Conflits de représentation

Quelques jalons sont maintenant posés pour écrire ce récit biographique. Certaines limites doivent toutefois être rappelées car elles font obstacle à la rédaction d’un roman vrai. Si l’on reprend P. Veyne, la première d’entre-elles concerne la compréhension d’un homme par un autre homme et pour le cas présent un familier du biographé. La compréhension est d’autant plus illusoire que l’historien d’aujourd’hui n’est nullement un être du temps passé. Comprendre un homme, même son grand-père, ancré dans son temps, sa génération et son parcours personnel nécessite d’identifier les fins réelles de cet acteur sans projeter les modes de pensée d’une autre période. Il faut se départir également du jugement de valeurs sur le passé ou l’homme étudié. Cette difficulté, à abandonner ses valeurs et son outillage mental, doit-elle intégrer le récit grâce à un procédé narratif, en forçant parfois le trait, en signalant les heurts et pierres d’achoppement entre les temps du biographe et biographé ?

Dans ce registre, A. Corbin avance les risques à lire l’histoire d’une époque selon des représentations contemporaines et les stéréotypes ou clichés qui s’y rapportent. « Souvent, ces représentations ne font que projeter dans le passé des données ultérieures à la période considérée »[1]. Je ne suis pas vierge de représentations sur les prisonniers de guerre, la ruralité, l’Entre-deux-guerres ou les hussards de la République. Peut-être faudra-t-il en jouer pour montrer que l’analyse n’est pas neutre ou comporte une subjectivité assumée ? Le plus difficile consiste à délaisser l’advenu, présent dans l’esprit du biographe, pour tisser des relations de causalité qui ne soient pas téléologiques.

Depuis mon entrée en recherche, je donne une large place à la lecture générationnelle[2] de l’histoire en analysant les vecteurs de la culture de masse[3]. Pour le cas présent, je ne romps pas avec ces prismes méthodologiques en convoquant tantôt les affiches, les films ou la bande-dessinée. Afin de limiter les dérives évoquées par P. Ricoeur ou A. Corbin, il faudra mesurer régulièrement l’imprégnation de cette Tierce culture[4] dans le quotidien d’un village bas-normand durant l’Entre-deux-guerres pour dépasser mes stéréotypes méthodologiques, largement construits lors d’études concernant le second XXe siècle[5]. Ainsi, les institutions, telles que l’École, l’Église ou la Famille, sont encore puissantes dans ce premier XXe siècle et participent largement à une transmission culturelle que Margaret Mead qualifie de post-figurative[6]. De même, nous l’avons déjà évoqué, l’imprégnation des vecteurs de la culture de masse participe de la construction, depuis les années 1970, de mes représentations de l’Entre-deux-guerres, des prisonniers de guerre ou d’une école laïque républicaine. Par exemple, Downtown Abbey[7] met en scène les cohabitations sociales entre des propriétaires terriens et leur personnel mais cela n’est pas forcément ce que Roger a vécu lors de ces premières embauches comme jardinier. Si La Règle du jeu de Jean Renoir[8] est certainement une représentation plus exacte, car tournée dans les années 1930, elle n’est pas nécessairement significative du ressenti de Roger à la même époque. Ma vigilance épistémologique doit être de tout instant.

La collecte des sources dans l’action de l’enquête minimisera les dérives précédentes et favorisera la compréhension. L’historien s’immerge dans l’époque par les sources disponibles l’esprit ouvert afin de valider ses hypothèses mais en sachant que d’autres hypothèses peuvent se faire jour au fil de l’enquête. « Nous interrogeons les traces laissées par le passé dans des documents conservés ou dans la mémoire de ceux qui l’ont vécu avec notre imagination et avec les préoccupations de notre époque, pour tirer de cet éclairage réciproque du passé et du présent une connaissance plus assurée des régularités et des transformations successives qui caractérisent tel ou tel fragment de l’humanité : une famille, un village, un ensemble social, une nation ou la réalité planétaire »[9]. Parallèlement, la comparaison avec d’autres récits[10] permet de se décentrer du sujet, de replacer l’analyse dans des contextes et des ressentis qui diffèrent au même moment. Elle permet de densifier, de généraliser le sujet et lui procure un intérêt et une légitimité supplémentaires.

Un obstacle supplémentaire s’immisce dans la conciliation de plusieurs niveaux d’intérêts historiques :

Le premier concerne celui du champ de l’histoire en STAPS et les canons qui s’imposent au chercheur en sciences sociales de façon plus large. À l’intérieur du récit, il est nécessaire que le raisonnement et le questionnement soient présents, que la validation par la preuve ou que les hypothèses soient recevables, que l’état de l’art apparaisse dans les thématiques abordées, etc.

