23 Novembre 1941

Il y a un peu plus d’une année, j’arrivais en Allemagne ; je me disais que j’en avais à peu près pour un an, hélas les douze mois sont écoulés et surement plusieurs autres s’écouleront encore avant que je puisse revoir ma chère patrie, retrouver mon cher foyer ! C’est pour cela qu’aujourd’hui, je me décide à me souvenir un peu ce qu’a été ma vie et surtout qu’elles sont mes impressions et souvent mes pensées, car les lettres que j’écris sont trop courtes pour pouvoir y exprimer tout ce que l’on voudrait.

            Je sais combien après mon retour ma chère femme sera contente de lire ces lignes et plus tard mes enfants les liront et je pense qu’ils pourront y puiser de bons et sages conseils car ce n’est pas surtout ma vie de prisonnier, celle-ci étant trop monotone, que je veux décrire, c’est surtout jeter un regard sur le passé et aussi sur nos espoirs sur notre France future car notre pays renaitra. Pour cela il lui faut des cœurs francs et loyaux c’est surtout cela qui a manqué à la France.     Nous sommes au mois de Novembre 1918 après 4 années de lutte acharnée, la France a réussi à repousser l’envahisseur ; ses armées ont levés très haut leurs drapeaux mais au prix de 1.500.000 vies de ses hommes. Chacun alors rentre chez soi ; et reprends sa vie au foyer ; d’autres fondent leur foyer. Les clauses de la paix, cette paix si chèrement payée, ils les abandonnent aux mains de nos hommes politiques qui certes avec l’appui de nos Maréchaux auraient peut-être put établir une paix juste et durable pour tous les peuples. Mais notre pays qui avait donné tant de ses fils se laissa surtout dicter les conditions de paix par l’Amérique et surtout l’Angleterre et de ce fait, la France a fait signer une Paix qu’à aucun moment elle n’a été de force à en faire respecter les engagements, soit qu’elle ai été bridée par l’Angleterre, soit qu’à d’autres moments elle n’est plus eu la force de le faire seule.

            Si la France de 1918 est sortie victorieuse de la guerre, elle s’est retrouvée beaucoup meurtri et à ce moment il ne s’est trouvé aucun homme capable de guérir ses blessures. Si pendant les 3 ou 4 années d’après le souvenir atroce des journées de combat et la disparition des maris, frère, père et amis ont fait conserver un culte pour eux, il est arrivé le moment ou ce souvenir petit à petit a disparu et cela a été pour nous le commencement du malheur actuel. Seuls les anciens combattants auraient pu nous sortir de là, pourquoi ne l’ont-il pas faits. Je n’ai pas à les juger mais combien à présent doit-il y en avoir qui font leur mea culpa et dire si on avait su. Donc il ne faut pas que nous à notre tour qui payons de deux ans de captivité ces fautes, nous laissions aller de nouveau à la tourmente notre chère patrie, car nous aurions non seulement le monde qui nous guetterait comme une proie facile, si nous ne savons pas nous relever, mais il y a surtout l’avenir de nos enfants à assurer et à leur éviter les horreurs de la guerre. L’une des causes de notre défaillance d’après guerre c’est à mon avis le laissé aller qu’il y a eu pour la jeunesse, c’est l’installation en France de tant de mauvais mœurs qui me répugne moi qui élevait dans ma petite commune de Gavray par des parents qui ont toujours su me montrer que le droit chemin. Si mon papa avait un défaut (celui de boire) il a toujours été j’en suis sur le bon citoyen à la conscience tranquille. J’ai vu à quelles folles idées pouvait conduire la boisson aussi je fis un jour le serment à ma maman de ne jamais me laisser prendre par la boisson. Si parfois j’ai manqué à ce serment ce n’est qu’en de rares occasions et personne n’en a payé les conséquences. Chers enfants si un jour vous lisaient ces lignes, sachez d’y prendre une bonne leçon contre la boisson.

