S/d entre Février 1942 et Avril 1942 (2)

En 1935, l’Italie se mit dans a tête de vouloir coloniser l’Ethiopie cela prétendant manquer d’espace vital pour son peuple ; et cela amena une forte tension en Europe. L’Ethiopie assez grand pays d’Afrique mais encor à peine civilisé (cela d’après ce que l’on dit) il avait été pourtant admis à la S.D.N. Evidemment quand les relations devinrent tendues entre ces deux pays l’Ethiopie qui craignait d’être un jour proche attaquée fit appel à la S.D.N. Donc ces différents, la S.D.N. aurait du plus que tout autre les régler puisque les deux parties étaient membres de la S.D.N. Aucun différents ne fût réglé ; il y avait deux choses à faire ; en cas de violation de frontière par l’Italie, il y avait des sanctions à appliquer c’est-à-dire ne plus rien vendre ou acheter au pays fautif ; et si le pays en question ne revenait pas à de plus calmes attentions il y avait la force armée. Et quand en Octobre 1935 l’Italie franchie la frontière Ethiopienne, la S.D.N. décida de voter les sanctions contre l’Italie et sur les 40 nations très peu demandèrent les sanctions et certes si la France avait eu un gouvernement travaillant rien que pour le pays, nous n’aurions pas non plus appliqué les sanctions car plusieurs choses devaient nous en empêcher.1° nous ne devions pas tenter d’affamer un peuple qui avait été notre allié pendant la Grande guerre. 2° n’avions nous pas colonisé le Maroc après la guerre donc après l’établissement de la S.D.N. Cette colonisation ne s’était pas faite sans bagarre. 3° des insoumis Ethiopiens n’avaient-il pas en Janvier 1935 violé nos frontières coloniales pour rassier les troupeaux de nos tribus et massacrer nos soldats partis pour faire respecter nos droits. Ces points n’étaient-ils pas suffisants pour nous empêcher de mettre de mauvaises relations avec nos amis d’hier.

Qui donc a pu nous faire appliquer ces sanctions ; et bien c’est que la France n’était plus maitre dans sa politique étrangère ; ceux qui avaient cette dure et dangereuse mission étaient pris dans l’engrenage du terrible capitalisme et de la domination anglaise. Non ce n’est pas pour le bien de la France, ni pour faire mal à l’Italie, que nous avons décrété les sanctions, c’est pour que la domination anglaise et son marché ne subissent aucune crainte ; c’est pour que l’Angleterre que nous avons perdu l’amitié d’un pays allié qui moins d’un an après nous aurait été d’un grand secours. Sanctions inutiles d’ailleurs puisque un peu plus de 6 mois après l’Italie était en possession de l’Ethiopie et que 2 ans plus tard l’Angleterre reconnaissait l’Empire colonial italien et obligeait la France à en faire autant.

Comme je l’ai déjà dit auparavant au mois de Mars 1936 l’Allemagne revitalisait la Rhénanie ; et à notre tour nous faisions appel à la S.D.N. pour violation du traité de Versailles. Il n’y avait pas de violation de la frontière la S.D.N. ne pouvait demander que d’appliquer les sanctions qui encor une fois n’auraient été efficaces que si tous les pays les appliquées ; mais l’Italie qui était déjà sous le joug des sanctions refusa ; l’Allemagne lui étant venue en aide pendant la campagne d’Ethiopie d’autres états refusèrent et aucune pénalité ne fût infligé à l’Allemagne nous la France nous contentions de maintenir 3 mois de plus une classe sous les drapeaux ; et de reconnaitre le fait accompli et sans cela pour la deuxième fois ; et les intérêts de l’Angleterre n’étant pas menacés elle laissa la France se débrouiller seule. Car nos politiciens avaient autre chose à faire qui étaient meilleures pour eux, c’était : les fatales élections de 1936.

Je reprends ce soir 11 avril [1942] ce cahier que j’ai abandonné depuis un bon mois ; car je me dis que la tâche que je me suis promis d’accomplir pour que mes enfants est une vision plus nette de ce qu’on été les années d’avant notre défaite ; défaite que je sens de plus en plus grande puisque d’ici je devine que bien peu de français tentent quelque chose pour trouver le bon chemin ; oui j’en suis presque certain, la France reste divisée par ses opinions ; si toutes ces opinions étaient nationales cela ne serait pas grave mais hélas beaucoup ont des opinions qui dépassent nos frontières et vont chercher un vain espoir dans la victoire qu’ils donnent à tel ou tel autre pays ; et d’autres hélas ceux là vrais égoïstes ont des opinions trop personnels et ne veulent rien sacrifier pour l’intérêt national voilà pourquoi après deux ans d’armistice 1.500.000 français attendent sans espoir pour l’année leur retour dans leur foyer. Voilà pourquoi chaque jour des camarades perdent courage et changent si souvent d’opinions ; pour finir par en garder aucune. Ils ne cherchent même pas à essayer de savoir ce qu’il adviendra plus tard. Moi je ne veux pas me décourager je veux espérer toujours et toujours parce que c’est une loi de la nature mais je suis obligé de croire que sauf pour celui qui a quelqu’un de près prisonnier, nous sommes oubliés derrière les barbelés ; ils sont pour la liberté mais ils oublient que pour garder le plus possible de leur liberté ils sacrifient, sans s’en soucier d’ailleurs, la liberté beaucoup plus méritée des prisonniers. Qui eux n’ont pour leur faire garder leur courage que l’espoir de jours plus beaux et aussi parfois heureusement les lettres de ceux qui savent leur rester fidèles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search