S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942(1)

Avant de continuer ce qu’a été la vie politique de la France je veux chers petits vous dire ce qu’a été la vie de votre maman et papa depuis ce 6 août 1932 où Dieu a uni deux êtres qui s’aimaient tendrement. J’ai arrêté ce récit à la date de la mort de ma pauvre Germaine ; triste malheur qui rendit mon père plus juste alors avec moi. Quelsques huits jours après ce douloureux évènement nous quittons tous les deux les Grandes Ventes pour aller à Bénodet ou devais être célébré notre mariage ; décidés qu’après notre mariage nous tacherons de trouver une place en Bretagne ; ma petite fiancée ne voulait pas revenir cher Mr J.P ; cela était décidé depuis longtemps. Nous fixâmes notre mariage au 6 Août. Les jours qui précédèrent ce jour, immémorable pour nous deux ; furent employés aux préparatifs. Ma petite chérie choisit une charme robe blanche toute simple qui lui alla à ravir. Moi comme tous les mariés je m’habillais en noir. Et hélas là votre papa eu une preuve infinie de l’affection que me vouait votre chère maman. C’était, je m’en souviendrais toujours le jeudi d’avant notre mariage ; nous étions tous les deux seuls à la maison. J’appelais ma petite M.A et l’a priée de venir s’assoir près de moi et là moi en pleurs je lui confiais qu’ayant sacrifié le peu d’économies que j’avais pour que ma sœur chérie puisse [avoir] son dernier sommeil dans sa terre natale, je ne pouvais lui rendre l’argent de mon costume que votre maman m’avait avancé à Quimper moi ayant oublié mon porte feuilles ce jour là et au retour comptant la somme qu’il me restait je fus devant un problème critique. Je crois me souvenir que deux solutions se posaient  la 1° je pouvais rembourser ou presque ma petite-Marie-Anne mais j’étais se qu’on appelle faucher et n’avouer qu’à mon mariage 2° avouer tout de suite à ma petite fiancée la situation ou je me trouvais. Confiant dans l’amour de mon cher trésor c’est donc la deuxième que je résolus d’employer ; et la réponse de ma bien-aimée sorti de sa bouche sans une seconde d’hésitation : Ne pleure pas chéri cela je le savais ; je ne t’en aurai jamais parlé ». Vous voyez donc chers petits que c’est uniquement par amour que votre maman si dévouée a uni sa vie à la mienne ; puisqu’elle ne me demandait qu’une chose mon cœur et mon amour fidèle ; et c’est tout ce que je pouvais lui donner en ce jour du 6 Août 1932. Votre maman me connaissait assez pour savoir que j’étais travailleur, courageux, et sobre. Cela lui a suffit ; je peux espérer que jusqu’à lors j’ai su me montrer envers ma femme bien-aimée digne de garder le droit de porter ces trois qualités.

Le 6 Août arriva enfin ; nous l’attendions depuis si longtemps ce beau jour. Notre mariage fut tout simple voulant tous les deux malgré notre bonheur, se souvenir dans notre trop récent deuil. Deux oncles et quelques tantes de Bénodet vinrent se joindre à nous plus quelques amis. De chez moi il leurs avait été impossible de venir. J’avais espéré pendant un moment que le cousin Maurice vienne comme garçon d’honneur mais il ne put pas venir.

Mais pour nous deux simples tous les deux nous n’avions pas besoin de chichis et c’est d’un oui venant du fond du cœur que nous unimes nos deux vies aussi bien devant le maire que devant le prêtre. Nous nous accordâmes quelques jours de vacances et nous nous mimes en devoir de chercher une place. A notre grand regret nous ne trouvimes pas satisfaction dans la Bretagne que pourtant j’aimais beaucoup. C’est dans l’Anjou que nous échouâmes dans les premiers jours de septembre moi comme valet de chambre et Mimi comme cuisinière. C’était un petit château tranquille 2 maîtres + 2 enfants et une bonne d’enfants ; mais beaucoup d’invités surtout pendant les chasses et de plus il manquait le matériel pour faire de la cuisine comme aux Grandes Ventes où il y avait tous les ustensiles nécessaires ; c’est cela qui manqua à ma petite femme et qui lui fit rapeller ce qu’elle avait quitté. Nous avions toujours resté en bonne amitié avec Mr et Mme J.Paul qui nous avaient même dit que si parfois l’on voulait revenir chez eux de ne pas craindre de leur écrire c’est [ce] que nous fîmes au bout de trois semaines.

Fin Septembre nous étions de retour à Gavray et nous étions heureux de reprendre le travail à notre ancienne place ; car si Madame Jean-Paul n’était pas toujours de bonne humeur il n’en était pas de même de Mr Jean-Paul qui a été pour moi le meilleur de mes maîtres que j’ai eu. Je me plaisais beaucoup à travailler avec lui ; nous nous sommes toujours parfaitement entendus. Ma petite Marie-Anne fut aussi heureuse de retrouver sa cuisine et toutes ces ustensiles. Nous étions payés 600 frs par mois, nous n’étions pas gourmands, cela nous suffisait.

