Le carnetier

Pour une histoire culturelle sensible. L’individu générationnel.

Quelques lignes suffiraient à montrer l’utilité, personnelle et scientifique, à revenir sur mon parcours d’historien pour y repérer et circonscrire les liens qui unissent mes recherches. Le discours, à grand renfort d’évidences, irait chercher dans les arcanes de la connaissance de Soi, les solutions pour lever les biais méthodologiques et les œillères théoriques qui guettent le chercheur et sapent son objectivité. De même, une analyse textuelle de quelques titres de mes articles et communications[1], des mini-biographies qui accompagnent mes contributions[2] ou des mots-clés indispensables à tout article indexé[3] pourrait suffire à la demande. Tout spécialiste d’Alceste ou d’autres applications d’analyse sémantique préciserait alors aisément que ma problématique dominante, articulée entre culture d’élite (école, décideurs, etc) et cultures de masse, populaire ou des jeunes, met en perspective et tension les notions de désenchantement/réenchantement entre ces cultures. Ma posture d’historien contemporanéiste consiste à entrer dans l’histoire par cet axe de problématisation puis à repérer les corpus permettant d’argumenter et, enfin, de m’approprier des méthodes d’investigation pour exploiter la spécificité de certaines de ces sources.

Toutefois, le temps long de la rédaction d’un carnet de recherche en relation avec une habilitation à diriger des recherches permet un retour plus complet et, sans doute, plus heuristique. L’ambition est alors de mettre en ordre, c’est-à-dire ordonnancer pour faire Sens, mes idées, mes résultats, les concepts et les théories qui s’y rapportent, les méthodes d’analyse valorisées, etc. autour d’une carrière d’enseignant-chercheur et des travaux réalisés depuis une dizaine d’années. L’enjeu est de parvenir à articuler mon parcours d’homme et de chercheur avec mes thèmes récurrents et leurs méthodologies pour valoriser ma problématique dominante, puis de mettre en perspective ce bagage en ouvrant de nouvelles pistes. Il parait dès lors important, mais certainement délicat, de montrer comment ce positionnement s’est construit, quelle est l’évolution du sens de mon travail et comment s’est réalisée, forte de rencontres scientifiques et humaines, mon insertion dans la communauté des historiens et des historiens du sport plus spécifiquement.

1/ Une entrée tardive dans la profession 

Il est important de rappeler que ma trajectoire de chercheur est relativement récente dans mon parcours de vie. Elle émerge dans mon itinéraire professionnel au début des années 2000 (2005) après une trajectoire d’enseignant certifié puis agrégé commencée dans les années 1980 (1987). En cela, cette atypie dans le monde universitaire, où la carrière scientifique s’amorce le plus souvent au sortir de la formation initiale, doit être questionnée et mise en perspective. Cette entrée tardive dans la profession est accentuée par le fait que mon recrutement en tant que MCF ne s’est fait qu’en 2013. Mais sur le plan épistémologique, cela interroge surtout l’utilité scientifique de mon engagement dans un champ constitué. Participe-t-il à le renouveler ou s’inscrit-il dans une filiation repérable dans l’historiographie ? Au-delà du champ historique, puis-je circonscrire quelque empreinte expliquant cet intérêt scientifique, repérable de façon intime entre enfance et adolescence ou dans une passion soudaine suite à mon recrutement universitaire en tant qu’agrégé ?

2/  Au bord de la falaise : un historien de quatrième génération

Si le champ des STAPS s’est institutionnalisé en 1975, les premières recherches historiques sur les pratiques corporelles ou l’enseignement de l’Éducation physique (EP) se réalisent quelque temps avant. Ce faisant, je fais partie de la 4e génération d’historiens du sport et de l’EP, après celle des Pierre Arnaud et autres Bertrand During, celle des Thierry Terret et Christian Vivier, puis celle des Michaël Attali et Tony Froissart. S’il est irrespectueux de n’en citer que quelques-uns, tant ce champ de l’histoire est très investi depuis les années 1970[4], l’exercice est plutôt destiné à montrer la difficulté à se positionner après ses aînés. À ce questionnement sur l’insertion d’un chercheur dans un champ relativement constitué et dynamique depuis quarante ans s’ajoute celui de repérer dans mes travaux leur originalité ou leur intérêt pour un champ largement labouré par d’autres. Dans quel modèle historiographique mes recherches se situent-elles au regard de ceux valorisés de longue date ? Trouver le fil conducteur, la structure et la fonction reliant tous mes écrits est une première étape indispensable pour répondre à cette question. Mais comment repérer dans mes travaux ce qui me façonne, alors que l’auteur doit disparaitre derrière ses écrits au profit de l’analyse des sources ou la sémiologie des documents[5] ? Le discours à la première personne, au cœur de l’égo-histoire[6], semble en effet incompatible avec cet effort visant à gommer l’individu derrière ses productions. Comment évaluer la part prise par « la griffe du temps »[7] ou les conditions et règles inconscientes qui m’animent pour délimiter la pierre nouvelle que je pose sur le mur de la connaissance ?

