Un récit « pinagotique » ?

Si la biographie a durablement concerné les grands-hommes, les saints, les philosophes ou les artistes, l’anonymat de mon acteur doit être interrogé. Roger fait partie de ces individus qui traversent le temps et laissent quelques traces vite effacées sur le sable de la vie ordinaire. Ils furent pourtant célèbres dans leur village, leur rue ou leur immeuble et ont construit le réel d’une époque. Ma posture de chercheur est ainsi double, elle relève d’un récit biographique alimenté par une démarche micro-historique[1]. C’est-à-dire interroger l’histoire sociale et culturelle en focalisant sur un individu « ordinaire », au dépend des masses, en analysant les contextes qu’il traverse et en éclairant les choix qu’il opère. Ce faisant c’est une forme d’histoire incarnée, faite d’évènements communs et de ressentis particuliers. L’individu devient un être singulier ayant intégré des normes contingentes. Philippe Ariès dit à peu près la même chose lorsqu’il évoque l’histoire familiale, « cette ‘petite histoire’ du souvenir demeurée dans l’ombre des conversations familières, des traditions orales, sans qu’aucun effort n’ait été  tenté d’insérer cette conscience singulière, différente pour chaque groupe consanguin, dans la grande histoire collective »[2]. La micro-storia, dès les années 1970, a pris cette direction autour du concept « d’exceptionnel normal » dépassant les effets de contexte pour des stratégies plus individuelles et replaçant l’anonyme face aux catégories ou représentations mentales d’une époque[3]. Ce niveau d’analyse, aussi réduit soit-il, est producteur de compréhension et d’un autre regard. Ainsi, Roger est un acteur parmi d’autres mais qui vit sa captivité de façon personnelle, « pluralisant » le rapport au système du stalag ou du kommando. On rejoint l’homme pluriel, de Bernard Lahire[4], à la fois dans son temps mais s’en émancipant. Nait une histoire à différents niveaux de lecture qui, sans opposer le haut et le bas, le petit et grand, ne recouvre pas forcément les mêmes réalités sociales selon l’échelle d’analyse. « Des phénomènes massifs […] peuvent être lus en termes tout différents si l’on tente de les appréhender à travers les stratégies individuelles, les trajectoires biographiques, individuelles ou familiales, des hommes qui leur ont été confrontés »[5]. Il s’agit de donner du sens et du sensible aux inflexions de l’histoire, en rapportant au plus bas de l’échelle, des contextes plus globaux. Paul Ricoeur évoque « l’homme agissant et souffrant » que le jeu d’échelles tend à inclure dans des conjectures plus larges. « L’idée-force attachée à celle de variation d’échelles est que ce ne sont pas les mêmes enchaînements qui sont visibles quand on change d’échelle, mais des connexions restées inaperçues à l’échelle macrohistorique »[6]. En analysant les lieux de vie de Roger, ses métiers ou ses rêves, je réduis l’échelle d’étude et m’intéresse à un individu d’importance mineure dans la logique de la micro-analyse.

Toutefois, fervent défenseur de la micro-histoire et ayant déjà adopté cette démarche pour d’autres anonymes, notamment dans le cadre d’un récit sur un hébertiste ornais[7], je ne parviens pas à appliquer sa puissance au personnage de mon grand-père. La proximité du personnage nuirait-elle à une juste appréciation de son heuristique alors qu’elle faisait sens pour l’hébertiste Jean Calbrix ? Le charisme du personnage ou sa captivité suffisent-ils à justifier le projet scientifique ? Bref, le parcours de vie de Roger est-il assez original pour susciter l’intérêt au-delà de sa famille ? Certes, « vous avez là quelqu’un qui est un anonyme, mais en même temps sa singularité permet de retrouver l’esprit de l’époque et un certain nombre de choses qui vont dans le sens de ce que Boltanski et Thévenot ont appelé « l’économie des grandeurs ». C’est-à-dire grandir le cas finalement, cela ne veut pas dire l’édulcorer, cela ne veut pas dire le raboter, mais de trouver des processus de généralisation […] On touche au général qui sort du confinement… un terme actuel »[8]. L’historiographie de la biographie montre que l’histoire des grands-hommes a laissé place à celle des humbles, mais parallèlement le biographé a laissé place aux dimensions collectives qu’il traverse. « En fait, le personnage retenu peut être assimilé à un « œilleton » : l’œil rivé sur cet œilleton, le biographe peut orienter sa visée bien au-delà du personnage, de manière panoramique »[9].

Pour autant, mon grand-père n’est pas complètement un anonyme, au sens où Alain Corbin qualifiait son sabotier ornais. Louis-François Pinagot, parfait analphabète, n’a rien écrit le concernant, n’a pas fauté ni été condamné, il semble donc être un individu inconnu, « comme des millions d’autres, que les historiens n’ont tout au plus saisis que collectivement »[10]. Le choix de l’auteur résidait dans le fait que « la ‘grande histoire’ construite par l’historien n’est pas nécessairement perceptible par le contemporain anonyme » [11]. Il révélait l’histoire d’un individu (valeurs, croyances…) qui ne laisse pas de trace et tentait de saisir « l’individu insaisissable ». Roger n’a pas pleinement ce profil, il laisse des écrits, une parole enregistrée et son nom est présent dans quelques documents administratifs ou militaires. A la différence d’A. Corbin, je dispose de sources immédiatement disponibles. Certes elles sont en nombre limité et de factures très différentes, mais elles doivent permettre de périodiser, d’alimenter quelques analyses avant de les compléter par une quête de sources inédites. La dimension pinagotique de Roger réside dans son anonymat au-delà de la frontière familiale, des villages qu’il a habités, des maîtres qu’il a servis, des copains de chambrée au Stalag XI A, des médaillés militaires de Mayenne, etc. Vais-je pour autant délaisser ma subjectivité de chercheur, mon vécu de citoyen et mes lectures historiques ou romanesques sur ces périodes pour révéler la singularité de Roger[12] ?

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Un récit « pinagotique » ?," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 26/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/435.

_________________________________________________

[1] Anne-Emmanuelle Demartini, « Le retour au genre biographique en histoire : quels renouvellements hitoriographiques ? », in Anne-Marie Montluçon et Agathe Salha (dir), Fictions biographiques. XIXe-XXIe siècles, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007, 77-89.

[2] Philippe Ariès, op. cit., 58.

[3] Carlo Ginzburg et Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, 17/10, 133-136.

[4] Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998 et La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

[5] Jacques Revel (dir), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996, 12.

[6] Paul Ricoeur, op. cit., 268.

[7] Jean-Marc. Lemonnier et Frédéric Dutheil, « Des patronages rouennais aux rives de l’Orne : Jean Calbrix, itinéraire d’un randonneur hébertiste depuis les années 1930 », Les Annales de Normandie, 69e année, 2019, 2, Juillet-Décembre, 101-126.

[8] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[9] Marc-Antoine Kaeser, art. cit., 144.

[10] Jean-Luc Mayaud, « « Recherches pinagotiques ». A propos du Monde retrouvé de Louis-Français Pinagot », Ruralia, 1998/3, 1-7, 2.

[11] Ibid., 2.

[12] Sabina Loriga, « Alain Corbin Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 57ᵉ année, n° 1, 2002. 240-242.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search