L’histoire culturelle, cadre ou fourre-tout conceptuel

Si l’histoire personnelle et le ressenti d’adolescent sont des éléments déclencheurs de cette ambition historique [pour rappel : influence de la cuture de masse sur l’individu générationnel], je me débats encore avec sa valeur théorique et épistémologique. D’une part, je peine à en délimiter le périmètre dans celui, plus large, de l’histoire culturelle qui prend pour objet « l’ensemble des représentations collectives propres à une société »[1]. Celui-ci est fortement lié à des groupes sociaux et des communautés, qu’elles soient nation, ethnie, confession, métier ou génération. En cela, j’y retrouve mes ancrages développés depuis le master. Mais, d’autre part, le processus d’appropriation individuel de ces représentations en accord avec le chapitre précédent ne doit pas être occulté.

Toujours empreint de doutes quant aux pourtours de ce courant – tout pouvant devenir culturel – sa force réside, selon moi, dans les outils et méthodes qui invitent à étudier les acteurs qui créent l’objet culturel dans leur époque, mais obligent également à cerner les processus de diffusion, médiatisation et réception de cet objet. « On s’achemine de plus en plus vers une conception et une pratique de l’histoire culturelle comme histoire globale, embrassant dans une démarche qui lui est propre, le politique et le juridique, l’économique et surtout le social »[2]. Ce courant s’est installé dans l’historiographie française à la fin des années 1980 et durant les années 1990 pour les historiens du sport, devenant une notion hégémonique. Finalement, elle permet « de réintégrer au sein du questionnaire historien les expressions les plus élaborées de la culture et des savoirs sans pour autant négliger les pratiques du plus grand nombre »[3]. Après l’histoire des idées et l’histoire politique du sport, l’histoire culturelle est largement valorisée dans les travaux du XXIe siècle; tout le monde s’en réclame et j’en suis un représentant. Est-ce l’ambition d’une histoire totale du sport qui s’est faite jour, à la croisée du politique, de l’économique, du technique et du social ? Sans être certain d’avoir appréhendé toutes les subtilités de ce courant, je m’y inscris cependant en analysant comment les hommes représentent et se représentent le monde du sport et comment ces représentations se transmettent et font sens dans une époque donnée[4]. Il s’agit d’étudier le réel en questionnant le bain sportif quotidien dans lequel est immergé l’individu. La focale médiatique, à travers la culture de masse, n’est qu’un des vecteurs de circulation et de transmission de la pratique culturelle Sport[5].

            Toutefois, les limites de ces choix ne s’inscrivent-ils pas dans la notion même de culture qui, selon les époques, recouvre différentes définitions ? Ou, plutôt, existe-t-il différentes cultures sportives qui cohabitent dans un même instant, créatrices de hiérarchie culturelle et d’hégémonie de certaines représentations ? N’est-ce pas le jeu des modèles et contre-modèles culturels, véhiculés par les différents vecteurs d’acculturation, qu’il s’agit alors d’investiguer pour « quantifier » les influences ? S’il faut être mesuré sur les conséquences de la « mass culture » sur la « noble » culture, n’est-il pas vrai que « la multiplication des représentants de la culture – enseignants, journalistes, bibliothécaires et autres médiateurs – ainsi que la poussée consommatrice liée à la croissance, transforment les conditions de la transmission culturelle »[6] durant le XXe siècle et, plus encore, après la Seconde guerre ? Ce foisonnement de questions est au cœur de mes réflexions théoriques, de mes doutes aussi, depuis que j’interroge les liens et ruptures entre la culture de masse, qu’elle relève de la presse, du cinéma, de la bande dessinée ou des affiches, et la culture qui émane des institutions républicaines. Ce choix fait le pari d’une éducation informelle, que Tony Froissart qualifie de diffuse[7], prenant racine dans les modèles véhiculés par les vecteurs et objets de la culture de masse ou les pratiques culturelles émergentes.

Par exemple, l’analyse des mensuels[8], issus de la culture de masse juvénile des sixties, met en perspective le renouvellement des modalités de pratique des activités physiques et sportives qui s’opèrera dans les décennies suivantes[9]. Au-delà de l’éducation physique, des institutions et des clubs, les baby-boomers sont informés, voire imprégnés, visuellement et textuellement d’une diversité de loisirs sportifs et d’une relation variée à la compétition qui modifient à court, moyen et long termes leur « consommation sportive »[10]. Pascale Goetschel et Emmanuelle Loyer évoquent « l’ère du nouveau » pour caractériser ce moment où toute la culture est empreinte de changement, les fils contestant les pères pour proposer une autre vision du monde : nouvelle vague, nouveau réalisme, nouveau roman… nouveau sport.

