Pâques, cloches d’espérance [5 avril 1942]

Pâques cloches d’espérance [5 avril 1942]

Elles ont sonné à toute volée dans notre beau ciel de France apportant dans les foyers chrétiens la joie de la résurrection du Christ et aussi, pour tous ceux qui ont un être aimé loin d’eux l’espoir du retour si longtemps attendu de celui qui depuis 2 ans est resté loin des yeux mais bien près des nobles cœurs.

Puisque moi j’ai le bonheur d’avoir ce foyer chrétien je peux espérer qu’aujourd’hui ; lorsque ce matin toi, ma petite femme bien-aimée, toi mon grand Claude chéri, vous êtes allés vous agenouiller devant le saint autel pour demander à Dieu de venir prendre possession de votre cœur ; vous lui avez imploré les mains jointes de faire tout pour mon retour ; et cela a été pour moi le plus grand réconfort dans ma grande solitude de savoir qu’aujourd’hui moins que jamais j’étais invisible mais présent dans vos pensées. Oui chéri je voudrais que tu m’entendes te dire qu’à présent ton Roger plus que jamais a mis son espoir dans la bonté divine. Et c’est pour que plus tard, peut-être bientôt, tu puisses lire qu’elles ont été les pensées de ton petit dans ce jour de Pâques 1942, que ce soir je viens de nouveau confier à ce cahier mes impressions car écrire cela n’est-ce pas parler un peu avec toi ma douce compagne, n’est-ce pas te donner une preuve que la pensée de ton cher Roger est sans cesse vers toi mon aimée, vers vous mes chers petits. Là ou je suis, grande ferme isolée, j’ai vu ce matin un ciel à peu près beau me disant que ce Pâques devait être beau sous le ciel Français. Quelle espérance pouvais-je avoir pour ce beau jour ; aucune. Mon changement de Kommando ne me permettait pas d’espérer une lettre ; oh une lettre courte, feuille de papier apportant à chaque fois tant de réconfort ; combien tu es attendue ; n’es-tu pas la seule chose qui viendra adoucir ma solitude ; car malgré ma volonté, mon courage, je suis bien obligé de constater que je suis seul, bien seul, loin de tous ceux que j’aime ; seule la présence de vos chères photos me permet d’adoucir mes regards sur quelque chose que j’aime ; c’est ici ma plus grande joie celle de vous contempler, de vous couvrir de baisers.

J’ai ce matin fait ma chambre et ma lessive. J’ai aussi adressé à Dieu ma prière ; que je renouvellerais tout à l’heure. Après déjeuner je suis pari au Kommando dont je fais parti avec l’espoir d’y écrire la lettre que j’avais préparé hier soir. Il y a à ce Kommando des camarades que je connais encor très peu puisque c’est la 2eme fois que je les voies aujourd’hui ; et je suis très heureux de pouvoir aller là-bas le dimanche pour parler ; mais aujourd’hui grande a été ma joie d’y trouver une lettre de ma bien-aimée ; cette lettre qui est venue me dire ne perds pas courage chéri ta petite M-A t’aime toujours aussi fidèlement et aussi courageusement ; mieux encor elle vient cette chère missive remettre de l’espérance dans mon cœur en me disant qu’encor une fois malgré deux échecs tu essayais de me faire libérer. Certes, chérie, ton Roger sait que peut-être aujourd’hui plus que jamais cela est difficile ; mais puisque ce doux espoir vient de toi je vais être encor plus courageux dans ma solitude et qui a confiance en Dieu doit toujours espérer.

Je cherche en vain qui pourrait nous donner cette joie ce bonheur de réunir de nouveau deux êtres qui mêmes dans les pires moments n’ont pas désespérés. Car oui ma petite femme chérie nous devons toujours garder intact dans nos cœurs l‘amour pur et fidèle que nous nous sommes jurés il y a plus de 13 ans ; et que cet amour nous l’avons uni il y aura bientôt 10 ans dans un doux lien que rien ne pourra briser hors Dieu qui seul peut nous rappeler à lui. Tu me dis aussi chéri que je te retrouverais pareil que lorsqu’il y a plus de 2 ans je t’ai quitté. Non, ma petite Marie-Anne, pour moi tu ne seras plus la même ; tu seras pour moi quelque chose de plus grand, de plus sublime puisque tu auras été la compagne fidèle et aussi surtout la vraie maman française ; celle qui aura lutter pour subvenir dignement à nos trois petits enfants fruits de nos amours. Oh combien je plains ceux de mes camarades de captivité qui n’ont pas eu le bonheur d’unir leur vie à une femme loyale ; si toute fois eux sont restés fidèles

Donc chère bien-aimée quand ton Roger reviendra, il veut que par sa tendresse, que par son affection il te récompense de cette dure tâche que tu auras assurée seule loin de tous parents. Seules personnes capables d’apporter un soutien moral et cela chérie je saurais te montrer que ton Roger a compris même sans les voir toutes les peines, tous les mauvais moments que tu as endurés et alors ce flot de doux mots et d’amour viendront de nouveau inonder ton cœur de femme bien-aimée et dans notre cher foyer renaitra des jours de joie et de bonheur et cela parce que nous nous aimons sincèrement, loyalement, fidèlement.

J’espérais pouvoir dès aujourd’hui confier à une lettre quellesques douces [pensées] hélas nous n’avons qu’une carte à écrire et je trouve cela si petit pour toi ma petite Marie-Anne à qui j’ai tant de choses à confier, que j’ai préféré l’envoyer à Talence ; car qu’est-ce qu’une carte de huit lignes pour dire à sa femme chérie tout ce que le cœur de Roger ressent et souffre de ne pouvoir vivre près de celle qui a été sa compagne des mauvais et des beaux [jours] de notre vie conjugale. Après avoir bavardé un peu et fait une partie de cartes je suis rentré dans ma chambre relire plusieurs fois la douce missive qui est venue m’adoucir ce jour de Pâques ; ce beau jour qui était si doux pour nos petits et nous lorsque nous étions l’un près de l’autre dans notre petit nid meublé certes très modestement mais si beau pour nous puisqu’il est la chose que nous avons acquit par notre travail et je peux même dire surtout par toi chère petite car ce sont surtout tes économies de jeunes filles qui sont là.

