la maison ; ta chère petite maman a déjà tant de peine.

Ce n’est pas ma petite Solange parce que en classe tu ne réussis pas comme ton frère que tu n’es pas présente dans le cœur de ton papa ; non petite fille ; tous les trois vous avez la même place dans mes pensées. Quand je t’ai quitté il y a 2 ans tu savais à peine lire et à présent je suis sur que tu sais aussi bien lire que parler ; seulement tu es un peu étourdie et cela te fait faire des bêtises à l’école ; mais tu es quand même dans la moyenne et je t’en félicite. Je te devine bien sage à l’école mais je connais ton caractère de petite fille et j’ai parfois de la peine de savoir qu’à la maison tu ne saurais rester tranquillement à t’amuser avec ton petit frère que tu aimais à prendre dans tes bras quand il était tout petit ;, cela pourtant consolerait un peu ta maman et ferait beaucoup de plaisir à ton papa.

Quant à toi mon cher tout petit Bertrand que me reste t-il de ton souvenir ; si ce n’est qu’une douce vision d’un tout petit bébé marchant à peine et ne m’ayant encor pas appeler papa ; c’est tout ce qui vient te rappeler à moi ton papa que ta maman me dit que tu aimes tant regarder et embrasser sur les photos. Et quand je reviendrais je trouverais un tout petit bonhomme qui voudra bien me donner toute sa tendresse de gamin. Je t’ai quitté alors que tu étais tout petit au moment ou tu étais déjà bien intéressant ; mais combien encor ont du être plus beaux tes premiers pas, tes premières paroles. Je n’ai pas eu ce bonheur de voir tout cela mais tu as pris tout pareil que tes ainés ta place dans mon cœur ; et ton papa te chérit de son amour paternel. Actuellement dans notre maison tu tiens une bien grande place ; car tu es le cher bambin qui est la compagnie de ta petite maman ; combien les jours lui auraient parus plus longs si tu n’avais pas été là. Par tes caresses et tes calineries tu viens de temps à autre adoucir les mauvais moments de celle qui te chérit tant ta maman. Par tes chants, des réflexions de gamin tu es celui qui de temps à autre réussit à arracher un sourire à cette pauvre maman ; qui a souvent bien des peines et qui hélas n’a pas son grand soutien près d’elle pour la consoler et lui éviter ses peines ; c’est donc toi mon petit Bertrand qui a le bonheur d’être sans cesse près de ta maman ; qui lui redonne confiance et courage ; car cette petite maman n’a qu’à baisser les yeux et elle t’aperçoit toi petite choses bien-aimée ; prise de tant de souffrance et de soucis pour que ma Marie-Anne dise ; comme moi dans les mauvais moments que pour que plus tard nos enfants soient fiers de leurs parents nous n’avons pas le droit de nous décourager. Oui chers petits enfants vous êtes pour nous quelque chose de grand et de beau valant plus que n’importe quelle fortune. Ah si chaque ménage français avait pu comprendre la beauté et la valeur de l’union familiale à l’heure actuel nous ne serons peut-être [pas] dans cette triste situation ; et tant d’unions ne seraient pas brisées. Nous pauvres d’argent mais riche d’amour et d’honneur nous nous sommes fixés un but, un idéal, celui d’élever nos enfants honnêtement et si possible les élever au-dessus de nous ; certes pour arriver à cela il nous a fallu laisser de côté certains plaisirs et beaucoup d’heures de repos ; mais combien plus tard ces épreuves nous sembleront légères et même heureuses si nous atteignons notre but. Au moins notre passage sur la terre aura été marqué par quelque chose de plus beau que tous les plaisirs ; celui du devoir accompli ; et vous chers petits vous suivrez notre trace n’est-ce pas mes chéris.

Voilà ma lettre terminée et ces lignes que j’ai écrites avec la fièvre de mon amour, je suis obligé de les conserver près de moi ; il ne me reste plus que la joie d’en faire le résumé sur une lettre de vingt-cinq lignes que j’écrirai dimanche mais pourrai-je sur ces 25 lignes y mettre tous les mots qui gonflent le cœur hélas non cependant comme les précédentes je sais que pour quelques jours elle ira refaire vivre dans le cœur de la femme chérie de doux moments ; je sais que tu y devineras tout ce que le peu de place m’empêche de mettre ; et qui une fois encor ma bien-aimée tu sauras que si loin de toi que ton Roger puisse être ; tu restes toujours bien présente dans mon cœur, dans ma pensée et si tu avais le bonheur de me voir regarder ton image chérie tu n’hésiterais pas une seconde pour venir m’entourer de tes bras et me dire tout bas : « comme tu m’aimes ». Quand plus tard tu liras cette lettre tu auras déjà vu que la tendresse de ton petit Loulou ne s’est pas atténuée ; et alors tu auras deviné combien ton souvenir sans cesse présent en moi aura aidé ton grand chéri a supporter avec courage cette dure captivité.

Il se fait tard ; déjà dans leurs lits blancs nos petits enfants dorment ; toi seule peut-être est encor éveillée ta pensée ; ton cher petit cœur et ton âme parties vers moi m’implorant de venir ; comme toi tu viens parfois me voir. Ton Roger va peut-être t’apparaitre, alors heureuse tendrement tu m’ouvriras tes bras et c’est avec cette douce vision que peut-être tu dormiras ce soir. Puisse être bientôt réelle cette douce chose. Dors ma toute petite Marie-Anne, dormez mes chers petits Dieu ne nous abandonnera et fera revivre dans notre doux nid des heures de joie et de bonheur. Sur vos joues si douces je dépose mes plus tendres baisers ; que ces baisers vous réchauffent tendrement et vous disent mon affection sans cesse portée vers vous.

A toi ma femme chérie qui par ta lettre d’aujourd’hui est venue me donner une douce joie. Ma vie, mon cœur t’appartiennent. Ton fidèle petit Roger. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 13 mai). 21 avril 1942. A toi petite femme, à vous chers enfants. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search