S/d entre Noël 1941 et Février 1942 (1)

Cela fut pour moi un grand choc et un grand découragement ; beaucoup de plantes auraient pu être sauvées mais je ne sus pas réagir ; car je me voyais mis à la porte. Je le dis à Charles dans la matinée et lui demandais de venir à mon secours il avait lui aussi sa serre à surveiller et ne put venir. Je lessais tout tomber ; attendant avec appréhension le moment où mon patron connaitrai la fatale nouvelle. Je peux dire que j’eus affaire à de bons maitres ; lorsqu’il le su par la cuisinière je crois ; il dit que cela n’était pas de ma faute et ne me fit aucune observation.

Je ne remis pas les pieds dans la serre de l’hiver. Puis le printemps approcha qui me donna un peu de réaction ; car il fallait que j’assure quand [même] la plantation des massifs. Je fis la commande de graines ; je nettoyais la serre ou je trouvais heureusement q.q géraniums qui avaient restés. Un jardinier de Donville me donna un peu de plantes variées. Je réussis avec cela à faire une plantation à peu près. Le potager ne fût pas trop mauvais du moins en récolte ; car il fût très sale. De plus je n’eu pas de melons. L’hiver 28-29 fût très froid ; j’avais pendant l’année réussi à regarnir la serre mais il ne fallait pas la laisser geler. C’est là que je mis tous mon courage. La gelée pris traitreusement dans la soirée il pleuvait et quand je sortis à 8H1/2  je m’aperçus que le temps refroidissait ; j’allumai ma serre et la fit chauffer au bois car je n’avais plus de charbon juste pour la garnir ; chose que je fis à minuit et en me promettant de me lever tôt le lendemain matin. ; heureusement je m’éveillai à temps à 6 heures ; il y avait moins 9. Cette température dura 15 jours et alla jusqu’à moins 18 ; ma serre ne gela pas parce que je passais les ¾ de mes nuits auprès à la surveiller et à mettre les plantes fragiles sous les taunées. Ma foi je fus récompensé puisque je réussis très bien mes fleurs et pas mal mes légumes. Seulement à ce moment là l’aviation faisait des progrès formidables ; les journaux ne parlaient que d’exploits magnifiques. Je me mis dans la tête de faire aviateur. Des écoles d’élèves-pilotes étaient fondées ; je me mis dans la tête d’y rentrer. Je me mis en relation avec l’aéroclub de France pour suivre les cours par correspondance pour rentrer à ces écoles. Je pouvais je crois réussir les examens, j’en parlais à mes parents ; il n’y eut rien à faire pour que papa cède ; il me fallut abandonner ce projet. Je fis cet abandon assez facilement vers le milieu de l’été car ma pensée commença à être sérieusement prise par une petite Marie-Anne venue comme cuisinière à la ferme dans le mois de décembre précédent et c’est pour cette petite étoile que s’envola tous mes espoirs futurs ; ma foi là je crois avoir bien choisi mon chemin car cette petite Marie-Anne est depuis aout 1932 ma petite femme chérie et votre chère et douce maman. Avant de pouvoir nous marier nous avons eu bien des peines d’amoureux mais à présent ces peines sont pour nous de doux et tendres souvenirs qu’à présent loin de vous tous je me plais à revivre seul pendant mon exil ; je vais faire un petit récit de la manière dont une douce amitié est devenue pour nous une chère et tendre affection.

A Noël 1928 je fus à la messe de minuit avec l’institutrice de la ferme Melle Lelandais, la petite femme de chambre (une anamite Alice) et le valet de chambre (un anamite aussi Louis). J’étais très camarade avec Melle Lelandais et souvent elle me racontait des choses que personne ne savait. C’est au retour de la messe de minuit qu’elle me dit que bientôt arriverait à la ferme une nouvelle cuisinière ; elle ne voulut pas me dire son âge ; elle me dit : « Attendez vous verrez ». J’allais tous les matins chercher le lait à la ferme, le 28 au matin le forgeron me dit qu’il devait avoir une cuisinière d’arrivée ; je lui dit je ne crois pas je n’ai pas entendu passer l’auto. Puis nous discutons pour savoir si elle est jeune ou âgée. Tout cela était discuter dans le vide ; je regardais s’il y avait des traces de l’auto dans la cour et comme il y en avait j’inventais une commission pour aller à la cuisine et je vis pour la première fois ma Marie-Anne. Elle était très jeune. Nous échangeâmes juste un bonjour. Heureusement que je fus par trop dévisagé car en rentrant lorsque j’allais me débarbouiller je m’aperçus que j’étais tout noir. J’avais en effet fait un feu de charbonnette dans ma serre avant de partir au lait.

