S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (4)

Une chose que je ne sus pas être jusqu’à ce que je connaisse votre douce maman ; c’est d’être économe. Mes parents me laissaient toujours mon argent gagnée ; il aurait été préférable pour moi que mes parents ne me laisse que l’argent nécessaire pour faire le garçon ; car cet argent qui plus tard m’aurait rendu grand service ; il fût dépensé pour payer pour ceux de mes camarades dont j’ai parlé plus haut. Je sus quand même en garder pour m’habiller honorablement. Les économies que je fis avant mon régiment furent presque toutes dépensées pendant mon régiment ; et je sortais de mon régiment avec environ 400 f. Amusez-vous mes enfants chéris dans votre jeunesse mais faites le sagement en pensant que la défaite de notre France est beaucoup  venue parce que nous avons préféré notre plaisir au travail. Je ne veux pas dire par là que tous les Français se sont laissés aller ; non mais trop sont ceux qui sont allés dans le chemin du plaisir et surtout du plaisir malsain. Presque tous ceux qui ont eu une éducation chrétienne sont restés fidèles aux lois de Jésus ; et votre papa avait eu grâce à sa maman une bonne éducation chrétienne ; j’ai presque toujours assisté à la messe le dimanche.  Restez comme votre papa et maman de fidèles disciples de Dieu ; et sachez que lorsque l’ennui ou la colère s’empare de vous qu’en adressant une simple petite prière à Dieu ou à la Ste Vierge l’on se trouve tout de suite soulager ; l’on voit plus clair dans son esprit. Il est une prière que j’ai appris dans mon enfance et que je n’ai pas oubliée ; je vous l’apprendrai à mon retour et quand vous saurez combien de fois votre papa l’a dit pendant le temps qu’il aura été absent de son cher foyer vous la direz vous aussi ; car elle permet à votre papa de supporter avec courage, confiance et espoir le retour parmi vous ; c’est le souvenez-vous à la Vierge Marie ; depuis que la France est entrée dans cette triste période, c’est tous les jours que vers cette bonne Mère part cette prière qui me fait paraitre ma captivité moins longue. Je m’arrête là sur le poids de ma captivité j’aurais le temps de l’écrire plus loin ; ce que je dois vous dire maintenant c’est ce qu’a fait et ce qu’est devenue la France pendant cette période de 1918 à 1936. Comme je l’ai dit au début de mon cahier en novembre 1918 notre cher pays qui avait lutté avec tout son patriotisme, toute son ardeur pour libérer son sol envahi sans aucune raison, sortait après plus de 4 ans de guerre victorieux ; beaucoup meurtri peut-être mais glorieux. Une paix fût signée à Versailles en Juin 1919 ; ou malheureusement pour nous qui avions le plus souffert de la guerre, nous n’eûmes pas la première parole ; cette Paix a été presque entièrement dictée par l’Amérique et l’Angleterre.

Les principales clauses sont les suivantes :

La France reprend les territoires perdus en 1871.

