S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942 (3)

En passant je vais relater ce soir d’orage qui est peut-être celui ou j’ai eu le plus peur. La région ou nous étions est légèrement montagneuse déjà quelsques orages précédents nous avaient fait comprendre que les orages n’étaient pas pareils ici qu’en Normandie. Ici l’orage donne dans tous les coins à la fois ; le ciel est partout en feu le tonnerre grande sans arrêt. Pour qui n’est pas habitué à ces régions là c’est quelque chose de sinistre. C’est un soir après mangé. La journée a été très chaude. Je suis en face la fenêtre de la cuisine à faire la vaisselle. Tout à coup le ciel s’assombrit. Un vent de plus en plus violent vient faire balancer les arbres qui sont devant moi. J’aimais beaucoup regarder ces choses-là ; et regardais donc ces grands platanes se courber sous l’ouragan. Mais l’ouragan prit une telle violence qu’il me fait peur tellement il soufflait lugubrement ; à voir la manière dans les arbres se pliaient cela faisait douter que rien n’aurait résister et de voir cela j’eus peur réellement peur. Je me réfugiais donc auprès de ma petite Marie-Anne qui dans son lit n’était pas trop fière non plus. A peine y étais-je rendu qu’un violent éclair éclaira la chambre suivit presque en même temps d’un bruit de tonnerre formidable. Cela dura une demi-heure. Nous étions assis l’un près de l’autre ne disant rien mais j’en suis sur priant mentalement. Puis le bruit devint plus sourd plus lointain nous nous rassurions l’un et l’autre. Je sortis pour prendre de l’eau au robinet qui était à quelques mètres de la maison. Je venais à peine d’ouvrir le robinet qu’un nouvel éclair vient m’aveugler suivit d’un déchirement foudroyant ; la foudre venait de tomber sur un sapin à quelques mètres de moi. Ma main fut restée crispée pendant quellesques secondes sur le robinet. Pendant ces quelques secondes toute ma pensée alla dans notre maison qui était si près de moi et ou je savais que ma petite femme était peut-être évanouie de peur. Petit à petit la comotion que j’avais ressenti dans la main s’attenua et me libéra ; je pus donc courir vers celle que j’aimais que je trouvais toute tremblante et toute blanche. Cela a été jusqu’alors ma plus grande peur et il y avait de quoi car j’aurai bien pu y rester.

Celui qui n’a pas vu d’orage semblable ; peut dire qu’il n’en a pas peur mais si un jour il se trouve pris dans une histoire pareille, je ne fais aucun doute que son avis changera.

Après l’orage, c’est l’acalmie, heureusement. Votre petite maman fût bientôt rétablie nous fimes le baptême de Solange  nous le fîmes le mieux possible. C’est un fils et une fille de fermiers qui remplacèrent le parrain et la marraine ; mais le vrai parrain c’est toi petit Claude que nous avions choisi n’ayant même pas dans notre isolement quelqu’un qui puisse le faire. La marraine c’est la grand-mère de Gavray. Une seule personne pouvait à ce moment être la marraine ; c’est votre tante Anna ; elle refusa. Et à présent je me dis qu’elle a eu raison ; au moins tu n’auras pas pour des raisons que tu sauras plus tard à rougir d’une marraine qui eut été indigne d’être ta marraine.

A la fin d’Août la patronne fit son arrivée ; cela nous permit hélas de nous rappeler du proverbe, « Ne te fies pas à l’eau qui dort elle est souvent trompeuse ». Nous ne mîmes pas longtemps à nous en apercevoir. Pour tenir tous mes engagements j’avais trouvé une personne pour laver le linge des patrons pendant leur séjour. J’allais porter le linge et le rechercher le dimanche ; cette personne était payée par nous. Donc normalement les jours ou normalement votre maman était sensée de laver ; elle aurait dû être entièrement libre.

La première escarmouche eu lieu le deuxième lundi. La femme de chambre en réparant le linge le dimanche avait oublié d’enlever les boutons d’une robe. Ceux-ci étant sujet à déteindre ; la patronne aurait voulu que le lundi dans la matinée que, votre maman ailles prévenir la lessiveuse qui habitait à 2 kms. Votre maman était en train de faire votre toilette et ensuite voulait laver. Elle vint donc me prévenir de cette chose. J’allais carrément trouver la patronne lui dire qu’aujourd’hui ma femme n’était pas au service de la maison puisque quelqu’un lavait pour elle et que si la femme de chambre avait erreur c’était à elle de la réparer ; et non à nous. Et une légère dispute s’ensuivit ou toute fois je ne cédais pas. C’est moi qui alla prévenir la blanchisseuse ; et pour me calmer les nerfs j’y allais à pied au lieu d’y aller en vélo.

La patronne reconnut-elle en  elle-même que pour le lavage elle ne pouvait logiquement rien faire ; car la personne qui lavait le linge le lavait très soigneusement. C’est sur le repassage qu’elle voulut se rattraper. Cela commença par des serviettes ou torchons qui étaient soit disant mal repassés par votre maman et c’était elle qui les dépliait pour voir si cela avait besoin de réparation. Elle adressait toujours ses réflexions à votre maman pendant mon absence. Quant à moi elle me fit pendant son séjour que de rares observations pour mon travail.