Dans le début de Novembre votre maman tomba malade et même assez gravement car c’était un début de dyphtérie elle fut heureusement soignée à temps ; le mal enrayé mais elle fut hélas huit jours bien souffrante. Je lui prodiguai tous les soins qu’il m’était possible mais hélas je ne pouvais rien faire pour partager ses douleurs. C’est pendant cette maladie qu’elle me dit qu’une ancienne cuisinière de la maison lui devait une petite somme d’argent que celle-ci lui avait empruntée pour faire un peu la noce. Comme moi ma petite Marie-Anne a bon cœur et ne savait rien refuser ; je fus plus d’un an avant de récupérer cette somme. Je sais qu’il est des moments ou l’on se trouve gêné par l’argent et si quelqu’un venait encor me demander de l’aide pécuniaire pour certaines bonnes choses je ne saurais y refuser ; mais là n’était pas le cas puisque c’était pour la boisson ; c’est pour cela que j’ai mis tant d’acharnement pour revoir cet argent. Dans le début de 1933 nous eûmes le bonheur de savoir qu’au mois d’Août nous serons l’un et l’autre papa et maman. C’est alors que plus que jamais je veillais tendrement sur ma petite Marie-Anne ; lui évitant le plus possible de peine dans son travail. Au mois de Juillet elle vient se reposer dans une chambre de mes parents en attendant l’heureux évènement qui le 9 Août nous donnait notre petit Claude. Oui c’est toi petit Claude qui vient apporté un nouveau lien à notre union et sois sur que tu veux bien reçu ; tu fus entourer de tendresse et de jolies choses que beaucoup d’enfants ont pu envier. Ton baptême fût une belle fête familiale ou je réussis à réunir toute la famille sauf ton oncle Robert ; et ma marraine qui n’était pas venue à Gavray depuis mon baptême vint pour le baptême de mon fils. Je fus heureux d’offrir pour ma famille ce que je n’avais pu faire pour notre mariage. Une seule chose me fit un peu de peine c’est que ma petite femme chérie et ma chère maman furent bien peu de temps à table pendant le repas ; maman n’ayant pas voulu que je prenne une personne pour leur aider à la cuisine. Puis vint le moment où le retour de nos patrons partis en vacances arriva et il fallût faire un grand sacrifice surtout pour une maman celle de te [Claude] mettre en nourrice. Nous avions trouvé une nourrice qui pour 250 frs par mois veillerait sur toi. Elle le fit très consciencieusement. Mais à présent que j’ai vu grandir toujours près de nous Solange et Bertrand je sais que nous avons perdu la douce joie de voir les premiers ébats de notre premier bonhomme. C’est pour cela que nous devons remercier Dieu de nous avoir envoyé un an après la belle petite Solange. Certes cela fut pour nous un grave problème, Je demandais à Mr Jean-Paul de nous permettre de te prendre toi Claude avec nous ; mais ayant eu déjà pas mal d’ennui avec des ménages avec enfant auparavant il n’y eu pas moyen. Il nous fallait trouver une autre place. Nous fûmes longtemps à la trouver et hélas elle ne fut pas bonne ; et légèrement payée ; mais pour cette année là ils nous étaient difficile d’en trouver d’autres parce que l’on commençait déjà pas mal à refuser les bonnes places aux ménages avec des enfants ; voilà ou en était arrivé l’aide à la famille française. Ayez des enfants c’est très beau mais débrouillez-vous pour les nourrir nous nous ne voulons pas d’enfants chez nous. J’étais en pourparler avec surement de bonnes places mais dès que j’annonçais que bientôt j’aurais deux bambins c’était fini la porte se refermer. Nous fûmes donc obligés de prendre cette place en Saône et Loire comme jardinier à 450 frs par mois plus le lavage et le repassage pendant la présence des maîtres. Au début de mai 1934 nous quittons de nouveau Gavray emportant cette fois avec nous et pour toujours notre petit Claude qui pleura tout le temps dans le train ; ne connaissant même pas sa vraie maman ; tu avais alors 9 mois ; heureusement tu oublias vite ta nounou et bientôt tu nous fis grâce de tes sourires. Nous passâmes quelques jours à Bénodet et ensuite nous allâmes à Paris pour acheter notre cher petit ménage que nous avons à présent ; et nous atterrimes vers le 10 mai à Etang sur/Arroux avec quelques sous seulement.

A Paris nous avions été rendre visite à notre nouvelle patronne ; celle-ci jeune demoiselle d’une vingtaine d’années nous a fait une très bonne impression ; nous partions donc tous les deux je crois assez confiants dans notre place. Nous savions que nous serions isolés mais cela ne nous dérangeait pas nous y avions été habitués aux Grandes Ventes. A la gare d’Etang s/Arroux lieu de notre nouvelle résidence nous fûmes reçu par le régisseur ayant comme tout véhicule qu’une petite charrette à âne et nous avions 5 kms à faire ; la voiture fut vite remplie par les bagages il resta juste une petite place pour la maman qui était bien fatiguée. La route me parut bien longue pour la première fois mais nous arrivâmes quand même ; et nous fîmes notre entrée au château de Vaux qui devait nous laisser de si mauvais souvenirs.

En attendant que notre ménage soit arrivé nous fumes logé au château. Nous n’avions rien pour faire la cuisine ; nous ne pûmes pas arrivé à trouver une casserole comme feu nous avions notre lampe à alcool et un réchauf à charbonnette. Que votre petite maman a été malheureuse pendant ces jours-là. Enfin nous avions été visité le pavillon qui plus tard devait être notre logement et quoique les pièces n’étaient pas toutes en bon état nous arriverons à bien nous installer ;j’avais bien demander aux Galeries Barbès de nous expédier nos meubles tout de suite mais hélas ils en tiendrent guère compte et nos meubles arrivèrent un bon mois après nous.Si la patronne nous a fait bonne impression il n’en a pas été de même de l’aspect de la propriété. D’après ce qu’on m’avait dit le jardin devait être bêché et même commençait d’ensemenser et je me trouvais devant un jardin potager en abandon et rempli de chardons. Puis les conversations que j’eus avec différents habitants du pays n’étaient pas pour me rassurer, car depuis plusieurs années cette demoiselle trouver bon plaisir à prendre un jardinier pour l’été et lui donnait congé pour l’hiver. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 16 mai). S/d entre le 5 et le 21 Avril 1942(1). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nips

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search