            En continuité, avec Tony Froissart, nous montrons que la culture circassienne ne sort pas indemne de ces années 1960-70 et que d’autres représentations s’invitent dans les discours médiatique, politique et scolaire depuis lors, redéfinissant ses contours. En effet, dans la continuité de l’impulsion malrucienne et l’avènement des arts de la rue, le monde du cirque quitte pour partie la sciure des chapiteaux et les places de village pour s’attacher lentement à la démarche artistique, aux théâtres et adopter les codes d’une « artification »[11] propices à une reconnaissance culturelle au-delà du divertissement populaire[12]. Le cirque se conjugue au pluriel et les objets médiatiques mettent en évidence les débats qui animent les écoles et acteurs circassiens sur fond d’enjeux hégémoniques. Ainsi, suite à l’analyse d’affiches de cirque depuis les années 1970, cohabitent deux types de représentations[13]. L’un s’inspire des codes anciens où l’artiste circassien recouvre les clichés de son art ; les commanditaires de ces affiches veulent avant tout informer, par ces images multicolores, des exploits de leurs acrobates, de la kyrielle de fauves dont ils disposent. Les représentations renseignent ainsi la surenchère qui s’installe entre les familles de cirque. Les artistes sont alors parés de leurs plus beaux atours ou montrent leurs dernières trouvailles afin d’inciter la masse à se presser sous les chapiteaux. Les autres représentations filent une autre trame et s’emparent d’autres univers iconographiques pour annoncer leurs productions ; la lecture est plus abstraite et, sans les ancrages du texte, il est parfois difficile d’identifier l’univers circassien. Les concepteurs valorisent l’univers artistique de leur production et laissent au récepteur averti le soin de décrypter le message pour susciter sa curiosité[14].

            C’est ainsi, en filiation avec Roger Chartier[15], une histoire des bains culturels et des appropriations que je cherche à écrire. Pour autant, cette histoire invite à dépasser les modèles explicatifs anciens, qui visaient à rapporter à des clivages sociaux la totalité du processus d’appropriation culturelle, pour mieux comprendre comment l’objet peut être reçu par la diversité d’individus d’une même époque, voire un individu lui-même. C’est-à-dire « une histoire sociale des usages et des interprétations, rapportés à leurs déterminations fondamentales et inscrits dans les pratiques spécifiques qui les produisent »[16]. Toute la chaîne d’acculturation est conviée dans l’analyse : les acteurs à l’origine de la diffusion culturelle, les vecteurs de cette diffusion mais aussi le récepteur qui lui donne sens au-delà des seules formes qui la façonnent. C’est-à-dire un décryptage des intentions premières et des réalités de la réception finale. L’histoire des appropriations culturelles et des vies variées d’une activité sportive, d’une modalité de pratique, de l’identification au champion, du vêtir sportif, etc. se fait jour. L’ambition, qui m’anime largement dans ces années 2020, consiste ainsi à traquer dans les objets dévolus au plus grand nombre l’évolution des représentations d’une culture, qu’elle soit sportive, corporelle ou circassienne, pour mettre en tension, les pratiques, valeurs, normes et visions du monde qui en émanent et mieux appréhender la diversité des acculturations qui en résulte. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "L’histoire culturelle, cadre ou fourre-tout conceptuel," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 08/09/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/709.

______________________________________

[1] P. Ory, « L’histoire culturelle de la France contemporaine : question et questionnement », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1987, 16, 67-82, 68.

[2] P. Goetschel et E. Loyer, Histoire culturelle de la France de la Belle Epoque à nos jours, Paris, A. Colin, 2011, 7.

[3] P. Poirrier, « Histoire culturelle », In C. Gauvard et J-F. Sirinelli, Dictionnaire de l’historien, PUF, 2015, 332-335, 333.

[4] J-P. Rioux et J-F. Sirinelli (dir), La culture de masse. En France de la Belle Epoque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002.

[5] M. Attali et J. Saint-Martin, « Éditorial. À propos de l’histoire culturelle du sport », Movement & Sport Sciences, 2014/4, 86, 1-2.

[6] P. Goetschel et E. Loyer, op. cit., 2011, 193.

[7] T. Froissart, Solidarisme et solidarités par les pratiques, sportives ou artistiques. Histoire culturelle d’un apprentissage social (fin XIXe siècle à nos jours), Université de Reims-Champagne-Ardenne, 2/12/2015.

[8] J-M. Lemonnier et M. Attali, « La presse jeunesse face au sport. Le développement en France d’une culture entre tradition et modernité dans les années 1960 », Modern and Contemporary France, 2012, 20/1, 71-85.

[9] G. Vigarello et O. Mongin, « Le nouvel âge du sport », Esprit, Numéro Spécial, Avril 1987.

[10] J-M. Lemonnier, « Le sport des « Copains » : le rêve avant tout », In M. Attali (dir.), Sports et Médias. Du XIX° à nos jours, Paris, Atlantica, 2010, 93-107.

[11] R. Shapiro, « Art et changement social : l’artification », In P. Le Queau (dir). 20 ans de sociologie de l’art : bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, 2007, 129-137.

[12] T. Froissart et J-M. Lemonnier, « Une révolution artistique manquée en éducation physique scolaire ? De l’expression corporelle aux activités physiques artistiques (1967 à nos jours) », Sciences Sociales et Sport, 2020, 15, 75-101.

[13] T. Froissart et J-M. Lemonnier, « Dessus-dessous du funambule, deux histoires représentées », Colloque Du fil à la slackline. Une traversée des corps, Châlons en Champagne, 11-14 Octobre 2018.

[14] T. Froissart. et J-M. Lemonnier, « Dessus-dessous du funambule, deux histoires représentées », In B. Andrieu, K. Saroh et C. Thomas (dir), Du fil à la slackline, Châlons-en-Champagne, Cnac éditions, 2020, 63-75.

[15] R. Chartier, « Le monde comme représentation », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 1989, 6, 1505-1520.

[16] R. Chartier, op. cit., 1998, 74.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search