[s/d] entre le 25 Novembre 1941 et Noël 1941

Comme mon frère et mes sœurs, je suis né dans cette région de Normandie que l’on appelle la Manche. Moi je suis né à Gavray petite bourgade de 1500 habitants située sur les bords de la Sienne. J’ai déjà dit plus loin que faisant parti des derniers enfants de la famille ; je n’ai pas eu à supporter les mauvais moments de mes aînés.

J’ai suivi l’école jusqu’à 12 ans, chose, que n’a pu faire mon frère qui est parti travailler à 11 ans à peine. J’aimais la classe et j’étais peiné quand il me fallait y manquer. J’étais assez doué pour apprendre mais mon fort était le calcul et mon faible la géographie et les sciences. Je me suis toujours bien classé de la cinquième à la première place ; mais j’aurai pu faire beaucoup mieux car à la maison, j’apprenais rarement mes leçons. En classe j’étais assez indiscipliné ; non pas que j’étais méchant, mais rares étaient les jours où je n’étais retenu après l’heure parce que j’avais inventé un tour, pour faire rire les camarades. Ma punition était d’apprendre 50, 100 et parfois 200 lignes dans l’histoire de France. C’est ainsi que je savais à 11 ans mon histoire par cœur. Mon maître était un bien brave homme qui faisait souvent une bonne morale qu’heureusement je n’ai pas oubliée. Mais une fois sorti de la classe je me laissé entrainer par 2 ou 3 garnements, enfin j’ai su les quitter en temps voulu. Une fois je pris pour eux une sévère punition de mon maître. Il y avait une sonnette électrique nouvellement installée chez Mr Hurel pas très loin de l’école ; évidemment, pour nous gamins cela fût un amusement de l’essayer, je fus vu une fois par mon maître qui me reconnut parmi la bande et au retour en classe il me donna à copier en entier le verbe. Je n’essaierai plus d’appuyer sur les sonnettes électriques. [changement de crayon] Ce maître m’aimais beaucoup et c’est pour m’empêcher d’avoir envie de recommencer ces tours qu’il me punit, j’avais à ce moment 10 ans ce fut une punition qui me fit du bien car dans ma 11ème et 12ème année je fus plus calme.

Je passais à 12 ans mon certificat d’études avec mention bien. Je quittais donc l’école aux vacances de 1923 assez bien instruit. Mon instruction religieuse était également bonne puisque je passais aussi mon certificat d’instruction religieuse. A ce moment-là mes parents fréquentaient peu l’Eglise mais ils nous ont fait toujours suivre assidument le catéchisme et les offices. Peut-être que j’aurais pu resté encor une année à l’école ou du moins maman le voulait mais au mois de septembre 1923 papa fit à maman une scène, où comprenant qu’elle ne pouvait demander aucun sacrifice à papa pour moi, elle chercha à me placer. Une épicerie de Carentan cherchait un petit apprenti ; c’est là que je partis peu de temps après. J’y fus très heureux mais seulement je n’étais pas payé ; et au bout de 7 mois maman vient demander une légère rémunération qu’elle n’obtenue pas. Je rentrais peu de temps après à la maison. Au mois de juin 1924 je [fus] plaçais dans une ferme à Ver, chez un vieux garçon. je fus 1 an seul comme domestique et cela alla très bien. Seulement à la St Jean suivante vint un grand commis qui me joua des tours ce qui me décourageait. Un jour de fenaison l’on rentrait du foin ; ce commis était sur la voiture (il avait 19 ans et moi 14 ans) il faisait exprès de m’envoyer plus de foin que je pouvais en débarrassé ; mon patron crut que c’était de la mauvaise volonté il me congédia il était à peu près 3 heures de l’après-midi. Je partis dans ma chambre ou je pleurais car je n’étais pas fier car si je ne craignais pas maman ; je savais que papa n’est pas toujours doux. Je ne partis pas ce jour-là ; je ne partis que le lendemain soir parce que la faim commencé à parler je n’avais pas eu à manger depuis la veille à midi. C’est maman qui me reçut ; évidemment elle me gronda ; mais elle me fit manger et elle fut indignée que je fus resté un jour sans manger. J’étais couché quand papa rentra et maman avec son cœur maternel et si bon arrangea l’affaire et de ce fait n’eut pas affaire à papa.