            C’est surtout dans l’exemple donnait par ma chère maman, que j’ai compris ce qu’était la vie du travailleur et aussi ce qu’il y a de beau et de splendide dans la lourde tâche d’élever sa famille. Petite mère, combien je te suis reconnaissant d’avoir toujours su me montrer ce qu’est la noblesse du cœur, si ton fils n’a pas toujours su te donner la part d’affection à laquelle tu avais droit, crois que maintenant dans son exil, il sait combien tu as mérité d’être aimée de tes enfants car je crois savoir combien a été dure pour toi la noble tâche d’élever ta famille. Elevé sept enfants rien que par son travail sans que l’Etat te vienne en aide comme il le vient pour nous maintenant et ce qui me fait le plus de peine, c’est de savoir qu’à l’heure actuel, mes pauvres parents soient encor obliger de travailler pour assurer leur vies. Que j’ai hâte d’être rentrer pour essayer de venir en aide à mes parents. Cela je le pourrais si je garde ma situation actuelle, et que mes frères et sœurs veuillent bien aussi m’aider. La retraite des vieux travailleurs est instituée, mais je crains fort que mes parents ne sont pas de ceux qui y auront droit. Donc je crois qu’il est un devoir que nous leurs enfants nous devons remplir, c’est de leur assurer au plus vite une somme mensuelle qui leur permettra de se reposer. Je serais si heureux, si chaque année ils pouvaient venir passer un moment parmi ma famille. Tout cela je ne désespère pas d’y parvenir parce que je pense que les durs moments que nous vivons tous, nous auront fait comprendre bien des choses.        Je vais écrire quellesques lignes sur ce qu’a été la vie de mes parents et du moins ce que j’en sais car moi étant le sixième des enfants sur 7, et né en 1911, il y a certes des choses que je ne sais pas et surement que mes aînés ont vécu mais je n’ai ai jamais parlé avec eux, et en ai rarement entendu rarement parlé. Donc il m’est permis de penser que ces années inconnues pour moi n’ont pas étais roses pour mes parents ni mes aînés. Je sais seulement qu’après leur mariage, mes parents ont dûs prendre une petite ferme à Lengronne et cela n’a pas du réussir. Mon père y a appris son métier d’affranchisseur. Vers 1906 ou 07 ils sont venus s’installer à Gavray. Mon père a réussi à se faire une très bonne clientèle dans la région, en plus il vendait de l’engrais et aurait sans doute pu se défendre dans la vie, sans que ma pauvre maman soie obligée d’aller à sa journée avec 4 enfants en 1907. Mais à aller d’une ferme à l’autre où le cidre et l’eau de vie sont bons, cela lui était fatal et là certes fait bien des fois quitter le bon chemin du vrai père de famille. Il n‘aurait jamais dû boire, car lorsqu’il avait bu il était très emporté et ces les quelques tristes scènes que j’ai vu, qui font que j’aime beaucoup moins mon papa que ma maman. Je lui en demande pardon et je sais que maintenant qu’il se fait âgé, il regrette toutes ces choses.

            Je sais qu’après la naissance de ma sœur Germaine février 1907 donc c’est bien en 1906 que mes parents vinrent à Gavray, ma maman tomba gravement malade d’une flebite qui faillit l’emporter, je remercie Dieu de me l’avoir conservée, surement pendant ce moment, la vie n’a pas été gaie à la maison ; moi étant né en 1911 et mes souvenirs ne prenant dates que vers les dernières années de guerre, je n’ai jamais eu à souffrir d’aucune misère, mais il n’a pas du en être de même pour mes frères et sœurs. Quand l’on sait qu’une journée de travail était payée en 1914 0,50 frs ; cela semble invraisemblable mais cela est véridique est il fallait qu’avec cela 7 enfants vivent, aussi ma sœur aînée Yvonne et mon frère Théodore partirent travailler aussitôt après leur communion et leur petit gain fût un petit soulagement pour mes parents.

            En 1914 à la mobilisation, mon père quoique ayant sept enfants, part et ne revient qu’au mois de mai 1915 il n’a pas été au combat. Je me demandes souvent ou ma chère maman a puisé tout le courage qu’il lui a fallu pour tenir le coup pendant ce temps. elle avait surement l’allocation militaire mais qui ne devait pas être très forte. Je me souviens qu’au départ de papa, elle avait pris sa place qui était de conduire des alambics, elle passa donc des jours et souvent des nuits dans ce dur labeur. Elle nous confiait à la belle fille d’une voisine Germaine Lorrain, venait parmi nous le soir, et repartait à son travail dès que nous étions endormis.

Quand papa annonça son retour, elle partit de chez nous pour Saint Lô, distant de 32 Kms, à pied pour aller le chercher et revient avec lui la même journée. Ce seul geste montre bien combien maman aimait son mari et quel courage elle avait. Pour ce soir je ferme mon cahier pour aller me reposer et penses à toi ma petite Mimi qui si tu me voyais en train d’écrire, tu me dirais c’est ta vie de prisonnier, ne crains rien elle viendra aussi avec toutes mes réflexions. Bonsoir petite femme, petits enfants chéris, chers bons papa et maman.

De loin je vous embrasse tendrement et avant de m’endormir une prière ira à Dieu pour vous tous que j’aime.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search