L’hiver, nous ne fîmes pas trop attention l’un à l’autre ; mais vint le printemps qui éveilla nos cœurs ; j’allais assez souvent à la cuisine faire des commissions nous étions devenus bons amis nous commençons à parler de notre jeunesse l’un à l’autre. Et petit à petit nos cœurs se rapprochèrent plus près chaque jour et le patron de ma petite Mimi brusqua les choses. Un soir un cinéma vint à Gavray tourner un film de guerre. Je réussis à y faire venir Mr J-Paul avec tous ses serviteurs. Moi j’y fus à bicyclette et m’arrangeait pour être parmi toute la bande et je fus près de ma petite Marie-Anne. Le film tourné (La Grande épreuve) était triste et émouvant et c’est dans ma main que votre maman, maintenant, vint chercher un peu de force pour ne pas pleurer. Nous avons passé ce jour là une soirée qui plus que jamais nous avait rapproché ; cela faillit être la dernière. Le lendemain, je ne sais comment, mon vélo se trouvait à la ferme. Le soir, après le travail j’hésitais beaucoup pour savoir si je devais aller le chercher car je me disais que l’on devait bien s’apercevoir que je venais souvent à la ferme sans motif ; cependant le plaisir de revoir la petite cuisinière l’emporta. Je partis donc pour chercher ma bicyclette et m’arrangeait pour arriver quand les patrons seraient à table ; mais ce jour-là j’eus tout contre moi ; les patrons n’étaient pas à table et de plus dans la journée Mme J-Paul avant demandé à son beau-père si s’était bien lui qui m’envoyait faire des commissions tous les soirs à la ferme ; évidemment la réponse fut négative. J’aurais pu prendre mon vélo au garage et partir mais malgré que je n’avais ce jour là aucune commission j’allais dire bonsoir à celle qui me faisait déjà faire de doux rêves. La patronne était dans la salle et le patron dehors. Marie-Anne vient me parler dans l’arrière cuisine ; c’est là que quelques minutes après le patron nous surprenait. Il m’appela dehors et me dit que je n’avais pas à venir tous les jours à la cuisine et que les soit disant commissions que je venais faire n’étaient qu’un motif pour voir Marie-Anne. Surpris, rouge comme un coq, je lui répondis peu : à la fin il me dit tu ne vas pas te marier avec Marie-Anne. Je ne sais pourquoi je lui répondis non et cela fut fini. Je prenais mon vélo et partis comme un fou pleurait sur le banc de la grotte. J’y ai pleuré et dormi pendant deux heures ; et cela a été pour moi une preuve que la petite M.A n’avait pas seulement pris une petite place dans mon cœur mais bien une toute entière ; seulement nous n’avions plus le droit de nous voir. Beaucoup pourraient dire que si j’avais répondu affirmativement à la réponse de Mr J-Paul je n’aurais pas peut-être était privé de voir celle qui a su prendre mon cœur. Cela certes oui ; mais à ce moment je ne connaissais ni ses intentions ni les miennes et jamais nous aurions connu le bel amour qui a commencé à partir de ce jour là. Jamais nous n’aurions su combien nous nous aimions si nous n’avions pas franchi tous les obstacles qui ont tenté de nous barrer la route. Il y a des obstacles où nous avons été tous les deux pour lutter mais il y en a un où j’ai été seul pour le faire et toi petite femme chérie tu ne le connais pas encor.

Tout à l’heure quand tu les connaitras, tu sauras combien ton Roger t’aimait réellement ; je ne te l’ai jamais dit car cela aurait pu causer un dissentiment entre toi et quelqu’un de ma famille. A présent je sais que tu es aimé comme une fille ou une sœur par tous les miens ; c’est pour cela que je peux parler. [à suivre]


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search