Le deuxième niveau est celui de l’histoire des prisonniers ou des petites-gens de l’Entre-deux-guerres. Il faut dépasser les seules considérations familiales pour que ce pari biographique alimente, même modestement, les analyses antérieures. C’est assez délicat du côté de l’axe corporel car mon grand-père ne dit rien sur sa condition physique, ses pratiques sportives, etc. La seule trace est celle de sa blessure avérée. Du côté des petites-gens, A. Corbin donne vie aux invisibles des années trente[11], Roger est l’un d’eux. Il se construit, au sens générationnel du terme, entre l’euphorie des années folles et le marasme politico-économique de la décennie suivante. Il en est marqué, à l’évidence, mais il faudra nourrir cette histoire sensible des anonymes.

Le dernier niveau relève de la vulgarisation. C’est-à-dire construire une biographie qui puisse être reçue, dans son fond et sa forme, par les membres de ma famille (transmission intrafamiliale), des personnes hors de ce cercle (transmission extrafamiliale) mais qui ne sont pas versés dans l’analyse historique. Ceci est assez délicat car les niveaux précédents peuvent mettre à distance, voire rebuter, le lecteur non initié. Ce dernier se délecte de détails qui favorisent la représentation du passé, plus qu’il n’affectionne les hypothèses ou problématiques sous-jacentes à l’enfermement, les Croix de feu ou les lenteurs des transformations du monde rural, etc. De même, les membres de ma famille voudront reconnaître des éléments maintes fois ressassés alors que pour des raisons de recherche je peux être amené à les taire.

 

            La libre circulation des personnes, au-delà de cent kilomètres, est annoncée depuis le 28 mai 2020. La Covid, si elle ne disparaît pas, semble en sommeil pour un temps. Je sors du confinement et des heures passées devant les écrans à chercher quelques traces utiles à ce projet. Il prend forme alors qu’il fut durablement remisé dans un coin de ma mémoire. Pour autant, c’est un voyage au long court qui commence comme pour tous récits biographiques. Les premières trames doivent se compléter au fil du temps. Certains ateliers de narration vont s’avérer pertinents, d’autres ne seront pas adaptés à la clarté des faits ou des émotions. Il conviendra de les réorganiser, d’opter pour d’autres procédés, comme je modifiais mes créations dansées en jouant sur les paramètres du mouvement pour qu’ils siéent mieux au propos chorégraphique.

             L’enquête-récit doit débuter ou du moins dépasser ce carnet de recherche pour se coltiner aux sources disponibles, en collecter de nouvelles, arpenter les ruelles de Gavray, repérer les lieux de vie et s’immiscer dans le monde de Roger. Le projet flirte avec les formes et les jeux d’écriture mais reste construit sur les fondements du « roman vrai », de la littérature du réel. Mon grand-père doit être au premier plan et respecté en tant qu’être humain, avec ses forces et ses faiblesses, tout autant que les autres acteurs convoqués. La narration ne peut franchir le seuil de l’irrespect. Pour ce faire, je dois constamment garder la juste distance avec un personnage qui m’est familier, évoquer régulièrement mes doutes, mes difficultés et mes interrogations pour dire qui je suis, comment j’enquête, quelle validité recouvre les preuves que j’avance, les hypothèses que j’énonce et me méfier des mémoires collectives qui brouillent ma lecture. De cette façon-là, Roger restera vivant.

Putanges le lac, 30 mai 2020.

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Conflits de représentation," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 09/07/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/610.

_______________________________________

[1] Alain Corbin, « Le risque, pour l’historien désireux de comprendre le passé, de savoir ce qui est advenu après la période qu’il étudie », Sociétés & Représentations, 2015, n° 40, 337-342, 337.

[2] Jean-Marc Lemonnier, La culture sportive, scolaire et extrascolaire, des jeunes de 1960 à 1980. Entre désirs de sport et réalités institutionnelles et sociales, Doctorat en Sciences de l’Education de l’université de Caen, soutenue le 15/06/2010, sous la direction d’Alain Vergnioux et Michaël Attali.

[3] Jean-Marc Lemonnier, Les Activités Physiques Sportives et Artistiques au Lycée. Le divorce entre les valeurs adolescentes et les attentes de l’institution, Mémoire de master recherche en Sciences de l’Education, sous la direction d’Alain Vergnioux, Université de Caen, 2005.

[4] Edgar Morin, L’esprit du temps, Paris, Grasset, 1962.

[5] Jean-Marc. Lemonnier, « Le sport des « Copains » : le rêve avant tout », 13e Carrefours du sport, Sports et Médias. XIX°-XX° siècles, Grenoble, le 30-31 Octobre et 1° Novembre 2008.

[6] Margaret Mead, Le fossé des générations. Les années 70, Paris, Denoël, 1979.

[7] Série télévisée anglaise créée en 2010 par Julian Fellowes.

[8] Jean Renoir, La Règle du jeu, film de 1939.

[9] André Burguière, « Jacques Ozouf, Nous, les maîtres d’école », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 2009, n° 43,  19-34, 21.

[10] Par exemple, Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Seuil, 2012.

[11] Alain Corbin, Paroles de Français anonymes. Au cœur des années trente, Paris, Albin Michel, 2019.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search