L’inoublié.e ? (1945-1949)

« C’est notre plus juste et plus cruel châtiment de l’oubli si total, paisible comme ceux des cimetières, par quoi nous nous sommes détachés de ceux que nous n’aimons plus, que nous entrevoyions ce même oubli comme inévitable à l’égard de ceux que nous aimons encore”, M. Proust, Albertine disparue, in À la recherche du temps perdu, 1925.

Main sur le front, tout en veinules, les mots peinent à sortir d’une bouche asséchée par l’épreuve. Évoquer cette brisure, face caméra en plan séquence, est impossible ; le corps fait obstacle. Les silences deviennent plus longs. Les yeux s’embrument. La main glisse pour masquer le tourment ; camouflage inutile d’une tête qui dit non, d’un mouchoir qui monte aux yeux ; il l’avait remisé non loin au cas où… Ses larmes de novembre 1993 lui viennent de la gare de Bourges, quarante-huit ans plus tôt, le 9 mai 1945. Il tente de faire bonne figure, tenir son rang pour transmettre… mais la submersion émotionnelle se discerne à la déglutition sonore d’une gorge serrée depuis trop longtemps. Le silence et les larmes occupent l’image ; le langage corporel opère. Un corps façonné par l’histoire des hommes et sa trajectoire singulière ; son Eurydice est derrière lui ; elle plane ici-bas durant le tournage du petit-fils[1].

Les brisures façonnent singulièrement les individus, construisent leur unicité et leurs rapports au monde. Elles ne sauraient être consolidées, les cicatrisations sont illusoires. Le jardinier, captif et militaire ne peut être le même après cette épreuve funeste mais il ne serait pas Roger sans elle. C’est une rupture instauratrice[i] ; elle réoriente sa trajectoire de vie à jamais. Cette brisure sort de l’ornière sa vie ordinaire pour une existence peu commune, elle participe à l’exception[ii] normale de son itinéraire. Les officiers[2], lors d’une évaluation, le perçoivent dès juillet 1945 en précisant que le Maréchal des logis « reste veuf avec une famille nombreuse » ; ils soulignent ainsi que la disparition de Marie-Anne et les conditions particulières de son advenue ne peuvent être ignorées pour la suite de la carrière de l’impétrant ; pensent-ils qu’il puisse s’en remettre un jour ?

 

Il faut survivre à un désastre qu’il n’avait point imaginé dans son carnet ; l’écriture était faite pour des êtres vivants, une famille emplie de tous ses membres. S’il se désespérait de sa vie en kommando, ce scénario n’était jamais venu sous sa plume, fort de leur trentaine respective. Il s’attendait à un avenir à cinq ; le voilà amputé de sa compagne, « seule existe la coupure, le jamais plus, et la douleur de la lucidité »[iii]. Lucide, l’était-il d’ailleurs alors que « le cœur se déchire au début de l’absence »[iv] ? Ses dires de 1941-42 conservaient-ils une acuité depuis ce 9 mai 45 ? Resteraient-ils une référence pour éduquer ses enfants ? Pourrait-il être un père aimant comme il se l’était juré ? Certes, il n’était pas le seul à revenir « au foyer quitté cinq ans plus tôt, où sans lui ont grandi les enfants, à peine connus parfois parce que nés quelques mois avant son départ et qui ne le reconnaissent pas »[v]. Certes… Mais pour sa part, il y avait un excédent de peine, établi au cimetière du Lautier, Allée M-2 ligne 39F -1224, depuis le 11 mai 1945. Père inconnu et orphelin de mère, au sortir de la guerre, les enfants miseraient-ils sur lui pour les réconforter ?