Ces premières interrogations se doublent de celles d’un champ historique qui renouvelle ses modèles depuis les années 1970-80, dans une forme de « […] perte de confiance dans les certitudes de la quantification, l’abandon des découpages classiques, en premier lieu géographiques, des objets historiques, ou, encore, la mise en question des notions (mentalités, culture populaire, etc), des catégories (classes sociales, classements socioprofessionnels, etc.), des modèles d’interprétation (structuraliste, marxiste, démographique, etc.) qui étaient ceux de l’historiographie triomphante »[8]. L’histoire, en cette fin de XXe siècle, est empreinte de doutes suite aux déconvenues des modèles historiographiques d’antan. « […] toutes les grandes traditions historiographiques ont perdu leur unité, toutes ont éclaté en des propositions diverses, souvent contradictoires, qui ont multiplié les objets, les méthodes, les ‘histoires’ »[9]. La tentation a été, selon Roger Chartier, de replonger parfois dans les archives et atténuer ainsi le poids des modèles quantitatifs en redonnant la parole aux acteurs singuliers. L’introduction du discours d’acteurs explore ainsi, non plus la tendance générale, mais les diversités. L’histoire du sensible, chère à Alain Corbin[10], et les perspectives nouvelles de la sociologie de Bernard Lahire[11] nourrissent cette option. L’autre voie tente d’écrire l’histoire en repérant les enjeux, tensions, assujettissements parfois, des individus dans les jeux d’influences via les représentations, afin de mesurer les relations de l’individu au monde social. Comment mes recherches s’insèrent-elles dans ces débats et orientations du champ historique général et du champ de l’histoire du sport plus spécifiquement ?

3/ Réflexions bisontines sur l’histoire de l’histoire du sport

Bien que de lecture tardive, par rapport à mon engagement en recherche, l’article de Christian Vivier, Jean-François Loudcher et Gilles Vieille-Marchiset de 2005[12] permet de prendre un recul épistémologique sur le champ de l’histoire du sport. Cette analyse historiographique, en présentant les chemins pris par les pionniers, permet de repérer celui que je parcours. Les auteurs, en effet, réorganisent les classifications anciennes (mentalités, idées, sociale ou techniques, pratiques, institutions) en regard des productions pléthoriques depuis le dernier quart du XXe, y associant souvent les réseaux scientifiques. De l’histoire évènementielle à l’histoire critique en passant par l’approche explicative et l’histoire militante, ils inventorient, mais surtout questionnent, la place et la valeur de tous ces savoirs construits entre approches « post moderniste et hyper-moderniste ». Si ce texte ne révèle rien de ce qui m’anime, il m’invite toutefois à une réflexion sur mes filiations scientifiques.

Quelle place fais-je à l’histoire évènementielle qui rapporte plus le fait qu’elle ne cherche à comprendre son avènement ? La priorité, sans ambiguïté, est alors donnée aux documents. « L’histoire se fait avec des documents… pas de documents, pas d’histoire »[13]. Pour autant, que recouvre la notion de document dans notre XXe siècle médiatique ? Est-ce qu’un film, une affiche ou un roman entrent dans cette définition alors que le champ historique consacre largement, depuis un quart de siècle, l’histoire culturelle[14] ? Au-delà des sources, la mise en lumière des évènements, où la narration supplante largement l’explication, à grand renfort de dates, chronologies et grands hommes, fait-elle partie de mon ADN de chercheur comme elle a pu faire les beaux jours de l’histoire des gymnastiques ou d’un champion et construire un patrimoine de connaissances et d’ouvrages constitutifs d’un roman sportif très vivant ?

En contre-point et en convoquant diverses sciences, l’approche explicative s’attache à comprendre le déroulé historique en avançant des hypothèses, « […] une problématique, une idée, une théorie, voire même un concept, et tente d’en démontrer la prééminence à travers des explications historiques s’appuyant sur une argumentation fondée essentiellement à partir de documents originaux »[15]. Alors que j’ai une certaine affinité avec cette démarche critique, celle-ci n’est-elle pas prise au piège de la nébuleuse notionnelle qu’est le sport, construisant de facto des histoires du Sport, tant les auteurs définissent différemment cette pratique sociale ?

