Entrelacs des sources

L’histoire n’est que le récit de ce que les sources disent, une « connaissance par documents », et par là même un roman vrai ne peut être qu’un roman inachevé. L’intrigue, au sens romanesque du terme, tisse les liens entre les faits et évènements, qu’ils soient mineurs ou majeurs, en dépassant la redite pour le questionnement. « Puisqu’on ne peut faire dire à l’histoire plus que n’en disent les sources, il ne reste plus qu’à écrire comme on l’a toujours écrite : avec des inégalités de tempo qui sont proportionnelles à l’inégale conservation des traces du passé »[1]. De même, l’historien doit garder une distance avec les sources dont il dispose pour parvenir à analyser l’époque concernée. Comme pour la juste distance avec le biographé, évitant l’implication aveugle ou le détachement stérile, il y a un positionnement opérant à préserver par rapport aux sources ; c’est-à-dire pouvoir les questionner ou poser un problème pertinent en lien avec elles. « Au chercheur d’expliciter les raisons qu’il a de valider, de douter ou de refuser. A lui de traiter ses sources comme il se traite lui-même, distant de sa personne, de son statut social, de ses identités, de ses motivations »[2].

Une première étape consiste à révéler que les sources en ma possession sont lacunaires et biaisées, ce qui n’est pas favorable à une intrigue très objective. Si je procède à l’inventaire des sources primaires dont je dispose, le stock parait maigre et le projet bien audacieux au regard de cette pénurie. Ces documents sont au nombre de trois : un carnet de captivité écrit de la main de Roger entre 1941 et 1942, un film documentaire de 1993 et quelques pièces administratives collectées lors de démarches généalogiques. C’est fort peu. De plus, le carnet de captivité et le film de mon frère relatent des temps révolus dans des contextes d’énonciation particuliers, ceux du Stalag entre 1941 et 1942 ou des années 1990. Enfin, elles relèvent tantôt d’un discours écrit dans l’instant de la captivité, d’autres sont discours oral reconstruit a posteriori et d’autres enfin sont re-présentations cinématographiques des temps de claustration. Il parait indispensable de compléter cette faible collecte par de nouvelles sources pour croiser ces dires avec d’autres documents sur toute la période du récit biographique. Ces sources complémentaires focaliseront sur tel aspect, telle période, telle fête rurale, etc. Mais quelles sources et quels lieux d’archives peuvent être investis pour compléter ce panel et quelles sont leurs limites ? « En ce sens, la valeur de la documentation est proportionnelle à la pluralité et à la diversité des pièces qui la composent : chacune de ces pièces s’enrichit de sa confrontation avec le reste de la documentation »[3].

Les investigations familiales semblent incontournables. Il faudra contacter Solange, Bertrand, Nicole et Jacques les enfants encore vivants de Roger. Ils peuvent être en possession de documents, tant militaires, administratifs ou photographiques, pouvant éclairer ma lanterne. De même, ils doivent faire l’objet d’entretiens semi-directifs pour relater les années de 1934 à 1945 ou des périodes plus contemporaines. Il y a urgence à recueillir cette parole, que je n’ai pas collectée auprès de Claude, mon père, fils ainé de Roger et Marie-Anne. Les personnes vieillissent et les souvenirs peuvent en être altérés. Enfin, Annette, nièce de Roger et fille de son premier patron, doit être un témoin des « années Gavray », village d’enfance de mon grand-père. Elle peut compléter certaines lacunes dans le récit de captivité mais surtout évoquer l’occupation et la Libération de cette bourgade lorsque Roger est captif.

Cependant, je ne suis pas certain d’obtenir ces entretiens semi-directifs, car l’âge des témoins les place dans le panel des personnes à risque Covid et je ne voudrais pas être la cause de quoi que ce soit pour mon modeste travail. Je suis toutefois en correspondance avec Bertrand qui est le seul « connecté » et qui répond à mes demandes. Sans que cela soit vraiment guidé, je le laisse s’exprimer sur les thèmes qu’il désire et avance quelques questions ou remarques pour qu’il rebondisse. Des détails ou nouveautés apparaissent au fil des mails. C’est une forme de recherche participative qui s’instaure entre nous, car il écrit parallèlement ses mémoires de journaliste et se nourrit de nos échanges pour peaufiner les détails de sa biographie. Dès lors, l’horizontalité entre chercheur et acteur, propre à la dynamique de la recherche participative, est pleinement à l’œuvre. Je sors ainsi de mes habitudes et découvre des facettes de Roger occultées du carnet et de la mémoire familiale mais qui marquent fortement Bertrand. La mise à distance de la réponse par mail, tant par le temps que par l’écrit, est favorable à l’obtention de ce type de ressenti. Je ne suis pas certain que j’aurais pu obtenir cela par un entretien. La présentation du film d’Hervé à Bertrand et à ses proches, qui ne l’avaient jamais vu puisque mon frère s’est installé en Italie au moment du montage et de la post-production, relève aussi de cette recherche participative. L’échange des sources permet de ne pas hiérarchiser les acteurs de ce projet, avec d’un côté ceux qui se souviennent et de l’autre celui qui analyse les souvenirs, ceux qui ne connaissent qu’une parcelle du temps et celui qui collecte l’ensemble.

La défiance doit être néanmoins de mise vis-à-vis de ces témoignages, dont certains remontent à la tendre enfance. Le carnet de captivité ou les dialogues du documentaire n’échappent pas non plus à cette crainte épistémologique. Le témoignage n’est qu’un aspect de la réalité, même sous couvert du vécu cela ne lui confère pas une réalité supplémentaire. Le témoin, au-delà des problématiques de mémoire, sélectionne et censure les éléments du passé pour se mettre en valeur ou se préserver. Il réinterprète ce qu’il était à l’aune de ce qu’il est, ce qu’il croyait être ou ce qu’il espérait être. Roger parle de son enfance avec les filtres de la captivité, l’éloignement des proches et la défaite de la France. Cette mémoire autobiographique est souvent une entrave à la vérité parce qu’elle tend à embellir ou noircir de façon outrancière les faits. Le témoignage largement incarné dit, si l’on reprend P. Ricoeur, ‘le qui’ se souvient mais il est aussi la trace ‘de quoi’ se souvient-on. Les thèmes et périodes à investiguer par le biographe proviennent largement de cette action de remémoration.

Les documents sont à la base de la recherche historique. Ils recouvrent des formes très différentes et sont convoqués pour mieux connaitre le passé d’une société, d’un groupe ou d’un individu. L’enquête permet de découvrir de nouvelles sources et d’en délaisser d’autres, afin d’orienter ou réfuter les hypothèses formulées. Le rêve ou le récit imaginaire de quelqu’un peut devenir source pour peu qu’il s’intègre dans une démonstration par la preuve. De même, le croisement des sources densifie le processus. Il est donc nécessaire de poursuivre la fouille pour collecter les preuves probantes, rencontrer des témoins ou, par l’expérience des lieux, revivre, ressentir, partager et comprendre les actions du biographé. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Entrelacs des sources," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 21/06/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/564.

_______________________________________________

[1] Paul Veyne, op. cit., 29.

[2] Ivan Jablonka, op. cit., ebook 3/25.

[3] Marc-Antoine Kaeser, art. cit., 150.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search