Le Sport représenté : des revues pour les jeunes à la Bande Dessinée

Si les recherches centrées sur le désenchantement entre culture scolaire et culture des jeunes restent récurrentes, mes travaux, depuis la fin du doctorat, vont au-delà et s’inscrivent dans la traque évoquée précédemment [pour rappel : influence la culture de masse sur l’individu générationnel] en ciblant certains médias dévolus à la culture de masse, qu’il soit film, revue, bande dessinée ou affiche. La démarche consiste[1], dans un premier temps, à repérer du côté du concepteur de l’objet culturel, les intentions qui l’animent (c’est-à-dire qui font Sens pour lui) et les choix qu’il opère dans un contexte d’énonciation particulier. Cette contextualisation est importante car elle replace le « créateur » de l’objet dans un bain culturel particulier, celui de la création, même si l’objet re-présente une autre époque. Ainsi, ce dernier en dit tout autant sur l’époque de sa création que sur l’époque qu’il traite. De même, la « fabrication » de l’objet culturel, au sens technique du terme, renseigne sur les choix opérés pour valoriser tel aspect, telle valeur en rupture ou non avec son époque, ce qui le rend plus ou moins atypique ou conventionnel. Conjointement, le processus de diffusion est à analyser, quantitativement et qualitativement, car il est au cœur de la dynamique d’influence des masses.

Fort des corpus analysés durant le doctorat, la démarche précédente permet l’analyse de la vision du champion véhiculée par les supports de presse dans les années 1960[2] afin de saisir les valeurs et représentations qui s’y rattachent. Quatre revues sont représentatives des tendances de la presse à destination des jeunes de cette période : Salut les copains (SLC), Mademoiselle Age Tendre (MAT), Nous les garçons et les filles (NGF), Rallye Jeunesse. Les deux premiers magazines, relevant d’une presse des idoles, revêtent un intérêt majeur pour situer les enjeux de la mise en scène du champion. Les deux magazines suivants ont des aspirations plus idéologiques puisque NGF est issu du mouvement de la jeunesse communiste et Rallye Jeunesse est d’obédience catholique. Paris Match, Le Figaro, Le Monde, l’Humanité, de la presse people à la presse d’opinion, complètent le corpus des représentations du champion. L’étude de cet ensemble de titres, issus d’univers médiatiques différents, permet d’esquisser un panorama de la place sociale du champion sportif en France et repérer le bain culturel qui se structure dans les années 1960.

La lecture des quotidiens nationaux permet ainsi de connaître tous les champions, de prendre connaissance des grandes compétitions, de leur forme du moment, d’être au courant des vicissitudes du sport, bref d’en faire un élément de la vie quotidienne. Le procès d’acculturation est ainsi repérable. Ces figures médiatiques des années 1960 soulignent à ce titre l’incarnation d’une jeunesse à la fois moderne et traditionnelle. Jean-Claude Killy, par exemple, personnifie la jeunesse dont rêve le général De Gaulle. Physiquement et moralement sain, vertueux et soumis à l’autorité ayant le goût de l’action et du risque, il symbolise le modèle du jeune idéal. Le sport est ainsi considéré comme un générateur de comportements adéquats auxquels le plus grand nombre – la jeunesse en premier lieu – doit adhérer.

A contrario, si le champion prend une place aux côtés des idoles et retient l’attention des concepteurs des revues pour la jeunesse comme référent du fait sportif, l’adhésion aux valeurs véhiculées apparait plus contrastée. La rigueur, l’ascétisme, l’exigence sont systématiquement rapportés à la vie et aux modalités de pratique du sportif de haut niveau. Toutefois, les textes et l’iconographie de revues comme SLC ou M.A.T. maintiennent les héros du stade dans une sphère inaccessible au lecteur. Le champion dans ce type de revue reste posé sur son podium et en descend rarement rendant l’identification délicate, l’envie de faire de la compétition d’autant plus incertaine. Ainsi le sportif est dans un monde à part, fait de technique, de valeurs spécifiques, renforçant le mythe des héros de l’olympe que l’on applaudit, dans le lointain des tribunes. Ici, la culture de masse en direction de la jeunesse engage à assister au spectacle sportif plus qu’à y participer. Les stratégies éditoriales de NGF et de Rallye Jeunesse diffèrent. Ces titres s’inscrivent dans la glorification des valeurs traditionnelles attachées au sport, mais rendent les sportifs plus abordables que dans les revues précédentes. Ce sont les valeurs qu’il véhicule qui méritent que l’on fasse du sport, que l’on sacrifie les plaisirs immédiats pour la grandeur de l’homme. Les valeurs travail, courage et volonté sont les références adaptées à une société libérale en mutation depuis 1945 ; quiconque viendrait à les oublier en serait sanctionné. Etre sportif se mérite, être champion encore plus. Le sportif de haut-niveau, dans NGF ou Rallye Jeunesse, est montré comme un exemple à suivre, alors qu’il est le « copain » qu’on est fier d’avoir dans SLC. Malgré l’unité du « champion-être d’exception », celui-ci n’est pas porteur des mêmes significations selon les revues. A travers l’iconographie et les articles sur les champions, il est évident qu’imposer un modèle de référence pour tous les jeunes, c’est se heurter à une culture qui prône le multiple. Jean-Claude Killy peut s’accrocher au mur des chambres adolescentes et devenir une « idole » pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le sport.

