L’évènement mis au pluriel

Jacques Le Goff comprend le poids des évènements sur les individus qui les traversent à travers l’histoire de ses parents[1]. Les lignes précédentes insistent sur les contextes et évènements marquant l’histoire de ma famille en temps de guerre et organisant, pour partie, ce qu’ils sont devenus et m’ont transmis. C’est alors ce « passé présent » qui fait ouvrir les écoutilles de la curiosité et du rêve, comme un conte réel, pour peu que l’on dépasse les seules dates et personnages d’une histoire évènementielle. « En cherchant à comprendre mon père je trouvai dans son grand caractère et dans son modeste destin le sens des époques, l’importance d’un type de mentalité et de comportement liés à l’histoire, le choc d’évènements […] »[2].

L’évènement était encensé par les tenants de l’histoire méthodique pour peu qu’il fut révolu et que les sources permettent d’en relater l’existence[3]. Mais comment saisir l’évènement dans ses subtilités alors, qu’en histoire contemporaine, il peut avoir une forme de résonnance via les médias qui les valorisent fortement depuis la fin du XIXe siècle [Pierre Nora estime que l’affaire Dreyfus est le premier du genre] ? Les narrations familiales peuvent-elles être, et sous quelles conditions, des sources orales à croiser avec les autres ? C’est alors à l’historien de mettre en système les « re-jeux » des évènements et les significations diverses qu’il produit[4]. Le carnet de mon grand-père, le film de mon frère et l’acte de décès de ma grand-mère m’ont permis de comprendre que le croisement des sources, tant dans leurs provenances que dans leurs temporalités, est au cœur du travail d’historien afin d’éclairer de façons plurielles tel évènement, telle époque ou telle génération. L’évènement n’est plus envisagé sur le temps court de sa réalité, il « restructure le temps selon de nouvelles modalités »[5]. C’est alors autant l’amont que l’aval de l’évènement qui fait histoire, conjugué avec le vécu personnel des témoins ou les échos médiatiques. L’évènement devient une « trace signifiante » sur du temps long. Les larmes de mon grand-père, face caméra, cinquante années après le 9 mai 1945, en sont l’illustration : « L’essentiel de l’évènement se situe en effet dans sa trace, dans ce qu’il devient de manière non linéaire, dans les multiples échos de son après-coup »[6].

Mais au-delà de sa définition, l’histoire de mon aïeul m’a permis de saisir la dimension personnelle, faite parfois de hasard, que recouvre un évènement. Elle échappe pour partie à l’évènement collectif et le colore d’un « non-conformisme évènementiel ». En cela, Michel Foucault[7] montre que le réel ne peut-être explicitement embrassé à travers un évènement, car c’est l’ensemble des évènements, jusqu’aux plus uniques, qui construit le réel. L’historien n’en dit qu’une infime part. Il me semble que, sans l’avoir théorisée, cette subtilité épistémologique est présente dans l’histoire de mon grand-père et que je l’ai intimement perçue. Ainsi j’ai compris, très jeune, que l’histoire des prisonniers de guerre est à la fois celle de mon grand-père mais ne suffit pas à dire sa spécificité ou l’embrasser totalement. Si un évènement recouvre une dimension collégiale, ses résonances sont largement individuelles. C’est la confrontation de contextes généraux et particuliers qui permettent d’affiner le regard historique en y mettant finalement du pluriel. « Une articulation est donc possible entre la singularité aléatoire des émergences, telle que la désigne ‘l’histoire effective’, et les régularités qui gouvernent les séries temporelles, discursives ou non, qui sont l’objet même du travail empirique des historiens »[8]. L’orientation qualitative de mes travaux historiques, où la parole de témoins est souvent convoquée, prend racine dans cette compréhension. Les histoires de mes proches, entre 1939 et 1945, par les points communs mais aussi les subtilités individuelles qu’elles recouvrent, l’imprégnation qu’elles ont sur chacun d’eux et la diversité des images qu’elles font surgir dans mon imaginaire, forgent le temps court et le temps long de l’histoire et « peu à peu en moi le sens de la durée, de la continuité historique en même temps que des ruptures »[9]. De la même manière, elles façonnent une culture de l’archive ou de la trace à suivre ; celle des empreintes laissées dans les sources de diverses factures afin d’embrasser, comprendre et analyser les subtilités collectives et individuelles d’une époque ou d’une génération.

