S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (2)

Que fit Roger après la saison, il découvrit qu’il aimait pour de bon, comme on dit. Il réfléchit q.q. jours puis il décida de t’écrire ; un jeune facteur me donna l’adresse car je n’avais que le prénom et nos vrais amours commencèrent donc par lettres. Nous nous voyons très rarement ; parfois j’allais porter des légumes à la ferme mais jamais je ne pus voir ma petite Mimi seule nous ne pouvions échanger qu’un sourire et je crois que tout le monde pensait que c’était fini entre nous ; seule Melle Lelandais, qui était je crois un peu notre confidente à tous les deux, n’ignorait rien.

Puis vient le moment des vacances où ma petite étoile partit avec ses maîtres à Roscoff pour deux mois et demi. Nous avons vécu pendant ces deux mois dans la douce attente des lettres qui arrivaient de plus en plus tendres deux ou trois fois par semaine. Ma petite M-A alla passer quelques jours chez elle ou elle parla à sa maman de celui qui lui avait fait paraitre la vie dans la campagne plus douce, plus belle. La maman eu confiance en sa fille et ne la déconseilla pas. Puis vient le retour tant attendu par un jour de début d’octobre. J’aurais dû le lendemain même du retour aller embrasser celle que je pouvais considérer comme ma fiancée ; seulement je ne voulais pas risquer que les maîtres de M-A me retombent sur le dos ; malgré toute la joie et le bonheur que cela m’eut donner je n’y fus pas. Ma petite Mimi crût que mes lettres n’étaient que de la poussière et ne répondit pas à la lettre que je lui écrivis. Comme elle j’eus le cœur meurtri de son silence. Par une lettre ou je mis toute la flamme de mon amour, j’obtiens une réponse et un rendez-vous pour le jour de la foire St Luc ou là tout malentendu fut dispersé ; nous devenions à partir de ce jour deux cœurs qui ne devaient plus se séparer ; seulement la lutte avec les patrons repris de plus belle surtout qu’après cela nous étions prés à tout braver pour nous voir. Jamais plus mon patron ne me donnait de commission pour la ferme. Il fallait nous donner des rendez-vous dans les bois. Il fallait pour ma petite Mimi se dépêcher de faire son travail du dimanche midi pour venir me rejoindre et être de retour pour le thé. Heureusement, vient le moment ou les vaches furent rentrées à l’étable nous allions l’un et l’autre chercher le lait le soir nous réglâmes l’heure et rares furent les jours ou nous ne pûmes pas échanger un doux baiser en attendant les plus longs et tendres du dimanche.

Mais pour réussir à nous voir tous les jours il fallait faire un tas de ruses. Mon patron avait chronométré combien il me fallait de temps pour aller et revenir du lait ; c’était pour savoir si je m’attardais davantage quand les patrons de la ferme étaient absents ; cela je le sus, pris donc mes dispositions pour ; allant plus vite quand les patrons étaient absents et au besoin j’allais en vélo ; de sorte que je mis toujours à peu près le même temps. D’autres fois c’était Mr J.P qui nous épié le soir ; un soir je lui fis comprendre qu’il n’y avait plus rien à faire contre nous. Nous revenons tous les deux M.A. et moi avec notre lait ; nous étions à q.q. mètres de nous quitter, quand je vis une ombre traverser la cour et se cachait derrière la forge. Mimi ne l’avait pas vu ; donc contraire à notre habitude ou nous nous quittions sur un simple bonsoir ; ce soir là j’embrassais ma petite Marie-Anne et cela pour bien faire comprendre à celui qui était caché que nous étions les plus forts. Je partis heureux de savoir que bientôt je serais de nouveau attaqué car en passant près de la forge j’eus soin de dire bonsoir Mr J.P. pour qu’il sache que je le savais là. Cela ne tarda pas et se passa le mieux du monde.

C’était quelques jours avant Noël 1929 et peu de jours après le coup de la forge. Mr J.P. était venu rendre les comptes à son père. J’étais moi en train de nettoyer l’avenue près de la sortie du château ou je savais que Mr J.P. m’aurait parlé sur l’affaire des jours précédents. Lorsqu’il sortit je lui fis un bonsoir très franc et me répondit très gentiment et continua son chemin puis fit par deux fois demi tour ; sans doute il cherchait comment commencer un entretien avec moi et vient me trouver et me dit gentiment que je n’avais plus besoin de me cacher pour voir Marie-Anne si réellement je voulais en faire ma femme. Il m’ouvrait sa maison pour voir ma fiancée. Ce cher Mr J.P. m’aimait bien et il me quitta heureux presque autant que moi ; et alla porter cette bonne nouvelle à ma petite bien-aimée qui fût elle aussi bien heureuse. Au grand jour nous étions fiancés la maman de ma fiancée m’avait répondu gentiment à ma demande ; seulement je n’en avais pas parlé à mes parents. Je le fis peu de jours après. La réponse de mon père ne fût ni oui ni non. Pour ma maman elle connaissait déjà ma fiancée et n’ignorait pas nos amours. Nous continuâmes à nous aimer dans cette campagne, dans ces grands bois ou il est si doux de se promener à deux. Mr et Mme J.P furent très bons pour nous ; car ils avaient confiance en nous. De notre côté par notre travail nous donnions satisfaction à nos maîtres. Car cette année là fut pour mes fleurs et mon potager un vrai succès. Du matin au soir je me donnais à cœur de joie au travail et presque chaque soir j’allais rejoindre ma petite fiancée.

Puis vient les vacances. Je pus passer huit jours chez les parents de Mimi ou je fus très bien reçu et là dans ce beau pays de Bénodet j’offrais à ma petite chérie sa bague de fiançailles.

Pendant l’été 1930 le départ pour le régiment fut fixé à 21 ans au lieu de 20 ans. Ce qui retardait notre union d’un an. Je résolus donc de m’engager pour 18 mois et de ce fait d’être de retour au moment où j’aurais parti. Comprenant que c’était notre union qui était retardée sans cela ; ma petite chérie consentit non sans peine à me laisser à me laisser partir au mois de Novembre. Cette séparation me prouva combien je tenais de place dans ce cœur bien-aimé ; car si son amour n’en grandit que davantage ; la santé de ma bien-aimée fut durement atteinte par cette séparation. Ma petite Marie-Anne vit seule dans sa cuisine n’ayant autour d’elle que des personnes âgées et une petite camarade de 14 ans. Mes lettres venaient bien lui apporter un peu de lumière et d’espérance mais cela ne remplaçait pas le compagnon qui venait chaque jour plus, faire oublier qu’elle vit à 18 ans dans une ferme complètement isolée et toujours elle eu le courage de jamais me faire voir sur ses lettres qu’elle ne pourrait supporter mon absence. Je vins à Noël passer cinq jours de permission et de nouveau la séparation fut très dur et dans le courant de Janvier sa santé fût durement atteinte ; ses nerfs devenus à bout de forces et un jour l’ennui et la solitude la firent se fâcher avec sa patronne et elle donna ses huit jours. Une lettre m’annonça cette nouvelle mais de la santé pas un mot. Avec bien de la peine j’eus une perm de 24 heures qui fit la réconciliation avec la patronne mais une visite du docteur ordonna 2 mois de repos au pays natal. La jeunesse et l’amour de ma petite Mimi eurent le dessus et 2 mois plus tard je retrouvais ma bien-aimé heureuse et plus belle que jamais.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search