Mardi 25 Novembre 1941 (2)

Ma sœur Yvonne, née en Mars 1901, est maintenant une forte femme de 40 ans, mère d’un beau gars de 10 ans. Elle a beaucoup du physique de papa, et un peu de son caractère mais elle a beaucoup du courage de maman. Elle a toujours depuis l’âge de 11 ans travaillé dans les fermes ou partout elle a eu l’estime de ses patrons. Vers 1925 ou 1926 elle rentra comme servante chez Mr Grandin éleveur à Lengronne ou les renseignements fournis pour elle font qu’elle est des mieux payés de la région. C’est là qu’en 1928 elle fera la connaissance d’un jeune homme qui sera son mari. Celui-ci est un modeste charpentier de campagne qui gagne bien sa vie. Ils se marient en 1928 au mois de Septembre, leur fils né en 1931. Ils font à mon avis un très bon ménage ayant une situation modeste mais qui savent se contenter de cela. Ils restent attachés à la terre et ma foi ils ont bien raison.

Mon frère Téodore, né en 1903, a été lui aussi un enfant de la terre. Il avait tout le physique de maman mais malheureusement le caractère de papa. Il s’est marié en 1926 à une brave petite femme très courageuse mais qui n’a pas assez d’énergie pour le faire rester à la maison ; car lui ayant été longtemps chez un marchand de chevaux il aimait faire des petits trafics ; et pour celui qui n’a pas d’argent cela réussi difficilement ; surtout que la chance ne l’a guère favoriser. Ils avaient loué une petite ferme au Mesnil Garnier et au début ils n’eurent pas de chance avec le bétail. Deux petites filles naquirent à peu de temps l’une de l’autre ajoutant encor une nouvelle charge. En 1932, ils eurent la peine de perdre un petit garçon qui ne vécut que quelques heures. Mon frère voulût apprendre le métier de papa ce que papa lui appris mais étant d’un caractère semblable ils ne purent s’entendre et alors ils se fâchèrent à plusieurs reprises différentes ; ce qui fit beaucoup de peine à ma pauvre maman ainsi qu’à ma belle-sœur. Il fallut la mort de ma chère sœur Germaine pour que de nouveau mon frère revienne à la maison parternel. En 1934 mon frère partit s’établir en lisière du Calvados sur une ferme ou je crois il fait de bonnes affaires car en 1936 il allait prendre une plus grande quand survient le terrible accident qui lui coûta la vie.

J’étais à ce moment dans la Nièvre quand dans le mois de septembre une lettre l’appris cette triste nouvelle que mon frère avait été tamponné par une auto. Il mourût à l’hôpital de Vire quelques jours plus tard laissant une veuve et 2 petites filles Simone et Micheline. L’assurance versa à la veuve une somme qui lui permit de venir se loger dans son foyer natal (le Baleine) ou  là elle va à la journée pour continué à élever ses fillettes. Pauvre femme, pauvres enfants qui avaient étés si tôt soustraite à l’appui de ce qu’est un mari et un papa. Quand à toi cher frère dort en Paix je sais que tu avais bon cœur. Si aucun tuteur n’a été désigné pour tes enfants c’est que nous avons jugé que ta noble épouse pouvait assurer l’éducation ; en tout cas ton frère est là et ne t’oublie pas ; ni surtout tes fillettes.

Ma sœur Albérie est née en septembre 1905. Mes parents lui ont fait apprendre les métiers de la couture. Elle a un caractère très sensible et se fait de la bile pour parfois peu de chose ; peut-être a-t-elle changé. Elle a été celle qui a vécu le plus à la maison et a été assez souvent prise dans les disputes que papa faisait lorsqu’il avait bu ; elle en a souffert plus que tout autre. Aussi je ne trouve pas étonnant que lorsqu’en 1924 elle fût demandée en mariage, (elle avait 19 ans) elle acceptât. Elle se maria donc le jour de ses vingt ans à Charles Beaufils ; jeune homme de q.q. années plus âgé qu’elle. Celui-ci jardinier venait s’installer à Gavray. Et une fois après plusieurs années difficiles, ils ont réussi à avoir une petite situation dans leur profession. Ils ont 3 enfants 2 filles ; 1 garçon. Ils ont maintenant leur maison à eux. Autant l’un que l’autre ils se sont donné de la peine mais ont le bonheur de voir leur affaire réussie. Je les estime beaucoup ; et suis bien heureux de les savoir dans une situation qui les tirent de la gêne car moi qui ait été 2 ans chez eux dans leur début, je sais qu’ils ont eu des années très dures. Ils ont eu confiance en Dieu et ils ont eu raison car je crois que maintenant ils sont tirés d’affaire.

Passons maintenant à ma sœur Germaine. Je dirais tout de suite que cela a été pour moi ma sœur préférée. Je dis qu’elle a été parce que en 1932 nous avons la grande douleur de la perdre à l’âge de 25 ans. Née en 1907 j’ai grandi près d’elle ; elle a eu pour moi des égards et de l’affection, c’est pour cela qu’elle a été ma préférée. De taille moyenne, assez forte elle avait un visage qui portait en lui la fraicheur, la sagesse et la bonté. Elle a été très courageuse et économe. Elle débuta comme petite bonne à 12 ans chez une épicière en face de chez moi ; puis à Cérences dans un petit restaurant ; à part 2 ou 3 ans qu’elle a été chez Me Glaise à Roncey, elle a toujours travaillé dans les restaurants et ou hôtels ; c’est-à-dire qu’elle n’a fait que 2 grandes places chez Mr Fauvel à Cérences et à l’hôtel de la gare à Folligny. Partout elle a toujours éte louée de ses patrons. Elle a également étée très bonne pour mes parents. C’est elle qui a offert à maman son voyage à Paris.

