S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (3)

Une année passa ce qui mettait ma libération à 6 mois plus tard [1931]. Nous parlâmes donc de nos projets futurs. Mon beau-frère Charles voulait que je m’associe avec lui ; mais à ma dernière permission maman me déconseilla cela ; en me disant que jamais nous pourrions nous en tirer si nous avions des enfants. Je suivais donc les conseils de maman et abandonnait ce projet ; seulement je n’eus pas le courage de le dire à Charles ce qui m’y plus tard du dissentiment entre nous deux. J’aurais dû à ce moment rester dans l’armée ; j’étais sur le point d’être sous-officier mais d’un autre côté M.A voulait se rapprocher de sa maman ; si nous ne restions pas à Gavray. Mr J.P m’avait bien offert de rester chez lui une fois mariés mais Me J.P et Mimi ayant à plusieurs reprises des disputes ne voulait plus y rester. Nous décidâmes ; nous tacherions de trouver une place en Bretagne pays qui nous plaisait à tous les deux ; en attendant notre mariage qui fut décidé pour Juillet je travaillais chez Monsieur Jean-Paul. Je terminerais ce chapitre en vous disant quel a été mon dernier obstacle avant notre union. Peut-être toi ma petite chérie l’as-tu deviné ? C’est mon père qui voulut me faire obstacle. Moi qui suit assez discipliné je n’ai pas voulu me plier à la volonté de mon père qui a voulu jusqu’à la dernière minute me faire abandonner ce qui m’était et m’est si cher. Je sais qu’à présent il a changé d’avis et que celle qu’il voulait pour belle-fille n’a plus aucune comparaison avec la noble et belle maman que tu es ; d’ailleurs tu sauras t’en rendre compte en voyant que tu as toujours été reçu à bras ouverts par lui et que tu lui as donné 2 petits-fils portant son nom.

Je l’ai dit plus loin papa a un caractère renfermé ; donc je lui ai toujours rarement parlé de mes projets d’avenir parce que je savais qu’ils auraient toujours étaient critiqués. Un jour il fût faire un tour à Roncey son pays natal ; ou une amie d’enfance qui avait une jeune fille serait heureuse de me l’a donner et lui a dit. Cette jeune fille je crois que toi Mimi tu l’as vue une fois ; c’est Madeleine Lebrun qui tient le café-épicerie presque auprès de la tante Marie-Louise. Cette jeune fille est l’héritière unique de sa mère qui possède une coquète petite ferme. Ce projet fit donc plaisir à mon père car de plus il voulait m’apprendre son métier ; jamais il ne m’en parla ouvertement ; mais je sais que les trois ou quatre refus qu’il me fit pour me donner son consentement vinrent de là ; c’est ma sœur Simone qui me le dit un jour et je crois même ma chère petite que si ma pauvre Germaine n’était pas morte nous nous serions mariés sans le consentement de mon père ; mais rien n’aurait fait renier mon amour, ni me faire renier la parole sacrée donnait à la noble jeune fille d’un papa mort pour la France. Un jour de fin Juin, j’eus une grande discussion avec papa parce que celui-ci avait appris que j’avais pris des renseignements pour me marier sans son consentement. Fort de mon amour et de la défense de notre bonheur je sus lui répondre correctement (contrairement à ce qu’a fait mon frère dans ses disputes avec papa) et à la fin je lui demandais si moi son fils lui avait parfois manqué de respect. J’avais beaucoup de peine de cela mais cette souffrance morale m’était douce puisque je combattais un juste droit ; mais pourtant souvent dans cette période j’ai pleuré le soir dans ma chambre ; car je savais que ma chère maman plaidait ma cause et à quels risque ! Tu le devines n’est-ce pas mon amour ?