Mon devenir d’historien se structure ainsi sur les bases d’un roman familial, mille fois entendu, mille fois fantasmé. Celui-ci pose les fondements motivationnels de mon envie d’observer le temps révolu, d’analyser les évènements qui le structurent et de trouver les preuves de sa véracité. Ma quête, en reprenant Paul Veyne, s’empare de ces récits d’êtres humains, qui n’échappent pas aux doutes, à l’oubli ou à la reconstruction a postériori, afin qu’ils deviennent « un récit véridique ». Ainsi, qu’ils soient lycéens des années 2000[10], anciens élèves des années 1960[11] ou, plus récemment, hébertiste des années 1950[12], la parole des acteurs, comme source historique, est un élément important de ma démarche. Cette dernière est empreinte des nouveaux axes historiographiques qui vont de la micro-histoire[13] à celle des mentalités ou des représentations en donnant une place au témoin[14]. De même, les variations individuelles des récits familiaux m’ont permis d’appréhender la difficulté à saisir le socle commun et teinter ainsi mon désir d’un peu d’humilité. Enfin, la diversité des sources convoquées dans l’histoire de mes aïeuls m’a permis de comprendre, plus tard, la nécessité de les trier pour écrire « un roman vrai ». L’histoire est ainsi « connaissance par documents », le récit historique tissant des liens entre toutes ces traces. « En aucun cas ce que les historiens appellent un évènement n’est saisi directement et entièrement ; il l’est toujours incomplètement et latéralement, à travers des documents ou des témoignages, disons à travers des tekmeria, des traces »[15]. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "L’évènement mis au pluriel," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 21/06/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/570.

__________________________________________________________

[1] J. Le Goff, « L’appétit de l’histoire », In P. Nora (dir), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, 173-239.

[2] Ibid., 173.

[3] D. Bolz, « L’événement en histoire culturelle du sport : essai d’historiographie », Movement & Sport Sciences, 2014/4 n° 86, 81-91.

[4] P. Nora, « Le retour de l’évènement »,  Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011, 35-57 [paru initialement dans Faire de l’histoire (T1 : nouveaux problèmes), Gallimard, 1974].

[5] F. Dosse, « Evènement », In C. Gauvard et J-F. Sirinelli (dir), Dictionnaire de l’historien, PUF, 2015, 264-267, 265.

[6] F. Dosse, « Evènement », art. cit., 267.

[7] R. Chartier, « La chimère de l’origine. Foucault, les Lumières et la Révolution française », Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 1998, 132-160.

[8] Ibid., 138.

[9] J. Le Goff, « L’appétit de l’histoire », art. cit., 174.

[10] J-M. Lemonnier, « Culture sportive lycéenne. Divorce entre les valeurs adolescentes et les attentes de l’Institution ? », Carrefours de l’Education, 2010, 29, 7-22.

[11] J-M. Lemonnier, La culture sportive, scolaire et extrascolaire, des jeunes de 1960 à 1980. Entre désirs de sport et réalités institutionnelles et sociales, Doctorat en Sciences de l’Education de l’université de Caen, soutenue le 15/06/10, sous la direction d’A. Vergnioux et M. Attali.

[12] J-M. Lemonnier et F. Dutheil F, « Des patronages rouennais aux rives de l’Orne : Jean Calbrix, itinéraire d’un randonneur hébertiste depuis les années 1930 », Les Annales de Normandie, 69e année, 2019, 2, Juillet-Décembre, 101-126.

[13] C. Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980. C. Ginzburg et C. Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, 17/10, 133-136.

[14] C. Manigand, « Archives orales », In C. Gauvard et J-F. Sirinelli (dir), Dictionnaire de l’historien, PUF, 2015, 31-33.

[15] P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Seuil, 1971, 14.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search