Silence

Projet de titre : L’absente ou Roger vivant ou Chronique du silence ou Puis vint le silence (1945-2020)

Thème de la note d’intention : L’historien transformé par ses recherches

Ce chapitre constitue tout autant une conclusion qu’une introduction. Conclusion du récit, car la vie de Roger y est rapportée jusqu’à son terme en 1995. Les années au Maroc, à Pau et la retraite horticole sont brossées rapidement. La recomposition familiale autour de Roger, Germaine et leurs cinq enfants est discutée à l’aune des témoignages de Solange, Bertrand et Jacques. L’iconographie classée et annotée de la main de Roger, dévoilant son ambition autobiographique durable, participe des sources tout autant qu’elle a servi à délier les langues lors des entretiens. La transcription du carnet de captivité et le tournage du documentaire constituent les dernières étapes de cette prise de parole effectuée 50 années auparavant. Avec ce travail biographique, « j’avais nourri l’espoir que des informations nouvelles puissent être mises à jour »[1]. Jusqu’aux derniers instants, Roger a mis en ordre ses notes, ses archives et organisé sa vie comme son départ. Un pli, maladroitement glissé dans son portefeuille et découvert après sa mort, atteste que Roger s’exprime par-delà son trépas[2].

« L’après-mort du biographié devient tout aussi signifiante que sa période de vie, par les traces qu’elle laisse et par leurs multiples fluctuations dans la conscience collective sous toutes ses formes d’expression »[3]. L’aspect introductif de ce chapitre est en filiation avec cette citation de François Dosse. C’est-à-dire que la vie de Roger, tout anonyme qu’elle soit, a des résonances sur notre présent. Mon actualité, à l’évidence, puisque je consacre de mon temps pour organiser ce récit de vie, pour « retourner vers les miens des protocoles de recherche jusqu’ici réservés à d’autres »[4]. Plus encore, ce roman extra-ordinaire constitue le terreau de mon investissement dans le champ historique[5]. Le présent familial est encore irrigué, pour les enfants et petits-enfants, par les eaux du souvenir de Roger, Marie-Anne et Germaine. Mémoire empêchée, théorisée par Paul Ricoeur, qui fait durablement silence sur les deuils ou le temps de guerre mais « […] sont emmagasinés dans les archives de la mémoire collective […] appelant guérison »[6]. En cela ce récit est un commencement car il participe du travail de deuil et de souvenir nécessaire au dépassement de cette mémoire. L’écho de la vie de Roger dépasse aussi la sphère familiale car elle permet de donner vie, dans les années 2020, au Gavray de l’Entre-deux-guerres, aux instituteurs-soldats de la République, aux aviateurs-aventuriers, etc. Cette biographie représente ces lieux et temps anciens comme peuvent le faire d’autres contributions historiques, d’autres films et romans et redonne vie au biographé qui en fut un acteur. « Consacrer l’écriture historique à des figures individuelles est un moyen de diffuser la connaissance historique et de la rendre accessible à un assez large public »[7].

Commencement enfin car, au-delà du lien intime avec le biographié, ce récit par le travail qu’il nécessite, les réflexions qu’il engendre et les doutes qu’il occasionne enrichit mon expérience de chercheur. Permettra-t-il d’apaiser la démangeaison biographique apparue lors de la rédaction de cette contribution ? « À l’époque où j’ai passé la trentaine, puis la quarantaine, il me paraissait évident que je savais tout ce qu’il y avait à savoir sur l’histoire de ma famille »[8] ; à l’issue de cette enquête, il s’avère que j’en sais bien peu. S’agira-t-il d’entretenir la flamme afin d’approfondir chaque thème et collecter de nouvelles sources pour amender ce premier jet au fil des ans ? Ne jamais mettre son métier en jachère mais le cultiver sans cesse pourrait être une devise de Roger car elle oblige au questionnement et à la prise de recul sur les limites et les forces du récit.