Magnifiée dans le carnet, incarnation de la femme française et de l’idéal marital qu’il chérissait, la vie pouvait-elle s’envisager sans Marie-Anne ? Faudrait-il, à terme, rencontrer d’autres femmes, se lier à l’une d’entre elles ou, Marie-Anne disparue, sombrerait-il dans une impuissance à les aimer, une inaptitude à refonder une famille ? Elle ne l’avait pas quitté pour un autre homme ; il aurait pu tourner la tête ; certains de ses camarades s’en accommodaient[vi]. Non, elle l’avait quitté pleine d’un amour scripturaire et d’attentions postales, par manque de souffle, percluse de fatigue et de responsabilités ; la donne était tout autre. Il n’avait manqué qu’un instant, un instant seulement… Dieu n’ayant pas reconnu les siens, trop occupé par ailleurs, vers qui pouvait-il se tourner pour s’épancher ? Se confier sans jugement, comme il l’avait fait dans son carnet ; se livrer sans surplus d’empathie pour espérer conseil. Dans ce chambardement, Roger déserterait-il ses principes, oublieux de son carnet ? S’étourdirait-il pour conjurer la perte, oublieux de sa compagne ? Fuir pouvait être une solution, en emportant les enfants pour un ailleurs à reconstruire. Rester près de ses proches était une autre option, au risque de subir le jugement des regards en coin, des nez pointés vers le veuf et ses trois enfants.

Vivre rue Jean Mercier semblait, pour l’instant, impossible ; Marie-Anne était partout, le petit ménage rappelait leur vie commune, elle s’affairait en cuisine, s’endimanchait pour la messe, lui souriait dans le jardin, etc. Il s’était absenté soixante-neuf mois et tout son corps lui rappelait leur vie d’antan. Marie-Anne avait ressenti cela, il en prenait conscience ; seul l’espoir d’un retour différait.

 

Après les démarches administratives, faites à la mi-mai au centre départemental de libération des prisonniers de guerre du Cher[3], une convalescence d’un mois suivie d’une permission de 30 jours étaient actées. Un délai dérisoire pour reprendre pied mais permettant de rallier la Manche et d’être avec les siens… Jean-Baptiste en moins. Sous les bombardements, « des milliers de Français [étaient] devenus veufs ou orphelins au moment même où le territoire [avait] été libéré »[vii], il n’avait pas échappé à cela non plus. À Gavray, la prise en charge familiale l’aiderait, lui éviterait le cumul des soucis, il avait déjà son colis. Les enfants seraient en terrain connu, ils étaient venus de temps à autre avec leur mère. Claude, pour ainsi dire, y résidait. Ils connaissaient leur grand-mère, les oncles, tantes, cousins et cousines plus que leur père. Bertrand ne l’avait-il pas appelé Monsieur dans la chambre mortuaire, lorsqu’il était agenouillé ?

Dans le village, tous s’appliquaient à détourner les conversations, limiter les souvenances ; on visitait le jardin du beau-frère, déambulait sur les marchés et dans le quartier de la Planche ; on constatait les dégâts de 44[4], etc. Toutes ces attentions, il en avait conscience ; des services pleins d’affection qu’il appréciait. Pour sa part, il évitait certains lieux, les Grandes Ventes et les berges de Sienne, Marie-Anne y était trop présente ; des stratagèmes qu’il échafaudait, de pacotille sans nul doute. Parallèlement, l’été laissait les enfants dehors. Claude, Solange et Michel prenaient les devants, Bertrand suivait ; leurs jeux les occupaient. Le soir, ils revenaient dormir chez leur grand-mère Maria, à la Planche. Roger, en convalescence à l’hôpital de Granville, les voyait durant la messe et les repas du dimanche, mais la distance persistait. Il sentait pourtant des envies, des sourires d’espérance[5], surtout chez les ainés. Néanmoins, il lui fallait plus de temps pour reprendre en main une vie qui s’éloignait de ses souhaits de captifs. La prolongation de la convalescence, jusqu’au 27 juillet, fut bien venue car les questions s’accumulaient. Comment allait-t-il élever seul ses enfants et gérer sa carrière lorsqu’il rejoindrait Bourges ?

