Ciel gris

Projet de titre : Fr 99.612 ou 2 Novembre 1940 ou Stalag XI A ou Ciel gris sur la Saxe (1940)

Thème de la note d’intention : Mémoire altérée et sources contradictoires

Deux sources primaires nourrissent cette biographie : le carnet de captivité de Roger, rédigé entre le 23 novembre 1941 et le 31 mai 1942, relate l’enfance, les premières embauches, l’engagement militaire, les désillusions politiques et les projets lors du retour en France ; le documentaire de mon frère Hervé, tourné en novembre 1993, met en scène des séquences de vie quotidienne en 1993, des photographies de 1930 à 1945 et des entretiens du biographé et de sa seconde femme. Ces derniers évoquent principalement la captivité, le retour au pays et les conditions de leur rapprochement et mariage le 16 août 1949. La voix off lit des passages du carnet ou synthétise quelques évènements et ressentis du documentariste. Ainsi, par écrit ou oralement, Roger témoigne de ses parcours de vie et atteste d’évènements passés facilitant la construction de cette biographie.

Toutefois, parce qu’elles relèvent du témoignage, ces sources sont insuffisantes au procès de vérité du roman vrai[1]. Un témoin revisite le passé, retient certains éléments et en occulte d’autres, oublie ou commet des erreurs. Roger n’échappe pas à ces limites épistémologiques[2]. Par exemple, il retient Lille comme lieu de sa capture alors que c’est la fin de son parcours de blessé. Roger, dans le film d’Hervé, fait également des erreurs d’appréciation sur le temps de ses soins et de son casernement avant d’aller en Allemagne. Le biographe se débat avec ces mémoires reconstruites ou altérées par le temps et les drames psychologiques[3]. Ceci est d’autant plus délicat que le témoin est assuré de ses dires puisqu’il les a vécus[4]. Ainsi, « chacun détient sa vérité historique et la fragilité ou la subjectivité des souvenirs constituent des phénomènes qui ne peuvent être ignorés »[5]. L’enquête dénoue cet écheveau par l’apport de preuves contradictoires ou convergentes[6]. Quelles sources peuvent compléter les souvenirs de Roger durant cette période où, blessé en mai 1940, il erre d’un hôpital de campagne au front à ceux plus reculés des combats, est rattrapé par l’envahisseur et encaserné au Frontstalag 102 à Lille, puis rejoint le lieu de sa captivité en novembre ?

Les archives militaires[7] s’avèrent des ressources précieuses pour reconstruire et valider l’itinéraire de Roger au cœur de la bataille de France de mai 1940. Les carnets de marche des différentes unités ou les registres médicaux renseignent sur les lieux où séjourne le combattant puis le blessé[8]. Toutefois, ces documents présentent aussi des imprécisions ou erreurs qui se propagent de sources en sources jusqu’après le conflit. Par exemple, les sources militaires, au cœur de la débâcle, sèment le doute dans l’esprit du biographe sur les lieux de la blessure de Roger. Il en va de même pour les kommandos[9]. C’est par recoupement de différents documents que les évènements et leur déroulé se précisent. La critique de la source est un levier fondamental pour parvenir à ces fins et doit être exprimée comme telle dans le récit.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

La narration doit donner vie à ces problèmes méthodologiques de fiabilité du témoignage, croisement de sources et vraisemblance des documents. Pour cela, le « je » du témoin doit coexister avec celui de l’historien. Caméra à l’épaule, le lecteur suit Roger racontant son trajet vers le Stalag, sa blessure, etc. D’autres témoignages s’intègrent à ses propos pour changer d’échelle et replacer sa propre histoire dans celle des prisonniers de guerre. Le biographé devient témoin et historien d’un récit modal sur la bataille de France de mai 1940 jusqu’aux premières journées de Stalag. Toutefois, lorsque ses paroles, issues des deux sources primaires, sont en décalage avec d’autres documents, je reprends la main en faisant vivre les sources complémentaires. Les difficultés à identifier le lieu de blessure de Roger font notamment partie du récit.

Les notes de bas (indices) de page servent à transmettre les émotions et remarques de l’historien. Elles recouvrent un autre récit, celui de l’enquête. Les notes de fin réfèrent les sources et auteurs utilisés pour structurer le récit.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité et le documentaire d’Hervé

* La BD de Tardi et des témoignages de prisonnier issus d’ouvrages ou de sites

* Les films de propagande conservés à l’INA

* Le registre matricule, le carnet de marche retranscrit et la citation de 1943

* Les registres hospitaliers

* Les registres allemands du stalag XI A

* Carnet de marche officiel

Afin d’accentuer visuellement la dimension historique du témoignage de Roger, il parait important de limiter la présence des guillemets. J’en veux pour preuve que la lecture à haute voix préserve l’impression de témoignage. Je limite donc la présence des guillemets sans occulter les références qui restent présentes en notes de fin, comme si Roger avait intégré un certain nombre de connaissances lui permettant d’enrichir son récit autobiographique.

J’ai des doutes sur la pertinence des notes de bas de page qui mettent en avant mes réflexions d’historien. Elles se veulent explicatives de la démarche, de l’intérêt à convoquer d’autres sources ou de la faiblesse d’un témoignage, mais ne cassent-elles pas l’immersion dans le récit ? En bas de page, lors des premières relectures de proches (historien ou novice), les lecteurs ne semblent pas en remarquer la présence ou en discuter l’utilité. Dès lors sont-elles essentielles au récit ? Je prends le parti de les laisser mais de les déplacer sous forme de bulles à l’intérieur du texte.

Je reviens sur l’idée de placer les remarques du biographe dans des bulles. Cela alourdit visuellement le témoignage. Je replace donc à nouveau ces commentaires méthodologiques en note de bas de page. [à suivre]

_____________________________

[1] J-M. Lemonnier, « De l’utilité du témoignage comme source historique », in B. Andrieu, K. Saroh & C. Thomas (dir), Du fil à la slackline, Châlons-en-Champagne, Cnac éditions, 2020.

[2] C. Manigand, « Archives orales », in C. Gauvard & J-F. Sirinelli (dir), Dictionnaire de l’historien, PUF, 2015, 31-33.

[3] F. Descamps (dir), Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-Sous-Bois, Bréal, 2006.

[4] Cahier de l’IHTP, La bouche de la vérité, Novembre 1992, n° 21.

[5] J-L. Martin, Histoire de l’EP sous la V° République. L’élan gaullien, Paris, Vuibert, 2004, 4.

[6] P. Ricoeur, Histoire et vérité, Paris, Seuil, 1955.

[7] Lieu de conservation des archives des ministères chargés des affaires militaires depuis l’origine, le Service historique de la Défense (SHD) accueille le public sur plusieurs sites : Vincennes, Cherbourg, Brest, Lorient, Limoges, Rochefort, Toulon, Caen, Pau et Châtellerault.

[8] Je centre l’enquête sur les sites de Caen : La Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (DAVCC) ; Limoges : Service des archives médicales et hospitalières des Armées (SAMHA) ; Pau : Centre des Archives du Personnel Militaire (CAPM) ; Vincennes : Centre historique des archives de la Défense.

[9] Les archives nationales de Pierrefitte conservent de multiples documents concernant le XIA.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 21 décembre). Ciel gris. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search