La génération des copains

La synthèse, forcément imparfaite et partisane[1], vise à préserver la force et limiter la faiblesse de la notion de génération. Cette dernière invite, notamment, à repérer les lieux et leviers, premiers ou secondaires, d’acculturation des individus, à chercher les valeurs, normes ou pratiques qui y sont véhiculées puis, dans un second temps, à identifier toutes les fractures socio-individuelles pour mettre du pluriel dans le récit historique. Le fil est ténu, car il faut appréhender une période ou un phénomène social par un concept qui procède de l’indifférenciation, tout en préservant la lecture plurielle de l’histoire. Il ne s’agit pas, à travers le concept de génération, de détruire d’une autre façon « l’altérité de l’histoire » chère à Philippe Ariès, mais d’en faire un outil d’analyse historique plurielle, voire individuelle. Ainsi mon grand-père prisonnier de guerre, à l’identique de tant d’individus de sa génération – jeunes hommes de la société clivée de l’Entre-deux-guerres – ne vit pour autant pas sa captivité et sa relation au Maréchal de la même façon qu’un autre. De même, le pensionnat de mon père est une caserne, à l’identique de ceux dénoncés par Paul Gerbod, mais il l’est d’autant plus que sa mère est décédée, qu’il rejoint rarement l’Allemagne, où son père est basé après-guerre, en vendant des cigarettes sous le manteau pour payer son billet de train. Cerner les caractéristiques d’une génération permet de comprendre ce qui la structure, dans un temps donné, en termes de culture(s), de pratiques et d’institutions pour mieux apprécier ensuite, dans des corpus spécifiques s’ils existent, la diversité des trajectoires. En 2007, mes références délaissent alors celles des Sciences de l’Éducation, pour celles de l’histoire à travers les analyses d’Antoine Prost, Anne-Marie Sohn[2] ou Ludivine Bantigny[3] qui s’emparent largement du concept de génération. L’histoire contemporaine semble propice, puisque les médias contribuent massivement à marquer les mémoires et que la culture de masse tend à réduire les fractures sociales. Les revues des « vedettes yé-yé » ne sont-elles pas un lieu de mémoire[4] de la génération des copains ?

Au-delà des éléments socio-historiques évoqués plus avant, la génération des baby-boomers recouvre une spécificité qui la différencie des précédentes. Elle façonne, tout en en étant la bénéficiaire, les contours de la culture des jeunes au tournant des années 1960. Le texte ci-joint d’Antoine Prost traduit pleinement ce que je qualifie d’intuition lorsque je m’engage dans le doctorat en 2007. Il exprime, en quelques lignes, les choix effectués et la problématique sous-jacente :

« Progressivement, la jeunesse s’est constituée en groupe autonome. Les premiers regroupements homogènes de jeunes, comme ceux du scoutisme ou des mouvements de jeunesse catholique, n’échappaient pas totalement au contrôle des adultes (…). Puis les groupes de camarades sont entrés dans les mœurs. Moins jalouses, moins soupçonneuses, moins pressées aussi par la nécessité de pourvoir à d’innombrables tâches matérielles, les familles ont accepté que leurs enfants mènent une vie sociale autonome. Mieux, elles les y ont encouragés (…). Bientôt des hommes d’affaires avisés ont exploité le marché en expansion que constituaient ces jeunes, mieux pourvus d’argent de poche, et ils ont contribué à structurer leur identité collective. C’est, par exemple, en 1962, le lancement triomphal, un million d’exemplaires, de Salut les Copains (…). Toute une culture propre aux jeunes se développe, avec ses références, les Beatles, par exemple, ses signes d’identification, ses rituels, ses canons esthétiques, très raffinés parfois, notamment en matière musicale, ses valeurs même, où l’authenticité et l’intensité du présent, l’amitié, la non-violence tiennent une place importante (…). Pour l’école, les conséquences sont profondes. Elle est du côté des adultes, si jeunes que soient les professeurs. Ce qu’elle enseigne a valeur pour les adultes, pas nécessairement pour les jeunes. La culture qu’elle dispense est légitime pour les adultes (…). Au préjugé favorable dont bénéficiait autrefois l’enseignement, succède même parfois un préjugé défavorable : si on en parle à l’école, c’est sans doute périmé (…) »[5].

Ces quelques lignes, découvertes au détour d’un travail d’archives à Fontainebleau sur l’enquête du Ministre Missoffe de 1966, sont parmi les plus marquantes de mes lectures de l’époque. Elles mettent en mots la démonstration que je tentais alors à mener, tout autant qu’elles organisent une lecture possible de l’histoire. L’émotion ressentie, au premier déchiffrage, m’anime encore à chaque relecture.