 

Il fit le choix de rentrer seul et de se réengager pour deux ans. Les enfants restèrent dans la Manche. « Roger part sans nous, aucun des trois »[6]. C’était une solution temporaire qui devait l’aider à refaire surface, maintenant qu’il avait touché le fond. À partir d’août 1945, il faisait fonction d’adjudant au C.O.A n° 205, 1ère batterie, puis en octobre, donnait entière satisfaction comme chef comptable à la batterie E du 119ème GAFTA[7]. À l’évidence, c’était plus simple que d’avoir les enfants avec soi. La nourriture n’était pas un problème grâce au mess du régiment. Les discussions avec les amis et collègues se faisaient sans retenue. Dans la maison, ses pleurs passaient inaperçus et ses doutes de père n’avaient pas d’oreilles enfantines à proximité. Il ressassait l’idée qu’il n’avait jamais vraiment élevé ses enfants, du moins en s’en occupant à plein temps, comme les femmes savent le faire. Avant sa captivité, Marie-Anne gérait cette prise en charge, en supplément de ses fonctions de cuisinière et de repasseuse, auxquelles s’ajoutaient ses tâches domestiques. Sa place de père était loin de ces contingences ; il organisait la vie de famille, professionnellement, administrativement, s’enquérait de la bonne santé de chacun, etc. Rien de bien dissonant avec les pères d’alors ; mais il constatait maintenant qu’il n’avait pas les outils, les savoir-faire et, certainement aussi, la mentalité pour assumer ses nouvelles responsabilités[viii]. Marie-Anne les assura seule durant cinq années, la réciproque semblait compromise. La société patriarcale[ix] laissait aux femmes l’élevage des enfants ; Vichy avait largement réactivé cette vision[x] ; son père, Jean-Baptiste, avait été distant avec sa progéniture ; il suivait les mêmes chemins.

La famille soudée, dont il rêvait dans le carnet, se trouvait disloquée et, à tout le moins, il organisait l’éparpillement. Bertrand suivait l’école primaire à Gavray et logeait chez sa grand-mère avec ses cousins, enfants de la tante Suzanne[8]. Solange était en pension chez les sœurs à Hambye[9]. Claude prenait quartier au lycée de Cherbourg[10] après sa réussite au concours d’entrée[xi] en 6ème. Le courrier, les visites ponctuelles permettaient de suivre l’évolution de chacun mais ne favorisaient pas la communion… trop peu de mots, trop peu de temps. La captivité avait grignoté les moments de partage ; dans ce contexte, le retour ne rattrapait pas les instants perdus. La lecture du carnet de captivité, durant ces brèves rencontres en terre gavrayenne, aurait pu être un levier pour mieux se connaitre, s’apprivoiser. Les mots étaient-ils déjà dissimulés dans un tiroir ?

 

Son incorporation dans les troupes d’occupation en Allemagne[xii] (TOA), à partir de novembre 1945, prolongea cette mise à distance. Cinq années de captivité passées là-bas sans eux, il y retournait sans les emmener. Certes, sa carrière avançait, il franchissait les grades des sous-officiers, était reconnu comme un subordonné appliqué, respectueux de la hiérarchie et du travail bien fait. Mais percevait-il que les enfants vivaient cela comme un double abandon, celui d’une mère partie trop tôt et celui d’un père qui visitait l’Europe ? Dix mois plus tard – une éternité – les enfants le retrouvaient à Wittlich… durant l’été 1946.

Les photographies, au cadrage approximatif, laissent entrevoir les perspectives voulues par les gamins ; celle de retrouvaille et de promiscuité familiale, empreintes des jeux de guerre sous l’Occupation, des files d’attente où ils se moquaient des stationnés, des masques à gaz dont ils rigolaient, de la chasse aux doryphores avec la classe et l’odeur des topinambours qu’ils exécraient ; tout ce commun qu’ils avaient construit à Bourges… en présence de leur mère. Pour sa part, leur père faisait dans le camp scout, le séjour Roger et Vacances en Rhénanie, visites et baignades… Plus le retour en France se profilait, plus les enfants abandonnaient leurs sourires ; la fratrie y perdait son osmose. La vie commune aurait favorisé la fusion ; Roger offrait la dispersion internationale. La lecture du carnet de captivité, durant cet été 1946, pouvait assurément être un levier pour mieux se connaitre, s’apprivoiser. Ses mots étaient-ils classés sous les dossiers des TOA ?

