Le corps oublié

Comment l’objet corporel peut-il trouver place dans ce récit alors que Roger n’en souffle mot dans son carnet de captivité ? Cette question me hante depuis la rédaction de l’égo-histoire et les dernières lignes posées à ce sujet. Comment mettre en perspective mon champ originel dans le cas présent ? Certes, d’autres histoires seront présentes mais celle des pratiques corporelles, qu’elles soient sportives ou physiques, celle des soins du corps ou celle de la critique du sport sont absentes de la source première et aussi du film de mon frère. Pas de corps dans le carnet, pas d’histoire en STAPS ! Doriane Gomet fournit une précieuse explication lorsqu’elle précise « l’absolue pauvreté des pratiques corporelles des hommes placées dans les Kommandos de travail […] Obligatoire dans le camp mère des Stalags, la pratique de l’éducation physique disparaît dans les Kommandos […] aucune mention de tels exercices n’apparaît dans les témoignages fournis à la Commission d’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour les prisonniers de Kommando ayant dépendu des Stalags IIA, IIB, IIIA, IIIB, XB, XIA ou XIB […] Les pratiques sportives n’apparaissent pas non plus. Que ce soit dans les témoignages publiés ou dans ceux déposés à la Commission d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, la pauvreté des distractions artistiques, intellectuelles ou sportives apparaît de façon très prononcée »[1]. Certes, je pourrais poser par-ci par-là quelques références physiques et sportives au détour d’une description ou d’une remarque, mais nous sommes loin du raisonnement problématisé qui avance des hypothèses explicatives. Pour le moins on tomberait dans le formel, le ratissage d’indices infinitésimaux ou la broderie de contrebande qui détourne les propos d’un captif qui n’en a peut-être cure des exercices du corps. « Cela n’hypothèque pas, je dirais, votre projet. Au contraire, vous pointez un non-dit qu’il faut interroger par rapport à ce que vous êtes vous-même. Il y a une dimension occultée, pourquoi ? »[2]. En quelque sorte, la solution réside dans l’interrogation de cette absence et la mise en tension des attentes du biographe et du vécu du biographé.

Cette carence devient alors une ressource et lever cet écueil nécessite de revenir à la source première, au motif de la réalisation d’un carnet de captivité. Ils sont nombreux à avoir consigné leur présent, leur ressenti, etc., sur ce type de support. D’autres sont allés vers le dessin, la sculpture et autre levier de création permettant d’exprimer son Soi de captif, son ennui de confiné, son stress de surveillé permanent, de puni sous contrôle, etc[3]. Roger, comme bien d’autres, s’inscrit dans cette logique. Il écrit pour s’évader du stalag et du kommando, pour renouer un temps avec les siens, avec ses vies personnelle, professionnelle et familiale d’antan. En fait, l’écriture, par l’imagination qu’elle suscite, permet au corps contraint de Roger de prendre son envol, le temps d’un paragraphe, d’une anecdote ou de pages successives, « liée au corps, à la personne, au vouloir-saisir, elle est la voix même de toute revendication »[4].

Ce corps imaginé (ou imaginaire), dans les dimensions sociales, physiques et psychologiques que recouvre ce concept, est finalement au cœur du récit ; corps ré-enchanté des temps de joie et d’amour avec Marie-Anne,  corps droit des affrontements politiques, corps courbé de l’apprenti jardinier sous l’œil de son maitre artisan, corps soumis aux violences du père, corps contraint par les hiérarchies de classes, etc. Les représentations de Roger renseignent suffisamment sur sa place, ressentie ou réelle, dans la société rurale de l’Entre-deux-guerres pour étayer une argumentation autour des corps social, familial, politique, militaire, axiologique, etc. Le carnet de Roger ré-envisage le corps libre de l’enfance qu’il n’a pas eue, de l’aviateur qu’il n’a pu être, du militaire qui respecte les doctrines, etc. A contrario, le carnet de Roger ré-active le corps contraint par les adultes, le père, le maître bourgeois, les classes sociales, les lieux de vie, les gestes automatiques du jardinier, etc. Son carnet est une aspirine ponctuelle, source de santé mentale, puisqu’il ne dit mot de sa santé physique. Sans revenir sur les problématiques du dualisme – nous savons que le corps est esprit et mécanique – il faut s’engager sur les voies d’un corps contrôlé et assujetti qui trouve dans l’imaginaire une porte salvatrice.

Toutefois, le contexte d’énonciation du carnet, 1941-1942, n’est pas neutre pour celui qui consigne ses tourments ou ses espérances. Psychologiquement et émotionnellement, Roger oscille entre frustration du retour différé ou joie d’une Libération annoncée, entre « convivialité » de la chambrée du kommando usine et solitude du kommando agricole. Le récit est empreint de ces conditions et l’analyse doit en tenir compte. Roger en revisitant sa vie régénère son propre désenchantement. Il entre dans une sorte de spirale de l’enfermement, celle du camp ou du kommando, mais aussi de tous les enfermements et les assujettissements qu’il a subis. Seul l’avenir est solaire, le reste est largement sombre ou en demi-teinte. Marie-Anne, ses enfants parfois, et Dieu restent les seuls astres flamboyants du récit. Finalement, l’écriture, permettant d’échapper à l’enfermement, réactualise ses frustrations sociales, politiques, professionnelles et porte toutes les contraintes vécues ; comme la quête d’un bonheur qui ne vient jamais ou sera repoussé au sortir de la captivité. La problématique du corps libre versus corps contraint pourrait se glisser dans ces oppositions entre rêve et réalité, ambitions et frustrations, émancipation scolaire et soumission paternelle, modernité ouverte sur le monde et ruralité racrapotée sur elle-même, avion en plein ciel et vallée sombre, valeurs de droiture et axiologie des insoumis à l’ordre, etc. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Le corps oublié," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 24/05/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/495.

______________________________________________________________________________

[1] Doriane Gomet, Sports et pratiques corporelles chez les déportés, prisonniers de guerre et requis français en Allemagne durant la Seconde guerre mondiale (1940-1945), Thèse de doctorat en STAPS, Université de Lyon 1, 2012, 164-165.

[2] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[3] Jean-Claude Catherine (dir), La captivité des prisonniers de guerre. Histoire, art et mémoire, 1939-1945. Pour une approche européenne, Rennes, PUR, 2008.

[4] Roland Barthes, « L’écriture de l’évènement », Communications, 12, 1968, 108-112, 111.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search