Poste restante (été 1944)

« On habitait près du pont de Saint-Sauveur-le-Vicomte, et le 6 juin, les Alliés ont bombardé le pont. Toute la famille est partie alors se réfugier dans la ferme de M. Lebeslier, près du bois de l’abbaye. Quand les Américains sont arrivés, on était toujours là : c’était le matin du 17 juin. Un char est arrivé et tout le monde est sorti pour voir les soldats. C’est à ce moment-là qu’un engin a explosé (on ne sait pas quoi exactement) et que plusieurs personnes ont été blessées, dont mon père et moi. J’étais touché à la main droite et aux deux jambes. », Témoignage de Louis Jean, La Presse de la Manche, La Normandie au cœur de l’histoire, hors-série, 2014, 81.

 

 

Gavray, 9 août 1944,

Cher papa, nous voilà libérés depuis une dizaine de jours. Depuis ma dernière lettre et jusqu’au débarquement du 6 juin, les bombardements n’ont pas cessé sur la Normandie. Sur Gavray, ils ont été encore plus nombreux à partir de juillet[1]. Le pont sur la Sienne était la cible pour empêcher les Allemands de venir défendre les côtes ou battre en retraite. Tout n’est plus que ruines et écroulements à près de 500 mètres à la ronde. Ils ont mis des jours à venir à bout de l’objectif. Il y a des maisons éboulées de partout, du moulin Beauquesne à la Grande rue, de l’économique au presbytère. C’était tantôt les avions anglais et américains, tantôt les batteries des Allemands qui bombardaient le bourg. On sait reconnaitre tout ça maintenant[2] mais bon, ça tombait de partout et les victimes furent nombreuses. Maman te dira ça, eux qui attendent d’être libérés. On était tous partis se mettre à l’abri dans les villages depuis que ça tonnait dans le lointain de Saint-Lô et de Coutances[3], vers le 6-7 juin. Puis ça s’est rapproché lentement jusqu’à Cérences vers le 8. Durant ces bombardements qui se répétaient, j’étais sur les hauteurs des Mesnils sur la route de Villedieu. C’est ici que je fus blessé[4]. On est sorti d’un vieux bâtiment chez les agriculteurs qui m’hébergeaient pour aller se mettre à l’abri par ailleurs. On a couru dans le pré et puis je me suis retrouvé sur une haie ; projeté qu’ils m’ont dit. Mais heureusement que je suis tombé sur cette haie sinon j’aurais eu le corps transpercé par tous les éclats qui sortaient des bombes quand elles tombaient au sol. J’en ai un petit souvenir dans la jambe, entre tibia et péroné ça s’appelle ; tout chaud il est rentré comme dans du beurre. Ils vont le laisser jusqu’au restant de mes jours[5]. Papa, on est blessé de guerre tous les deux maintenant. Il y a plus de chances que tu reviennes car les temps changent. C’est ce que je souhaite en ce jour de mon anniversaire. J’ai 11 ans tu sais. Je ne sais pas si cette lettre te parviendra ; j’espère que par la Suisse la Croix-Rouge fera son possible[6]. Ton petit Claude.

 

