Ciel gris sur la Saxe (making-off)

Ce texte intègre les commentaires du biographe au fil de l’écriture du chapitre 2, que cela soit en lien avec ses ressentis, ses doutes sur la valeur du témoignage ou la pénurie des sources. Les encarts grisés correspondent à ces notes méthodologiques.

Trouver une citation à mettre en exergue. Peut-être P. Ambrière ?

On a embarqué durant le mois de Novembre, tu vois, en wagons… en wagons normaux, tu vois. Je suis donc arrivé au Stalag Altengrabow qui s’appelait le stalag XI A[i].

Roger distille trop peu d’éléments dans les sources pour qu’ils se suffisent. Il est nécessaire d’intégrer d’autres témoignages et d’autres travaux pour replacer son parcours dans cette grande migration. Le ton doit rester toutefois proche d’un témoignage oral, comme si Roger était témoin et historien de ce récit modal. Il y mélange son carnet, ses dires face caméra et d’autres témoignages ou documents.

C’est principalement par le train qu’on arrivait ici, même si quelques-uns avaient ponctuellement pris le bateau[ii]… Mais tous ne sont pas venus en wagon de voyageurs, beaucoup furent entassés dans des wagons à bestiaux avec peu de ravitaillement.

De la même façon, le transfert d’autres prisonniers vers d’autres stalags doit replacer son trajet dans cette plus vaste expatriation.

Pour certains, le trajet dura presque trois jours, dans des wagons de marchandise français qui portaient honteusement alors ‘40 hommes debout – huit chevaux en long’… chacun avait reçu au départ un pain entier, pain qui avait la forme d’un cake, la saveur en moins[iii]. Ce n’était pas un voyage d’agrément pour nombre d’entre nous. Joseph Priestz, qui fut lui interné au stalag VIII C, se souvient de cette grande transhumance de l’Histoire :

« Nous roulâmes une nuit et un jour, sans manger dans un véhicule découvert, traversant le Nord de la France, les Ardennes, la Wallonie. Je me souviens être passé à Rocroy, Brouilly… J’étais ‘vide’ physiquement et intellectuellement, dans un état de prostration et d’hébétude »[iv].

Pour d’autres, le moyen de locomotion change au fil des étapes. La marche de longue haleine n’est pas rare et harassante pour les organismes. Louis Bodez, au stalag VIII C lui aussi, en témoigne au Mémorial de Caen :

« Ce fut la longue marche qui nous emmena jusqu’à Givet, sur la Frontière Franco-Belge. Avec les détours, cela faisait pas loin de quatre cents kilomètres en passant par Nogent sur Seine, Guise, Sézanne, Laon, etc… avec des étapes variant de quarante-deux à soixante kilomètres par jour et qui nous mettaient dans un état d’épuisement total. Quand nous traversions des villages, les habitants nous mettaient des seaux d’eau pour que nous puissions nous abreuver mais nos gardiens les renversaient d’un coup de pied »[v].

En continuité, il est nécessaire de quitter les archives du Mémorial pour insérer d’autres types de documents et de représentations devenus, au fil des controverses épistémologiques, des sources historiques. (V. Marie, « Fragments d’une guerre dessinée. La bd historique et la Grande Guerre », Le Débat, 195/3, 2017, 176-187).

Jacques Tardi, le dessinateur[vi], met tout cela en images en s’inspirant de photographies, de documents d’époques pour raconter le parcours de son père René vers le stalag II B en Poméranie, sur le littoral baltique[vii]. Les colonnes de prisonniers sont interminables dans ses vignettes en noir et blanc. Il y en a des milles et des cent des capotes et des calots, fourbus et dociles[viii]. L’épisode des seaux d’eau, raconté par Bodez, Tardi le père, il l’a vécu lui aussi, et son fils le met en scène[ix] en insérant dans le cadre, les civils, la colonne de prisonniers dans l’arrière-plan et les pleines bassines d’eau que les matons renversent.

