L’image en histoire : dépasser l’illustration

L’image est longtemps restée dans les dernières strates des sources utilisées par les historiens contemporains ; l’analyse de l’image étant l’apanage des historiens de l’art. L’avènement de l’histoire culturelle et l’expansion des médias ont modifié cette donne et le champ de l’histoire du sport n’y échappe pas. Toutefois, il faut dépasser les frontières des techniques d’analyse spécifiques à un type d’images (photographie, cinéma, BD, etc.) pour entrer avant tout dans une démarche de questionnement des contextes et valeurs du temps étudié. « La vraie question est de savoir si, oui ou non, l’image est un outil pour mieux comprendre les usages, les pratiques, les habitudes culturelles, mais aussi pour appréhender avec davantage de pertinence les sensibilités et les valeurs, les imaginaires communs, les croyances ou la construction des mémoires, au total les comportements collectifs des sociétés » [1]. La légitimité méthodologique réside dans cette interrogation des contextes de production et d’usage, l’image passant ainsi du statut de simple illustration à celui de source, référencée et analysée. Les réflexions investissent de ce fait la fonction sociale des images « […] car l’image, quelle que soit l’époque, révèle les modes de pensée d’une société »[2], façonne ou renvoie à l’imaginaire d’une période. Mes premières tentatives, lors du master en 2005, peinent à s’approprier complètement la méthode en privilégiant les processus de communication et de signification plus que les contextes d’énonciation. C’est-à-dire l’utilisation presque exclusive d’une focale dénotative et connotative du sujet regardant[3]. Je questionne peu le pourquoi de ces connotations en cette année 2005. C’est pourtant dans l’analyse des relations entre le montré et le reçu que peut se faire l’histoire des représentations d’un temps donné ou, dans le procès d’acculturation qui m’anime, apprécier si le monde représenté obtient du crédit ou non auprès du regardant. On touche ainsi à la connaissance des codes de lecture des représentations (sont-ils propres à une époque, à un groupe social, etc.), c’est-à-dire l’appréciation des liens entre signe et signifié qui relèvent tout autant d’un construit social général, d’une culture parfois très clivée que d’une culture individuelle[4]. Dès lors, dans toutes les représentations ayant pour intention de convaincre, laissant peu de place aux errances des interprétations, le décryptage du message et une connaissance approfondie des acteurs qui l’émettent deviennent fondamentaux pour comprendre les intentions qui les animent, la culture qui s’y transmet. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "L’image en histoire : dépasser l’illustration," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 23/10/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/949.

______________________________________________________

[1] C. Delporte, « L’histoire contemporaine « saisie » par les images ?, In C. Delporte, L. Gervereau et D. Maréchal (dir), Quelle est la place des images en histoire ?, Paris, Nouveau Monde, 2008, 55-64, 59.

[2] C. Delporte, « De la légitimation à l’affirmation », Ibid., 7-12, 12.

[3] R. Barthes, « Eléments de sémiologie », Communications, Recherches sémiologiques, Paris, Seuil, 1964, n° 4, 91-135.

[4] Les concepts développés par R. Barthes montrent les dimensions à la fois partagées et individuelles de la relation à l’image. Roland Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search