Elle fait l’occupation de la Rhénanie jusqu’à ce que l’Allemagne ait payé des milliards de francs de dettes de guerre ; C’est là à peu près les points personnels de la France. De plus ce traité reconstitue en Europe une quantité de petits Etats. L’Allemagne est désarmée et ses colonies lui sont enlevées. La plus grande partie sera prise par l’Angleterre. De plus les alliés instituent à Genève une société dite Société des Nations ; cette société a pour but d’empêcher qu’une nouvelle guerre revienne bouleversé le monde. Les jalons de cette Société sont donnés par Mr Wilson alors Président des Etats-Unis ; seulement aux derniers moments les Etats Unis refusent d’en faire partie ; cela fut la cause de la mort de Wilson. Est-ce parce que l’Amérique ne participa pas à cette société que celle-ci à donner de si mauvais résultats comme vous le verrez plus loin. Que doit faire cette S.D.N pour éviter les guerres : Elle doit 1° arbitrer tous malentendus ou différents qui risquerait de mettre 2 pays en guerre et je crois pour ma part que tous les différents pouvaient se régler à l’amiable par l’intermédiaire de cette Société ; et en cas de mauvaises volontés d’un côté elle pouvait et devait avoir recours à la force ; donc plus de 40 Nations donnèrent leur admission à la S.D.N. Quel est donc le pays qui aurai essayé de lutter à un contre quarante si auparavant il lui avait été soumis des choses justes et tenant compte des intérêts des deux parties en cause. Mais dans chaque cas, chaque pays a recherché ses propres intérêts et pas l’intérêt de tout l’univers ; voilà pourquoi elle n’a pu régler que peu de différents et au moment critique a fait nettement faillite ; après avoir dilapidé des milliards de francs. C’est vers cette Société que se porta tout l’espoir de la France et même du monde pour repartir vers un nouvel élan de Paix qui devait hélas être si court. Au début deux pays d’Europe n’y participèrent pas ; ce fut la Russie qui nous avait laisser en 1917 ; et qui était en pleine révolution communiste ; et l’Allemagne vaincue laquelle n’avait pas repris la place auquel elle aurait dû avoir droit pour éviter plus ce qui est advenu. A la fin de la guerre l’Allemagne était ruinée tant en vivres qu’en capitaux et le traité de Versailles ne lui donnait pas les éléments nécessaires pour lui permettre de vivre ; c’est-à-dire qu’il s’est produit pour l’Allemagne ce qui se produit dans une ville ou une commune de France lorsqu’un de ses habitants a fait un mauvais coups ; il est abandonné par tout le monde ; on ne l’emploie pas ; on le laisse se débrouiller seul ; un individu seul y trouve la mort mais un peuple de 40 millions d’habitants ne se laisse pas mourir ; il s’unit et cherche une route qui le mènera au relèvement ; c’est ce qu’a fait l’Allemagne. Vers 1925 un homme dont je marquerai le nom à mon retour je ne m’en souviens ; prend les leviers de commande ; c’est un excellent diplomate et demande vers 1928 à adhérer à la SDN à condition que la France évacue la partie de l’Allemagne occupée ; c’est en France Mr Briand qui est en ce moment ministre des Affaires Etrangères ; cet homme a dit « Tant que je vivrai, il n’y aura pas la guerre ». Il avait certes un idéal mais je crois que c’est lui qui a fait marcher la France les premiers dans la faiblesse ; car la France ne devait pas abandonner si facilement une des clauses principale du traité de 1919 ; au lieu il démontre que ce traité n’est pas juste. Briand est mort en 1932 et 7 ans après nous étions en guerre. Peut-être encor à ce moment l’Europe aurait pu chercher les différents qui recommençaient à paraitre à l’horizon ; mais pour la France la bonne vie de plaisirs et de joies continuaient de plus en plus. Seuls ceux qui avaient de l’argent pouver participer à tous ces plaisirs qui souvent étaient des plaisirs malsains. C’est ce qui commença à amener en France le mécontentement de l’ouvrier français et qui amena en France les premiers éléments communistes ; qui trouva facilement des éléments parmi tous les étrangers qui étaient venus en France après la guerre. Une scission se produit parmi les groupements d’anciens combattants ; au lieu de s’unir les Français se désunissaient pour entrer dans une grande bataille politique qui devait vite nous conduire à l’abîme : Est-ce qu’un jour les français comprendront leurs fautes passées et sauront bientôt s’unir derrière un gouvernement capable de relever notre chère Patrie. Puis un nouveau fléau devait s’abattre sur notre pays vers 1931 ce fût le chômage. Et aux élections de 1932 commence à prendre une légère tendance à gauche. Le gouvernement qui suivit ces élections avait comme tâche d’arrêter le chomage ; de résoudre les problèmes européens ; il n’arrangea rien. Les ministères étaient renversés plusieurs fois par an ; et presque toujours des Messieurs qui n’avait qu’une idée ; celle de remplir leurs poches ; car le budget français fut dépensé sans compter et ne donna jamais de résultat que de nouveaux ministres et l’ouvrier poussait par une dure propagande communiste était de plus en plus mécontent car le chômage allait en augmentant. Les problèmes européens furent mis sur le tapis à la S.D.N. et devaient être résolus par le désarmement. Cela aurait été très beau si tous les peuples européens avaient su le comprendre à ce moment et mettre tous les milliards dépensés à l’armement au service du bien-être des ouvriers que de malheurs, que de peines, que de larmes n’auraient pas existés.