Sur les routes, dans les wagons ou les camions, on était tu vois, près de 2 millions de loqueteux, ceux qui étaient un mois plus tôt, l’armée française, la gloire de nos 14 juillet passés[x]. Ensuite nous avons pliés l’échine et poursuivis, désabusés, notre trajet vers l’Allemagne.

Les témoignages ou les cases de Tardi, relatés pour la plupart a posteriori, attestent des souffrances de ces transferts vers les stalags. La propagande pétainiste ne distille pas les mêmes images ni les mêmes chiffres à la population. On ne peut faire l’économie de rappeler cela pour montrer que Roger fait partie de cette masse d’individus recensés et dont l’ampleur doit être minimisée par les acteurs en place.

Sur le chiffre définitif, du nombre qu’on était, il y a controverse, discussion d’experts et de politiques. L’Espoir Français, organe de propagande, met le comptage en doute en Février 1942 : « On avait dit 2000000, en réalité ils furent 1427000 »[xi]. Yves Durand, l’historien, un des premiers à avoir parlé de nous, estime qu’on a été 1850000 français capturés, soit près de 4% des habitants du pays. On a pour la plupart entre 20 et 40 ans et pour la moitié, comme moi, on est déjà marié et souvent avec une famille.

A la différence d’autres documents, Roger n’évoque pas son état d’esprit à ce moment-là dans les sources disponibles. Il est important de mettre en évidence ce thème car sa droiture est au cœur de son discours à partir de 1941 et il est probable que la défaite ait aussi altéré son moral.

Le moral, on le sent bien, est pas au mieux. Tardi représente cette lassitude à travers une colonne de captifs qui, de dos, s’éloigne vers l’Allemagne et son père qui dit : « Nous étions écrasés, pas encore tout à fait conscients de ce qui venait de nous tomber sur la gueule… Vaincus, nous étions vaincus ! »[xii]. Je suppose que mon moral n’est pas au mieux non plus, surtout après ma blessure. Plus tard, j’ai pensé qu’on allait se relever de ce naufrage. Notre pays renaitra. Pour cela, il lui faut des cœurs francs et loyaux, c’est surtout cela qui a manqué à la France[xiii].

S’il ne faut pas décrire trop longuement le camp, Roger y restant peu puisqu’il rejoint ses kommandos à Stendal, le fait qu’il y séjourne oblige à l’exercice.

Pour la description du stalag, les documents d’archives vont suppléer ma mémoire et l’absence de notes dans mes carnets de captivité.

Arrivé en novembre 1940, la neige et le froid sont présents sur le camp, la température descendant parfois sous les 20 degrés et ce n’est pas sans une certaine appréhension que les prisonniers français pénétrèrent, par une allée centrale, dans le Stalag au décor peu accueillant fait de fils de fer barbelés et de miradors[xiv]. Léopold Colombey s’en inspire pour illustrer l’ouvrage de poèmes de captivité d’Alain Taurinya prisonnier lui aussi au XI A. Sur cette couverture, le mirador est exagérément haut par rapport aux clôtures, accentuant le sentiment d’assujettissement en ce lieu[xv].

A. Taurinya, Matricule 99057, 1995

Le stalag est situé à environ 30 kms à l’est de Magdeburg et… 100 de Berlin en Saxe-Anhalt. Il a été aménagé dans la petite cité d’Altengrabow – ça veut dire vieux tombeau – sur le site d’un ancien camp militaire de la Première guerre. C’est un de ces lieux, qui se perpétuent au gré des guerres et réhabilitations carcérales, et deviennent des lieux de mémoire largement partagés par plusieurs générations de captifs comme moi. Le XI A est composé de trois zones principales : le Vorlager, constitué d’anciennes écuries, accueille les prisonniers avant leur transfert vers les kommandos. Le Hauptlager est constitué de 24 baraques. Dans ces deux zones, des cantines et des cuisines servent de lieu de ravitaillement. Le Lazarett sert d’hôpital… Le camp n’est pas forcément très peuplé car plus de 1800 détachements de travail sont associés à ce camp. Le mien est situé à Stendal un peu plus au nord. La plupart des prisonniers qui restent au camp sont logés dans des bâtiments en pierre […] Un terrain de sport existe comme souvent dans les stalags car la pratique de l’éducation physique est obligatoire alors qu’on en fait peu dans les kommandos[xvi]. Toutefois, un rapport de la Croix Rouge, de décembre 1941, dit que le camp présente de grandes lacunes et peut être qualifié de mauvais. L’hygiène du camp en particulier n’est pas satisfaisante[xvii]. Ce rapport porte à faux avec le film de propagande de Janvier 1942 diffusé en France jusqu’en 1944. Treize minutes d’actualités produites et contrôlées par le régime nazi et les autorités vichystes. La voix off porte haut la doctrine du Maréchal.