Si les années 1960 recouvrent un caractère d’exception dans les phénomènes de socialisation sportive des adolescent-e-s au cours du XXe siècle en France, celui-ci réside principalement dans l’agrégation et la convergence des vecteurs qui l’initient[3]. Cette juxtaposition de « messages », dans un même temps et vers une même cible, imprègne de façon originale la génération du baby-boom vis-à-vis des générations précédentes. A la médiatisation télévisuelle naissante, mais durable, se conjuguent les discours et actions politiques du début de la Ve République. Parallèlement, un nouveau bain culturel, très spécifique et peu conventionnel dans sa forme, s’invite dans le paysage à travers le magazine jeunesse. En se combinant, ces différents vecteurs entrainent un effet de loupe sur le loisir sportif, très favorable à la socialisation, mais qui génère également un certain flou dans le message délivré. On pourrait développer l’idée que ces tensions, entre les intentions des acteurs politiques et le ressenti de ceux qui en sont la cible, participent du terreau des années 1968, tant elles révèlent les décalages entre des ambitions d’éducation pensées par une génération qui s’est construite dans l’Entre-deux-guerres et le ressenti de certains baby-boomers[4].

Que l’analyse concerne une génération ou un individu, la cohérence des travaux que je mène depuis lors réside dans l’interrogation des influences, assonantes ou dissonantes, entre les différents vecteurs de la représentation sportive et la vision partielle ou partiale qu’ils fabriquent. En 2015, remisant SLC et NGF dans les cartons archivistiques, le colloque international bisontin « Bande dessinée et sport » est l’occasion de creuser le même sillon sur un autre vecteur de la culture de masse. La rencontre avec les acteurs du laboratoire « Culture, Sport, Santé, Société » de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté est d’ailleurs un moment-clé dans l’orientation, la réflexion et le cadrage théorique de la pensée qui m’anime encore. Il est vrai que Christian Vivier, Jean-François Loucher et Sébastien Laffage-Cosnier sont pionniers dans ce domaine en proposant des travaux historiques à partir de bandes dessinées[5]. Ils exploitent notamment les dessins de Pellos pour étudier la construction du mythe de Marcel Cerdan par la bande dessinée de L’Équipe-Junior en 1951[6] ou interpréter les mythologies qui animent le dessinateur lorsqu’il illustre un sportif pendant la guerre[7]. Si, de longue date, les champions et les différents sports occupent les vignettes de nombreux albums et illustrés, l’ambition de ces chercheurs, et de ce colloque, réside dans la constitution et l’analyse de corpus pour en extraire les principaux messages sportifs envoyés aux lecteurs. Avec mes collègues caennais Yohann Fortune et Frédéric Dutheil[8], nous centrons alors notre attention sur un dessinateur-sportif-baby-boomer, Marcel Couchaux, qui dans son album Zatopek, les années Mimoun (2006), lève le voile noir et blanc de sa passion d’enfance pour le triple vainqueur d’Helsinki et le bain sportif dans lequel il est plongé dans les années 1950 ; passion dans laquelle le héros/dessinateur puise encore sa force pour gravir les sommets auvergnats dans les années 2000. Au-delà des phénomènes générationnels des baby-boomers, l’analyse de cette ode joyeuse et loufoque d’un sportif confirmé, sublimée par le 9ème art, questionne à la fois les processus généraux d’identification au héros sportif dans la période sensible de l’enfance, mais également la force que la BD possède pour l’exprimer, voire l’initier. Pour ma part, le champion de ma jeunesse était Lucien Van Impe, grimpeur belge d’exception qui remporte le Tour 1976. Le Tour de France, je m’y intéresse depuis l’enfance et ma famille en fait de même à grand renfort d’articles dans l’Equipe, que mon père achètera tout au long de sa vie, et d’images télédiffusées. Mais en 1976, je suis au bord de la route lorsque mon héros, déjà en jaune, s’engage dans le contre-la-contre du 13 Juillet entre Fleurance et Auch. En cette journée exceptionnelle, je porte un maillot à pois confectionné à la hâte. Il faut faire bonne figure devant son héros. Il est constitué d’un tee-shirt blanc agrémenté de ronds de peinture rouge. Non que je sois versé dans le pointillisme de Seurat, mais parce que mon héros truste les podiums du Grand-Prix de la montagne depuis 1971, qu’il le remportera six fois et que le maillot à pois en est le symbole. Paré de ce dernier, au bord de la route je suis Lucien Van Impe voyant passer Lucien Van Impe. Cinq secondes, dix secondes peut-être, c’est le temps que mon héros met pour entrer et sortir de mon champ visuel. Il m’a vu, c’est certain. Il a vu mon maillot, c’est sûr. C’est cela que je n’aurais de cesse de répéter sur le trajet du retour vers Montauban. Dès le lendemain, j’enfourche mon vélo, comme tous les jours durant les vacances, arbore mon maillot artisanal et gagne le Grand-Prix de la montagne sur les coteaux du Quercy contre un adversaire imaginaire. Cette passion pour Lucien et le cyclisme durera jusqu’à l’adolescence. Le vélo sera ensuite remisé jusqu’à la quarantaine. Le maillot, quant à lui, a rapidement viré dans l’art abstrait, le pointillisme n’ayant pas résisté aux chaleurs du Sud-Ouest. Raccrochés ils le sont parce qu’une autre passion et un autre héros prennent le relais dans les années 1980. L’escalade, « La vie au bout des doigts » et Patrick Edlinger entrent en effet dans mon Olympe de jeune adulte au mitan de la décennie.

