Allée M2…

Projet de titre : Lautier ou Allée M-2 ligne 39F -1224  (11 mai 1945)

Thème de la note d’intention : Quelle est la figure biographiée ?

Finalement n’est-ce pas elle que je cherche dans cette enquête ? Celle qui m’échappe depuis l’enfance, celle qui coule dans mes veines mais que je n’ai jamais connue, rencontrée, aimée. Un fantôme coule dans mes veines et cette quête cherche à lever le voile de l’absence, des mots inexistants, des traces effacées. Seuls les registres administratifs prouvent son passage dans le monde réel. Des textes calligraphiés par des édiles bretons, normands ou morvandiaux. Mais d’elle, de sa voix, de son souffle, de ses sourires, je n’ai rien. L’unique trace de sa main sont ces lettres d’avril 45, écrites à sa belle-sœur et à sa mère. Elle se désespère d’attendre son époux. Les autres Roger reviennent mais pas le sien. Les Stalags sont évacués mais le XIA échappe à l’euphorie libératrice, comme une enclave de claustration. Alors Marie-Anne regarde ses voisines avec envie, tout en partageant leur bonheur, en bonne chrétienne qu’elle est. Dieu l’a oubliée dans sa maison rue Jean Mercier. Pourtant elle en a chanté des psaumes et des cantiques ; elle en a dit des prières à Sainte-Barbe ; l’église était un refuge, elle ne rechignait pas aux offices. Le père Auclerc en est le témoin lui qui gère la paroisse depuis juin 1942. Elle a loué tout autant le Maréchal ; jusqu’à en oublier de descendre le portrait de son trône mural quand celui-ci et sa clique erraient d’un château l’autre loin de Bourges et de Vichy… Son Roger n’est pas revenu et les forces lui ont manqué ; la maladie, la fatigue, les deux peut-être ont eu raison d’elle, quelques heures avant le retour de son captif.

Cette attente a fait l’objet d’un précédent chapitre alors qu’elle n’a rien dit de ses émotions d’alors, n’a laissé à ses enfants que leurs souvenirs embrumés, quelques photographies, deux lettres et une pièce d’identité de 1942. Il a fallu en conséquence faire des hypothèses, supputer encore, transposer toujours la vie des autres femmes de prisonniers pour effleurer la sienne. Mettre en tension, depuis 1944, l’espoir et l’inquiétude qui alimentaient les journaux, les bienfaits de la résistance et la peur des bombardements pouvant blesser ses enfants restés auprès d’elle. Claude, à Gavray, avait été meurtri dans sa chair en juillet 44. Elle s’en était voulu, avait culpabilisé de l’avoir laissé au cœur de l’enfer normand. Pouvait-elle le savoir ? Angoisse, espérance à mettre en mots, en lui donnant la parole, la gageure était là. Mais que faire de l’instant de bascule vers le néant.

Je déambule, je sillonne les régions, les rues, les maisons et châteaux qu’elle a arpentés avec son Roger. La moindre trace, la moindre odeur est bonne à prendre, même celle d’une allée, d’un rang, d’une place de cimetière, si c’est la seule signature laissée par ce fantôme maternel. Roger est revenu alors qu’elle s’en va.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Un fantôme coule dans mes veines, ne faut-il pas partir de cette idée pour tisser un court récit des funérailles et de l’enterrement. Pour le moins, c’est risqué voire hors de propos dans le procès de véracité qui m’anime. Mais cela me semble être adapté à ce que j’ai ressenti lorsque j’ai cherché dans les archives municipales et les cimetières l’emplacement de la tombe de Marie-Anne le 11 mai 1945… un spectre au-dessus de ma tête conjurait mon découragement à tourner des pages et des pages de registres, jusqu’au flash de la découverte… Elle pouvait s’en aller définitivement alors que je venais de la trouver ; enfin.

Caméra en plongée sur la cérémonie à l’église, l’enterrement au Lautier… comme un drone au-dessus des acteurs et du cercueil. Des plans de coupe sur mes recherches dans les archives pour trouver une trace supplémentaire, un texte, un mot, un article. « Je, tu, elle » sont les pronoms au cœur de la narration. Les notes sont reléguées en fin.

Sources valorisées

* Les registres municipaux des cimetières de Bourges

* La presse du Berry

* Les témoignages de Solange et Bertrand

Je retiens le titre de l’emplacement de la tombe de Marie-Anne au cimetière du Lautier à Bourges. Le titre Lautier est peu explicite pour qui ne connait pas la capitale berrichonne. Allée M-2 ligne 39F -1224 peut faire écho à quelques expériences funéraires chez le lecteur. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 10 décembre). Allée M2… Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nir6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search