S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942 (2)

Je me mis cependant au travail avec courage ; car nous étions déjà à la mi-mai et pas un légume de semés ; pas un pied de fleurs ; juste quelques orangers qui mouraient de soif et d’air dans l’orangerie. J’achetais malgré les recommandations de la patronne de rien acheter sans sa permission, du plant de tomate et de salade chez un jardinier du pays. Mais ce terrain abandonné depuis plusieurs années était usé par les mauvaises herbes et ne donnait pas de bons résultats ; et pour arranger tout un jour vers 3 heures de l’après-midi le temps qui était beau sembla se noircir d’un côté ; pas habitué au pays je n’y prêtais pas attention et tout à coup il se mit à tomber un déluge de grêle comme je n’avais pas encor vu qui saccagea le peu de bonnes choses qu’il y avait dans le jardin. Peu de temps après la patronne vient nous rendre visite justement le jour ou nous avons enfin reçu nos meubles. Pendant ces deux jours de présence elle continua à nous donner bonne impression ; et cela en nous rendant un bon service. Avec mes 450 frs par mois j’avais aussi droit à la nourriture d’une vache. Pour avoir du lait il me fallait aller à 1500 m chaque matin. Nous n’avions plus d’argent j’avais demandé à mes parents de me rendre la moitié de ce qu’on leur avait prêté c’est-à-dire 500 frs et avec cela il nous fallait vivre un mois ; et penser à la petite Solange qui allait bientôt arriver. Je décidais malgré cela d’acheter une vache en empruntant 1000 frs à la tante de Paris et 1000 frs à la patronne et sans trop de difficultés elle m’avança ces 1000 f. J’avais acheté ma vache 2200 frs avec son veau et j’eus la chance de tomber sur une bonne bête qui nous aida bien à vivre par la suite. Je l’appelais Bergère et peut-être que toi petit Claude en cherchant dans tes souvenirs de bébé tu rappeleras d’avoir bien souvent [entendu] Bergère ; tu étais haut comme une botte et tu allais la chercher et elle venait paisiblement et n’aurait pas voulu te faire de mal.

Quand nous fûmes installés dans nos meubles cela alla mieux ; nous étions heureux d’être dans nos meubles. Maman avait une bonne petite batterie de cuisine et nous faisait une bonne cuisine.

Toi petit Claude tu commençais à être amusant et tu n’étais pas méchant ; tu aimais surtout tirer sur les cheveux de ton papa ; et tu tirais pour de bon ; et puis tu riais. Presque tous les dimanches nous allions au pays avec le bourriceau ce qui te plaisait aussi beaucoup. Les deux fermes voisines de notre demeure faisaient partie de la propriété (il y en avait une troisième qui comme le jardin était abandonné depuis 1 an) nous avions été rendre visite aux fermiers et furent tous pour nous de braves gens, de bons cœurs qui nous rendirent service dans la mesure qu’ils purent tant les Germains que les Pinardy. Toute fois je ne manquerais pas de donner un plus profond remerciement à la famille Claude Pinardy dont la femme me rendit tant de petits services au moment de la naissance de Solange. Mais de tous ces braves paysans du Morvan j’ai gardé un bon souvenir. Malgré mon éloignement des miens je ne m’ennuyais pas pour le moment ; mais je sais s’il en était de même pour ma petite Marie-Anne.

Seulement il y avait pour moi une chose qui n’allait pas c’était mon travail ; malgré toute ma bonne volonté tout ce que je semais donnait un mauvais résultat et petit à petit le courage m’abandonna ; je me sentis écraser sous un travail que je ne pouvais pas faire seul. La patronne devait venir dans la propriété fin Aout et je vis qu’il m’était impossible de mettre tout en état pour ce moment là. D’un autre côté je n’avais pas de Caisse d’Assurances sociales qui voulut me prendre en compte. C’est le docteur et maire d’Etang qui finit par faire les démarches nécessaires.

Puis la naissance de Solange approchait j’avais cherché dans le pays une personne qui aurait bien voulu venir en aide à la maman pendant ces temps-là ; mais je cherchais en vain ; je trouvais quand même une personne assez agée qui me promit de venir faire la lessive de temps à autre. Les fermiers de la propriété étaient occupés par les moissons et malgré leur bonne volonté ne pouvait nous venir en aide. Je ferais donc le garde malade.

C’est donc un lundi 26 Juillet que notre petite Solange arriva, après l’avoir attendu pendant plus de 10 heures. C’est madame Diot brave sage-femme qui nous l’apporta et comme prévu je me trouvais seul avec elle au moment critique ; et quand tu fus ma petite Solange emmaillotée et déjà toute rose couchée près du lit de ta maman nous eumes tous les deux un heureux souvenir et nous nous embrassâmes tendrement. Après le départ de Madame Diot je restais seul, Solange dormait déjà ; maman reposait calmement ; et Claude sage comme toujours dorait sagement. Je me mis à accomplir la tâche que je m’étais assumée pour un certain temps c’est-à-dire faire la vaisselle et tenir la maison le plus propre possible que maman soit contente de moi. Et puis j’avais toi ma petite Marie-Anne à soigner, toi ma toute petite Solange qui était si fragile et puis ce petit Claude qui regardait avec grande curiosité sa petite sœur dans sa voiture.

Dans la nuit qui suivit cette heureuse journée je fus réveillé par un bourdonnement insolite c’était un énorme frelon qui voltigeait dans la chambre. Nous eumes maman et moi bien peur car les piqures de ses animaux sont mortels. Je réussis à le tuer sans incident ; et le lendemain j’en découvris tout un nid dans la tourelle du pavillon. Le lendemain la sage-femme revient faire la toilette et partit en disant à la maman de ne pas se lever avant 9 jours. Mais de dans son lit la maman ne pouvait pas donner les soins à ses petits comme il lui plaisait et le sixième jour elle se leva un peu l’après-midi et hélas dans la soirée elle fut prise de faiblesse. Madame Diot appelée en toute hâte, vient de suite et nous réconforta et recommanda à votre petite maman d’être prudente et de se fortifier avant de se relever. Je fis tout ce qu’il m’était possible de faire pour réconforter ma petite femme tant en aliments qu’en paroles. Je fis même la lessive quand il le fallut. Et je me rappelle fièrement quand j’emmaillotais la petite Solange elle avait trois jours. Tous les soirs je me couchais tard et n’aurais pas voulu me coucher sans avoir fait la vaisselle ; le soir j’étais bien las mais je n’aurais pas voulu me plaindre car d’autres n’avaient-ils pas soufferts avant moi. Je gardais toujours près de ma petite Marie-Anne le sourire et lui donnais les soins le plus tendrement possible mais à présent je devine combien ont du te peser lourd à toi femme bien-aimée les longues heures de cette période et je sais que tu as eu des moments de découragement car parfois quand j’arrivais dans la chambre tu avais les yeux mouillés de larmes ; et je te comprends ma pauvre petite car tu étais réellement seule et tu pensais à juste raison qu’il y avait là-bas deux mamans qui auraient été heureuse d’être près de toi et t’aurais rendu tant de services. Cela chérie a été pour nous une bien dure période et tous les deux courageusement, nous n’avons pas désespérés. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 15 mai). S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942 (2). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search