Clap de fin

Avec Thomas Bauer, depuis 2014, nous mettons en perspective ces réflexions [pour rappel : influence de la culture de masse sur l’individu générationnel] en exploitant le cinéma, et plus spécifiquement les comédies, comme corpus d’analyse des représentations de l’éducation physique scolaire (EPS). On perçoit que ce genre cinématographique, relevant de la culture populaire, propose une autre histoire de l’EPS, plus attachée à l’écume d’une réalité qu’à la profondeur des transformations successives. Les temporalités s’étirent au gré des propos des scénaristes et les clichés laissent l’empreinte d’une matière scolaire qui piétine. Il traduit également, tout en participant à sa construction, l’histoire des mentalités d’une nation vis-à-vis de cette discipline, révélatrice de son atypie et de sa lente intégration scolaire[1]. Ces études successives montrent que ces films revisitent l’histoire et offrent aux regards des spectateurs une nouvelle vision du passé. C’est le cas par exemple de la révolution copernicienne de l’EPS qui n’apparaît au cinéma qu’au début du XXIe siècle, lorsque l’enseignant devient plus sensible et plus proche de ses élèves. Avant cette période, il reste centré sur l’exercice, la posture ou la technique sportive. La distorsion historique est ainsi notable puisque l’idée d’une centration sur l’élève plutôt que sur l’exercice, influencée par les pionniers des méthodes actives, est réaffirmée dès les années 1960. De même, la survalorisation de certains personnages par rapport à d’autres gomme les nuances et laisse croire que les enseignants d’éducation physique sont à jamais attachés à l’ancrage militaire ou sportif de leur matière.

Dans le cadre d’œuvres autobiographiques, telle que Diabolo Menthe, les scènes évoquant spécifiquement l’EPS ne sont pas neutres et renvoient de façon crédible aux perceptions individuelles et rapports au corps dans l’enceinte scolaire[2]. Si elles ne sont pas la réalité de « vraies leçons » d’EPS, que l’action qu’elles représentent n’est pas le réel, elles expriment toutefois un ressenti singulier dans un cadre collectif signifiant. La fiction dépasse les modèles de récits visant à reconstruire du réel pour donner un sens nouveau à ce dernier[3]. Pour l’historien, ce témoignage fictionnel d’une éducation physique vexatoire, analysé sous un angle à la fois sensible et institutionnel, apparaît comme une source originale d’informations complémentaires pour appréhender l’histoire de l’éducation physique féminine dans les années 1960.

Il en est de même pour la période des années 1980 où la comédie P.R.O.F.S. de Patrick Schulmann intéresse les historiens de l’éducation par les représentations faites du personnage du « prof de sport ». Plusieurs histoires cohabitent selon les grilles de lecture que le spectateur mobilise. La première, celle du grand public, renvoie à la comédie à proprement parler où la figure stéréotypée de l’enseignant est réduite à sa dimension humoristique. Il est ainsi tourné en ridicule tout au long du film, présenté comme un clown malmené, affublé de la carrure athlétique et stigmatisé par les contenus techniques qu’il enseigne. Une seconde, celles des initiés, révèle un personnage qui participe de l’évolution de son statut et de sa discipline en cherchant, par exemple, à moderniser ses contenus d’enseignement. Il cristallise à lui seul la période charnière du processus de légitimation et de réorganisation scolaire de cette discipline[4]. Ainsi cette œuvre filmique exploite les références d’un lexique commun pour imposer un sens symbolique au spectateur, une forme « d’évidence fermée », que Roland Barthes nomme obvie, une signification allant de soi. Pour autant, un autre niveau de sens, celui de la signifiance et du sens obtus, dépasse l’intentionnalité des auteurs en tissant un lien propre entre l’œuvre et l’unicité de son récepteur.  Il « dépend du ‘savoir’ du lecteur, tout comme s’il s’agissait d’une langue véritable, intelligible seulement si l’on en a appris les signes »[5]. La représentation de l’enseignant d’EP ne s’en trouve-t-elle pas teintée d’une large diversité, d’une acculturation, elle aussi, à plusieurs niveaux ?

Ces quelques exemples montrent la cohérence des travaux menés depuis ma « mise en recherche » : analyser, dans les vecteurs de la culture de masse, les représentations du monde « sportif » – au sens large du terme – les valeurs, normes, clichés et stéréotypes qu’elles véhiculent, positionnant cette « tierce culture » aux côtés, voire au-delà, des institutions qui ont pour mission cette acculturation. Depuis le master, la problématique sous-jacente est ainsi récurrente : la culture de masse « se surajoute à la culture nationale, à la culture humaniste, à la culture religieuse, et entre en concurrence avec ces cultures »[6]. Si la notion de concurrence peut être discutée, ces acculturations diverses tissent entre elles un réseau d’influences sur l’individu, propre à initier ou limiter une dynamique d’adhésion. Finalement, la socialisation passe par des effets de résonnance ou de cloisonnement entre ces différentes « écoles du sport ». Si la problématique n’est pas nouvelle, Edgar Morin l’évoquait déjà en 1962, elle reste néanmoins peu exploitée dans le champ de l’histoire du sport. Je tente de m’en saisir depuis 2005. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Clap de fin," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 08/09/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/720.

__________________________________

[1] T. Bauer et J-M. Lemonnier, « L’éducation physique au cinéma : une autre histoire (1943-2014) ? », STAPS, 2014, 105/3, 67-80.

[2] T. Bauer et J-M. Lemonnier, « L’éducation physique d’une adolescente dans les années 1960 : Diabolo Menthe (1977) de Diane Kurys »,  In P. Liotard (dir), Le Sport dans les Sixties. Pratiques, valeurs, acteurs, Reims, Epure, 2016, 21-32.

[3] J. Rancière, Le partage du sensible, Esthétique et Politique, Paris, La Fabrique, 2000.

[4] T. Bauer et J-M. Lemonnier, « Caricature d’un enseignant d’EPS dans les années 1980 : P.R.O.F.S. de Patrick Schulmann (1985) », STAPS, 2019, 124, 71-85.

[5] R. Barthes, L’obvie et l’obtus. Essais critiques III, Paris, éditions du Seuil, 1982, 21.

[6] E. Morin, op. cit., 1962, 13.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search