Ce secret je l’ai gardé jusqu’à maintenant pour que jamais il n’y ai sujet à dissentiment entre toi et papa et comme à présent papa a pu juger de la différence qu’il y avait entre la petite cuisinière et la fille de la fermière je sais qu’il ne peut s’empêcher de t’aimer et de se repentir. D’un côté il y avait l’union de l’intérêt qui ne serait plus que des cendres ; de la manière dont celle qui aurait été ma femme s’est conduite et de l’autre qu’y a-t-il, un foyer uni et s’aimant plus que jamais ; avec trois beaux enfants ; notre seul but, notre orgueil et notre espérance. Il faut savoir ceci c’est que même le bonheur se paie.

Chers petits enfants pour vous j’arrêterai ce que je peux appeler la première période de ma vie ; qui est celle qui m’a donné la route à suivre pour plus tard. N’oubliez jamais chéris que cette route peut-être bonne ou mauvaise, suivant que l’on se laisse prendre par le bon ou le mauvais exemple et malheureusement dans le moment où j’ai vécu cette période le mauvais exemple ne manquer pas.

L’après-guerre de 14-18 fut le moment où la France pourtant si meurtrie se laissa vivre dans l’insouciance de tout ; chacun voulu rattraper le bon temps perdu dans la tourmente ; chacun était sur que nous venions de gagner la dernière des guerres ; notre ennemi était soit disant incapable de se relever donc chacun organisa sa vie suivant son intérêt personnel sans s’occuper de l’intérêt commun et national. Pendant la guerre le gouvernement fût réellement national n’étant ni de droite, ni de gauche puis il devient plus à droite puis à gauche ; les français qui avaient si bien su s’unir pour gagner la guerre semblaient se désunir et abandonnaient la France à ceux qui voulaient sans se demander de quoi demain sera-t-il fait. De la belle devise de la 3e République : Liberté Egalité Fraternité ; un seul avait la loi  la Liberté ; chacun en prit tant qu’il puis ; faisant ce qui lui plaisait sans s’occuper s’il faisait le bien ou le mal. Puis se multiplièrent en France le trafic des mauvais mœurs et c’est cela qui devait perdre notre belle jeunesse française cette jeunesse qui devait prendre la succession du passé couvert de gloire de nos pères se laissa aller à la débauche, à la désobéissance envers les parents, à l’immoralité et beaucoup au mépris de Dieu. Tous ces jeunes là, qui subissent peut-être maintenant le même sort que moi, réfléchissent et se disent que s’ils avaient su choisir une ligne de bonne conduite nous aurions pu empêcher l’erreur d’après-guerre de nos pères. Quelle fût ma jeunesse dans ce temps de plaisirs et de débauche. Elle fût, grâce à Dieu sans doute bien calme, j’allais évidement dans les fêtes régionales mais je ne me suis jamais laissé entrainer dans des aventures qui m’ont toujours dégouté aujourd’hui plus que jamais puisque j’en voie les ravages.

Amusez-vous c’est le plaisir de la jeunesse mais sachez trouver le plaisir dans tout ce qui n’a pas besoin d’être cacher et croyez que dans le plaisir sain nous y trouvons autant de joie que partout ailleurs. Je fis pendant un certain temps bande avec plusieurs camarades d’école ; j’ai su les quitter à temps car un a été en prison et 2 autres compromis dans de louches affaires. De plus cette équipe m’empêcha d’être économe. Ils ne travaillaient presque pas et le dimanche c’était donc moi qui payait pour tout le monde. Heureusement que je connus bien vite ma petite Marie-Anne ; tout mon temps fut sacrifié à elle ; car en elle j’avais trouvé un but pour l’avenir et les trois années ou nous nous fréquentâmes furent les belles et douces années de notre jeunesse. Toujours je fus courageux au travail et su m’attirer la satisfaction de tous mes maîtres. Souvenez-vous chers petits du proverbe qui dit que les bons ouvriers font les bons maîtres. Faire son travail consciencieusement est pour le bon ouvrier une satisfaction à la fin de sa journée d’avoir accompli son travail comme pour lui. [à suivre]


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search