L’individu inscrit dans sa génération ?

Mais n’est-ce pas aller à contre-courant de l’air du temps que de valoriser un concept qui généralise, alors que le procès des mémoires individuelles est à l’œuvre depuis les années 1980 dans les réflexions épistémologiques[1] ? Comment préserver l’inscription dans les normes, valeurs et pratiques d’une génération tout en analysant les leviers dont l’acteur dispose pour s’en distancier ? Ces questions sont à rapporter au fait qu’il y ait une forte croyance, inscrite pour partie dans les processus de domination, de pouvoir ou de gouvernementalité[2], en l’existence d’une grande et d’une petite histoire passant de facto par les grands hommes ou les masses, mais point par l’individu. Pris dans ces réflexions au cœur du doctorat, je levais le biais méthodologique par le croisement de sources et des méthodes d’analyse très variées (cf. infra) pour rapporter du pluriel dans mes résultats. La démarche part alors du commun pour aller vers le(s) singulier(s). Mais peut-on partir du singulier pour lire et décrypter le commun d’une époque ou d’une relation aux activités physiques et sportives, en continuité des approches monographique, prosopographique ou micro-historique ? C’est le projet que je mène avec mon collègue Frédéric Dutheil, depuis deux années, visant à replacer l’itinéraire d’un hébertiste militant au sein des patronages, des auberges de jeunesse et des centres socio-culturels depuis les années 1930[3]. Entre micro-analyse et biographie thématisée, l’analyse du parcours de Jean Calbrix, éducateur, randonneur, amateur d’activités physiques de plein-air, permet de repérer ses choix individuels dans les contextes sociétaux plus larges. En cela, ses trajectoires de vie se teintent d’effets générationnels liés à des périodes où les institutions étaient reconnues comme émancipatrices[4]. Elles sont également le résultat d’un engagement personnel visant à dépasser le seul statut d’adhérent pour devenir un promoteur avisé des activités de pleine nature et de l’éducation populaire.

Pour autant, l’histoire d’un anonyme, aussi original ou charismatique soit-il, peut-elle servir l’Histoire ? Comment les trajectoires de vie de Jean Calbrix révèlent ou participent d’une histoire des loisirs physiques en France ou de l’hébertisme ? Ou, pour le dire autrement, quels biais faut-il lever pour que l’itinéraire de ce randonneur ne soit pas la simple illustration d’une histoire déjà écrite mais mette aussi en lumière les choix contextuels de cet acteur singulier ? Finalement, répondre à ces questions, c’est rappeler les débats épistémologiques, débutés dans les années 1980, lorsque les études biographiques prenaient un nouvel envol et que le concept de micro-analyse était avancé. C’est-à-dire une histoire privilégiant « les études de cas représentatives d’un “exceptionnel normal” censé mettre en lumière la totalité du social »[5]. Si écrire l’histoire par le prisme de la vie des plus modestes n’est pas sans écueil méthodologique, les pionniers du genre, tels que Giovanni Levi[6] ou Alain Corbin[7], n’ont eu de cesse d’argumenter sur la force d’une telle approche. Dans cette logique, Jean Calbrix devient un exemple singulier du processus de sensibilisation des masses aux activités physiques et sportives qui opère dans la France après la Seconde guerre mondiale[8]. En cela, je retrouve la jeunesse de mon père qu’il m’a très peu racontée, celle de nombreux jeunes de sa génération sensibilisés aux pratiques corporelles de pleine nature dans les institutions d’encadrement de la jeunesse jusqu’aux années 1950. Jean Calbrix, ce que n’a pas fait mon père, relaye ce système de convictions dans ses activités professionnelles et associatives jusqu’à l’orée du XXIe siècle. C’est ainsi un moyen[9] de faire l’histoire de l’offre physique et sportive faite à cette génération, dans le sens patrimonial du terme, et d’analyser les choix plus personnels d’un individu qui s’inspire durablement du cadre hébertiste et de ses valeurs morales[10] alors que ce dernier est en perte d’influence en France dans le second XXe siècle.