En adaptant à la BD les cadres méthodologiques de Roland Barthes et de Martine Joly déjà utilisés, le projet permet de repérer, tant au niveau macroscopique de la planche qu’à celui, plus réduit, de chacune des vignettes, les contenus iconique et linguistique qui construisent la mythologie d’un héros sportif[9]. L’héroïsation des sportifs est une construction médiatique à laquelle participe la BD, notamment par le biais de la mémoire des auteurs et/ou l’appropriation d’images pour construire leurs récits. En effet, prolongeant les phénomènes de résonnance et d’imprégnation, les vignettes des différentes planches renvoient très souvent aux images d’époque, relayées par les journaux ou la télévision. Dans une sorte de vase clos médiatique, les dessinateurs perpétuent ainsi une imagerie sportive qui, soit les a marqués, soit leur sert de modèle. Ainsi, par ce processus, « l’histoire de Zatopek » devient alors une histoire des représentations médiatiques du champion plutôt que celle de Zatopek lui-même. La bande dessinée, à travers l’iconographie qu’elle propose, participe à la construction d’un imaginaire sportif collectif. Les pionniers de la sociologie le nommaient aussi « inconscient collectif », fait d’images, de mots, de valeurs ou de pratiques, il est construit de concert par les discours, les institutions, les conflits, etc. et l’iconographie d’une époque[10]. Dès lors, le mythe se perpétue au fil des décennies par la mise en scène renouvelée de la même imagerie faite de clichés réitérés, entendus dans leur double acception photographique et sociale. À l’instar d’un entraîneur, d’un romancier, d’un journaliste ou d’un professeur, le dessinateur sportif est, lui aussi, un passeur de culture sportive. Ces textes et dessins participent de la fabrique complexe des dimensions mythiques du champion qui dépassent les bornes de sa vie sportive et font ainsi entrer Emil Zatopek dans l’Olympe de quelques jeunes, au sens où Edgar Morin l’entend ; c’est-à-dire par valorisation médiatique des exploits, des valeurs et des légendes de la « locomotive humaine ». Marcel Couchaux explore les impacts de cette idéalisation sur lui-même, toile d’images et de projections qui sont le terreau de sa vie sportive. En ce sens, ces auteurs perpétuent cette histoire et cette mémoire collectives parce qu’ils en sont imprégnés.