Ce qui devait être temporaire se poursuivit ; certes il y avait des variantes annuelles mais l’essentiel restait le même, la famille ne se restructurait pas. Les incantations éducative et paternelle faites à Stendal perdaient de leur superbe. Claude repartait vers Cherbourg et son lycée. Il disposait de l’argent du billet de train pour revenir vers l’Allemagne… pour Pâques et les grandes vacances. Après cinq années de captivité, Claude passera trois ans de plus sans vivre avec son père. Gavray était sa base arrière, son repli lorsqu’il disposait d’une autorisation de sortie ; le lycée-caserne[xiii], il le pratiquait. Sous surveillance permanente, le moindre faux pas et le retour vers Gavray tombait à l’eau. Il gardera de ses séjours sur Sienne une intimité indéfectible avec Annette et Michel tout au long de sa vie ; comme des frère et sœur de substitution. Pour sa part, en 1946, Solange quittait les sœurs d’Hambye pour Trêves et l’internat du collège français à cinquante kilomètres de Wittlich. Elle revenait régulièrement chez son père. Puis, l’année suivante, elle filait vers Angoulême à l’internat des sœurs ursulines de Chavagnes ; Roger y connaissait une cousine, religieuse-infirmière. Si l’internat des deux ainés était en accord avec pratiques scolaires de l’époque, la distance avec leur père pouvait surprendre. La délégation de la charge des enfants à la famille déroutait tout autant. Pendant les vacances, Claude et Solange se retrouvaient à Paris pour prendre, ensemble, le train vers l’Allemagne et Idar-Oberstein. Ce faisant, Bertrand, présent près de son père depuis 1946, pouvait rester presqu’une année sans voir son frère et sa sœur. Depuis lors, il avait rarement le sourire sur les photos ; il vivait mal cette séparation. Il se retrouvait avec un père qu’il ne connaissait pas[11]. Il s’intégrait à des groupes d’enfants de son âge qui, comme leurs parents, occupaient l’espace rhénan. Bertrand, selon ses souvenirs d’adulte, rêvait de carabines et d’armes à feu pour aller tuer ceux qui avaient causé la mort de sa mère[12]. Le sourire revenait dès que Solange et Claude descendaient du train.

Dans son carnet, Roger s’enorgueillissait d’éduquer ses enfants, de transmettre ses valeurs et d’être attentif, etc. De mai 1945 à juillet 1948, ses actes dissonaient avec ses intentions. Il déléguait aux instituteurs de Gavray, aux sœurs d’Hambye et d’Angoulême, aux professeurs du lycée de Cherbourg, à Maria, Charles et Albérie cette responsabilité. Non qu’il n’attachât pas d’intérêt au bien-être de ses enfants mais ses attentions passaient par les contacts auprès d’institutions dignes de leur assurer un avenir convenable ; un mieux-disant que le jardinage. Claude pourrait être enseignant, il filait vers le baccalauréat moderne ; Solange aurait certainement un métier dans le tertiaire, on en demandait de plus en plus ; Bertrand était encore trop jeune pour envisager des perspectives mais il en trouverait une pour lui. Il se posait en administrateur familial, mettait à mal sa bourse pour que Solange bénéficie d’un pensionnat d’exception, surveillait à distance les résultats de ses deux exilés, recadrait les dérives si elles lui venaient aux oreilles[13]. Une relation encore ancrée dans la culture du pater familias[xiv], celle qu’il avait pourtant mal vécue, jadis, avec son père. Les femmes géraient les enfants, les hommes étaient là pour les guider, au sens équestre du terme ; pour un ancien fourrier cela tombait sous le sens. Il ne pouvait et ne voulait jouer un autre rôle. La lecture du carnet de captivité, durant ces années 1947-1948, aurait certainement permis de se remémorer sa vie d’antan et constater que l’air du temps était changeant. Se souvenait-il où il l’avait rangé ?

 

 

Les femmes autour ne manquaient pas. Les photographies le disent ; rangées pêle-mêle dans une enveloppe depuis les années 1980. Elles lèvent les incertitudes sur un veuvage à jamais sevré de corps féminin durant cet immédiat après-guerre. D’aucuns trouveront que le romantisme devenait moins exalté et douteront que le mariage de 1932 fût une union d’inclination. D’autres rappelleront que l’ancien captif n’avait que trente-quatre ans, que la dernière fois qu’il avait tenu le corps chaud de Marie-Anne remontait à mars 1940, que rien ne prouvait qu’il ait convolé durant ses kommandos et que l’abstinence durable, comme preuve d’amour, se discutait. Il y avait controverse dans les rangs de ceux qui démêlaient les clichés et lisaient les annotations au verso.

