Intuition problématique et premiers cadres théoriques

Mon Master recherche, réalisé dans le champ des Sciences de l’Éducation, ne recouvre pas de dimension historique, mais construit pourtant les piliers de ma démarche d’historien à venir. En feuilletant le manuscrit et relisant l’article[1] qui en découle, l’enjeu est de découvrir les convergences et divergences, en termes de valeurs, entre la culture sportive scolaire et les représentations des activités sportives existant chez les lycéens des années 2000. La problématique du désenchantement des élèves vis-à-vis de l’éducation physique ou de l’école est posée, dès ce premier mémoire. Elle fait écho à mon imprégnation précoce aux méthodes actives mais aussi à mon propre désenchantement vis-à-vis de la tradition scolaire. Elle se nourrit ensuite des travaux de François Dubet, Régine Boyer, Olivier Galland qui interrogent les éléments contemporains de la culture des jeunes et ceux d’André Chervel ou Michel Develay sur la culture scolaire. Mon ancrage théorique initial est pluridisciplinaire et les références proviennent tout autant de la sociologie de la jeunesse, de la philosophie de l’éducation que de la pédagogie. Tous ces auteurs construisent un premier niveau de connaissances relatif à l’éducation de la jeunesse qui dépasse le seul champ scolaire. L’intuition d’un enseignant curieux se densifie ainsi au profit d’une problématique mettant en tension l’Institution scolaire et la cible des élèves, afin d’apprécier les distances entre la culture scolaire (élite) et celle(s) des élèves (populaire, jeune) : « Si une culture sportive lycéenne existe, elle s’appuie sur des valeurs communes aux élèves de cette tranche d’âge, quelles que soient leurs appartenances sociales. Cette culture peut être en décalage avec celle proposée dans l’institution scolaire, par les Instructions Officielles et les pratiques propres à l’enseignement des activités physiques et sportives. Ce décalage peut constituer un obstacle aux apprentissages dans cette discipline. Il n’en demeure pas moins que la culture sportive lycéenne et la culture sportive scolaire peuvent avoir des valeurs en commun. Ceci serait alors le point d’ancrage d’un processus d’acculturation du lycéen aux valeurs de l’Institution »[2]. Aussi maladroite que puisse être la formulation, il reste vrai que les bases des travaux à venir sont posées : le prisme d’analyse du processus de transmission scolaire est tourné vers l’élève ; la volonté d’apprécier l’adhésion aux valeurs et supports de l’éducation physique scolaire est exprimée ; c’est-à-dire en quoi les activités physiques et sportives scolaires font sens ou non pour l’élève, afin de dépasser les postulats institutionnels d’un attachement sans équivoque ; la culture des jeunes est placée comme une tierce culture qu’il faut intégrer au procès d’acculturation sportive de la jeunesse.

            Avec le soutien d’Alain Vergnioux, les outils méthodologiques se structurent à travers l’analyse de discours. Ils recouvrent deux orientations complémentaires permettant de m’initier à différents procédés. L’approche empirique des entretiens de lycéens et des textes de l’EP, théorisée par François Rastier et Jean-Paul Bronckart, permet de cerner les valeurs sportives lycéennes, les valeurs de l’institution scolaire et l’existence d’une culture sportive lycéenne. L’analyse du corpus textuel, selon trois niveaux d’unités textuelles, permet l’accès au sens du discours. Le second outil est le logiciel d’analyse de données textuelles Alceste. Les entretiens de lycéens et les textes de l’EP sont passés au crible de cette application. Le principe de base est le repérage de la cooccurrence des mots dans une unité syntaxique de base et de dégager des polarités dans leur usage, afin d’ordonnancer le texte étudié en classes distinctes faisant sens. Ce dernier outil, utilisé également pour le doctorat, ne fera pas l’unanimité dans le jury. Il est vrai que les historiens du sport sont peu versés dans le digital pour écrire l’histoire, alors que le quantitatif n’est pas exclu des approches historiques. Toutefois, en reprenant les arguments défendus lors de la soutenance doctorale, il est important de souligner que ce type d’application permet d’accéder à des univers de pensée et d’interprétation laissés dans l’ombre par l’analyse empirique. Le second intérêt réside dans le croisement des catégories de discours, comme on peut croiser les sources, pour affiner l’analyse et explorer d’autres hypothèses. Entre formel et informel, entre subjectivité et rationalité algorithmique, ce croisement de méthodes ne permettrait-il pas de revisiter quelques corpus anciens ? La portée épistémologique n’est pas à minimiser car cette double lecture des sources permet d’accéder à des niveaux d’analyse et des éclairages historiques nouveaux. La richesse de ce choix méthodologique, qui structure le travail et alimente l’argumentation, est repérable dans quelques chapitres de mon doctorat largement issus de ce croisement méthodologique[3].

            L’enseignant curieux devient ainsi un chercheur curieux outillé. Mais pourquoi et comment s’est opérée la transposition de cette problématique vers d’autres temps ? Si l’instituteur Freinet qu’était mon père a pour partie façonné ma curiosité et mon regard sur l’institution scolaire, il n’est nullement responsable de mon inclination pour l’histoire. Certes les références historiques de mon père et des enseignants qui lui ont succédé m’ont toujours fait rêver. De même, les diverses collections Alpha, Le million, A la Une, etc, qui trônent sur les étagères des écoles fréquentées, sont autant de preuves que la connaissance est partie prenante d’un bain culturel précoce. Mais c’est plutôt une fascination pour le Savoir qui se construit à l’aune de ces collections reliées. La fabrique du temps et de l’Histoire relève d’un autre pan de mon parcours de vie. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Intuition problématique et premiers cadres théoriques," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 24/05/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/490.

______________________________________________________________________________

[1] J-M. Lemonnier, « Culture sportive lycéenne. Divorce entre les valeurs adolescentes et les attentes de l’Institution ? », Carrefours de l’Education, 2010, 29, 7-22.

[2] J-M. Lemonnier, Les Activités Physiques Sportives et Artistiques au Lycée. Le divorce entre les valeurs adolescentes et les attentes de l’institution, Mémoire de master recherche en Sciences de l’Education, sous la direction d’A. Vergnioux, Université de CAEN, CERSE, 2005.

[3] Les parties 3 et 4 de mon doctorat exploitent régulièrement cette alternance des méthodes pour investiguer les cultures sportives des lycéens des années 1960 à 1980.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search