Mardi 25 Novembre 1941 (3)

Après cette sœur chérie vient ma sœur Simone né en 1909 mon ainée de 2 ans. Je serais franc avec ceux qui me liront comme je l’ai été avec elle une fois en 1928 je lui ai dit que je préfère mieux Germaine à elle ; elle ne s’est pas fâchée, car elle savait qu’il y avait tellement de raisons pour cela. J’ai toutefois tout aussi eu bon cœur pour elle et quand elle a eu besoin de moi j’ai toujours fait ce que je pouvais pour lui rendre service. En lisant ce qui suit vous saurez peut-être comprendre pourquoi je ne l’ai pas préféré aux autres ce qui aurait été plus normal puisque nous avons vécus notre jeunesse ensemble. Voilà, Simone a le caractère pareil que papa elle est autoritaire, coléreuse, en somme mauvais caractère. Etant petite elle était un peu la chouchou de papa donc s’il lui arrivait une dispute avec son frère Roger et ses sœurs elle le disait au retour à papa qui lui donnait raison. Etant enfant elle a fait beaucoup de peine à maman car elle était désobéissante et méchante mais c’est surtout quand elle fût placée qu’elle me fit peut-être le plus de peine. Ma sœur Albérie étant couturière est ayant une bonne clientèle pris ma sœur Simone comme petite ouvrière ; elle ne lui donna aucune satisfaction et ne put la garder avec elle. Mes parents la placèrent comme petite bonne chez l’huissier de Gavray. Au début elle rentrait coucher à la maison ; mais au lieu de revenir directement à la maison ; elle se laissat entrainée par une jeune fille. Mes parents prirent des mesures contre le commencement de laisser-aller et évidemment le caractère autoritaire de Mademoiselle se révolta. La scène qui m’a le plus peiné est celle-ci. C’était un dimanche ; j’étais à ce moment petit domestique à Ver. J’étais venu vois mes parents ; il y avait à la maison maman et Simone. Celle-ci voulait aller se promener avec cette jeune fille qui suivant un chemin pas très beau ; maman s’y opposa et lui dit qu’elle irait avec elle traire les vaches. Ces bêtes se trouvaient à 3 kms de la maison, c’était donc une excellente promenade. La réponse de ma sœur fût une colère et dit même à maman des paroles que je ne veux pas répéter. Maman ne cédat pas. C’est alors que ma sœur ayant dans sa poche 2 billets de 10 frs les prit et les mit en petits morceaux et les jetta dans la maison. Ma pauvre Maman qui peinait tant pour gagner de l’argent fut suffoquée. Elle était à ce moment assise près de la fenêtre et des larmes jaillirent de ces pauvres yeux qui ont tant veillés sur nous. Mon cœur de gamin ne fit qu’un bond, je m’élançais et gifflais ma sœur et les quelques paroles que je lui dit pour blamer son geste l’obligèrent à aller se réfugier dans la chambre. J’allais alors consoler ma chère maman. Un moment après je montais à la chambre pour faire comprendre à ma sœur la gravité de son geste, car 20 frs étaient inutilisables et 20 frs en 1925 c’était beaucoup Je n’avais que 13 ans sans doute Dieu m’aida à trouver les paroles qui firent repentir ma sœur ; elle vient avec moi se mettre à genoux et demandait pardon à maman. Je ne pense pas que plus tard elle est refait des scènes pareil à maman mais pour moi ce triste jour est resté gravé dans ma mémoire et ne peux oublier la vue de ma chère maman pleurant à la fenêtre. Simone je sais que tu es toujours restée dans le bon chemin mais pardonne-moi si je ne peux oublier ce triste jour ou j’ai vu maman pleurer par ta faute. Ne crois-tu pas qu’elle a assez pleuré autrement.

Heureusement cette sœur a changé en prenant de l’âge. Elle a été servir dans des cafés et en hôtels. Là elle a donné toujours satisfaction à ses maîtres ; elle a été parfois dans la même place que Germaine mais contrairement à Germaine elle n’est pas économe. Elle dépensait sans compter ; elle espérait que sa vie aurait toujours été rose ; hélas elle devait apprendre durement le contraire. Cela commença au retour de l’enterrement du petit gars à Téodore printemps 1932. En descendant de l’auto qui l’avait conduite à l’enterrement elle fût légèrement projetée à terre par une autre voiture ; cela lui donna une commotion qui l’obligea à arrêter son travail ; elle ne devait jamais le reprendre ; car au bout de quelques mois un commencement de tuberculose se déclara. Ses légères économies furent vite dépensées aux soins et elle resta sur les bras de mes parents. Elle se mit à faire du tricot ; puis son état ne s’améliorant pas elle fût choyé à Cambo-les-Bains dans un sanatorium. Elle y fit une très bonne cure et revint au bout de 18 mois. Heureusement la maladie a été prise à son début car je peux espérer que maintenant elle est à présent guérie. Après 3 ans de convalescence à la maison elle s’est mariée en 1937 à un jeune homme des environs de Bordeaux. D’après ces lettres cela va bien ils ont une fille née en 1938, ma filleule, 1 petit gars né à Noël 1940. Je ne connais ni le papa, ni les enfants ; les évènements des dernières années nous ayant empêchés de nous réunir et je n’ai pas vu Simone depuis 1936. Je souhaite de tout mon cœur qu’elle soie heureuse à présent. ; car sa maladie l’a largement punie de ses fautes passées.

