Confidences d’un faux baby-boomer

Pierre Nora, pionnier français de l’égo-histoire, cerne parfaitement l’utilité, la forme et les limites de cette approche. Pour la définir simplement, il s’agit de dépasser, voire de déconstruire, la maison onirique de l’enfance[1] pour se faire historien de soi-même. La gageure est importante car elle conjugue les limites de l’histoire du temps présent, l’heuristique contestée du témoin, ici soi-même, la subjectivité évidente de l’individu, etc. C’est en partie, pour les historiens, « outrepasser les frontières de la discipline universitaire [pour écrire] l’histoire d’eux-mêmes »[2]. La démarche de l’historien, empreinte d’objectivité et de scientificité, où la parole du chercheur doit se taire pour faire parler uniquement les sources, le « Je » s’effaçant au profit du « Nous » de présentation, est de ce fait en partie transgressée. N’y-a-t-il pas en effet un biais méthodologique à utiliser ses propres archives et sa mémoire pour dire l’histoire ? Ou, pour le dire autrement, « le fait d’être historien permet-il d’avoir sur soi un regard spécifique, qui ne serait ni celui de l’autobiographe, de l’écrivain, de l’ami, du psychanalyste, du confesseur »[3] donnant à ce récit une certaine plus-value ? L’enjeu réside dans la propension de l’historien à dévoiler une partie de son être, permettant à ses lecteurs d’apprécier les contextes d’énonciation de sa parole et comprendre son positionnement scientifique. Cette introspection est ainsi primordiale tout autant pour celui qui s’y engage que pour ceux qui en prennent connaissance. Dès lors, « l’ego-histoire nécessite un effort d’objectivation du parcours de l’historien qui doit, pour y parvenir, se décentrer, tout en préservant la part de vécu impliqué dans son objet de recherche »[4]. S’il ne faut aucunement tomber dans la biographie intime qui dévalorise le travail historique pour celui du roman de vie, l’égo-histoire montre que le parcours de l’historien est loin d’être aussi impersonnel que ce qui est revendiqué et qu’il s’inscrit dans la trajectoire de l’homme qui le mène et la posture professionnelle qu’il adopte.

Épistémologiquement, l’égo-histoire participe du contexte des années 1980 et du retour du sujet, entendu dans son acception sociale plus que psychologique, dans le champ historique. « En histoire, cela signifiait un retour d’attention à la part d’autonomie, de volonté, de liberté de l’individu pensant et agissant, par rapport aux structures, aux déterminations collectives, aux conditionnements de masse, auxquels l’histoire avait paru tout entière consacrée »[5]. La valeur ajoutée de l’égo-histoire réside alors dans cet intérêt porté à la subjectivité et à l’implication forcément personnelle des chercheurs, expliquant les regards multiples qu’ils portent sur un même objet. C’est une forme de micro-histoire de soi-même qu’il s’agit d’opérer pour comprendre et expliciter son cheminement, la sensibilité qui l’anime, les questions méthodologiques et théoriques posées, la lente construction des problématiques abordées et la manière de les traiter. Les doutes et interrogations, dans une ultime prise de recul, doivent être aussi exprimés. Toutefois, toutes les tranches de vie ne sont pas à relater, les sauts temporels sont permis même s’ils laissent le lecteur avec ses attentes. De même qu’il y a des jardins psychologiques qu’il est bon de garder secrets. « L’exercice consiste à éclairer sa propre histoire comme on ferait l’histoire d’un autre, à essayer d’appliquer à soi-même, chacun dans son style et avec les méthodes qui lui sont chères, le regard froid, englobant, explicatif qu’on a si souvent porté sur d’autres »[6]. Ce récit, qu’il faut écrire maintenant, participe de la construction de mon parcours de chercheur, comme chaque période qu’il relate a construit ce que je suis aujourd’hui. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Confidences d’un faux baby-boomer," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 12/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/368.

__________________________________________________________________

[1] G. Bachelard, La terre et les rêveries du repos. Essai sur les images de l’intimité, Paris, J. Corti, 1948.

[2] P. Nora, art. cit., 2001, 19.

[3] Ibid., 20.

[4] F. Dosse, « Ego-Histoire », In C. Gauvard et J-F. Sirinelli (dir), Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, 2015, 209-211, 210.

[5] P. Nora, art. cit., 2001, 20.

[6] P. Nora (dir), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, 7.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search