S’intéresser à un personnage intermédiaire permet d’avoir un point de vue personnel et sensible sur le déroulé de l’histoire[11], mais il est nécessaire de croiser différentes sources et jouer sur différentes échelles pour analyser le processus d’appropriation-transmission des valeurs et pratiques corporelles qui opère chez notre témoin[12]. Son parcours professionnel et personnel, ses trajectoires de vie, bien qu’essentiellement anonymes, participent finalement à une meilleure connaissance et compréhension de l’histoire des loisirs et des activités physiques au XXe siècle. La parole de l’acteur permet ainsi de parvenir « aux motifs de l’action, aux ressorts de l’engagement, aux singularités de l’expérience vécue, enfin aux dimensions réflexives et créatives de la personne qui donnent aussi sens aux faits sociaux, historiques et actuels » [13]. Au-delà de ce témoin, prônant les valeurs de la Méthode naturelle de Georges Hébert dans sa vision du tourisme sportif de déplacement non motorisé, c’est toute une génération d’acteurs et actrices qui participe, depuis le second XXe siècle, à l’essor et la fabrication de modalités de pratiques physiques de Pleine nature, à la fois récréatives et éducatives, soucieuses du corps et de la condition physique, visant à l’autonomie en milieu naturel. Toutefois, ils l’envisagent avant tout par l’intermédiaire d’une initiation encadrée et fédérée des publics ce qui, à la fin du XXe siècle, n’est plus forcément dans l’air du temps. Fort de ses ancrages générationnels, Jean Calbrix se questionne sur les évolutions du tourisme consumériste et individualiste à l’orée du XXIe siècle et se heurte aux « changements de mentalités » ou aux souhaits des nouvelles générations. Dans les contextes changeants du tourisme physique et sportif, de 1960 à 2000, il reste ainsi attaché aux formes de socialisation qui l’ont construit et qui se rapportent à une forme culturelle moderne du loisir de Pleine nature[14].

Cette recherche permet ainsi d’exploiter le concept de génération dans une démarche de micro-analyse. Les trajectoires de Jean Calbrix montrent que cet acteur profite des institutions d’encadrement de la jeunesse pour s’émanciper de son cadre de vie initial, à l’instar de nombreux jeunes de sa génération, mais qu’il a su dépasser la simple socialisation aux activités physiques de loisir pour en devenir un initiateur dynamique tout au long de sa vie. Ainsi nait la vision d’une histoire à différents niveaux de lecture, sans opposer le haut et le bas, le petit et le grand, mais en précisant peut-être que l’histoire ne recouvre pas forcément les mêmes réalités sociales selon l’échelle d’analyse. « Des phénomènes massifs […] peuvent être lus en termes tout différents si l’on tente de les appréhender à travers les stratégies individuelles, les trajectoires biographiques, individuelles ou familiales, des hommes qui leur ont été confrontés »[15]. Le niveau d’analyse, aussi réduit soit-il, est producteur de compréhension et d’un regard sensible aux inflexions de l’histoire, en rapportant au plus bas de l’échelle, des contextes plus globaux. Il met en avant la multiplicité des expériences à travers lesquelles les hommes se construisent et inverse le sens de lecture de l’histoire. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "L’individu inscrit dans sa génération ?," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 26/07/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/668.

___________________________________

[1] P. Nora, op. cit., 2011.   

[2] M. Foucault, « La gouvernementalité », Dits et écrits, Vol. 3, 1988, 642.

[3] J-M. Lemonnier et F. Dutheil F, art. cit., 2019.

[4] J.-P. Augustin et J. Ion, Des Loisirs et des jeunes, Paris, Les éditions Ouvrières, 1993. D. Dessertine et B. Maradan, L’âge d’or des patronages (1919- 1939). La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2001. L. Heller-Goldenberg, Histoire des Auberges de Jeunesse en France des origines à la Libération (1929-1945), Thèse d’Etat, Université de Nice, 1985.

[5] L. Avezou, « La biographie. Mise au point méthodologique et historiographique », Hypothèses, 2001, 4/1, 13-24, 16.

[6] G. Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989.

[7] A. Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998.

[8] P. Tétart, L’histoire du sport en France. De la Libération à nos jours, Paris, Vuibert, 2007.

[9] M-A. Kaeser, « La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des sciences », Revue d’histoire des sciences humaines, 2003, 8, 139-160.

[10] J-P. Barbazanges, « Scoutisme et Hébertisme dans l’entre-deux-guerres », In P. Arnaud, J-P. Clément et M. Herr (dir), Education physique et sport en France, 1920-1980, Clermont-Ferrand, AFRAPS, 1989, 49-60.

[11] F. Descamps (dir), Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-Sous-Bois, Bréal, 2006.

[12] J. Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996.

[13] V. Helardot, « Parcours professionnels et histoires de santé : une analyse sous l’angle des bifurcations », Cahiers Internationaux de Sociologie, 2006, 120/11, 59-83.

[14] J. Corneloup, « La forme transmoderne des pratiques récréatives de nature », Développement durable et territoires, 2011, 13/3, 1-15.

[15] J. Revel, op. cit., 12.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search