Roger est-il déjà en accord avec la Révolution nationale qui prend forme depuis Juillet 1940 comme son carnet de captivité le laisse croire ensuite ? Il me semble important de le sous-entendre sans l’assurer pleinement puisque je n’ai que des preuves postérieures aux évènements relatés.

M’y serais-je reconnu si je l’avais entendue ? : « Ces images ne tendent pas à démontrer que la vie dans un stalag est facile et douce. Non, la guerre impose des sacrifices et nous savons tous que même lorsque les prisonniers sont traités avec humanité, l’éloignement rend leur sort douloureux et pénible »[xviii].

Nos occupations, si je puis dire, y sont présentées par le menu, de l’appel des sections au départ pour le travail, non sans rappeler que « si l’Allemagne récupère des heures de travail, les prisonniers occupent des heures qui, sans activité aucune, paraitraient infiniment plus longues ». Après le travail, les hommes vont faire un peu de toilette, torses nus, souriants, alignés face aux lavabos, chacun disposant d’une bassine. A la cantine, les bols sont bien remplis et manqueraient même de déborder… Puis distribution des draps et couvertures, propres et repassés, et ensuite celle des sabots. Un condensé de nos semaines que c’est ce film, tu vois… Le dimanche, la journée débute par la douche sous l’eau chaude où les hommes nus se coudoient dans une entente cordiale. Le premier repas est pris dans la chambrée où une vingtaine de personnes autour de deux tables partagent de belles portions de pain et de saucissons. Bien entendu, les prisonniers comme les ustensiles sont propres et nets, les châlits et le poêle en parfait état.

Ce film de propagande pare le réel de la captivité d’un voile de propreté et de corps sains exhibés. En réinterprétant chaque étape de la semaine, la claustration semble assumée et le captif peu gêné de son sort. Montrer aux membres de la famille restée en France, auquel s’ajoute parfois un prisonnier libéré qui pour partie peut se reconnaitre dans le récit, le message paternaliste de la Révolution nationale fait son chemin (D. Rossignol, Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944. L’utopie Pétain, Paris, PUF, 1991).

On peut dire que notre semaine est mise en scène mais bien des objets et gestes représentés ont fait partie de mon quotidien au XI A. Par exemple, c’est le dimanche que j’écris mes lettres, comme les copains dans le film, et mes cahiers aussi de temps à autre. De même, les propos à la fin du film, l’envolée lyrique pourrait-on dire, « que la fin du conflit leur permettre de reprendre près des leurs une place trop longtemps restée vide. Puissent-ils rêver d’une Europe nouvelle enfin unie et pacifiée qui écarte à jamais de leurs enfants l’horrible cauchemar de la guerre », raisonnent largement avec ce que j’écris quelques semaines plus tard le jour de Pâques 1942, 1500000 vrais français qui attendent impatiemment mais courageusement l’heure de reprendre leur place au foyer et refaire de notre belle France un pays de travail et d’honnêteté[xix].

