Pour ne pas conclure

« Les images se sont imposées, dans les deux dernières décennies, parmi les matériaux habituels de l’historien contemporain, aux côtés des sources manuscrites, imprimées ou orales »[1].  Alors que j’arrive au terme de cette entreprise d’égo-histoire, cette citation de Christian Delporte résume pleinement mes choix méthodologiques et la diversité des corpus que j’analyse depuis une dizaine d’années. Je n’échappe pas à cette griffe du temps et ce bain scientifique laissés sur mon travail d’historien de 4e génération, qui s’est construit dans les années 2000. Les outils, appréhendés depuis le Master, se sont combinés pour éclairer au mieux l’objet d’étude. Les sources convoquées dans la plupart de mes travaux relèvent autant de documents écrits, que d’entretiens de témoin ou d’images, qu’elles soient dessins, posters ou affiches. L’historien contemporain est un être pluriel, multipliant les « matériaux » et les outils pour les décrypter. Au-delà de mes accointances avec le monde de l’image, issues de mes passions photographiques adolescentes, aurais-je pu échapper à la nécessité de me tourner vers ces sources ? Si l’image, qu’elle soit diffusée sur papier ou sur écran, qu’elle relève du jouet ou de la sculpture, n’est pas propre à la période contemporaine, elle s’est largement développée durant celle-ci, forte de moyens de production et de diffusion nouveaux et d’une culture de masse qui en use. Dès lors, peut-on être historien contemporain et délaisser les images ? Elles disent le réel d’une époque, la relation d’une société avec son temps autant par ce qu’elles montrent que par le contexte de leurs énonciations. Au-delà du montrer, elles révèlent, au sens photographique du terme, c’est-à-dire par couches successives d’analyse, le sens et la relation au monde qu’un individu, un groupe ou une société entretient avec son époque. Elles reflètent les imaginaires sociaux, faits de relation à l’Autre et à Soi-même, de pratiques sociales valorisantes ou méprisables, de valeurs dominantes ou marginales, etc, en même temps qu’elles les façonnent, fortes d’enjeux politiques, nationaux, sociaux ou commerciaux. Si, en introduction, je m’interrogeais sur le fait de participer à une histoire culturelle innovante dans le champ des STAPS en convoquant les vecteurs de la culture de masse où l’image est omniprésente, je réviserais ma position en avançant l’idée qu’elle n’est pas innovante, elle est d’actualité.

 

Prendre de la hauteur sur son itinéraire scientifique, circonscrire sa posture professionnelle, cerner les éléments personnels et contingents qui la construisent et repérer le fil invisible qui unit les projets sont au cœur de l’égo-histoire. Pour celui qui se soumet à l’exercice, la richesse de cette introspection réside dans le fait « d’expliciter, en historien, le lien entre l’histoire qu’on a faite et l’histoire qui vous a fait »[2]. C’est une mise en ordre, en un temps donné, de ses idées, ses résultats, les concepts et les théories utilisées, ses méthodes privilégiées. C’est un bilan et un état d’avancement de sa réflexion et de son cheminement intellectuel. Pour ceux qui lisent ce récit, il leur permet d’identifier qui se cache dernière l’historien, la logique et la cohérence qui le guident pour saisir finalement « d’où il parle ». S’il fallait le dire en peu de mots, je dirais que je fais une histoire des bains culturels et de leurs appropriations générationnelles et individuelles. En cela, il s’agit d’un parcours d’historien, versé dans l’histoire culturelle, qui glisse du Sens vers le Sensible. Toutefois, ce récit n’a pas valeur testamentaire et ne clôt pas définitivement les portes que l’on n’a point encore ouvertes. L’historien peaufine sa trace tant qu’il garde sa motivation pour l’intrigue.

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Pour ne pas conclure," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 23/10/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/964.

________________________________________

[1] C. Delporte, « Images », In C. Delporte, J-Y. Mollier et J-F. Sirinelli (dir), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010, 419-423, 419.

[2] P. Nora (dir), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, 7.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search