Mais dans tous les pays, il y a ceux que l’on appelle les marchands de canons et ce sont eux qui n’ont pas voulu le désarmement ; quels reproches doivent-ils attendre par leur conscience (s’ils en ont une) à l’heure actuelle. Après la guerre nous avons eu un ministre de guerre qui voulait que la France ne soit plus envahie. Il avait à cet effet fait construire sur notre frontière de l’Est des fortifications splendides qui nous mettaient à l’abri d’une attaque allemande si un jour celle-ci se produisait ; par ailleurs nous avons de bonnes frontières naturelles tels que les Alpes, les Pyrénées et la mer ; seule notre frontière du Nord restait découverte, n’étions-nous pas les amis de la Belgique. C’est alors que les gouvernements qui se succédaient de 1932 à 1936 poussèrent le désarmement de la France sans se soucier si les autres peuples en faisaient autant. De plus la propagande communiste fit de la jeunesse française une jeunesse antimilitariste et indisciplinée ; et peu courageuse au travail. Une grande partie de l’enseignement, c’est-à-dire des membres enseignants, était devenue communiste et chassa du cœur des élèves l’amour de la patrie le respect de la famille et il m’est permis de me demander si dans certains enseignements l’on a pas appris le vice et la débauche, plus que l’enseignement national. Lorsque le jeune homme de 20 ans qui partait pour accomplir son service militaire partait avec le mépris de ses chefs futurs, en disant que cela était une corvée et que c’était injuste de perdre 1 ou 2 ans au régiment ; si à ce moment ils avaient pensé à ce qu’avaient fait leurs pères pour eux peut-être auraient-ils partis de bon cœur ; que n’ont-ils pas fait nos anciens pour nous assurer la liberté que nous avons gaspillé et dont aujourd’hui nous payons si cher. Moi quand je suis parti au régiment j’y suis parti avec l’esprit de patriotisme que mon cher maitre d’école Mr Louail m’avait donné à moi et à mes camarades ; mais combien hélas ont vite oublié ce que ce brave français nous avait appris. Certes tous les enfants de France n’ont pas eu un maitre si dévoué et si patriote mais presque tous ont eu un père qui aurait du leur montrer la voie à suivre. Voilà pourquoi chers petits Claude et Bertrand j’ai hâte d’être près de vous pour pouvoir dès maintenant vous apprendre à aimer notre patrie et vous montrer ce que plus tard votre papa, qui aura connu plusieurs années de captivité loin de vous tous mes bien-aimés, attend de vous et je voudrais que chaque papa actuel ou futur reconnaisse ses fautes passées ou chacun plus ou moins a ses torts ; et les démontre à ses enfants pour que plus tard ils ne retombent dans ses fautes et que tous ces petits français qui feront la France de demain des français unis pour le service de leur patrie et pour la Paix du monde si tous les peuples le voulaient en tous cas qu’ils restent unis et forts pour le cas où ils seraient attaqués. Quant à toi petite Solange c’est ta douce maman qui te dictera ta conduite et cette petite maman qui aura lutté seule loin de tous parents pour vous éviter que ces tristes années ne soient pas trop pénibles pour vous mes petits et bien cette maman ne saura t’enseigner que le plus droit chemin ; celui ou toujours elle est restée parce que je sais que dans son pauvre petit cœur il n’y a que des bonnes choses qui y habitent n’est-ce pas chérie…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search