La pauvreté de certains ateliers d’écriture ou les lacunes de certaines sources sont autant de faiblesses à souligner dans ce « préambule conclusif ». La satisfaction, au-delà de ces imperfections, réside dans l’acte de transmission. La vie de Roger n’est pas achevée et se poursuit par accumulation de traces biographiques ; le carnet retranscrit par Isabelle en est une dans les années 1980 ; sa mise en images par Hervé en est une autre dans les années 1990. Cette biographie perpétue l’existence de cet anonyme, jardinier, militaire et prisonnier de guerre à travers sa représentance historique. J’ai fait parler Roger plus qu’il ne m’a parlé mais le processus reste identique ; la filiation mémorielle est à l’œuvre. Fabien Théofilakis ne dit pas autre chose : « Les prisonniers se mettent (davantage) à parler à leurs enfants et surtout petits-enfants qui, à leur tour, peuvent se sentir dépositaires d’une mémoire familiale qu’il s’agit désormais de (re)trouver, de transmettre, voire de découvrir quand le décès de l’aïeul amène à ouvrir une boite à souvenirs cachée dans un grenier ou au fond d’un placard. Ce passage de témoin nourrit une nouvelle vague de publications testimoniales »[9].

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

La galerie de portraits peut être un procédé adapté à ce chapitre. Il ne faut pas, en effet, tenter de couvrir les 50 années restantes pas à pas. Après un portrait de famille au sortir des années 1940, des mini-biographies sur chaque personnage peuvent servir le projet à l’instar d’une fin de film où la trajectoire de chaque personnage est brossée en peu de plans. Dans une espèce d’iconographie du souvenir[10], ce sont des photographies qui défilent avec les commentaires en voix off des représentés. Isabelle et Hervé sont partie prenante car ils œuvrent, durant cette période, à perpétuer la mémoire de Roger. Le pronom « je » peut être utilisé pour tous les personnages. Si la confusion est trop délicate, il se limitera à moi-même.

Pas de note de bas de page. Les références s’insèrent en note de fin.

Sources valorisées

* Les photographies relatives aux années 1946-1948 classées et annotées par Roger dans les années 1990.

* Les albums de famille des témoins

* La fiche-matricule de Roger

* Les entretiens de Solange, Bertrand et Jacques

* Les contributions écrites d’Isabelle et Hervé

* La documentation militaire du biographé

Suite à mes immersions dans les lieux de vie gavrayens de Roger, faites de longues marches pour rallier la ferme de la Tête à la femme depuis le quartier de la Planche ou les Grandes Ventes, d’un pique-nique dans l’ancienne cour d’école de garçons, de discussions avec les habitants de la rue du Val et des Bains, d’une recherche de la grotte où Roger venait se recueillir lorsque les conflits avec ses patrons ou Marie-Anne étaient trop lourds à porter, d’une collation au pied du monument aux morts ou d’une pause contemplative depuis le château, je pense que la conclusion de ce chapitre doit rassembler toutes ces expériences en une digression montrant comment l’historien de 2020 s’imprègne des temps passés et en est transformé après l’enquête au point de mélanger toutes les temporalités sur un même lieu.

Puis vint le silence, semble un titre adapté à ce chapitre et à la conclusion de l’ouvrage. [FIN]

_________________________________

[1] D. Mendelsohn, Les disparus, Paris, Flammarion, 2007, 637.

[2] Témoignage de Jacques, dernier fils du biographé, Juin 2020.

[3] F. Dosse, Le pari biographique. Ecrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, 447.

[4] S. Audouin-Rouzeau, Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014), Gallimard, Seuil, 2013, 13.

[5] J-M. Lemonnier, L’hétérotopie du topinambour. Confidences d’un faux baby-boomer. Essai d’égo-histoire, Mars 2020.

[6] P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 96.

[7] S. Wolikow (dir), Ecrire des vies. Biographie et mouvement ouvrier XIXe-XXe siècles, Dijon, EUD, 1994, 7.

[8] D. Mendelsohn, op. cit., 60.

[9] F. Théofilakis (dir), Les prisonniers de guerre français en 40, Paris, Fayard, 2022, 293.

[10] R. Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 8 décembre). Silence. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nir4

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search