Page de Noël 1941

Page de Noël 1941 dédiée à ma petite femme chérie, à mes petits enfants chéris, Claude, Solange, Bertrand.

Noël, Noël comme ces mots nous rapprochent plus que tout autre près de notre foyer ; près des êtres si chèrement aimés. Quel insensible qui en ce jour ne sent pas revivre dans son cœur, les joies de l’enfance près de la cheminée ; quel est le papa prisonnier qui dans ce jour ne revit pas la joie et le bonheur qu’il a eu de voir à son tour ses petits enfants venir près de la cheminée ; et alors pour votre bien aimé qui vous écrit et qui n’est pas insensible c’est un jour où il est plus près de vous ; hélas seulement par la pensée. Cela sera aussi un jour triste et mélancolique ; car il sait lui ce que sera son jour de Noël ; il ignore ce que sera le Noël de sa bien-aimée ; le Noël de ses petits et surtout il n’ignore pas que malgré tout son courage sa petite Marie-Anne ne pourra, ce matin en embrassant nos chers petits, s’empêcher de pleurer ; pleure mon amour ton Roger te le permet car après ton cœur sera soulagé et ton cher petit Roger s’il était seul dans un coin en ferait autant ; mais devant tous mes camarades, cela serait un manque de courage ; mais ces larmes qui voudraient couler son sur le bord de mes yeux et je ne pourrais dire si cela est le sentiment de voir les tristes Noëls que nous passons depuis 3 ans ou le souvenir de ceux que nous avons passés ensemble et ma foi je crois que c’est ces deux choses-là car pour voir le bonheur et la joie que nous possédions quand nous étions ensemble avec nos petits pour ce beau jour : oui il faut vraiment pour apprécier cela passer ceux que nous passons ; mais dans nos cœur aimants nous avons toujours l’espoir que celui-là soit le dernier que nous passons loin l’un de l’autre. Sans savoir ce qu’a pu être le Noël de nos chers petits je te remercie déjà ma bien-aimée de ce que tu as pu faire pour que ces innocents oublient en ce jour les duretés de la vie présente ; et j’ai la certitude que toi ma mimi tu as fait pour cela tout ce qu’il t’était possible de faire. Je les vois d’ici ces chers petits venir te montrer, ce matin dans ton lit leur sabot, ce sabot que nous avions tant de joie à remplir le plus possible. Peut-être déjà les deux sont moins incrédules ; mais notre petit Bertrand comme il doit être mignon ; lui qui à son âge vit dans la douce insouciance. Oh chers petits enfants puissiez en ce jour faire oublier un peu à votre maman les peines les souvenirs qui puissent venir lui faire perdre la joie de vous voir si heureux.

Et toi petite chérie as-tu mis ton sabot sans doute que oui à cause des enfants ; mais hélas ton Roger n’était pas là pour te le garnir et là a été ta tristesse hier soir en garnissant les sabots des petits êtres que nous aimons ; et dans la prière que nos chéris ont adressé à Jésus hier soir comme le retour de leur papa a du être demandé. Courage douce compagne il reviendra ton petit et alors dans son foyer chéri revivras les douces joies d’autrefois. Hier soir la prière de ton Roger demandait à Dieu que ce jour de Noël soit le plus doux possible pour toi et pour nos chers petits. Mon Noël à moi je le relaterais demain et je crois que si mes chéris l’avaient su ce qu’il a été, la joie aurait entré davantage dans la maison.

A l’occasion de ce Noël nous avons 4 jours de repos rien que pour cela nous attendions ce Noël car nous n’avons pas eu de repos autre que le dimanche depuis la Pentecôte ; donc ce mercredi 24 décembre arrêt du travail à 15 heures, lumières jusqu’à 23 heures. Nous allons pouvoir faire un petit réveillon, car depuis le début de Décembre nous avons mon camarade et moi gardé nos colis pour fêter dignement ce Noël, le troisième que nous passons loin de nos familles. Notre réveillon se compose d’un succulent chocolat à l’eau avec quelques biscuits. Chaque équipe a préparé son petit réveillon suivant ses moyens mais chaque groupe ne parle que d’une chose ; l’absence des êtres chéris et chacun raconte lentement et avec regret ses beaux Noël de France. Noëls que nous souhaitons bien vite revivre chez des siens. Onze heures chacun regagne son lit ou là il pourra penser plus intensément aux siens et combien de nos pauvres paillasses auront reçu dans cette nuit, qui en temps normal nous était si douce, les larmes de papa, de fils et de fiancés. Heureusement, j’ai la foi qui me fait espérer de nouveaux de beaux Noëls.

8h30, c’est le réveil ou plutôt le lever car beaucoup d’entre nous sont éveillés depuis longtemps ; et ton Roger était de ceux là ; et dans l’obscurité tout seul j’ai pu revivre et méditer la douce scène de voir nos enfants chéris courir apporter à leur maman leurs sabots. S’il est doux de revivre ces moments-là, c’est aussi bien triste que de voir que cette année nous ne la vivrons pas.

Nous déjeunons mon camarade et moi d’une boite de pâté et d’une bonne tasse de chocolat. Le midi ; c’est le déjeuner de l’usine (pommes de terre avec une boulette et un dessert). C’est ce soir que nous marquerons le plus ce jour de Noël. A l’occasion de Noël plusieurs camarades ont monté des petites scénettes ; et à 15 heures dans une salle mise à notre disposition par la Direction de l’usine ; nous assistons à ce petit spectacle qui nous parle surtout de notre Chère France ; cela c’est nos vieilles chansons de France. Tel que Mexico, Ecris moi, Petite étoile, Petite Eglise, Veuve joyeuse, Je t’aime, j’attendrai ; évidemment ces doux chants, le camarade Confait, les as transformées pour nous comme dans un songe ; car c’est bien un songe qu’il nous fait vivre pendant un quart d’heure. Il y a q.q. scénettes pour amuser ; mais pour moi je garderai ma faveur à tout ce qui nous rapproche ou nous fait penser aux êtres bien-aimés et le bon copain Lhermite me fera bien plaisir dans son rêve de prisonnier ; puissions nous bientôt tous le vivre. Merci à tous mes camarades qui pendant trois heures, nous avaient fait supporter plus légèrement notre souffrance morale de prisonnier.

Pour le soir ton Roger a préparé un bon petit soupé dont voici le menu : Potage maggi – sardines, coquillettes de beurre, bœuf froid, p d t sautées au beurre – gateaux de chocolat, gateaux sec – citronnade. Comme vous le voyez chers petits aimés ; tout en restant près de vous par la pensée ; j’ai pu grâce à vos privations passer un Noël de prisonnier assez beau ; je ne me suis pas laissé prendre par le cafard se qui aurait été un manque de courage puisque tu avais fait toi ma chérie tout ce que tu pouvais pour que ce Noël soit plus doux pour ton petit Roger qui aujourd’hui plus que jamais t’aime tendrement et pense à toi, à mos chers petits qui plus tard seront notre récompense, notre joie et je peux dire notre orgueil ; car par notre volonté, par notre amour fidèle, par l’exemple que nous saurons toujours leur montrer nous en ferons de bons et de nobles français.

Courage tendre compagne aujourd’hui comme hier ton petit mari sera courageux et confiant en l’avenir et tout cela parce que tu as su m’aimer et me rester fidèle. J’arrête là mes souvenirs de Noël 1941.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search