Chapitre 2

Projet de titre : Fr 99.612 ou 2 Novembre 1940 ou Stalag XI A ou Ciel gris sur la Saxe [1940]

Thème de la note d’intention : Mémoire altérée et sources contradictoires

Deux sources primaires nourrissent cette biographie : le carnet de captivité de Roger, rédigé entre le 23 novembre 1941 et le 31 mai 1942, relate l’enfance, les premières embauches, l’engagement militaire, les désillusions politiques et les projets au retour en France ; le documentaire de mon frère Hervé, tourné en novembre 1993, met en scène des séquences de vie quotidienne en 1993, des photographies de 1930 à 1945 et des entretiens de Roger et Germaine. Ces derniers évoquent principalement la captivité, le retour au pays et les conditions de leur rapprochement et mariage le 16 Aout 1949. La voix off lit des passages du carnet ou synthétise quelques évènements et ressentis d’Hervé. Ainsi par écrit ou oralement, Roger témoigne de ses parcours de vie et atteste d’évènements passés facilitant la construction de cette biographie.

Toutefois, parce qu’elles relèvent du témoignage, ces sources sont insuffisantes au procès de vérité du roman vrai. Un témoin revisite le passé, retient certains éléments et en occulte d’autres, oublie ou commet des erreurs. Roger n’échappe pas à ces limites épistémologiques du témoignage. Par exemple, il retient Lille comme lieu de sa capture alors que c’est la fin de son parcours de blessé. Roger, dans le film d’Hervé, fait également des erreurs d’appréciation sur le temps de ses soins-casernement avant d’aller en Allemagne. Le biographe se débat avec ces mémoires reconstruites ou altérées par le temps et les drames psychologiques. Ceci est d’autant plus délicat que le témoin est assuré de ses dires puisqu’il les a vécus. L’enquête dénoue cet écheveau par l’apport de preuves contradictoires ou convergentes. Quelles sources peuvent compléter les souvenirs de Roger durant cette période où, blessé en mai 1940, il erre d’un hôpital de campagne au front à ceux plus reculés des combats, est rattrapé par l’envahisseur et encaserné en front stalag 102 à Lille, puis rejoint le lieu de sa captivité en novembre ?

Les archives militaires s’avèrent des ressources précieuses pour reconstruire et valider l’itinéraire de Roger au cœur de la bataille de France de Mai 1940. Les carnets de marche des différentes unités ou les registres médicaux renseignent sur les lieux où séjourne le combattant puis le blessé. Toutefois, ces documents présentent des imprécisions ou erreurs qui se propagent de sources en sources jusqu’après le conflit. Par exemple, les sources militaires, au cœur de la débâcle, sèment le doute dans l’esprit du biographe sur les lieux de la blessure de Roger. C’est par recoupement de différents documents que les évènements et leur déroulé se précisent. La critique de la source est un levier fondamental pour parvenir à ces fins et doit être exprimée comme telle dans le récit.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

La narration doit donner vie à ces problèmes méthodologiques de fiabilité du témoignage, croisement de sources et vraisemblance des documents. Pour cela, le « je » du témoin doit coexister avec celui de l’historien. Caméra épaule, le lecteur suit Roger racontant son trajet vers le stalag, sa blessure, etc. D’autres témoignages s’intègrent à ses propos pour changer d’échelle et replacer sa propre histoire dans celle des prisonniers de guerre. Mon grand-père devient témoin et historien d’un récit modal sur la bataille de France de Mai 1940 jusqu’aux premières journées de stalag. Toutefois, lorsque ses paroles, issues des deux sources primaires, sont en décalage avec d’autres documents, je reprends la main en faisant vivre les sources complémentaires. Les difficultés à identifier le lieu de blessure de Roger font partie du récit.

Les notes de bas de page servent à transmettre les émotions et remarques de l’historien. Elles recouvrent un autre récit, celui de l’enquête.

Sources valorisées (*) et manquantes/en attente ( !)

* Le carnet de captivité et le documentaire d’Hervé

* La BD de Tardi et des témoignages de prisonnier issus d’ouvrages ou de sites

* Les films de propagande de l’INA

* Le registre matricule, le carnet de marche retranscrit et la citation de 1943

* Les registres hospitaliers

* Les registres allemands du stalag XI A

! Qui bombardent le pont ?

! Carnet de marche officiel

Juin 2020

∇ Afin d’accentuer visuellement la dimension historico-témoignage de la prise de parole de Roger, il parait important de limiter la présence des guillemets qui, lors d’une lecture silencieuse, perturbe un peu la compréhension ou le suivi du récit. J’en veux pour preuve que la lecture à haute voix préserve l’impression de témoignage. Je limite donc la présence des guillemets sans occulter les références qui restent présentes en notes de fin, comme si Roger avait intégré un certain nombre de connaissances lui permettant d’enrichir son récit autobiographique.

J’ai des doutes sur la pertinence des notes de bas de page qui mettent en avant mes réflexions d’historien. Elles se veulent explicatives de la démarche, de l’intérêt à convoquer d’autres sources ou de la faiblesse d’un témoignage, mais ne cassent-elles pas l’immersion dans le récit ? Je prends le parti de les laisser mais les premières relectures de proches (historien ou novice) ne semblent pas en remarquer la présence ou en discuter l’utilité. Dès lors sont-elles essentielles au récit ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search