Quelle narration ?

Si l’histoire est écriture et discours, depuis la quête des archives jusqu’à la mise en intrigue, la narration permettrait-elle de lever les obstacles précédents pour enchâsser les histoires évoquées, fusionner les types de récit et satisfaire aux exigences méthodologiques ? « L’histoire est un récit d’évènements vrais. […] un fait doit remplir une seule condition pour avoir la dignité de l’histoire : avoir réellement eu lieu »[1]. De lecture récente, le livre d’I. Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine, structure pour partie ce que j’effleurais dans mes réflexions liminaires. C’est-à-dire une littérature du réel qui expose tout autant les faits, qu’elle les questionne, présente les hypothèses et le raisonnement du chercheur en montrant leurs limites, etc. En usant des procédures de littérarité, elle concilie l’inconciliable : la littérature et l’histoire. I. Jablonka souligne que l’écrit professionnel des sciences sociales s’est coupé de formes variées, favorables à l’émotion et au plaisir de la lecture. « Le problème, c’est que l’oubli de la forme, le mépris pour l’écriture et la transmission sont des obstacles à l’entreprise de connaissance tout entière »[2]. Pour autant, il ne s’agit pas d’un artifice purement stylistique mais d’une démarche qui conserve, ou plutôt met en évidence, le cadre des sciences sociales en s’adossant sur la narration pour lui donner sens, lui donner vie, l’expliciter à l’Autre ou en montrer les limites.

Pierre Nora, parmi d’autres auteurs, questionne ce lien entre histoire et roman[3] qui tendent à se confondre alors que la méthode critique et positiviste de la fin du XIXe visait à dépasser l’histoire narrative proche du roman. La tension entre littérature et sciences sociales s’accentuait notamment lorsque la littérature eut des prétentions à dire le social de son époque. Les outils de la discorde, brandis régulièrement, résidaient dans une écriture devant être science et une littérature ne pouvant être que fictionnelle. Le clivage existait ainsi dans les intentions scientifiques de l’une et artistiques de l’autre. Pour autant, dès 1960 et les avancées de l’histoire sérielle, l’argument et la pensée de l’historien se déclinent aussi sous forme romanesque. Roland Barthes propose, à la même époque, une réflexion sur les ressemblances ou différences entre récit historique et narration imaginaire. L’énonciation historique réside dans la captation d’autres discours pour établir un nouveau discours dans le présent de l’auteur et Roland Barthes de questionner la place du réel dans ce discours. Le réel sert d’appui objectif, via les sources, à un discours qui sera subjectif. « Cette situation définit ce que l’on pourrait appeler l’effet de réel »[4]. Michel de Certeau ne dit pas autre chose lorsqu’il précise que l’écriture de l’histoire use de classifications révélatrices de l’historien, de son temps et de sa méthode. Le philosophe pose l’idée d’une écriture de l’histoire fortement contingente, « qu’une lecture du passé, toute contrôlée qu’elle soit par l’analyse des documents, est conduite par une lecture du présent »[5]. La mise en intrigue, au cœur du récit historique, et la nécessité de recréer une époque participent de cette oscillation entre fiction et réalité. Le récit biographique n’échappe pas à ce lien consubstantiel entre la littérature et l’histoire. La méthodologie historique limite néanmoins cette dérive : « […] l’historien a pour tâche spécifique de donner une connaissance appropriée, contrôlée, de cette ‘population de morts-personnage, mentalités, prix’ qui sont son objet »[6]. Le linguistic turn et la pensée certalienne m’invitent à interroger la lecture partisane que je pourrais avoir de la vie de Roger et l’adéquation entre les outils méthodologiques et l’objet. Finalement la question centrale est celle d’une écriture qui puisse dire le réel en étant conscient que l’écriture historienne n’est pas le réel mais celle d’un individu situé qui le relate.

L’enjeu consiste alors à mettre en lumière cette réflexivité incluse dans le récit. « Aujourd’hui, on s’aperçoit, c’est les effets positifs du linguistic turn, que le récit n’est jamais neutre. Evidemment, il a des choix, des non-dits, des choses que l’on a mis à l’extérieur. Aujourd’hui on les réintègre dans sa propre narrativité, cela participe du récit »[7]. Il ne s’agit pas de minimiser la démarche scientifique, misant sur l’explication causale et la compréhension, mais d’accepter, et peut-être d’en jouer, la part de création littéraire qui existe dans le récit historique. Qu’elle se nomme littérature du réel, texte recherche ou creative history, l’écriture doit permettre l’incarnation du passé de Roger et préserver la vérité historique. Ce que Paul Veyne nomme le « roman vrai ». Ce carnet de recherche, sans s’éloigner de la rigueur historique, devient aussi un carnet de création d’une recherche posant mes choix de narration. J’avance le terme choix car la démarche de création nécessite un faisceau de contraintes et d’inducteurs qui mettent en perspective le propos, l’argument ou l’objet d’étude qu’il soit historique, chorégraphique ou pictural. Il ne faut pas perdre la dimension historique du travail mais la mettre en lumière par le récit, c’est d’ailleurs là que réside la gageure ; tout en respectant l’objet analysé, une vie, et les sources primaires, un carnet de captivité et un film documentaire, qui déroulent l’un comme l’autre les temps révolus qui ont façonné Roger.

L’ordonnancement des périodes de vie fait partie de ces choix qu’il faut considérer. Il peut rompre avec la temporalité de la naissance à la mort pour un récit hétérochronique, dépasser la mort de Roger ou réduire a contrario les bornes d’analyse. « Le choix d’une échelle plus restreinte – à l’intérieur même d’une vie – ne permet-il pas une problématisation plus rigoureuse, qui reste, en dernier ressort, le fondement sine qua non de la démarche historique ? […] A partir du moment où le biographe assume le caractère forcément subjectif de sa reconstitution, le chronologique se double de thématique. Sous une apparence conventionnelle, la structure peut être encore plus éclatée »[8]. De même, ma proximité familiale ne doit-elle pas être mise en perspective pour que ma sensibilité et mes interrogations cohabitent avec celles du grand-père et imprègnent le récit ? A l’inverse, la juste distance ne réside-t-elle pas dans une froideur dans l’écriture ou distance assumée avec Roger ? Ce sont des questions qui doivent être abordées, testées peut-être, dans les différents « chapitre-période-thème » pour adapter au mieux la narration aux émotions et évènements relatés. « Le genre affiche d’emblée son hybridité à travers la coexistence d’une véracité recherchée et d’une narration qui doit immanquablement passer par le récit et la fiction, rendant du même coup la reconstruction de la réalité historique du biographé tributaire de l’imagination et de la subjectivité du biographe »[9]. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Quelle narration ?," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 16/06/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/527.

________________________________

[1] Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Seuil, 1971, 22.

[2] Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014, 1/8 ebook.

[3] Pierre Nora, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011, 115-127. [Histoire et roman : où passent les frontière ? paru dans Collectif, L’histoire et le roman, aujourd’hui, Fondation Singer-Polignac, 2005].

[4] Roland Barthes, « Le discours de l’histoire », Recherches Sémiotiques, vol. 6, 4, 1967, 65-75, 74.

[5] Michel De Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard NRF, [1975] 2001, 31.

[6] Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 1998, 105.

[7] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[8] Laurent Avezou, art. cit., 23.

[9] Paul Aron et Fabrice Preyat, art. cit., 1.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search