Le choix premier réside dans le fait d’appréhender la jeunesse scolaire sous un angle particulier. Selon Anne Barrère et François Jacquet-Francillon[6], porter un regard socioculturel sur la jeunesse scolaire s’envisage, en termes de recherche, selon deux orientations principales. L’une consiste à saisir les différences inter-individuelles dans la population scolaire. Les recherches s’interrogent alors sur le lien entre les classes sociales d’appartenance des élèves et leurs parcours scolaires. La seconde voie, celle d’Antoine Prost, s’attache à valoriser ce qui rapproche les élèves. L’appartenance à une même génération devient alors l’une des caractéristiques essentielles. « Dans ce cas on fait abstraction, du moins en première approche, des divisions et des conflits existant à l’intérieur de cet ensemble certes divers et complexe »[7]. Ma recherche, à la suite d’Antoine Prost, adopte l’hypothèse d’une culture adolescente transclassiste[8]. Ces deux regards sur la « jeunesse scolaire », s’ils peuvent paraitre antinomiques, restent le plus souvent complémentaires et permettent de nuancer une approche exclusivement sociale par celle du « groupe générationnel »[9].

Antoine Prost caractérise, à grands traits, les éléments constitutifs de la culture des jeunes et la circonscrit dans un temps particulier, celui de l’après Seconde guerre mondiale. La sociologie s’ouvre d’ailleurs à de nouvelles questions concernant la spécificité de la jeunesse d’alors. Conjointement, les médias, tels la presse spécifique, les émissions de radio ou les programmes télévisuels, permettent la diffusion, la marchandisation d’une culture juvénile[10]. Salut les Copains, les mobylettes, les vêtements, la musique et les idoles sont autant de signes extérieurs d’une tranche d’âge se constituant en véritable « classe sociale »[11]. Le sport fait partie de cet univers, puisqu’à la différence de leurs parents, les jeunes scolarisés le pratiquent lors des leçons d’éducation physique et sportive. A travers sa consommation et l’adhésion aux normes de cette nouvelle culture[12], le jeune entre dans le monde de la jeunesse et de la communication entre pairs, source d’émancipation à l’égard des adultes. « Aujourd’hui les jeunes sont trop loin des adultes. Il y a une ségrégation réelle : la société des jeunes fonctionne comme une planète à part dans la société globale. On peut dater le début de cette ‘autonomisation’ de la jeunesse : 1954, naissance du rock n’roll, symbolise le détachement des jeunes de la société »[13]. Dans cette société offrant des horizons nouveaux, les valeurs s’inscrivent dans le temps présent, la quête de nouveauté et le libre choix, déstabilisant « dans leurs bases mêmes d’expression, les normes du sérieux scolaire »[14]. Les générations ne se comprennent plus, les parents et l’École éduquant les enfants sur des schémas qui se révèlent peu adaptés. Marcel Gauchet parle, dans la revue Le Débat, de « sécession culturelle »[15]. Les décennies soixante et soixante-dix représentent, dans les faits et dans les mémoires, ce moment d’éclosion du phénomène social et culturel de la jeunesse.

L’aboutissement problématique est la « dépossession » de l’École d’une partie de ses prérogatives d’acculturation[16]. Lecture, radio, télévision, cinéma, réunion entre amis, sports sont autant de vecteurs de culture qui, sous l’effet de la culture de masse, par uniformisation des contenus et des vecteurs de diffusion[17], envahissent l’univers juvénile. « Au moment même où l’institution scolaire structure l’adolescent, celui-ci voit aussi s’exercer sur lui l’immense emprise des mass-médias qui ne sont pas seulement de puissantes techniques de diffusion mais, bien plus, une manière globale d’être et de penser »[18]. De plus, ces propositions offertes au plus grand nombre permettent à chacun de faire des choix plus personnels, entre mimétisme ou diversité. Chacun choisit dans l’« Olympe des moins de vingt ans »[19] ses propres Olympiens. Dans la diversité des idoles de la chanson, d’aucuns optent pour Sheila et d’autres Sylvie Vartan. Parmi les spécialistes de motos, certains sont plus Norton que Harley ou Honda. « Inconditionnel de l’idole, le fan révèle par là même un goût personnel, une préférence subjective, il affirme une individualité par rapport à son environnement familial et social »[20]. Les grandes institutions normatives, dont l’École, s’en trouvent relativisées pour une prise en compte plus individualisée des projets de vie, une sorte de droit à la particularité. Mai 68 en représente le point de rupture emblématique pour une jeunesse – la plus instruite – qui veut s’émanciper des tutelles. Les sports de glisse, de pleine nature ou urbains, apparus en France au tournant des années 1970, sont pour partie l’expression de cet affranchissement tutélaire, éloignant le pratiquant d’instances organisatrices et des normes de pratique définies dans les manuels techniques fédéraux[21]. La jeunesse peut être alors caractérisée par cet espace de conflits entre un idéal d’autodétermination et des contraintes institutionnelles. Véritable « école parallèle », la culture des jeunes, constituée de façon remarquable depuis les années soixante, perturbe ou concurrence, depuis lors, la culture scolaire. Partant de ce constat, on peut envisager faire l’histoire de ce rapport conflictuel ou concurrentiel entre ces deux cultures. « Entre rivalité et complémentarité, deux dispositifs de transmission culturelle se confrontent ou s’affrontent »[22].