Avant toutes ces semaines qui se répéteront, inexorablement monotones, il y a eu, à peine descendu des wagons, tout le protocole de l’enregistrement. Celui qui met les hommes à nu, les scrute de fond en comble, les calibre et les affuble ensuite d’un numéro… On était fouillé, tondu, douché et les habits partaient à l’épouillage. Puis on établissait une fiche, sur laquelle figuraient des renseignements personnels. Par la suite, les prisonniers se voyaient attribuer un numéro matricule qu’ils allaient conserver normalement toute la durée de leur captivité[xx]. Pour ma part, j’avais le matricule 99612.

La photographie de Roger, posant avec son numéro de matricule, je ne l’ai pas encore retrouvée. Subsiste-t-elle dans quelques cartons des archives ou est-elle définitivement perdue ? L’enquête au long court donnera peut-être une réponse à cette interrogation. La véracité du numéro est cependant confirmée par les archives du SHD de Caen.

Si j’ai pas la photo où je pose derrière ce numéro, il doit bien y avoir d’autres preuves attestant mes dires. Puis ils nous ont donné d’autres trucs où sur la veste, tu vois, il y avait KG, Krieg Gefanger, ça veut dire prisonnier de guerre[xxi].

Roger évoque très peu sa captivité, qu’il trouve trop monotone pour être rapportée dans ses carnets destinés à ses enfants et à Marie-Anne. Moins encore il revient sur son parcours de soldat jusqu’à sa blessure. Il ne s’ouvre pas plus dans le film de mon frère sur sa « drôle de guerre », les ordres, les villes et les ponts traversés. Il faut faire avec cette parole incomplète, incertaine parfois et fausse sur certains aspects lorsque les preuves s’accumulent sur mon bureau. Ce sont les limites de la parole du témoin, elle est imparfaite parce qu’humaine.

Comment je suis arrivé ici en ce début d’hiver 1940 ? Je ne suis pas certain de tout me souvenir. Y-aura des trous dans le témoignage, des approximations voire des erreurs, c’est possible ? Faut faire avec ou compléter les manques par des sources moins oublieuses ou plus loquaces.

Je suis parti aux armées, à la guerre donc, le 9 septembre 1939 en tant que militaire de carrière. J’étais Maréchal des logis d’active, depuis le 6 octobre 1937, suite à mon rengagement provisoire pour trois ans à l’Intendance militaire de Nevers au titre du 105e Régiment d’Artillerie Lourde (RAL) de Bourges le 23 Février 1937. Les motivations à ce rengagement, on y reviendra plus tard ; les va-et-vient contextuels ça gêne au suivi du propos. La mobilisation du 105e, régiment d’artillerie lourde du 3e corps d’armée (CA), est actée depuis le 2 septembre 1939. On effectue alors un mouvement vers le Nord, vers la région de Béthune, et on s’installe dans le Secteur français de l’Escaut à 35 km du front[xxii]. Marie-Anne et les trois enfants sont partis pour la Bretagne. Claude et Solange sont scolarisés dans une école enfantine de Bénodet non loin de la maison familiale de ma belle-mère, allée de Kerlidou[xxiii]. Après une offensive française dans la Sarre entre le 7 et 20 septembre 1939, s’en suit la drôle de guerre ; celle où l’on attend. Je reste, avec le 105e, basé dans le Nord sur la Scarpe non loin de l’Escaut, dans le sous-secteur de Saint-Amand-les-Eaux, sous la tutelle de la 1e armée Blanchard. L’attente est d’autant plus longue que les alertes, comme celle du 14 au 16 janvier 1940, laissent penser que le combat est imminent. L’attente est d’autant plus longue que j’espère une permission comme je le raconte dans mon carnet :

« […] car à l’approche de ce jour où tu pouvais espérer que ton Roger serait près de toi, ton petit cœur comme le mien battait plus fort d’allégresse et de joie, nous étions l’un et l’autre un peu inquiets de penser que cet espoir n’aurait pu être qu’un rêve, si quelque chose se produisait dans ces moments »[xxiv]

Cette permission arrive en Mars 1940. Je rejoins Marie-Anne et les enfants en Bretagne.

