15 Février 1942

Chère petite Mimi il est vraiment lourd le silence ; surtout depuis le 14 Janvier que ton Roger a reçu ta chère lettre du 13.12 ; lettre qui vient mettre à chaque fois dans le cœur de ton Loulou mais cette lettre attriste un peu mon cœur car elle m’annonçait que ma petite bien-aimée était malade ; toute fois elle me laissait espérer rien de grave ; toute fois la lettre suivante a été autrement impatiemment attendue et cela pendant 24 jours et enfin le 8 j’ai eu cette lettre où peut-être j’avais mis trop d’espoir car j’espérais la santé meilleure pour ma petite Marie- Anne mais hélas mon petit cœur s’est serré davantage dans l’angoisse car tu n’es pas guérie ; bien au contraire voilà pourquoi mon amour aujourd’hui le silence est si lourd pour ton petit Roger ; n’est-ce pas pour toi ; pour nos chers petits que je sais gardé tout mon courage ; toute ma douce espérance ; et de nouveau mon petit cœur attendit secrètement la lettre suivante ; mais que c’est dur de savoir là-bas sa femme chérie malade et qui a malgré cela la lourde tâche d’avoir nos petits à veiller ; ne pouvais rien pour lui prêter secours et je ‘ai même eu ni dimanche, ni aujourd’hui la douce consolation de pouvoir t’envoyer sur quelques lignes quelques conseils pour ta santé, quelques mots d’espoir et de courage. Non rien pas de lettre ; pas de carte ton Loulou est là dans la grande chambrée avec un cœur lourd ; avec beaucoup de pensées que je te transmets en regardant ta chère image mais je sais que ses pensées n’arriveront pas jusqu’à toi et surtout je ne serais pas rassuré sur ta santé et puis de nouveau pour toi cela va être le silence et l’angoisse des longs jours d’attente sans nouvelle. Combien en ces tristes moments il faut avoir confiance dans son amour ; confiance dans l’être aimé que l’on a choisi pour partager ses joies et ses peines et pour cela chérie soit sure que ton Roger t’a donné tout son cœur, toute sa confiance. Je sais qu’en toi je possède l’épouse fidèle ; la maman rêvée pour nos petits. Combien pour moi cher amour cette confiance que j’ai en toi m’aide à supporter plus vaillamment cette longue absence loin de toi. Et je ne doute pas ma chérie que toi aussi tu as confiance en ton Roger qui t’a fait don à toi seule et pour toujours de son cœur ; de tout ce qui est lui. Quand ton Roger reviendra tu le trouveras changé non physiquement mais moralement car dans ses longues journées de solitude il s’est promis une chose, celle de changer son caractère et cela j’y suis arrivé. Avant mon caractère qui je crois n’était pas très mauvais est devenu très doux. Pourquoi j’ai voulu cela me diras-tu chérie ; mais c’est pour nous ma bien-aimé. Tu te souviens comme moi des quelques petites disputes que nous avons eu rarement cela est vrai ; mais à présent que combien il est dur de vivre l’un sans l’autre je me dis que jamais plus nous devons nous disputer ; car je souffre trop en me rappelant cette maudite brouille que nous avons eu le 23 décembre 1937 ; je t’ai fait de la peine pauvre chérie pardonne à celui qui n’a cessé de t’aimer et qui s’est fait souffrir lui-même et qui lorsqu’il y pense encor souffre ; car n’ai-je pas failli de faire de ce jour de Noël non pas comme est la coutume un Noël de joie mais un Noël de tristesse ; à mon retour chérie sauras-tu me pardonner ; oui n’est-ce pas chère Mimi et tu feras comme ton Loulou pour que jamais plus de telles choses arrivent entre nous. J’arrêterai là ce jour mon cœur semble soulagé ; il lui semble que bientôt tu liras cela ; ne serait-ce que comme tant de choses qu’un rêve ; non chérie cette page tu la liras et mieux tu entendras ton cher petit te demander pardon. Pardon pour ces mauvais souvenirs mais aussi pardon de toutes les peines que j’ai pu te faire et alors tu verras que ce cœur a su faire ce qui fallait pour réparer ce mal. Je t’embrasse bien fort mon amour ; je prierai Dieu ce soir pour ta santé et celle de nos petits que tu embrasseras pour leur papa.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search