Cette réflexion d’Alain Prost, historien de renom, fixe le cap et les amers que je n’ai cessés de rallier durant une dizaine d’années en centrant mon attention sur les activités physiques et sportives et cherchant à savoir si ces phénomènes indiqués sont une réalité pour la matière scolaire ‘éducation physique et sportive’ dans les années 1960 à 1980. Elle entre en résonnance avec mes premières recherches car elle met en perspective un désenchantement potentiel entre la culture des baby-boomers et les choix axiologiques et pragmatiques des politiques sportives scolaires[23]. En toile de fond, s’y impriment mon propre désenchantement et l’autre École prônée par mon père. Les articles et communications[24] s’articulent durablement autour de cet axe et, pour peu que l’on puisse être pionnier, ce regard générationnel a permis mon intégration dans le champ de l’histoire du sport et de l’éducation physique. Notamment, parce que ces recherches, qui convient des corpus originaux dans le champ des STAPS[25] nuancent les discours politiques et les travaux antérieurs estimant que les jeunes adhèrent pleinement aux propositions de l’éducation physique sportive des années 1960-1980. En recouvrant une forme de nouveauté, ce prisme devient en quelque sorte ma marque de fabrique, Michel de Certeau dirait « optique particulière », qui a permis, selon Jean Saint-Martin, de présenter les « interprétations les plus abouties au sujet des tensions et des enjeux éducatifs des différents projets alors en concurrence »[26]. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "La génération des copains," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 01/07/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/592.

______________________________________________

[1] M. de Certeau, op. cit., 1975.

[2] A-M. Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960. Paris, Hachette, 2001.

[3] L. Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie. Paris, Fayard, 2007.

[4] P. Nora (dir), Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011.

[5] C.A.C., Versement 850530, Commission Prost, Document d’A. Prost distribué à la commission de réflexion sur le second cycle le 2/9/1982, Art. 1 et 2.

[6] A. Barrère et F. Jacquet-Francillon, « La culture des élèves : enjeux et questions », Revue Française de Pédagogie, n° 163, 2008, 5-13.

[7] Ibid., 5.

[8] R. Boyer, M. Delcaux et A. Bounoure, « Cultures lycéennes », Revue Française de Pédagogie, 1987, n° 81, 55-62.

[9] J-P Terrail, La dynamique des générations. Activité individuelle et changement social (1968-1993), cité par A. Barrère et F. Jacquet-Francillon, « La culture des élèves : enjeux et questions », art.cit.

[10] J-M. Lemonnier, « Jeunesse », In M. Attali et J. Saint Martin, Dictionnaire culturel du sport, Paris, A. Colin, 2010, 327-331.

[11] J-M. Lemonnier et A. Vergnioux, « Les adolescents des années soixante : salut les copains ! », Le Télémaque, 2010, 38, 87-100.

[12] J-M. Chapoulie, O. Kourchid, J-L. Robert et A-M. Sohn (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005.

[13] P. Mayol, « La culture des adolescents », Projet, 1982, n° 170, 1231-1238, 1232.

[14] A. Barrère et F. Jacquet-Francillon, « La culture des élèves : enjeux et questions », art. cit., 6.

[15] M. Gauchet, « L’École à l’école d’elle-même. Contraintes et contradictions de l’individualisme démocratique », Le Débat, La Nouvelle querelle de l’école, 1985, n° 37, 55-86.

[16] P. Tap, A. Bras et R. Ferra, Les lycéens, les mass média et le monde contemporain, Paris, INRDP, 1976, 83.

[17] L. Porcher, L’école parallèle, Paris, Larousse, 1973.

[18] G. Avanzini, Le temps de l’adolescence [1965], Paris, PUF, 1978, 83.

[19] E. Morin, L’esprit du temps, Paris, Grasset, 1962, 214.

[20] G. Lipovetsky, L’empire de l’éphémère, Paris, Gallimard, 1987, 259.

[21] A. Loret, Génération Glisse, Paris, Autrement, 1995.

[22] L. Bantigny, « Les deux écoles. Culture scolaire, culture de jeunes : genèse et troubles d’une rencontre, 1960-1980 », Revue Française de Pédagogie, 2008, n° 163, 15-25, 16.

[23] J-M. Lemonnier, « Jeunesse et sport dans les années soixante. Les valeurs de la compétition en question », Les Sciences de l’éducation-Pour l’Ere nouvelle, 2010, 43/3, 137-155.

[24] J-M. Lemonnier, « Le sport des « Copains » : le rêve avant tout », 13e Carrefours du sport, Sports et Médias. XIX°-XX° siècles, Grenoble, le 30-31 Octobre et 1° Novembre 2008. J-M. Lemonnier et M. Attali, « Revue de presse : La/Les Jeunesse(s) face au(x) Sport(s) dans les années soixante », 16e Carrefours d’histoire du sport, Le sport et les sixties, Lyon, 27-29 Octobre 2014.

[25] Par exemple, les magazines de la jeunesse ou les dossiers Missoffe de 1966.

[26] J. Saint-Martin, « L’Éducation par le sport : au-delà des postulats… », Movement & Sport Sciences, 2014, 86, 29-41, 34.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search