Gavray, 14 août 1944,

Cher oncle, la joie ou la peine je ne sais plus très bien quelle émotion me serre dans la poitrine. La joie bien évidement d’être libérés, que les alliés passent dans la grande rue, que les allemands semblent repartir[7]. Mais la peine aussi de voir toutes ces destructions au cœur de notre village et puis ces victimes dont la liste s’allonge de jour en jour. À partir du 5 juin[8], on sentait qu’il y avait du changement dans l’air car le casernement près chez nous s’agitait plus que d’habitude. Puis durant la nuit du 6, tout plein d’avions passent au-dessous du Valjoie et lâchent les premières bombes sur Gavray, au lavoir[9]. Ceux qui avaient gardé leurs radios nous ont dit que le débarquement avait commencé sur les plages au-dessus de Caen. Puis par les gens qui passaient par le bourg pour quitter les zones de combat, on a su que Saint-Lô et Coutances étaient détruites. Dans la nuit, le ciel était rouge du côté de Coutances. Le 8, c’était au tour de Cérences. On sentait que cela se rapprochait, que le pont serait visé, que la circulation sur les routes de Coutances et Villedieu deviendrait dangereuse à cause des mitraillages. Monsieur Lechevallier de la Planche a été grièvement blessé suite à cela. Contre les bombardements, le pharmacien avait créé la défense passive. Pour nous c’était au Chemin de Saint-Jean et on s’était un peu entrainé à aller dans ce petit chemin. Mais moi, avec ma patronne, Madame Sevestre, on allait dans le jardin et on se mettait à plat ventre. Avec une de mes copines, qui habitait à côté, la fille d’un gendarme, on s’est trouvées toutes les deux l’une auprès de l’autre lors d’un bombardement. On avait ordre de ne pas se lever. Pour qui pourquoi on s’est levées toutes les deux ; l’éclat est tombé où on était. Si on était restées, on ne serait plus là…comme quoi, il y a des choses. Les parents eux allaient dans le chemin de Saint Jean en dessous du cimetière. C’était la peur souvent qui nous tenait tous. Ça s’est calmé un peu pendant un mois mais le bruit des combats nous parvenait depuis Saint-Lô. Ceux qui passaient comme pour l’exode tout ahuris de fatigue nous rapportaient des nouvelles bien tristes des destructions. Les gens aidaient avec des vêtements et des repas chauds en attendant que ce soit notre tour. Ce n’est pas facile de comprendre que pour être libérés on soit obligé de nous pilonner, que les alliés nous mitraillent et bombardent alors que nous ne sommes pas leurs ennemis[10]. On priait Dieu plus encore que d’habitude et le village se vidait le soir pour les campagnes. Vers la mi-juillet, les allemands ont installé des batteries de DCA sur les hauteurs. Papa nous a dit que les bombes allaient pleuvoir maintenant et qu’il nous fallait rester le plus possible dans nos villages. Claude était sur les hauteurs des Mesnils. À partir du 17 juillet et cela jusqu’au 30, tout n’a été que mitraillages et bombardements. Ils bombardaient le pont de Sienne qu’ils touchaient mais ne détruisaient pas. Ils revenaient par vagues mais malheureusement les projectiles tombaient un peu partout sur le bourg, surtout dans la grande rue[11]. Le soir depuis le Valjoie on voyait Gavray qui brûlait en dessous. C’est entre le 25 et le 30 juillet que le pilonnage du pont a repris, le tocsin sonnait en permanence pour aller sauver des gens ou éteindre les feux. Tu n’aurais pas reconnu ton village cher oncle, le pont commençait à s’effondrer mais tout autour ce n’était que ruines. Vers le 29, les américains sont sur Lengronne et tout redouble de fureur. On ne savait pas si on allait y rester ou non. Surtout qu’en plus des avions alliés, il y avait aussi les tirs des batteries allemandes qui nous tombaient de dessus. La nuit du 29 au 30 juillet fut terrible, les allemands résistaient, les américains étaient bloqués, ils ne pouvaient pas nous délivrer. C’était la bataille de la Sienne qu’on pourrait dire. C’est durant cette journée qu’il me faut te rapporter une bien triste nouvelle. Coincés entre les mitraillages, les bombardements et les obus allemands, nous devions tous rejoindre les abris de la défense passive selon le quartier qu’on habitait. Pour ceux de la Planche, il fallait monter aux Bains, il y avait des tranchées de creusées. Mais le grand-père Jean-Baptiste ne voulait pas monter là-haut. Il a dit à l’épicier qui était venu le chercher « Non, non, j’ai connu la guerre, je ne vais pas aller là-bas, on va rester là avec Maria ». Peut-être parce qu’il avait souvenir des tranchées de 14 ? Maria aurait voulu monter je pense. Ils ont dû le décider quand même et ils sont montés. Mais le sort s’en est mêlé car il s’est fait tuer à la tranchée alors qu’il ne voulait pas y monter. Ils sont trois à être morts aux Bains cette journée-là, sept victimes sur Gavray durant l’assaut[12]. Le grand-père aurait peut-être mieux fait de rester sur la Planche ; on ne le saura jamais. Lorsque tu vas rentrer tu ne pourras pas revoir ton cher papa ; il a été inhumé le 1er août[13]. Je ne sais pas si je fais bien de te le dire. Je me dis que comme cela tu peux te préparer et pas tout découvrir en arrivant car maintenant on peut espérer que vous reviendrez les prisonniers. Claude a échappé de peu au drame lui aussi. Il n’est que blessé à la jambe avec un éclat. En tombant sur une haie il a échappé aux éclats qui filent le long du sol. Le 31[14], les américains étaient là avec les Jeeps, les chars et les camions avec les petits canons derrière. Ils occupaient la place et ont commencé à construire un pont tout en ferraille, un pont Bailey que ça s’appelle. Ils ont fait vite comme des fourmis en maillots de corps à frapper à la masse pour faire entrer les goupilles, à boulonner à coups de clés, à pousser et tirer sur des rampes pour faire glisser le tout au-dessus de l’eau. Ils pliaient sous l’effort car pour être solide cela pesait des tonnes. Ils s’alignaient de part et autre des rambardes qu’ils soulevaient ensemble pour les amener à l’assemblage. On sentait qu’ils étaient entraînés car ils n’hésitaient pas. Ils avaient aussi des gros outils pour creuser le sol ; ça faisait un bruit énorme. On est tous passés pour voir, de temps en temps, sans gêner. Après ils ont traversé et sont partis ailleurs alors que d’autres arrivaient ; des prisonniers allemands aussi en colonnes surveillées. Plus tard, vers le 5-6 août, l’armée Leclerc est passée, le général était debout dans sa Jeep. Je ne sais pas si on arrivera à tout reconstruire dans ce champ de ruines qu’a mangé le village[15] et ne pas oublier ceux qui sont morts durant la bataille. Il se dit qu’il y aurait 14 victimes civiles dont 9 de la commune. Des joies et des peines, comme tu peux le lire. J’essaie de t’écrire ce qu’on a vécu en rassemblant tout ce qu’on dit maintenant que cela s’apaise. Je tente de faire une longue lettre en espérant qu’elle te parvienne et que la censure n’existe plus. Ta nièce Annette.

