L’inoublié-e ?

Projet de titre : Les carnets oubliés ou Aux oubliettes ou L’inoublié.e ? (1945-1949)

Thème de la note d’intention : la brisure

Alors qu’il a écrit durant sa captivité sur deux cahiers pour lui dire son amour, se rappeler leurs souvenirs et conter ses langueurs au camp, le biographé ne revoit pas sa femme vivante, privée d’elle à jamais depuis mars 1940. Des deux carnets, il en glisse un dans la tombe de son épouse, au cimetière du Lautier, le 11 mai 1945. Au moment de sceller ce cercueil pour y enfermer des souvenirs communs, se pose aussi une chape de silence sur ce drame, sa captivité et leur vie commune. Mariés depuis 1932, ils ne vécurent ensemble que les sept premières années.

Ces brisures[1] façonnent singulièrement les individus, construisent leur unicité et leurs rapports au monde. Roger ne peut être le même après cette épreuve. C’est une rupture instauratrice, pour reprendre un concept certalien[2], qui réoriente la trajectoire de vie. Les conséquences sont importantes également pour ses enfants, orphelins de mère. Le biographe peut s’en réjouir car c’est « une bonne matière biographique, animée de choses avec des discontinuités, des choses fortes qui cassent une certaine linéarité et qui intéressent le biographe »[3]. En effet, cette rupture est partie intégrante de la vie de Roger, elle plane en permanence au-dessus de son personnage jusqu’à la fin de vie comme en attestent ses larmes en 1993 face caméra. Cette brisure sort à jamais de l’ornière une vie ordinaire pour une existence peu commune, elle participe à « l’exception ordinaire » vantée par la micro-histoire[4].

Dans ce contexte, les promesses faites, lorsque le biographé était penché sur son carnet, disparaissent bien vite et ses dires de 1941-1942 ne trouvent pas leur écho dans ses agissements d’après mai 1945. Les projets couchés dans les carnets de captivité sont obsolètes. Roger est sans repère suite au drame qu’il vient de vivre et il semble en difficulté dans la gestion de ses trois enfants ; d’aucuns pourraient dire qu’il s’en débarrasse un peu. Le biographé chancelle et ses enfants avec. Les rêves énoncés avec grandiloquence en captivité se heurtent à l’inanité et les déconvenues après le conflit. Dans une France en reconstruction et au cœur de territoires occupés en Allemagne, la relation avec trois enfants presque inconnus n’est pas aisée et nécessite des choix péremptoires lourds de conséquence. Il en va de même dans sa relation à la gente féminine. D’autres pourraient s’étonner de la rapidité avec laquelle il tourne la page de Marie-Anne. Mais tout ceci n’est-il pas trop jugeant ? Est-il simple d’apprécier, 80 ans après, les faits et gestes d’un individu alors que je me suis construit dans une autre époque, que j’appartiens à une autre génération[5] ? L’outillage mental n’est pas le même dirait Lucien Febvre[6]. Roger s’accommode mal d’être sans mère pour ses enfants, d’être sans femme en son foyer. Sa vision organisée de la société patriarcale est mise à défaut à peine a-t-il posé le pied en gare de Bourges. Il gère au mieux, comme bon lui semble pour ses enfants, pour leurs avenirs et le sien. Pouvait-il devenir un papa-poule alors que l’habitude mentale[7] n’était pas à l’aune de ces relations familiales ?

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

La narration doit accentuer ce décalage et cette incompréhension entre les faits et dires du biographé et les interrogations du biographe. Pas un dialogue entre les deux individus mais dans une succession de questions sans réponse. Il s’agit d’accentuer la difficulté à apprécier les actes du père de famille avec ses trois enfants alors que le biographe est empreint d’autres valeurs.

Les courts paragraphes permettent de relater les évènements jusqu’au remariage de Roger en 1949. Ils valorisent aussi les itinéraires des enfants privés de mère depuis quelques semaines et aux ordres d’un père lointain, ne sachant que faire. La troisième personne permet de mettre de la distance entre biographe et biographé.

Les références sont remisées en note de fin.

Sources valorisées

* Les photographies classées par le biographé

* Les témoignages de Solange et Bertrand

* Mes souvenirs de R16

* Les documents militaires

Je retiens pour l’instant le titre L’inoublié.e ? car il me semble approprié à l’hypothèse défendue et les connotations qui s’y rapportent semblent pertinentes et aisément compréhensibles. En utilisant l’écriture inclusive, le versant masculin correspondant au carnet dont le biographé semble oublier son contenu, le versant féminin est dévolu à Marie-Anne dont le souvenir s’efface. Le point d’interrogation souligne le questionnement du biographe.

Aller chercher chez Proust, peut-être dans Albertine disparue, une citation adaptée pour l’exergue. [à suivre]

______________________________________________

[1] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[2] M. de Certeau, « La rupture instauratrice ou le christianisme dans la culture contemporaine », Esprit, 1971, n° 6, 1177-1214.

[3] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[4] C. Ginzburg & C. Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, 17/10, 133-136.

[5] K. Mannheim, Le problème des générations, Paris, Alcan, 1928.

[6] L. Febvre, « Une vue d’ensemble : histoire et psychologie », Combats pour l’histoire, Paris, A. Colin, 1992.

[7] J-L. Déotte, « Bourdieu et Panofsky : l’appareil de l’habitus scolastique », Appareil, 2010.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 9 décembre). L’inoublié-e ? Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nir5

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search