Tout en rappelant que la bande dessinée n’est pas là pour dire l’histoire, on peut toutefois se demander, à l’instar de l’opéra rock de mon enfance qui a construit ma vision de la Révolution française, si elle ne place pas le lecteur dans une sorte d’étrangeté où l’histoire représentée pour la masse deviendrait l’Histoire, forte de la puissance des images et de leur omniprésence dans nos sociétés contemporaines. L’histoire, via la BD, est elle-même basée sur l’iconographie médiatique ; sorte de mise en abyme pour re-présenter l’histoire d’un champion. Au-delà des seuls bédéistes, les acteurs médiatiques, en re-construisant une réalité, tendent à lui donner crédit et deviennent ainsi les historiens modernes dans l’inconscient collectif. Cela participe de la perpétuation d’une iconographie « pro-sport » qui sert l’imaginaire enfantin, le propos d’un magazine ou le roman sportif. Ainsi, la BD ne dit pas l’histoire mais participe à la construire en retenant certains éléments dont le sport a besoin, notamment ces héros qui incarnent « l’école de la vie ». L’histoire devient alors incomplète et partisane, valorisant l’identification aux héros pour les valeurs qu’ils sont censés porter, mais en « euphémisant » souvent les charges de travail et les dérives qu’elles entrainent. Forte de cet imaginaire collectif relativement homogène, ce « roman sportif » participe de la diffusion du sport depuis l’Entre-deux-guerres, notamment au sein des couches sociales qui y étaient les moins réceptives originellement. A grand renfort de valeurs, actes de bravoures et surexposition du champion, ces belles histoires contées portent leurs fruits : elles invitent à la pratique ou favorisent l’intérêt pour le fait sportif. Zatopek, les années Mimoun évoque le résultat de ce processus d’imprégnation sportive, même si l’environnement familial reste certainement la source d’influence fondamentale. L’historien trouve ainsi dans cette littérature dessinée un terreau supplémentaire à la construction de cet imaginaire sportif, complexe et socialement partagé.

Les vecteurs de la culture de masse participent du millefeuille de l’acculturation aux activités physiques et sportives, comme ils peuvent le faire parallèlement pour l’histoire ou l’art, etc. Combien d’esprits sont empreints des images du Jour le plus long et Il faut sauver le soldat Ryan lorsqu’ils évoquent les épisodes du débarquement ou celles des Sentiers de la Gloire et La Vie et rien d’autre pour la Grande guerre ? Ceci n’est pas sans questionner, d’une part, l’historien sur l’utilité et la véracité de l’histoire revisitée par les médias de masse. « Le problème, pour l’historien, n’est pas tant de traquer dans des œuvres de ce genre les inexactitudes ou les intentions discutables, mais bien de chercher à comprendre pourquoi, à un moment déterminé, un réalisateur a décidé de faire cet usage-là du passé historique [et]  comprendre pourquoi des idées […] perdurent dans la conscience collective, et quels rapports profonds cette vision mythifiée du passé entretient avec les problèmes du présent »[11]. D’autre part, dans le procès d’acculturation des masses, la question se pose de savoir quel est l’étalon influant sur l’individu, celui des médias de masse ou celui des historiens, des enseignants et des institutions idoines. C’est alors une quête intéressante qui vise à mesurer l’écart entre la réalité et la fiction pour jauger des distorsions historiques et de la lenteur des transformations des mentalités, clichés et stéréotypes associés à un objet précis. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Le Sport représenté : des revues pour les jeunes à la Bande Dessinée," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 08/09/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/714.

_________________________________

[1] A. Duprat, Images et Histoire. Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin, 2007.

[2] M. Attali et J-M. Lemonnier, « Le champion sportif: une figure totémique de la France des années 1960 », Sport History Review, 2011, 42, 117-130.

[3] J-M. Lemonnier, Y. Fortune, M. Attali  et J. Saint Martin, « La socialisation sportive des jeunes français-e-s scolarisé-e-s dans les années 1960 : au-delà des intentions généreuses », Sport History Review, 2017, 48, 18-36.

[4] J-M. Lemonnier, M. Attali et E. Parisse, «Young people’s disillusionment with French education before 1968: sport, the school curriculum and social change », Social History, 2016, 41/1, 54-71.

[5] Appel à communication Colloque International « Bande dessinée et sport », 26 et 27 novembre 2015.

[6] J-F. Loudcher, « Marcel Cerdan, la construction d’un mythe. Analyse de la représentation dans la bande dessinée de L’Équipe-Junior (1951) illustrée par Pellos et commentée par Robert Colombini », In T. Bauer et D. Gomet (dir), Histoire(s) de la performance du sportif de haut-niveau, Paris, INSEP, 2010, 95-104.

[7] S. Laffage-Cosnier, J-F. Loudcher et M. Aceti, « Un héros de bandes dessinées à la guerre : entre mythologies antiques et superpouvoirs sportifs », In L. Robène (dir), Le sport et la guerre : XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2012, 171-179.

[8] J-M. Lemonnier, Y. Fortune et F. Dutheil, « Emil Zatopek en bande dessinée : un héros du roman sportif ? », Colloque La BD et le Sport, Besançon, 26-27 Novembre 2015.

[9] J-M. Lemonnier, Y. Fortune et F. Dutheil, « L’olympe sportif d’un dessinateur de BD. Emil Zatopek et Marcel Couchaux », Loisir et Société/ Society and Leisure, 2018, 41.2, 192-213.

[10] P. Legros, F. Monneyron, J-B. Renard et P. Tacussel, Sociologie de l’imaginaire, Paris, A. Colin, 2006.

[11] R. Pithon et J-J. Becker, « Des films et rien d’autre », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1990, 27, 111-112, 112.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search