Sans évoquer l’histoire problème ou militante que les auteurs identifient parallèlement, la multiplicité des regards historiques sur le sport complexifie ma tâche consistant à appréhender d’où je viens pour m’insérer dans ce champ et repérer de quelle approche ou combinaison d’approches je me réclame. Historien de la 4e génération, puis-je n’être autre chose qu’un être hydride qui, consciemment ou non, s’est nourri de l’ensemble des travaux et positions épistémologiques de ses ainés ? Michel de Certeau ne dit pas autre chose lorsqu’il pose l’idée que l’écriture de l’histoire est forcément située, « qu’une lecture du passé, toute contrôlée qu’elle soit par l’analyse des documents, est conduite par une lecture du présent »[16]. Dès lors, lorsque les temps changent, que les clivages épistémologiques se modifient ou que l’objet d’étude a plus ou moins d’importance sociale, il est aisé de repérer les « habitudes » d’écriture de l’histoire d’une époque sur un sujet. « L’historien fait l’expérience d’une praxie qui est inextricablement la sienne et celle de l’autre (une autre époque, ou la société qui le détermine aujourd’hui) »[17]. Se faisant, le discours historique est le reflet d’un temps et d’une société donnée qui dit le passé révolu avec un langage présent. Ai-je échappé à la synthèse et aux contingences pour poursuivre des voies moins arpentées et des méthodes moins usitées ?

En 2015, alors que les mêmes auteurs[18] font un constat désenchanté sur un champ scientifique qui peine à se renouveler, ils mettent en avant la valeur heuristique de l’iconographie et des représentations sportives issue de la culture de masse, pour écrire autrement l’histoire du sport. Ancré dans une histoire culturelle, ce « territoire à investir » replace l’objet d’étude dans un « phénomène de civilisation plus global ». Évoquant le jouet, le cinéma ou le timbre, les auteurs valorisent ces pistes délaissées de longue date. L’ambition des lignes à venir pourrait être de montrer de quelles manières je contribue à cette histoire culturelle innovante. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Le carnetier," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 12/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/352.

____________________________________________________

[1] Divorce entre les valeurs adolescentes et les attentes de l’Institution ?, Jeunesse scolarisée et implications sportives : dissonances et paradoxes, L’éducation physique au cinéma : une autre histoire, The disillusionment of French youth at school before 1968, au-delà des intentions généreuses, L’indétermination de la danse à l’école, Une révolution artistique manquée en éducation physique scolaire ? Scolarisation de la danse : L’incompris artistique ?

[2] Analyse socio-historique de la jeunesse, du sport et de l’éducation physique et sportive au XX°. Mes problématiques s’intéressent plus particulièrement à la jeunesse scolarisée, au sport en tant que phénomène de masse et à la scolarisation des activités physiques artistiques. Dans le cadre d’une démarche qualitative, les corpus s’articulent autour des vecteurs de la culture de masse (presse, affiche, cinéma) en relation avec la jeunesse, le sport et les pratiques physiques artistiques. La valence iconographique de ces premières sources est complétée par des entretiens d’acteurs (jeunes, enseignants, circassiens) et des textes institutionnels et professionnels relatifs au sport, à l’Art et à l’EPS

[3] Jeunesse – Sport – EPS – Culture de masse – Culture scolaire – Activités Physiques Artistiques

[4] T. Terret et T. Froissart (dir), Le sport, l’historien et l’histoire, Reims, ÉPUre, 2013.

[5] A. Compagnon, « Auteur », In C. Gauvard et J-F. Sirinelli (dir), Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, 2015, 88-91.

[6] P. Nora, « L’ego-histoire est-elle possible ? », Historein, 2001, n° 3, 19-26.

[7] J. Lyon-Caen, La griffe du temps, Paris, Gallimard, 2019.

[8] R. Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, A. Michel, 1998, 9.

[9] Ibid., 10.

[10] A. Corbin, Historien du sensible. Entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000.

[11] B. Lahire, La culture des individus, Paris, La Découverte, 2004.

[12] C. Vivier, J-F. Loudcher et G. Vieille-Marchiset, « Histoire de l’histoire du sport et de l’éducation physique en France », Sport History Review, 2005, n° 36, 154-178.

[13] C-V. Langlois et C. Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Eds Kimé, 1992 [Hachette, 1898], 29.

[14] O. Lévy-Dumoulin, « Esquisse d’un bilan de l’histoire culturelle en France depuis 1995 », In J-F. Sirinelli (dir), Les historiens français à l’œuvre, 1995-2010, Paris, PUF, 2010, 237-259.

[15] C. Vivier, J-F. Loudcher et G. Vieille-Marchiset, art. cit., 2005, 158.

[16] M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Galimard, 2001 [1975], 31.

[17] Ibid, 58.

[18] C. Vivier, J-F. Loudcher et G. Vieille-Marchiset, « Histoire de l’histoire du sport et de l’éducation physique en France, dix ans après… », Sport History Review, 2015, n° 46, 18-42.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search