Roger écrit ses mots deux années après cette rencontre de mars 1940. La charge émotionnelle est forte et son style « romantique » accentue ce ressenti. C’est la seule fois, durant les soixante-dix pages du cahier, que Roger évoque, en creux, une relation charnelle avec Marie-Anne. Etait-ce parce qu’il voulait faire lire ce texte à ses enfants qu’il y a si peu d’amour physique exprimé dans ses mots ?

Si les derniers jours d’attente nous semblaient longs, combien nous semblaient courts les 10 jours que je passais près de toi. Il me semble maintenant qu’ils n’étaient qu’un rêve. Certes un beau rêve, rempli de tendresse et d’amour… Pourquoi, le 3 mars 1940, ai-je prolongé mon contrat pour être maintenu sous les drapeaux dans l’armée d’active ?

Cette question je me l’a suis posée lorsque j’ai constaté, sur son registre matricule, que Roger avait en mars 40 prolongé son contrat. J’ai trouvé, dans un premier temps, ce geste absurde alors qu’il avait trois enfants sur les bras. Puis je me suis dit qu’il ne pouvait peut-­être pas faire autrement en temps de guerre étant militaire. Enfin, la version chevaleresque du geste de défense de la Patrie m’a effleurée. Je n’ai pas de réponse officielle et reste avec mes interrogations.

Était-ce l’envie de sauver la Patrie en danger ? Ces dix jours m’ont aidé, après, à survivre un bon bout de temps… enfin c’est ce que j’essaie de dire dans le carnet :

« Puis de nouveau cela a été le départ de ton Roger. Malgré toutes les choses qu’il a vues depuis, il garde toujours devant ses yeux la vision si chère pour moi, puisqu’elle est une preuve de ton amour, de ma petite Marie-Anne pleurant sur le lit où nous venions de passer des heures si douces et si tendres ».

Pouvais-je sauver la France tout seul ? Marie-Anne s’en inquiétait. Ma petite Mimi me demande avant de me quitter une promesse, celle de ne pas m’exposer volontairement au danger et cela ton Roger te l’a promis en te disant qu’il ferait son devoir loyalement… On a fini par se résoudre à l’évidence, il fallait remonter dans le Nord, rejoindre le 105e.

« […] bien vite petite femme française aimante et patriote, tu as repris courage et refoulé tes larmes pour que ton Loulou reparte courageux où son devoir l’appelait. Puis le soir, cela a été Quimper, non pas l’adieu mais le revoir de deux cœurs aimants qui se séparent de nouveau, confiants dans la destinée de leur Patrie »

Le 3e CA poursuit, jusqu’au 9 mai 1940, les travaux engagés depuis le 4 octobre 1939 : 131 ouvrages bétonnés, 35 km de fossé, 125 km de réseaux de fils de fer barbelés (6 à 8 rangs), 12 barrages de route. Une nouvelle alerte, sans suite, eu lieu du 14 au 21 avril. Mais à partir du 10 mai 1940, la guerre devient moins drôle et tombe sur l’armée française engourdie comme  un tonnerre sur une meule : elle enflamma tous les esprits[xxv]. Le 105e participe à la défense de la région de la Scarpe affluent de l’Escaut, pendant qu’un mouvement général s’organise vers la Dyle… sur la ligne de Wavre à Chastre. Le plan cherche à établir une ligne de défense de la mer du Nord à la ligne Maginot en réponse à l’offensive allemande, de ce 10 mai, visant à conquérir les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique. Les bombardiers allemands passent au-dessus de nos têtes après avoir pilonné Calais, Boulogne et Dunkerque.

Alors que la ligne de défense s’installe sur la Dyle, les Panzer allemands, à travers les Ardennes, franchissent la Meuse dans la nuit du 12 au 13 mai. Le piège fonctionne pleinement puisque pendant que les français montent vers le nord, les divisions blindées allemandes filent au centre. Le 15 mai, la percée était réussie et la masse du groupe d’armées de von Rundstedt fonçait vers l’ouest en direction de la mer […] Tout le dispositif de nos troupes en Belgique moyenne était menacé d’être pris à revers. Le 17, l’ordre de retraite est lancé, toutes les unités doivent se regrouper derrière le cours de l’Escaut de Gand à Bouchain et de la ligne des canaux de Bouchain à Gravelines[xxvi].