Le samedi de cette même semaine j’étais embauché chez mon beau-frère Charles. Sa clientèle était bonne est un aide lui était très utile. J’ai été 18 mois là où je crois avoir bien travaillé car mon beau-frère n’est pas doux au travail. Nous avons parfois travaillé par un temps infernal. Au mois de novembre 1926 Charles tomba malade ; et cela très gravement ; je fus seul à veiller sur les travaux d’hiver en particulier chauffage de la serre située à 1 kms de la maison. Je l’ai fait avec courage ; car vous devez bien penser combien cela était dur pour moi à 15 ans de me lever au milieu de la nuit pour aller recharger le chauffage de la serre ; mais je savais que cela était la seule chose qui pouvait permettre à Charles et à sa famille de vivre. J’ai donné comme je l’ai pu les soins aux plantes (rempotages, arrosages repiquages) je crois que j’ai fait pour le mieux vu mon âge. Quand Charles se releva de sa longue maladie, où il avait été à deux doigts de la mort ; sa première sortie fut évidemment pour son jardin ; c’était un dimanche je l’accompagnais avec sa femme et sa fillette. Si je ne comptais pas avoir de félicitations de la part de mon patron ; je m’attendais encor moins à avoir des reproches. La culture de la serre était principalement portée à ce moment aux cinéraires qui sont vendus pour les rameaux. Je l’ai trouvé pas mal pour la saison je les avais rempoté il n’y avait pas bien longtemps ; seulement mon inexpérience ne m’avait pas permise de bien faire ce travail. Je n’avais pas assez tassé le terreau autour des pots, il y avait donc dans certains pots des racines qui étaient dans le vide. C’est alors que mon beau-frère se fâcha. Je lui expliquais que cela était bien involontaire, pour réponse il me donna un coup de pied dans le derrière. Cela me froissa bien dans mon cœur de gamin et je pleurais je luis dit même que je partais. Sans doute il a pensé après qu’il avait eu tort car jamais nous n’en avons reparlé et les cinéraires ont été très beaux cette année-là ; donc je ne lui ai pas fait de tort. Mais de cette petite scène il faut en retenir deux conclusions. Savoir qu’il faut garder en tout temps son calme ; cela pour éviter des gestes que l’on regrette après ; et ensuite il faut savoir pardonner.

Nous avons entrepris cet hiver un jardin d’agrément au Mesnil-Garnier ; nous y avons travaillé durement et par des temps bien mauvais. J’étais heureusement récompensé par les patrons qui me donnaient de bons pour boire. Cette entreprise permit à Charles de regagner de l’argent car il en avait besoin après sa longue maladie. Au mois de Mai 1927 le jardinier de chez Mr Lejeune quitta sa place (Charles y avait été pendant 9 ans. C’est moi qui prit la place j’avais 16 ans ; le jardinier que je remplaçais avait 42 ans environ. Heureusement que j’eu affaire à de bons maitres car la 1e année fût un échec pour moi. Il y avait un très grand potager et beaucoup de fleurs avec serre et chassis. Charles ne put venir assez souvent pour m’aider et me guider dans mon travail. Etant trop jeune j’écoutais soit les conseils du patron, soit celui du chauffeur et finalement n’en faisait qu’à ma tête.

La plus grande tuile que j’eu ; fut le gel de ma serre. Le temps était à la gelée un samedi soir j’étais entré d’élaguer des jeunes arbres dans les bois et je n’osais pas dire à mon patron qu’il était temps de partir pour chauffer la serre ; de plus la serre était très grande et le chauffage en mauvais état ; en tout cas le lendemain matin ma serre était gelée. suite + loin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search