Sources et lieux d’archives ?

Si le confinement est en partie une forme de claustration favorable, toute proportion gardée, au ressenti du prisonnier, il reste une limite à l’enquête. Quelles peuvent être les pistes à investiguer alors que cette dernière n’a pas encore débuté ? Les premières navigations sur Internet permettent d’en repérer quelques-unes et de les thématisées sommairement ; l’enquête ouvrira d’autres portes. Espérons-le !

* Thématique de l’enfermement : Je retiens à ce jour, la BD de Tardi, Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B[1]. Elle permettra de densifier le contexte de la détention que Roger évoque peu. De plus, elle est assez proche de ce que je désire faire, puisque Tardi accompagne son père dans son passé, le questionne, etc. De même, certaines vidéos de propagande[2] donnent quelques détails du stalag XI A et laissent à voir la « joie » des prisonniers « fiers et courageux ». Ces sources iconographiques, très différentes dans leur forme, leur fond et la représentation de la claustration qu’elles exposent, doivent mettre en perspective l’imaginaire de Roger, l’imagerie collective, fabriquée politiquement ou créée artistiquement, pour donner vie à son envie de s’échapper hors les murs. Elles doivent être croisées avec les témoignages de prisonniers repérés dans les ouvrages[3] ou archivés au Mémorial de Caen[4].

* Thématiques de l’enfance et des premières embauches : Les versements de conférences d’institutrices[5] en 1913 doivent permettre d’évoquer le village de Gavray et ceux alentours jusqu’à la grippe espagnole. A. Corbin a utilisé ce type de source pour raconter l’école de la Belle Epoque[6]. Les cartes postales, disponibles à distance, serviront le même projet. Je manque toutefois d’iconographie des années 1920-1930. Parallèlement, j’ai pris contact avec les successeurs de la famille qui employait Roger entre 1927-1930 aux Grandes Ventes. Je n’ai pas encore retrouvé les descendants pour éclairer ma lanterne sur la propriété et les relations avec « le petit personnel ». L’archiviste diocésain est également dans la boucle des premières investigations. Jacky Brionne est précieux car, au-delà de l’évêché, ses compétences furent mises à contribution aux archives départementales de la Manche et il a œuvré sur l’histoire de Gavray.

* Thématique de l’aviation : Les articles de la presse locale et les affiches spécialisées commencent à s’accumuler pour l’année cruciale de 1927. Cruciale pour l’aviation (Lindbergh), mais cruciale pour Roger qui assiste à Gavray à un meeting aérien, déclencheur potentiel de son désir d’aviation. La presse locale, qui encense les hommes et les filles de l’air, relaie largement les évolutions de l’aviation des années 1920, le meeting et les perspectives d’avenir de ce mode de locomotion. Roger s’identifie-t-il à ces héros ? Les contacts avec Luc Robène[7], historien du sport spécialiste de l’aviation, permettent d’affiner la recherche de documentation vers des sources plus spécialisées[8]. Le film La Règle du Jeu de Jean Renoir doit être convoqué car il met en scène les hiérarchies sociales des années 1930 et le rôle de l’aviateur est tenu par un pilote présent au meeting du village de mon grand-père.

* Thématiques politique et axiologique : Les sources à disposition sont lacunaires. Elles relèvent de la presse nationale et des textes-pamphlet que les antifascistes ou les Croix de feu se lançaient aux visages. Je voudrais aller au-delà car Roger découvre cette Ligue lorsqu’il devance son service militaire en 1930, mais je n’ai pas de piste actuellement dans cette direction. Comment faire parler la Grande Muette en période de confinement ? Délicates à trouver vont donc être les sources militaires attestant du parcours de Roger en temps de paix, mais surtout en temps de guerre[9]. C’est-à-dire révéler les lieux qu’il a fréquentés de 1939 à 1945 entre combat, soin[10], captivité et travail[11]. De même, il va falloir valider son itinéraire de retour vers la France en Mai 1945. Le laboratoire HisteMé et Françoise Passera doivent me permettre d’obtenir quelques adresses en ce sens. Les archives des victimes de guerre de Caen seront aussi un lieu à cibler[12]. Dans un autre registre, les archives INA ne permettraient-elles pas d’obtenir quelques sources médiatiques sur ces temps de guerre ou d’Entre-deux-guerres ?