À l’hôpital de Granville, en 1945, Roger pose avec ses gentilles infirmières. Plus tard, pieds dans les galets, lors d’une sortie avec son infirmière, les corps sont proches, il y a tutoiement de souliers et frôlement de vêtements sur la grève. Cela ne signifie pas que Roger faisait feu de tout bois mais les connotations laissent à penser qu’il reprenait moral.

Ici on rit, en juillet 1947, de nos jolis cours de pêche à Idar-Oberstein avec Madame Poinsignon ; minauderie ou sauvetage nautique lors de cette traversée de l’Idar ; il est vrai que l’eau est à mi mollets !

En septembre 1947, à Bregenz en Autriche à 1600 m d’altitude, une nommée Jeanne qui m’aimait offre son large sourire à l’objectif sur les hauteurs de la ville. Le recto comme le verso permet de douter des motivations touristiques de ce séjour autour du lac de Constance.

Puis il y avait les gouvernantes, femmes allemandes qui gèrent maison et enfants durant les trois années d’occupation ; Madame Hilda à Wittlich puis Annie de Idar. Par exemple, l’employée de maison Annie pique-nique avec la famille Poinsignon lors d’un dimanche au bord de l’eau en 1947. Elle semble intégrée à la joie de l’instant, n’est pas reléguée hors-champ.

Solange et Bertrand avaient conscience que leur père papillonnait, ils en discutaient avec Claude lorsqu’il revenait pour les vacances. Les adultes qu’ils sont devenus sont pour autant compréhensifs. Les relations féminines s’intégraient à un tout : « il y avait les amis militaires, il allait à la chasse avec le colonel et compagnie »[14] ; vingt ans après avoir voulu être aviateur, il passait son baptême de l’air [lors] d’une traversée de la Moselle ; il profitait des bordés chez les amis, etc. Pendant ce temps, les enfants étaient entre de bonnes mains avec Frau Hilda ou Annie. Bertrand progressait en allemand grâce à elles[15]. Roger s’étourdissait-il, tentait-il des expériences, non pour oublier Marie-Anne, mais pour s’habituer à son absence, envisager une vie sans elle ? Le remariage était chose fréquente au sortir de la guerre ; la captivité, les difficultés de la nouvelle vie commune et l’assouplissement législatif avaient engendré de nombreux divorces[xv]… qui occasionnaient de nouvelles unions. Solange aurait « aimé qu’il se marie avec une des femmes allemandes qu’il avait connues. Elles étaient formidables ces femmes ». Quant à Jeanne, militaire assistante sociale de Bourges, femme ronde, gentille et amoureuse de Roger de longue date, elle était venue déclarer sa flamme jusqu’en Allemagne, proposer le mariage sur le lac de Constance. « Par contre, il a refusé d’épouser l’assistante sociale parce qu’elle gagnait davantage que lui… Tu te rends compte jusqu’où cela va l’orgueil alors que cela aurait été une femme superbe, cette femme »[16].

Malgré les propositions et les expériences, Roger n’avait pas remplacé Marie-Anne. Les femmes rencontrées, qu’elles soient infirmière ou assistante sociale, étaient des femmes du dehors ; de celles qui croquaient à pleines dents dans le travail, qui s’agglutinaient dans les isoloirs depuis 1945[xvi], qui ouvriraient, si elles le pouvaient, un compte bancaire à leur nom de leur propre chef, etc. En contrepoint des vœux vichystes de laisser les femmes à la maison, nombreuses avaient trouvé travail pour déjouer la pénurie durant l’Occupation, certaines étaient entrées en résistance ; cela renouvelait les conceptions de la relation maritale. Elles aspiraient à autre chose. Certes, elles étaient conscientes que cela mettrait du temps, mais, héritières des évolutions féministes de l’entre-deux-guerres, elles rallumaient la flamme et préparaient le terrain[xvii]. Roger, quant à lui, cherchait une femme qui reste en cuisine à longueur de temps, n’est pas astreinte au travail, suit le chemin tracé par le mari, etc. Marie-Anne n’avait-elle pas délaissé, au fil des ans et des naissances, son travail de cuisinière pour s’occuper du fourneau et des bouches de la maisonnée ? Une conception qui vieillissait lentement mais ferait encore recette jusqu’aux années 1960-70. Les femmes rencontrées, durant ce vertige de trois ans, ne correspondaient pas à ses aspirations. En juin 1948, alors que les troupes d’occupation préparent délicatement leur retrait, Roger ralliait Poitiers.