Un dimanche en revenant de la messe je trouvais votre maman en pleurs. Une scène avait eu encor lieu pendant mon absence et cela pour un drap qu’elle voulait refaire repasser le lendemain lundi. Elle avait été jusqu’à dire à votre maman qu’elle s’occupait trop de vous mes chéris. C’est cette réflexion là plus que tout autre qui avait blessé votre maman. J’eus de nouveau une scène orageuse à la salle à manger avec la patronne ; ou à moi il me fut reprocher de trop défendre ma femme. Enfin je partis en disant que le drap serait repassé quand la lessive de chez nous sera terminée. Pendant ces disputes je gardais tout on sang-froid et parlais posement sans élever la voix c’est ce qui démontait un peu la patronne. Toute fois le mardi matin elle me posa un ultimatum que si le drap n’était pas repassé aujourd’hui elle me donnait mon congé ; pris comme j’étais elle savait que j’étais obligé de capituler ; mais de puis ce jour là je sentis qu’il fallait chercher du travail ailleurs si je ne voulais pas un jour être sans travail. Je continuais à travailler normalement ; et j’évitais toutes discussions et m’occupais de trouver une place.

Dans le début d’octobre la ferme ou venait d’arriver de nouveaux locataires fut détruite par un incendie. Nous étions couchés peut-être depuis une heure ; en tout cas nous dormions profondément quand nous fumes réveillés par une des femmes de la ferme qui venait nous appeler au secours. Comme un automate, à peine éveillé je m’habillais pour donner l’alarme au château ; pour appeler les pompiers par téléphone. Je me rendais ensuite sur les lieux du sinistre. Je me trouvais devant un immense brasier. J’y trouvais les fermiers affolés restés abattus devant un tel désastre. Tout leur foin, leur paille, leur bois et pas mal de matériel fut la proie des flammes. Presque tout un corps de bâtiment était anéanti ; il ne restait plus intact qu’un petit bout qui était la chambre à grains renfermant toute la moisson de l’année. Il fallait à tout prix sauver cela. En une minute j’organisais avec la dizaine de personnes présentes les premiers secours. Il fallait couper le feu avant qu’il arrive à la chambre à grain. Je faisais amener de l’eau avec des seaux et montais sur le toit avec une hache et je coupais sans penser au danger que je courais tout ce qui pouvait faire l’aliment du feu. Un jeune homme monta aussi sur le toit pour me passer des seaux d’eau. Quand les pompiers arrivèrent peut-être une heure après tout danger était arrêté ; il n’y avait qu’à noyer les décombres, chose qui ne put être terminé la nuit [par] manque d’eau. Je n’ai fait ce jour là rien que le devoir que chacun doit faire dans ces moments. Je suis quand même heureux de savoir que mon sang-froid n’est pas passé inaperçu ; car le lendemain le fermier disait à ma patronne qu’elle pouvait m’être reconnaissante d’avoir été là ; car en faisant ce que j’ai fait j’ai non seulement sauvé le grain du fermier mais j’ai peut-être aussi sauvé le château et ses dépendances. Au bout de quelques jours, la patronne m’annonça que pour me récompenser elle ferait poser l’électricité dans notre pavillon. Ce qui fût fait quelsques jours après. Ce malheur qui lui était arrivé la touchant assez puisqu’elle était peut assurée allait-il la ramener à de meilleurs sentiments envers ses serviteurs. C’est ce que vous n’allez pas tardé à savoir ; mais avant je ne voudrais pas oublier de dire que c’est le lendemain de l’incendie que toi petit Claude tu quittais ta maman pur venir me trouver et cela tout seul. Cela nous rendit bien heureux ta maman et moi ; mais aussi combien il faudra veiller davantage sur toi aussi. Enfin le départ de la patronne s’approchait votre chère petite maman alla enfin bientôt pouvoir se sacrifier rien qu’à ses enfants.

Après m’avoir tracé un travail impossible pour un homme seul à faire pendant l’hiver et m’avoir recommandé surtout de scier chaque jour du bois jusqu’à 7 heures ; Mademoiselle Bufnois (c’était son nom) quitta sa propriété pour rentrer à Paris ; ce jour-là fut pour votre maman et moi un vrai soupir de soulagement et nous n’avions plus qu’une idée chercher une place meilleure.Il me fallait écrire tous les samedis à la patronne une lettre en lui mettant heure par heure mon travail de la semaine. Ce que je fis seulement comme je ne scier pas de bois jusqu’à 7 heures je ne lui en parler donc pas. D’ailleurs pour pouvoir scier ce bois il aurait fallu qu’il soit abattu et conduit à la maison et à son départ, fin octobre il n’y avait d’abattu que 3 ou 4 petits arbres dans le parc. Elle m’écrivit alors des lettres ou il y avait beaucoup de réflexions ; moi je lui répondis en lui disant que [la phrase n’est pas terminée] [à suivre]


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search