Du roman familial à l’intrigue familiale

Paul Veyne[1] démontre que l’Histoire est le reflet des choix des historiens. C’est l’ensemble des productions qui fait l’Histoire. Il ne suffit pas de conter, il faut faire des choix éclairant d’un regard neuf, ou tout au moins nouveau, un évènement ou un ensemble d’évènements. La simple récitation de faits n’est pas Histoire car il n’y a pas de mise en intrigue et de prisme particulier. Initié par un roman familial concernant deux générations d’ancêtres, porté par des individus qui témoignent différemment des années 1939-1945, mes choix d’historien, dès 2007, tentent d’articuler les problématiques sociales et individuelles.

En changeant les niveaux d’analyse, l’intrigue ne s’en trouve-t-elle pas plus aboutie ? C’est pour partie la réponse que Michaël Attali avance, quelque temps plus tard, en estimant que la lecture générationnelle est une perspective de renouvellement historiographique[2]. Elle permet l’analyse de la diffusion-appropriation du phénomène sportif en cherchant les traces des normes, des pratiques et des valeurs qui imprègnent une génération dès l’enfance et l’adolescence (phénomène d’imprégnation). En cela, le concept dépasse les focales démographiques et sociales pour celles des institutions, des acteurs, des médias et autres vecteurs de transmission culturelle qui créent du commun. « La référence à une icône, les modifications de la vie scolaire, des moyens offerts pour accéder à un objet (en particulier par l’intermédiaire de nouveaux médias segmentés à destination de la jeunesse par exemple) jusque-là restreint constituent autant de possibilités »[3]. En cela, la génération des copains est différente de celle de Jean Calbrix. Le terreau générationnel tend à marquer les acteurs durablement dans leurs relations aux activités physiques et sportives (phénomène de marquage). Les valeurs, les modalités de pratique et la prégnance ou non des institutions sont autant de marqueurs générationnels. À nouveau, la génération des copains diffère de celle de Jean Calbrix. Enfin, l’empreinte laissée par ces étapes explique, pour partie, la relation entretenue, durablement ou non, par les acteurs aux pratiques sportives (phénomène d’empreinte). La génération des copains n’accorde pas le même crédit aux institutions sportives que ne le fait celle de Jean Calbrix.

La difficulté, d’aucuns évoqueront la limite, consiste ensuite à dépasser la dimension générationnelle pour celle d’individus, sensibles, ancrés dans une génération. C’est-à-dire retrouver les tonalités diverses des brouhahas de mon enfance lorsque mes aïeuls racontaient « leur guerre ». « Le grand problème est donc celui-ci : apprendre quelles étaient les fins des gens, leurs valeurs, afin de déchiffrer ou de rétrodire leur conduite »[4]. Dès lors, au-delà des considérations épistémologiques, nécessaires à l’enjeu de scientificité de l’histoire, l’historien contemporain peut-il reléguer le témoignage d’acteur aux seules fins d’illustrations ? Le XXe siècle est tellement riche en outils de captation sonore qu’il devient incompréhensible de se priver des témoignages d’acteurs concernés par un objet d’étude. Les historiens du temps présent, forts de la constitution de lieux d’archives orales, valorisent cela dès les années 1980[5]. Comme le dit Danièle Voldman, c’est « une histoire où le passé, resté vivant par la chair et la voix de ses contemporains », doit être mis en perspective. C’est une histoire incarnée forte de descriptions, d’explications, de non-dits et de ressentis. Si l’historien doit se méfier de cette histoire personnelle reconstruite, il dispose cependant d’un matériau rare, celui de l’histoire d’un acteur traversant l’histoire. Dans cette perspective, il n’y a finalement pas de petits témoins, il n’y a que des parcours singuliers qui éclairent de multiples facettes la « mémoire collective ». En effet, la mémoire individuelle s’inscrit dans des mémoires, qu’elles soient familiales, religieuses, nationales ou sportives. Ainsi, le témoignage devient tout autant une source de renseignements sur tel ou tel évènement, qu’il est un vécu, une représentation singulière de cet évènement. C’est une source qu’il faut analyser à l’aune de plusieurs mémoires, celle de l’individu, d’un groupe, d’une mémoire officielle et d’une mémoire commune. Ainsi, « chacun détient sa vérité historique et la fragilité ou la subjectivité des souvenirs constituent des phénomènes qui ne peuvent être ignorés »[6]. Le témoignage fait alors le lien, même reconstruit, entre ce qui a été transmis et vécu hier pour la vie de l’adulte d’aujourd’hui. Les manques ou les oublis deviennent les sources d’une histoire des intérêts, des motivations, des jugements d’un vécu forcément subjectif. Lorsque le témoignage est envisagé de la sorte, la focale change. Il ne s’agit pas d’écrire l’histoire à partir de cette source ; cela pourrait être un biais où l’historien cherche dans les propos de l’acteur les traces de ses propres hypothèses. C’est, au-delà de la vérité historique, largement subjective selon Paul Ricoeur[7], la vérité du témoin qui devient importante. Une forme d’histoire du sensible, chère à Alain Corbin[8], se fait jour mettant en tension histoire et mémoire et cherchant à résoudre la quadrature du cercle de l’objectivité de l’histoire inscrite dans l’histoire incarnée du témoin[9]. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Du roman familial à l’intrigue familiale," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 26/07/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/683.

___________________________________

[1] P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Seuil, 1971.

[2] M. Attali, « Une perspective de renouvellement: la lecture générationnelle », Movement & Sport Sciences, 2014, 86, 43-50.

[3] Ibid., 45.

[4] P. Veyne, op. cit., 219.

[5] Cahier de l’IHTP, La bouche de la vérité, Novembre 1992, n° 21.

[6] J-L. Martin, Histoire de l’EP sous la V° République. L’élan gaullien, Paris, Vuibert, 2004, 4.

[7] P. Ricoeur, Histoire et vérité, Paris, Seuil, 1955.

[8] A. Corbin, Historien du sensible. Entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000.

[9] J-M. Lemonnier, « De l’utilité du témoignage comme source historique », In B. Andrieu, K. Saroh et C. Thomas (dir), Du fil à la slackline, Châlons-en-Champagne, Cnac éditions, 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search