 

Germaine Lebrun était une femme du dedans ; les aspirations d’extérieur et de changements sociétaux n’étaient pas pour elle. D’une famille taiseuse, elle n’échappait pas au silence, à l’écoute plutôt qu’à la prise de parole, au suivisme attentionné des conversations, etc. Couturière experte, elle officiait depuis sa machine, repliée sur ses tissus, à la lueur des fenêtres et des ampoules. Douce avec Nicole, sa fille, elle éduquait sans tourment, rappelant les règles de convenance, celles qu’elle avait suivies. L’intérieur du logis était une place qui lui convenait, avec ou sans enfant, avec ou sans mari.

Mariée le 22 mars 1938, avec un autre Roger, Delobel celui-là, elle était récemment divorcée de ce mari qui l’avait spoliée financièrement et matériellement[17]. Durant le printemps et l’été 1948, avec sa fille âgée de neuf ans, elles se refaisaient une santé morale à Lengronne, non loin de Gavray. Sœur de René Lebrun, elle était la belle-sœur d’Yvonne, elle-même sœur de Roger. Les familles Lebrun et Lemonnier étaient liées depuis ce mariage, vingt ans plus tôt. Roger et Germaine se connaissaient depuis cette union ; ils avaient même envisagé de se marier à cette époque. Ils avaient un an de différence, étaient originaires des mêmes ruralités, instruits dans les mêmes écoles, éduqués au même catéchisme et ils n’étaient laids ni l’un ni l’autre, etc. Pour tout cela, ils s’étaient rapprochés et les perspectives maritales n’étaient pas exclues en 1928. La vie en avait décidé autrement à la fin de ces années vingt ; Germaine était partie comme couturière dans une grande famille parisienne, Roger était devenu jardinier. Elle se maria avec son voleur de mari ; il fonda famille avec Marie-Anne.

Roger étoffait sa formation mécanographique à Poitiers afin de réorienter sa carrière militaire ; après trois mois de stage, le 4 septembre 1948, il quittait l’artillerie pour les statistiques et les calculs, à la direction régionale du recrutement. Il entamait un nouveau départ dans le Poitou ; la ville était grande, ils vivraient tous sous le même toit, il ferait venir sa mère si elle l’acceptait, il y avait un lycée et une école normale pour Claude, du travail possible pour Solange, des établissements de qualité pour instruire Bertrand. Cette fin d’été 1948 était sans nuage et les vacances à Gavray s’annonçaient belles. Il passerait voir sa famille avec ses enfants rassemblés autour de lui. Lengronne serait une étape du parcours vacancier.

Germaine et Roger se retrouvaient, en cette fin d’été 1948, chargés de leur fardeau respectif. Deux cœurs endoloris ne pouvaient-ils pas se réconforter ? Leur union n’avait pu prendre forme en 1928, ils songeaient à reformer l’équipe. Quatre enfants à eux deux, peut-être cinq s’ils se mariaient prestement ; l’amour ferait son chemin. Ces deux-là, oscillant entre mariage arrangé, finalités communes et mariage d’inclination, illustrent les tendances matrimoniales qui cohabitent depuis le XIXe jusqu’au mitan du XXe. Pour Roger, leur vie commune serait à l’image de celle qu’il avait vécue avec Marie-Anne et qu’il avait espérée dans son carnet. Pour Germaine, le mari attentionné ferait oublier les heurts du précédent ; il suffirait de suivre le chemin tracé. Un tandem marital qui avait fait ses preuves, l’homme devant et la femme derrière. Elle n’avait rien à redire à cela. Le façonnage genré avait œuvré.

Germaine et Roger se marièrent le 16 août 1949 à Poitiers. Jacques naîtra le 15 juin 1950. Cinq enfants, trois lits différents, auquel s’ajoute le silence apposé sur ces vécus… de quoi égarer les descendants à venir et le lecteur tout autant !

