Appropriation méthodologique

Au-delà des éléments problématiques qui les réunissent, mes travaux s’agrègent également par la large exploitation qu’ils font des sources iconographiques et de l’analyse de l’image pour écrire l’histoire. Des photos de Trip Surf, pour le master, SLC et MAT, pour le doctorat, aux œuvres cinématographiques et planches de l’album de Marcel Couchaux, les décryptages dénotatif et connotatif servent ainsi ma méthodologie de recherche. Il est vrai que lorsque l’on s’intéresse à la culture de masse qui, dans la première moitié du XXe siècle « avait pris progressivement ses couleurs »[1], pour devenir une « Tierce Culture »[2] dans la suivante (cf. supra), on échappe peu à l’image. La culture de masse devient, en effet, très largement une culture médiatique[3]. L’empreinte est d’autant plus forte que les médias sont plus nombreux, dans le second XXe siècle[4], marquant les représentations collectives, produisant de nouvelles normes et permettant l’accès à un degré d’informations supérieur qui tend à se mondialiser[5]. D’ailleurs, la génération du baby-boom et les suivantes furent les premières à vivre « à travers un flot d’images et de sons, la présence physique et quotidienne de la totalité du monde »[6]. Particulièrement par les images, la nature « esthético-ludique » de cette culture sollicite l’imaginaire, entendu comme sens donné au réel[7], transmet un ensemble de normes, symboles et mythes[8], qu’il s’agit alors d’analyser dans une époque donnée et selon un vecteur particulier ou le croisement de plusieurs d’entre eux. C’est pour toutes ces raisons que mon positionnement scientifique a amplement fait un choix d’ouverture « vers les objets et les images, même dans des domaines où jusqu’à il y a peu on n’étudiait que les textes »[9].

Enfant de la télévision, je peux trouver dans le petit écran le levier déclencheur de ce versant méthodologique. Toutefois, sans nier l’intérêt que j’ai eu à partager avec mes parents ou mon frère, Bonne nuit les petits, Aglaé et Sidonie, le premier pas sur la Lune, les westerns du mardi soir, le tournoi des cinq nations, le Tour de France, Les dossiers de l’écran, Au théâtre ce soir, Thierry la fronde, Jacquou le Croquant, le film du dimanche soir ou La piste aux étoiles, je n’ai jamais été un grand téléphage. Il ne me reste de ces moments qu’une passion invétérée pour les matchs de rugby du tournoi des six nations. Si mon père n’est plus présent pour m’expliquer toutes les subtilités de ce sport de combat collectif, tous les hivers je croque, plein de frissons, dans cette madeleine de Proust. Nonobstant, l’introspection me guide plutôt vers un souvenir incongru au cœur de mon enfance, entre 7 et 9 ans. En cette fin des années 1960, mon oncle Jacques et ses amies, de la ferme voisine, investissent une ancienne poussinière pour en faire leur jardin secret, leur salon juvénile, leur juke-box permanent où aucun adulte n’a droit de cité. Les banquettes, les matelas et quelques tissus donnent, dans mes souvenirs, une ambiance chaleureuse à ce lieu où résonnent les tubes des chanteurs yé-yé. Trop jeune pour saisir ce moment de communion générationnelle entre les jeunes des villes et ceux des champs par musique, lecture et culture des jeunes interposées, ma mémoire retient avant tout les posters qui jonchent les murs. Sans comprendre les subtilités de cette époque, quarante années avant mon doctorat, je vis l’épisode SLC par procuration, par la main de mon oncle qui me mène dans cette modeste cabane de bois. Enfant des posters, je le deviens ensuite dans les années soixante-dix, lorsque les motos, les affiches de cinéma puis Bruce Lee couvrent chaque recoin de ma chambre. Le chercheur échapperait-il difficilement aux marqueurs de sa génération ? Certains passage de ma thèse semblent répondre par la négative tant ils sentent le vécu : « […] la prédominance du désir et de la recherche d’originalité personnelle sont perceptibles lorsque l’on se penche sur le phénomène des  affiches et posters qui, depuis qu’ils accompagnent les revues, tapissent les chambres adolescentes. L’affiche est la concrétisation de plusieurs courants d’affirmations. Le jeune s’affirme par rapport à ses aînés en masquant les fleurs de la tapisserie parentale. Dans le même temps il expose ses goûts et aspirations spécifiques par rapport à ses pairs, en choisissant son idole ou sa marque de moto »[10].

Ma passion pour l’image naît ainsi entre un refuge campagnard de baby-boomer et une chambre d’adolescent des années soixante-dix. Il s’en suit rapidement un penchant pour la photographie qui, comme évoqué plus avant (cf. supra), devient un loisir à temps plein. Inclination qui me fait hésiter, durant mes années lycée, entre la profession d’enseignant d’EP et celle de reporter photographe. Si l’image n’est pas devenue le cœur de mon métier, elle est pourtant toujours présente… au cœur de mes corpus. En complément, mais souvent à la place de l’analyse de discours, l’analyse iconographique est consubstantielle à ma démarche de recherche. Si j’ai peiné à me défaire des corpus de la presse juvénile des années soixante utilisés durant ma thèse, « continuant longtemps après l’avoir écrite à en bégayer quelques bribes » à l’instar de Patrick Boucheron[11], la fin de ces atermoiements a permis d’apporter des preuves supplémentaires que les images ont leur place dans les corpus de l’historien. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Appropriation méthodologique," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 23/10/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/944.

[1] J-P. Rioux et J-F. ; Sirinelli (dir), Le temps des masses, le 20° siècle, Paris, Seuil, 2005, 279.

[2] E. Morin, op. cit., 1962, 10.

[3] J-P. Rioux et J-F. Sirinelli (dir), La culture de masse. En France de la Belle Epoque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002, 12.

[4] J-P. Rioux et J-F ; Sirinelli (dir.), op. cit., 2005, 279.

[5] J-F. Sirinelli, « La France des sixties revisitée », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Presse de Sciences Po, 2001, n° 69, 111-124, 120.

[6] D. Cohn-Bendit, Nous l’avons tant aimée, la révolution, Paris, B. Barrault, 1986, 10, cité par J-F. Sirinelli, Ibid.

[7] J-M. Machado Da Silva, « Qu’est-ce que l’imaginaire ? Des multiples réalités imaginales », Sociétés, 2015, no 2, 115-124.

[8] E. Morin, op. cit., 1962, 12.

[9] K. Pomian, « Histoire culturelle, histoire des sémiophores », In J-P. Rioux et J-F. Sirinelli (dir), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, 73-100, 97.

[10] J-M. Lemonnier, Doctorat cité, 2010, 39.

[11] P. Boucheron, op. cit., 2010, 92.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search