Mardi 25 Novembre 1941 (1)

Pendant la guerre mes parents continuent à travailler et mon père faisait au moment voulu, son métier. Je ne puis me souvenir si les restrictions ont été dures pendant cette guerre en tout cas je ne me souviens pas d’avoir eu faim. Nous étions à la maison cinq enfants (Albérie, Germaine, Simone, Suzanne la plus jeune et moi). Je me souviens très bien que 1 ou 2 fois par semaine, maman nous faisait de la galette, alors ce jour-là je me dépêchais de revenir de l’école pour scier des gros morceaux de fagots pour avoir un bon feu. Je vois encor maman toute rougie par la flamme nous servir chacun notre tour une galette sur laquelle nous mettions du beurre et des confitures. En 1918, j’ai été pris de la grippe Espagnole, cette grippe qui a fait tant de ravages en France. Quelques jours plus tard, c’est ma sœur Suzanne qui y tomba à son tour. Maman nous soigna toujours avec un amour sans borne. Quelle vie je lui faisais lorsqu’elle venait me mettre des cataplasmes de moutarde. Je me relevais au bout de trois mois ne savant plus marcher juste q.q. temps avant l’armistice et ce beau soir de 11 Novembre 1918 maman me porta à la fenêtre de la chambre pour me faire voir la première retraite aux flambeaux que mes yeux voyaient de même que les premiers feux de bengaux allumés par une voisine. Après la guerre papa et maman prirent la gérance de la ferme de la Tête qu’un herbager de la Somme avait loué pour 3 ans, ainsi que des herbages situés au moulin de Huet. Dans cette entreprise, mes parents ont eu réellement du mal ; les terres qu’ils géraient étés situées à 4 kms de la maison ; c’est souvent qu’il fallait y aller 2 ou 3 fois par jour, de plus il fallait aller chercher les bêtes dans les foires et faire les embarquements ; il y a eu pendant un temps près de 200 bêtes à surveiller et souvent il y en avait de malades. Maman pour augmenter le budget trayait le plus de vaches qu’il lui était possible. Papa allait souvent convoyer les bestiaux jusque dans la Somme. Je me rappelles qu’une fois il était très heureux. En revenant il était passé par Paris et là, il nous avait acheté à tous un souvenir, moi j’avais eu un sac d’écolier. Ce sont certainement les seules années où mes parents ont gagné un peu d’argent ; ils en auraient certes gagner davantage si par plusieurs fois papa ne s’était pas laissé rouler par un nommé Auguste Lemonnier (quoique de même nom, cet homme n’a aucune parenté avec nous) mais cela a été un vrai filou, cela ne lui a pas réussi, car il est mort à l’hospice dans le grand dénuement. Voilà encor une preuve que l’escroquerie est toujours châtiée.

Lorsque mes parents n’eurent plus à s’occuper que des herbage de Huet (en 1921 je crois) maman prit à tâche de traire les vaches d’un boucher Albert Lhermine et cela matin et soir et par tous les temps et partait à sa journée au retour. Elle va faire ce trafic pendant au moins six ans. Combien de fois ai-je entendu dire des gens dirent de maman que cette femme méritait l’estime ; tandis que mon papa n’a pas toujours estimé de tout le monde et cela à cause de cette triste passion et surtout plus les scènes qu’il faisait à maman quand il était comme cela. Jusqu’à maintenant mes parents ont continué leur labeur. Encor à présent, maman qui doit avoir 67 ans va encor à la journée faire du lavage. Et c’est cela qui me peine beaucoup car à cet âge n’a-t-elle pas droit comme tant d’autres à un repos si chèrement mérité. Papa a toujours continué son métier ainsi que faire des ventes d’engrais et achat de pommes. Il a aussi perdu son méchant défaut. Ces dernières années il avait loué un peu de terre où il avait 2 ou 3 bêtes à cornes, mais il n’a jamais eu de chance dans tout cela, car il faut reconnaitre une chose, que si papa a du manquer d’initiative, il n’a jamais eu de chance et cette chose est beaucoup dans la vie.

Depuis 3 ans que je n’ai pas été chez mes parents je ne sais comment ils vivent mais cela doit être très dur pour eux ; et pourtant ils font tout ce qu’ils peuvent pour venir en aide ay ravitaillement des miens. Pourrai-je leur montrer ma reconnaissance à mon tour ? c’est là mon grand soucis

            J’aurai du commencer le passage de la vie de mes parents par leur caractère ; mais je n’ai aucune notion littéraire j’écris tel que cela me vient à l’idée. Mais j’espère que vous mes bien-aimés quand vous lirez ces pages, vous saurez comprendre pourquoi j’ai écrit cela. C’est surtout pour bien vous démontrer combien la vie de nos anciens a été dure et que malgré le peu de bien-être, ils ont su rester unis et vivres pauvres mais honnêtes et cela pour moi c’est la plus belle des choses. Lorsque vous aurez lu comment la France a sombré dans le crime et l’escroquerie après la victoire de 1918 vous pourrez faire e point. Tant que Dieu me gardera près de vous, je vous montrerai toujours le droit chemin celui de l’honneur et de la justice, et quand je partirais, je peux espérer que vous mes chers enfants vous me promettrez de suivre toujours ce droit chemin. Avant de vous narrer ce qu’a été ma vie et celle de notre pauvre France je vais vous détailler le caractère de mes parents et de mon frère et de mes cinq sœurs.

            Papa, homme de taille moyenne ; portant les moustaches a un visage très avenant et très sympathique il renferme pourtant un caractère assez froid et renfermé et souvent coléreux. Il exprime assez difficilement ce qu’il pense et rit rarement. Il aime beaucoup se plaindre et de ce fait n’a pas du pouvoir réagir quand le mauvais sort l’a frappé. Il possède un cœur très généreux, il est toujours prêt à rendre service et cela il l’a fait souvent en en étant de sa poche. Comme je le disais au début il a toujours su rester dans le chemin de l’honneur et de la loyauté et le montrant à ses enfants.

            Maman, un peu plus grande que papa, a un visage qui exprime beaucoup les peines et les fatigues qu’elle a eu a toujours porter. Elle  un caractère très soumis et n’a jamais su se plaindre, a toujours dû lutter contre le sort, ne sait jamais laissée abattre. Par son travail, par la soumission qu’elle a su montrer dans sa dure vie pour élever dignement ses sept enfants elle est un exemple de première grandeur pour ses enfants et toujours son sacrifice restera gravé dans mon cœur. Chère maman, ton fils te remercie de ce bel exemple, il a su déjà en profiter et poura le faire davantage. Puisse le chemin suivit par ton Roger récompenser un peu de tes privations.

            Maintenant que j’ai à mon tour une petite famille pour laquelle j’ai eu et aurai besoin de lutter je comprends mieux quel a été votre but à vous parents chéris de vous donné à la tâche votre but a été d’élever dignement votre grande famille. Je sais que maintenant votre but est atteint ; vous avez droit non seulement à la reconnaissance et au dévouement de vos enfants mais aussi à la reconnaissance de tous les Français. [à suivre]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search