* Thématique de Marie-Anne seule à Bourges avec ses enfants : Les sources berrichonnes sont nulles[13] à ce jour sauf sur les structures d’aide aux femmes de prisonnier[14].

Les archives départementales de Saint-Lô vont être au cœur de mes recherches, car elles disposent des versements de la commune de Gavray[15]. Elles ne sont pas accessibles en cette fin de mois de Mai, mais le site des Archives de la Manche permet d’identifier quelques pistes. Par exemple, les archives de l’éducation nationale sont adaptées au dé-tricotage de la scolarisation de Roger entre 1917 et 1923[16]. Si ce lieu, comme la ville saint-Loise, n’a pas échappé à la destruction, il doit rester quelques cartons me permettant de glaner des informations précieuses sur le Gavray de l’Entre-deux-guerres, ses foires Saint-Luc, ses petits métiers[17] ou sa Libération en juillet 1944[18]. Parallèlement, sont archivées les registres matricules et d’état civil  des hommes de la génération de Roger ou de ses parents. Les données iconographiques et la presse référencées en ce lieu doivent compléter l’ensemble.

Les premières investigations numériques, organisées en ces temps de confinement par supports, thèmes et périodes, sont assez riches. Il y a toutefois des documents que je ne parviens pas à collecter. C’est assez frustrant, mais peut-on collecter toutes les sources sur un sujet ? De même, le caractère expérimental que recouvre ce travail le place de facto dans l’inabouti. Enfin, c’est un moyen de laisser à d’autres ou à moi-même le soin de peaufiner ou revisiter l’ensemble… à l’heure d’un autre Covid. Nonobstant, des choix s’imposent car je risque d’être noyé sous des sources de factures très différentes. Certes l’histoire culturelle s’immisce dans de nombreux secteurs, mais je dois en investir certains plus que d’autres. Ce choix doit s’opérer au regard des méthodologies que j’affectionne ou de l’opportunité de certaines sources par rapport aux thèmes avancés. Gageons qu’avec les récits d’historiens et les réserves archivistiques, je tirerais aussi quelques fils que le hasard mettra sur ma route. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Sources et lieux d’archives ?," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 01/07/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/576.

__________________________________________

[1] Tardi, Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B, Paris, Casterman, 2012

[2] Archives de l’INA

[3] L’ouvrage de Francis Ambrière Les Grandes vacances est de ceux-là (1946), de même que les témoignages repérés dans la thèse de Doriane Gomet, Th. cit.

[4] Les contacts sont pris avec Mathilde Rouquet, responsable des archives du Mémorial, mais l’institution dispose de peu de ressources iconographiques sur le Stalag XI A. La seule référence trouvée dans la base publique est le témoignage écrit d’Albert Pognant.

[5] AD, 124J35

[6] Alain Corbin, Les conférences de Morterolles, hiver 1895-1896. A l’écoute d’un monde disparu, Paris, Flammarion, 2011.

[7] Dominique Jorand et Luc Robène. « Introduction. L’homme et l’air. Inventions et transformations des pratiques aéronautiques et sportives (xviiie-xxie siècle) », Staps, 2018, 121, 7-16 ; Luc Robène et al., « Pau et l’invention de l’aviation « sportive » (1908-1910). Des enjeux technologiques aux plaisirs mondains : naissance d’un loisir et nouveaux pouvoirs du corps », Staps, 2010, n° 87, 13-31.

[8] Revue de l’Aviation populaire, L’Aérophile, L’Aéronaute,  L’Air, Revue aéronautique de France.

[9] SHD, Centre des archives du personnel militaire, Pau.

[10] Service des archives médicales et hospitalières des armées, Limoges.

[11] Archives du SHAT, Ministère de la Défense, Paris, Château de Vincennes ; Archives nationales, Paris.

[12] SHD, Division des archives des victimes des conflits contemporains, Caen.

[13] Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher ; http://www.encyclopedie-bourges.com

[14]http://www.archives18.fr/article.php?laref=2045&titre=les-prisonniers-de-guerre-franiais-de-la-seconde-guerre-mondiale ;

[15] AD, versement 127ED

[16] AD, versement 1T1EN

[17] AD, versement 104J Fond Lechanteur

[18] AD, versement 13 Num 1828


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search