[à suivre]

______________________________________________

[1] https://www.dday-overlord.com/bataille-normandie/communes/manche/gavray

[2] Exposition « Les enfants de la Libération », Maison de l’histoire de la Manche réalisée à l’occasion des commémorations du 75e anniversaire du débarquement, sous la direction de Jean-Baptiste Auzel, directeur des archives départementales

[3] O. Wieviorka, Histoire du débarquement en Normandie. Des origines à la libération de Paris 1941-1944. Paris, Seuil, 2007.

[4] Récit issu de mes souvenirs de R 16 TS entre Brive et Poitiers. J’adorais ces trajets de nuit pour rallier Montauban ou en revenir. Mais cette fois, au volant, Claude me racontait sa guerre pour un travail scolaire. Il ne s’était jamais épanché, il éludait. Ses yeux brillaient plus que de coutume dans la lueur des phares. Hervé se réveillerait à Poitiers lors de notre pause au buffet de la gare. La R 16 refroidirait sur le parking.

[5] Récit confirmé lors des entretiens avec Solange, Bertrand et Annette.

[6] Suite aux demandes françaises, le courrier et les colis des PG à la fin de 1944 passent par la Suisse avant de revenir vers la France et vice-et-versa. Toutefois, les visites des délégations de contrôle des camps sont interrompues en cette fin d’année 44. Rapports de visites d’inspection des camps, F-9-2717, Archives nationales de Pierrefitte.

[7] Lettre écrite suite aux témoignages d’Annette Grente, d’Agnés Lebailly et de sources relatives à l’opération Cobra menant à la libération de Gavray.

[8] Robert Pouchin, à l’aide des notes personnelles d’Antoinette Cardinal nous fait revivre l’occupation et la libération de Gavray. Manche Libre, octobre-décembre 1984. (40 années après la Libération)

[9] Bulletin municipal, Juillet 2014, n° 36 (à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération de Gavray)

[10] J-J. Leleu, « Le Débarquement au village. Opinions et quotidien dans le Bessin en juin 1944 », Annales de Normandie, 2014/2, 97-116.

[11] https://fr.geneawiki.com/images/1/1a/GAVRAY_1944_de_Juin_%C3%A0_Novembre_bis.pdf

[12] https://www.wikimanche.fr/Lib%C3%A9ration_de_Gavray_%281944%29

[13] Lemonnier, Jean-Baptiste-Emmanuel, époux de Maria Désirée Gardin, né à Roncey le 7 décembre 1875, hongreur, décédé aux Bains, le 30 juillet 1944. Reconnu mort pour la France le 17 octobre 1945.

[14] https://www.youtube.com/watch?v=we4KOYj57t0

[15] Gavray est déclarée sinistrée le 18 juillet 1945. Les dommages de guerre concernent 700 habitants dont 52 immeubles totalement détruits.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 31 janvier). Poste restante (été 1944). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search