Dans cette missive tu me rappelles aussi chérie l’attente de ton aimé pour sa seconde permission ; oui chère amour ces dates reste à jamais gravé dans mes mémoires ; car à l’approche de ce jour ou tu pouvais espérer que ton Roger serait près de toi ton cher petit cœur comme le mien battait plus fort d’allégresse et de joie ; nous étions l’un et l’autre un peu inquiets de penser que cet espoir n’aurait pu être qu’un rêve si quelque chose se produisait dans ces moments ; c’est pour cela que nous étions réellement sur de nous retrouver que lorsque nous étions dans les bras l’un de l’autre. Mais hélas si les derniers jours d’attente nous semblaient [longs] ; combien nous semblaient courts les 10 jours que je passais près de toi. Il me semble maintenant qu’ils n’étaient rêve ; certes un beau rêve rempli de tendresse et d’amour. Puis de nouveau cela a été le départ de ton Roger malgré toutes les choses qu’il a vu depuis garde toujours devant ses yeux la vision, si chère pour moi puisqu’elle est une preuve de ton amour, de ma petite Marie-Anne pleurant sur le lit ou nous venons de passer des heures si douces, si tendres. Ton Roger vient de nouveau te consoler en te serrant sur son cœur en te disant sa raison de ne pas désespérer et bien vite petite femme française aimante et patriote tu as repris courage et refoulé tes larmes pour que ton Loulou repartes courageux ou son devoir l’appeler. Puis le soir cela a été à Quimper non pas l’adieu mais le revoir de deux cœurs aimants qui se séparent de nouveau confiants dans la destinée de leur patrie. Car oui chérie je disais toutes les raisons qui me faisaient espérer notre victoire ; car j’ai toujours eu la conscience trop droite pour pouvoir penser que nos dirigeants qui se proclamaient les pionniers de l’honneur et de la justice ; puissent lancer aveuglement son peuple dans une bagarre qui est devenue le plus grand malheur que notre pays est jamais connu. Comme tant de Français ton Roger a été trompé.

Puis avant de me quitter ma petite Mimi me demande une promesse celle de ne pas m’exposer volontairement au danger et cela ton Roger te l’a promis en te disant qu’il ne ferait son devoir loyalement. C’est ce que ton Roger a fait hélas pendant si peu de jours puisqu’après 9 jours de combat une balle le frapper à son poste qu’il lui avait donné en confiance le capitaine commandant le 3e groupement. Cette blessure elle est pour moi une fierté ; car c’est un peu de mon sang que j’ai donné pour ma Patrie.

Maintenant je me demandes pourquoi ma petite chérie me rappelle de nouveau cette promesse. Que crains-tu ? c’est pour moi le mystère. Pour moi je penses qu’enfin bientôt le monde humain comprendra que trop de sang a déjà coulé et que cette triste guerre cessera rendant le monde entier réfléchi et moins égoïste. C’est cela que de tout mon cœur je demande à Dieu. Je me dis que mes années de captivité me seraient légères si après mon retour j’avais la certitude que nos fils n’auraient pas à craindre ces tristes choses.

Combien seront nous à avoir compris cela. Tout cela [est] le grand problème qui se posera ; ah si les jeunes étaient instruits d’après les principes de notre cher Maréchal ; la France pourrait vite espérer des jours meilleurs sans esprit de haine ; ni de vengeance ; mais hélas la captivité qui se prolonge pour des camarades qui ne veulent se donner la peine de réfléchir gène beaucoup ce rapprochement de peuples qui tant les uns que les autres ne sont pas venus sur terre pour mourir sur les champs de bataille. Je devine aussi que si cette captivité se prolonge c’est surtout parce qu’il y a encor en France trop de monde qui n’a pas souffert du fléau ou qui n’a pas d’êtres chers derrière les barbelés alors pour eux les prisonniers sont oubliés ; ces gens-là ne songes plus qu’à leur intérêt personnel et craignent que le retour de ce million et demi [de] prisonniers vienne permettre à la France de se remettre dans le droit chemin ; car ils n’espèrent qu’une chose et ne veulent qu’une chose c’est leur grande liberté même si cette liberté l’hôte à 1500000 vrais Français qui attend impatiemment mais courageusement l’heure de reprendre leurs places aux foyers et refaire de notre belle France un pays de travail et d’honneté.

Voilà chère Bien-aimée mes impressions dans ce jour de Pâques ; loin de toi j’essais de m’endormir, que ne puis-je dormir toujours et ne me réveiller que près de toi pour te rendre le bonheur et la joie que malgré tout Dieu voudra bien nous donner puisque nous croyons en lui et que nous aimons.

Tendrement, affectueusement j’embrasse votre cher visage à vous mes quatre chéris ; et je terminerais par les paroles écrites sur notre bel insigne du 105e RHL : A cœur vaillant, rien d’impossible ; et je suis certain que toi comme moi ne faillirons pas à ces paroles n’est-ce pas ma Marie-Anne chérie. J ai abandonné depuis quelques temps mon cahier pour nos enfants mais je vais le reprendre avec plus de courage que jamais puisque tu viens mettre un peu d’espoir dans mon cher cœur. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 17 mai). Pâques, cloches d’espérance [5 avril 1942]. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipt

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search