Le numéro six de la famille, c’est moi comme je parlerais suffisamment de moi plus loin je passe donc au numéro sept qui est ma sœur Suzanne de deux ans plus jeune que moi. Née le 14 Septembre 1913 cette sœur était très gentille. Je ne saurais pas fixer exactement son caractère car je crois que celui-ci à changer à plusieurs reprises. Quand j’ai quitté la maison elle était âgée de 10 ans. Pour débuter dans la vie pour le travail, elle fût placée chez Thérèse, un café-épicerie juste en face de la maison des parents, et ma foi à ce moment là le dévergondage commence à faire du ravage en France et ma foi comme ce café était fréquenté par bie des jeunes gens il y en avait des bons mais aussi des mauvais et surement les deux ans passés dans cette place lui ont été fatale pour les années suivantes. Cela n’est pas qu’elle est commis une faute extrêmement grave ; mais elle n’ai pas resté jusqu’à son mariage dans le droit qu’on suivit ses frères et sœurs.

Voilà le fait tel qu’il s’est passé. Au moment de mourir ma sœur Germaine aurait dit à son mari que s’il désirait se remarier, de le faire avec une de mes sœurs soit Simone et Suzanne. Donc le lendemain de l’enterrement de ma pauvre sœur, Robert parla de cette chose à Suzanne. Etait-ce la peine qui le faisait parler de cela si vite ou bien l’amour que je pensais qu’il avait pour sa femme était-il déjà consommé ; il est difficile de le savoir. Maman surpris donc Suzanne à pleurer dans le jardin et su de ce fait ce qu’il en était. Cela blessa surement mes parents de voir déjà leur chère fille presque oubliée de certains ; toutes fois maman avait une promesse à Germaine et notre maman n’oublie pas.

Robert reparti à Angers et la correspondance s’établit entre Suzanne et Robert ; au mois de septembre il revint travailler à Cérences dans une laiterie. Mes parents avaient décidés que le mariage n’aurait pas lieu avant un an après le décès de ma sœur ; mais seulement eux ne surent pas tenir leur promesse. Suzanne se trouva enceinte au printemps 1933. Cela fût un coup terrible dans toute ma famille car c’est le souvenir de notre chère Germaine qui a été souillé ; c’est sa mémoire qui a été bafouée ; je suis sure que si ma pauvre maman n’avait pas été engagée par la promesse faite à sa chère fille, elle aurait renié Robert  et de ce fait maman à pardonné. De cela elle aurait du être récompensé par les coupables en donnant par la suite une vraie vie familiale à leur foyer. Hélas non ; Robert n’avait plus Germaine pour le guider et le conseiller et peut-être pour l’aimer ; donc ce ménage est un ménage raté ; peut-être s’il n’y avait pas eu d’enfants, ils ne seraient plus ensemble. Ils n’ont aucune confiance l’un à l’autre. Ils s’installaient après leur mariage à Granville ; à la fin de l’année Robert fût en chomage et au mois de Janvier 1934 arriva la naissance de l’enfant ; malheureusement il ne vécut que quelques jours. Je n’avais pas assisté à leur mariage mais je fus à l’enterrement de ce petit être ; dans le malheur il faut savoir venir en aide. Je les savais dans la gêne je leurs laissais 50f. Plus tard, Robert entra comme chauffeur dans une glacerie. Il gagnait un bon mois ; mais il commença à boire et à faire des scènes à sa femme et défaire cela ne va pas. Ils ont maintenant un petit garçon et une petite fille ; ces douces créatures n’ont pas ramené la paix au foyer.

Robert est comme moi actuellement prisonnier et je ne crois pas que cette épreuve quel lui vaut un foyer ou chaque soir l’on retrouve la compagne, ses enfants qui sont l’espérance de tout celui qui veut que son passage soit marqué honorablement sur la terre. Non cela il ne le comprendra pas je le sens car sur les lettres de mes parents malgré mes demandes ils restent muets sur eux. Maintenant je plains beaucoup Suzanne car il lui faut lutter durement avec ses 2 enfants et peut-elle réellement le faire avec courage dans les conditions de vie qu’elle a eu avant cette maudite guerre.

J’ai fini de parler de tous les miens ; mon jugement est peut-être sévère pour certains mais je trouve que tous vous éclaireront mes enfants qui me liraient un jour. Vous devez savoir toutes ces choses qui vous éclaireront pour votre vie sur bien des choses. Quand vous serez devant un carrefour de votre vie, n’oubliez pas qu’il y a une route qui va dans le bon chemin, l’autre dans un mauvais, à ce moment pensez à votre grand-mère, pensez à votre tante Germaine, suivez leur exemple de loyauté, de travail et d’amour. Toi petite Marie-Anne, quand bientôt j’espère tu liras ce cahier, tu sauras me donner ton juste avis sur mes frères et sœurs. Demain, je commencerai la vie de ton Roger ce qu’elle a été et ce qu’il espère qu’elle sera à mon retour parmi toi ma petite bien-aimée qui a toujours été la bonne petite épouse qui a su faire de ton Roger un vrai mari et un vrai papa fier de sa femme et ses bambins. Il me sera doux de retracer ici les étapes de ma vie, car presque tout le long tu auras été à côté de moi. Et crois qu’ici dans notre exil, il n’est pas de meilleure chose que de penser à ses souvenirs pour lutter contre l’attente, pour ne pas [ !!] dans le cafard, quand le courrier met trop de temps à venir. Dans ta lettre du 20.11.41 tu me suppliais chérie d’être courageux jusqu’au bout ; mon amour ne crains rien, ton Roger ne faillera pas ; il te reviendra encor plus aimant, plus confiant et aussi plus fort et tout cela grâce à toi ma chérie, grâce à la confiance que tu as su me prouver. Notre foyer a été bati avec de bonnes pierres il saura résister envers et contre tout à tous les intempéries. De la volonté, du courage et de l’espoir, et notre foyer revivra plus que jamais. Dors petite Mimi d’ici mes yeux te voient et admirent ton noble courage.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search