En 1929 elle s’est mariée à un jeune homme qu’elle aimait beaucoup et il en était de même pour lui ; celui-ci (Robert) était des environs d’Anger. Je me souviendrais toujours de ce mariage qui m’avait rempli le cœur de joie parce que j’étais heureux de voir ma petite Germaine heureuse. Cela fut un mariage très simple ; rien que la famille ; en tout une trentaine. Malheureusement en fin de journée au moment de se quitter il arriva un incident qui affecta j’en suis sure la 1e journée de bonheur de ma pauvre Germaine. Dans la journée, nous avons bu pas mal de vin blanc d’Anjou, ce qui est très excitant. Pourquoi moi seul parmi les hommes ou les jeunes gens n’en avais-je pas fait autant, cela a été une consolation pour moi. Je vais relater ce triste incident en tirant une leçon. Déjà pendant le dessert du soir le garçon d’honneur, frère de Robert, avait prononcé des paroles désobligeantes à la suite d’une réflexion de son oncle tuteur de Robert et nous logions chez Provost (restaurant) ; là été également la voiture de mon frère. Nous étions parti ensemble, nous pour nous couchés, Téodore pour reprendre la voiture ; Robert et Germaine nous accompagnés. Il prit à mon frère l’idée de boire de nouveau un verre ensemble ; la maison Provost nous connaissant très bien nous avait donné ses clefs, mais Germaine comme de juste raison s’y opposa ; Robert se mit de son côté ; c’est alors que mon frère se prit de colère et fût sur le point de battre Robert. Je me mis entre eux et reçu une gifle de mon frère. Voyez ce qu’a put être la nuit de noce de ma sœur chérie. Elle ne fut que pleurs ; cela resta entre nous et je ne crois pas que d’autres que les témoins le sache. Le lendemain je dis aux mariés d’oublier cela et d’être heureux. Oh boisson maudite que de larmes as-tu fait verser. Deux jours après, les mariés partirent s’installer à Anger ; ils revinrent à Pâques 1930 nous surprendre. Ils étaient heureux, ils avaient leur petit chez soi. Hélas ma pauvre Germaine ne devait plus revenir en vie à Gavray en 1932 le jour de ses 25 ans elle tomba malade. Le docteur qui la soigna au début la soigna très mal ; car si une opération avait été faite tout de suite, ma sœur serait encor parmi nous. Il fallut que papa et maman aillet par deux fois là-bas pour la faire rentrer à l’hôpital mais hélas cela était trop tard ; une grave péritonie était déclarée et de plus l’opération ne réussit pas très bien. Après une longue agonie de 2 mois ; ou jamais ma sœur chérie ne perdit son courage ; ni son espoir ; elle nous quitta le 11 Juillet 1932. Le 7 Juillet je m’étais rendu à Anger ; ma chère Germaine avait été administré ; donc nous gardions bien peu d’espoirs. En fait la pauvre était dans un état squeletique ; elle ne prenait plus qu’un peu de champagne, mais elle était toujours bien la même, aussi douce, aussi courageuse. Se savait elle perdue ou gardait elle espoir ? Cela je ne peux le savoir ; ce que je sais c’est qu’elle voulait nous faire garder l’espoir ; car elle me parlât de mon mariage ou elle me disait qu’elle viendrait. Une chose attira mon regard dans sa chambre c’était la feuille de température qui n’était marquée que jusqu’au 12 Juillet donc le docteur était fixé. Je ne voulu cependant m’arrêter à cela. Le jour suivant j’allais longuement prier et pleurer à la Cathédrale, et mit dix cierges à brûler pour la vie de ma sœur chérie.

Je restais 4 jours à Anger ou j’allais à l’hôpital 2 fois par jour soit seul soit avec Robert. L’état resta stationnaire je repartis donc le dimanche matin car malgré le faible espoir j’avais pris des renseignements pour qu’en cas de malheur le corps de ma chère sœur revienne à Gavray. Pour cela il me fallait parler à mes parents et à mes frère et sœurs. J’avais pris mes renseignements aux pompes funèbres et pour nous cela été trop cher. Enfin pour ma part j’étais prêt à donner ce que j’avais d’argent pour ce retour. Malgré toute la peine que cela me faisait de faire perdre espoir à mes parents je leur parlais de l’affaire. Nous décidâmes donc d’essayer de trouver une voiture qui nous reviendrait moins cher. C’est ce que papa fit dès le 11. Il trouva cette voiture à Cerences et hélas à son retour la fatale nouvelle l’attendait. Pauvres parents combien parfois le sort a été dur pour vous par moments.

Après une enterrement ou tout le monde pris part à notre douleur, ma sœur chérie dors dans son pays natal. Dans ce malheur je suis heureux d’avoir mis tout l’argent que j’avais pour [que] soit par nous la tombe toujours fleurie de ma chère Germaine. Dors en paix chère petite sœur ton souvenir ne s’éteindra et de là-haut veille sur ta famille qui parfois en a tant besoin.

J’ai un grand regret c’est de n’être pas resté 1 jour de plus près d’elle, j’aurais eu au moins ses dernières paroles.

Je sais que e jour où maman l’a conduite à l’hôpital, elle lui demanda que si il lui arrivait malheur de ne pas abandonner son cher Robert. Ne crains riens sœur aimée il n’a pas été abandonné mais il n’est pas resté le Robert que tu as aimé et qu’avec toi serait resté le vrai mari. Ton cher souvenir est resté vivace dans le cœur de ton frère que toi aussi tu aimais tant et parfois je dessine dans l’espace ton doux visage qui m’est resté si cher. Dors en Paix petite sœur dans ta terre natale à chacune de mes visites ta tombe sera fleurie pas mes mains. [à suivre]


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search