Le 105e RAL se trouve intégré à la défense de cette retraite mais les « panzerdivisionen » avancent parallèlement et rapidement sur les grandes routes depuis les Ardennes. Je prends mon poste consistant à défendre un pont sur la Scarpe sous l’autorité du capitaine du troisième groupement. La consigne est claire s’y installer défensivement, y résister sans esprit de recul[xxvii]. Les 3e, 4e et 5e divisions de panzer ne sauraient tarder[xxviii]. Dans la nuit du 18 au 19 mai, Saint-Amand-les-Eaux, pas loin d’où je suis, subit son premier bombardement par des aviateurs allemands qui ont pour consigne de retarder le mouvement des troupes alliées en mettant la population sur les routes.

Je fis mon devoir loyalement jusqu’au 19 mai 1940 où une balle me frappe à mon poste. Cette blessure est pour moi une fierté, car c’est un peu de mon sang que j’ai donné pour ma patrie[xxix]. 9 jours de combat et me voilà blessé. Le 105e RAL, dans son ensemble, combat officiellement jusqu’au 4 juin 1940. L’armistice est signé le 22 juin en forêt de Compiègne. Ma capture, mon transfert vers Altengrabow et mes 5 années de captivité sont les conséquences de cette débâcle collective que je n’avais pas pressentie sur le quai de la gare de Quimper en mars 1940 aux côtés de Marie-Anne. Car oui chérie, je disais toutes les raisons qui me faisaient espérer notre victoire, car j’ai toujours eu la conscience trop droite pour pouvoir penser que nos dirigeants qui se proclamaient les pionniers de l’honneur et de la justice puissent lancer aveuglement son peuple dans une bagarre qui est devenue le plus grand malheur que notre pays ai connu. Comme tant de Français, ton Roger a été trompé[xxx].

Mon dernier témoignage sur cet évènement je l’exprime dans le film de mon petit-fils Hervé en novembre 1993 : Mobilisé depuis 1938, mon seul regret est de n’avoir pu faire mon devoir que 9 jours durant. Blessé en empêchant deux anglais de faire sauter un pont pendant la retraite, je suis rapatrié à l’hôpital de Lille qui peu de temps après tombe aux mains des Allemands[xxxi].

Il me faut maintenant reprendre la main sur ce récit qui perd en véracité. Roger semble confondre des lieux ou fait des raccourcis qui nuisent à éclaircir sa Bataille de France. Par exemple, il ne dit rien sur l’endroit de sa blessure. Les aviateurs qui ciblent le pont sont-ils vraiment anglais ? A-t-il fréquenté l’hôpital de Lille ? Voici les questions qui sont les miennes face au peu de précision du discours de mon grand-père. Comment parvenir à y répondre ? Répondrais-je à toutes mes interrogations ?

Après avoir (re)lu le manuscrit et (re)visionné le documentaire, l’enquête m’oblige à arpenter des lieux d’archives qui me sont inconnus, de me confronter à des sigles ou des sources que je n’exploite pas dans mes recherches en histoire du sport et de l’éducation physique. Sur les conseils de Françoise Passera, ancienne archiviste du Mémorial de Caen, ingénieur de recherche au laboratoire HisTeMé (EA 7455) et coordonnatrice du projet ÉGO 39-45 Ecrits de Guerre et d’Occupation, quatre pistes sont ouvertes conjointement : Récupérer la fiche matricule de Roger ; prendre rendez-vous avec le Service Historique de la Défense (SHD) à la Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains de Caen ; contacter le Centre des archives du personnel militaire de Pau (CAPM) ; exposer le cas de Roger aux archives médicales des armées (SAMHA) de Limoges. L’ensemble des sources collectées doivent à la fois attester mais aussi densifier les dires de Roger durant cette période de mai à novembre 1940.