[à suivre]

____________________________________

[1] H. Lemonnier, De Chimères en Silences, 1995.

[2] Notes militaires, archives privées du biographé.

[3] La carte de rapatriement garde la trace d’oblitérations faites entre le 13 et le 15 mai 1945. Le livret militaire atteste de la convalescence et des permissions de mai à juillet.

[4] Gavray est reconnue ville sinistrée le 18 juillet 1945.

[5] Plusieurs photographies sont prises, près de la maison de Charles et Albérie, durant cet été 45.

[6] Témoignage Solange, juin 2020.

[7] Selon le carnet militaire et les archives privées du biographé.

[8] Témoignage Bertrand, mai 2021.

[9] Témoignage Solange, juin 2020 et archives privées du biographé.

[10] Témoignages Solange et Bertrand, Ibid. et mes souvenirs de R16.

[11] Selon C. Lewin, « l’enfant se heurte à l’intrusion d’un étranger. Le temps a estompé ses souvenirs et l’absence du père n’a pas pu être meublé par les propos de ses proches, les photographies anciennes ou les lettres. Ce monsieur inconnu pénètre brusquement dans son univers, bouscule ses habitudes, lui imposant son autorité […] La captivité des pères et leur absence prolongée des foyers est d’ailleurs la cause des séquelles dont souffre leur progéniture […] Même si le retour des prisonniers remédie partiellement à cet état, toute une génération a été incontestablement marquée par l’absence prolongée des pères », in Le retour des prisonniers de guerre français, Paris, Sorbonne, 1986, 76.

[12] Témoignage Bertrand, mai 2021.

[13] Une année, Claude se fit voler l’argent du retour. Roger refusa de lui en envoyer à nouveau. Il fit alors du trafic de cigarettes pour se payer son billet et revenir, tout fier, vers l’Allemagne en temps et en heure. Selon mes souvenirs de R 16.

[14] Témoignages Solange et Bertrand, juin 2020, mai 2021.

[15] Témoignage Bertrand, mai 2021.

[16] Témoignage Solange, juin 2020.

[17] Le divorce a été prononcé par la Tribunal de première instance de Coutances, le 11 mai 1948.

____________________________________

[i] M. de Certeau, « La rupture instauratrice ou le christianisme dans la culture contemporaine », Esprit, 1971, 6, 1177-1214.

[ii] C. Ginzburg & C. Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, 17/10, 133-136.

[iii] A. Ernaux, Se perdre, Paris, Gallimard, [2001] 2022, 307.

[iv] Vers d’Aragon cité par Annie Ernaux, Ibid.

[v] Y. Durand, La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français (1939-1945), Paris, FCPG, 1981, 519.

[vi] J. Le Gac, « L’étrange défaite du divorce ? (1940-1946) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2005, 88/4, 49-62.

[vii] E. Alary, B. Vergez-Chaignon & G. Gauvin, Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006, 504.

[viii] F. Héritier, Masculin/féminin I : La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

[ix] P. Bourdieu, « La domination masculine », Actes de la recherche en sciences sociales, 1990, 84, 2-31.

[x] L. Yagil, « La politique familiale de Vichy et la conception de la femme nouvelle », Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, 1997, 188, 27–49.

[xi] J-N. Luc, J-F. Condette & Y. Verneuil, Histoire de l’enseignement en France. XIXe-XXIe siècle, Paris, Armand Colin, 2020.

[xii] H. Ménudier (dir), L’Allemagne occupée 1945-1949, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 1989.

[xiii] P. Caspard, J-N Luc & P. Savoie (dir), Lycées, lycéens, lycéennes ; Deux siècles d’histoire, Paris, INRP, 2005.

[xiv] G. Houbre, Histoire des mères et filles, Paris, La Martinière, 2006.

[xv] J. Le Gac, art. cit.

[xvi] https://histoire-image.org/etudes/premier-vote-femmes-france

[xvii] D. Weiss, « Évolution sociohistorique de la famille », Journal français de psychiatrie, 2010, 37/2, 23-24.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 28 janvier). L’inoublié.e ? (1945-1949). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirm

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search