[à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Ciel gris sur la Saxe (making-off)," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 08/09/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/747.

_______________________________________

[i] H. Lemonnier, De Chimères en Silences, 1995, TC 8’40.

[ii] F. Montant, Altengrabow. Stalag XI-A, Paris, Les audois, 1999.

[iii] Don 01-96. TE 490. Gauthier Etienne, Mémorial de Caen.

[iv] Don 00-81. TE 427, Petite histoire de la captivité, Joseph Prietz, Mémorial de Caen, 6-7.

[v] Don 00-81. TE 426, Mémoires d’un gefang, Louis Bodez, Mémorial de Caen, 6.

[vi] M. Branland, « La guerre lancinante dans l’œuvre de Jacques Tardi », Sociétés & Représentations, 29/1, 2010, 65-78.

[vii] M. Robert, « Connaissance historique et bande dessinée. Propositions pour un savoir en images », Le Philosophoire, 20/2, 2003, 215-236.

[viii] J. Tardi, Moi René Tardi, Prisonnier de guerre au Stalag IIB, Paris, Casterman, 2012, T.1, 67.

[ix] J. Tardi, Moi René Tardi, Prisonnier de guerre au Stalag IIB, Paris, Casterman, 2012, T.1, 70.

[x] Don 00-81. TE 427, Petite histoire de la captivité, Joseph Prietz, Mémorial de Caen, 7.

[xi] L’espoir Français, « L’exemple de nos prisonniers », n° 369, 1/2/1942, Editorial.

[xii] J. Tardi, Moi René Tardi, Prisonnier de guerre au Stalag IIB, Paris, Casterman, 2012, T.1, 67.

[xiii] Carnet de captivité, 23/11/1941.

[xiv] F. Montant, Altengrabow. Stalag XI-A, Paris, Les audois, 1999, 30.

[xv] A. Taurinya, Matricule 99057, Poèmes de captivité, Paris, Les presses littéraires, 1995.

[xvi] D. Gomet, Sports et pratiques corporelles chez les déportés, prisonniers de guerre et requis français en Allemagne durant la Seconde guerre mondiale (1940-1945), Thèse de doctorat en STAPS, Université de Lyon 1, 2012.

[xvii] Visite Croix Rouge, 7/11/41, Documentation générale du stalag XIA, cote AC 22 P 3001, SHD Caen.

[xviii] « Stalags en Allemagne », INA, 1/1/1942.

[xix] Carnet de captivité, Pâques 1942.

[xx] F. Montant, Altengrabow. Stalag XI-A, Paris, Les audois, 1999, 42.

[xxi] H. Lemonnier, De Chimères en Silences, 1995, TC 8’40.

[xxii] Etat-Major de l’Armée de Terre, Les grandes unités françaises. Historiques succincts, guerre 1939-1945, Paris, 1967.

[xxiii] Témoignage Solange, Juin 2020.

[xxiv] Carnet de captivité, Pâques 1942. Cela concerne toutes les citations suivantes jusqu’à nouvelle note

[xxv] F. Ambrière, Les Grandes vacances, Seuil, 1956, 23.

[xxvi] M. Rousseau, « Douai pendant la Seconde Guerre Mondiale, 1939-1945, de la IIIème à la IVème République », Revue du Nord, n° 241, 1979, 475-497.

[xxvii] Etat-Major de l’Armée de Terre, Les grandes unités françaises. Historiques succincts, guerre 1939-1945, Paris, 1967.

[xxviii] Y. Le Maner, « L’invasion de 1940 dans le Nord-Pas-de-Calais », Revue du Nord, n° 306, 1994, 467-486.

[xxix] Carnet de captivité, Pâques 1942.

[xxx] Ibid.

[xxxi] H. Lemonnier, De Chimères en Silences, 1995, TC 6’20


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search